1871 - Premières lois de la RFU

mercredi 11 décembre 2019 par Jean-Luc

Forum de discussion en bas de page.

En 1863, la Football Association a institué les règles des « soccers » inspirées en grande partie par les « Cambridge rules » de 1848.
Huit ans plus tard en 1871, la Rugby Football Union (RFU) est créée, pour mettre en place les règles anglaises du football joué selon l’esprit de Rugby.

Pourquoi les lois de 1871 ont-elles été écrites ?

Il y avait deux raisons principales qui incitèrent les anglais à fonder la « Rugby Football Union » le 26 janvier 1871 : un problème chronique et un problème immédiat.

Le problème immédiat apparait à l’occasion d’un défi lancé dans les journaux The Scotsman d’Edimbourg et le Bell’s Life de Londres le 8 décembre 1870 et signé par les capitaines de cinq clubs écossais, invitant toute équipe « sélectionnée en Angleterre » à participer à un match à 20 joueurs de part et d’autre selon les règles de Rugby [1].

JPEG - 517.4 ko
Angleterre vs Ecosse au Kennington Oval
L’un des premier match international
de football association dans les années 1870.

L’Angleterre vient en effet de battre l’Écosse le 18 novembre au Kennington Oval de Londres par un but à zéro au cours du 3e match international de l’histoire joué selon les règles de la Football Association [2]. La victoire anglaise est restée en travers de la gorge des écossais : ils estiment que cette équipe d’Écosse n’en était pas vraiment une car un seul joueur évoluait au pays et surtout, ils pensent que le match aurait dû être joué selon les codes du Football de Rugby, un sport beaucoup mieux implanté dans les écoles et universités d’Écosse [3].
Un anglais doit donc relever le défi et choisir l’équipe [4].

D’autre part, le problème chronique, c’est l’énorme appendice des lois du jeu de rugby constitué d’une grande variété de règles en usage dans tout le pays.
Des règles existent bien pour dire que le « hacking » ne doit pas se faire au-dessus du genou, ni de derrière, ni avec le talon, et que les plaques saillantes sur les chaussures ne sont pas autorisées ; mais chaque club a sa propre version de tout cela, et certains se sont dispensé de n’en respecter aucune. D’autres variantes abondent, alors il est grand temps de créer un ensemble de règles ou de lois (les termes étaient utilisés de façon interchangeable à l’époque).

L’émergence d’un code rival

PNG - 745 ko
Cambridge Rules
Édition de 1856

(Shrewsbury School library)

En 1845, un premier recueil de règles de la Rugby School avait bien été édité mais elles étaient spécifiques à l’école et à son terrain « Big-Side ».
Auparavant, dès 1839 à l’Université de Cambridge, un ancien Rugbeian, Albert Pell, avait formé une équipe de rugby. Au cours d’un match des « Old Rugbeians » contre les « Old Etonians » [5], une controverse à propos de l’utilisation des mains des Rugbeians conduisit les représentants (anciens élèves) des principales Public Schools (Rugby, Eton college, Harrow, Marlborough, Westminster et Shrewsbury) à se réunir pour élaborer les « Cambridge Rules » en 1848.
Ces règles constitueront la principale source d’inspiration des Lois du jeu édictées en 1863 par la Football Association (FA) avec interdiction à la fois de courir avec la balle en main, et de pratiquer le « hacking », c’est-à-dire frapper les jambes d’un joueur comme un moyen de le tackler [6].
Francis Maule Campbell du Blackheath Football Club, alors trésorier de la FA, déclara que le « hacking » était un élément essentiel du football : « Sans le hacking, vous supprimerez du jeu le cran et le courage et je me fais fort de vous amener un grand nombre de Français [sic] qui vous battront après une seule semaine d’entraînement... » L’interdiction du « hacking » incita Blackheath à se retirer lors de la sixième réunion de la FA pour pouvoir continuer à pratiquer « son » football, ce qui officialisa la scission entre les deux jeux [7]. D’autre clubs suivent Blackheath, notamment le Richmond Football Club. Les affrontements semestriels avec Richmond, le plus ancien affrontement régulier entre deux clubs de l’histoire du rugby, sont instaurés le 19 décembre 1868 [8].

JPEG - 110.4 ko
1862 - Blackheath FC
Debout : Sir R.G. Head, W. Dawes, W.L. Gower, Francis Maule Campbell, W. Bischoff, Frederick Moore, W.F. Smith, L.P. Sueur.
Assis : Alex. Mitchell, T. Dawes, A. Poynder.

Fondation de la RFU

JPEG - 1.2 Mo
The Pall Mall Restaurant
Encart publicitaire de 1872

Le 4 décembre 1870, 4 jours avant le défi lancé dans les journaux par les Ecossais, Edwin Ash de Richmond et Benjamin Burns de Blackheath, lancent un appel dans le Times pour créer des règles communes au jeu de type « Rugby » [9]. Le 26 janvier 1871, 21 clubs se réunissent au restaurant « Pall Mall » à Londres [10] et créent la Rugby Football Union (RFU) [11].

La RFU attribue le travail de rédaction des règles à trois « Old Rugbeians » : Algernon Rutter (Richmond RC), le nouveau président élu, Edward Carleton Holmes (Richmond RC), et Leonard James Maton (Wimbledon Hornets), tous trois avocats. Les progrès sont lents, et ils sont loin d’être terminés lors de ce premier match international de rugby Écosse - Angleterre du 27 mars 1871 [12].
Ce n’est pas important : le match se joue à Édimbourg, et donc essentiellement selon les règles écossaises [13]. Les deux parties doivent s’entendre sur certains points avant le début du match, tout comme c’est le cas lors des matchs ordinaires de clubs.

JPEG - 261.2 ko
Plaque commémorative
À l’ancien emplacement du restaurant Pall Mall
dans le centre de Londres.

Accidentellement, Maton se casse la jambe en jouant au rugby ; les autres lui promettent alors de l’approvisionner en tabac, pendant qu’il est au repos forcé, à condition qu’il finisse un premier brouillon. Il le fait dans les cabinets juridiques de Holmes et le caractère légal du résultat se reflète dans des détails tels que les tournures calligraphiques à la fin de certaines lignes - pour dissuader tout faussaire qui pourrait essayer d’insérer quelque chose.
Il y a aussi diverses notes dans les marges, ratures et modifications, certaines signées par d’autres membres du comité. Dans l’ensemble, cependant, c’est le travail d’un seul homme. La base est encore le jeu comme pratiqué à l’école de Rugby, bien qu’avec un certain nombre de différences. Par exemple, le « hacking » et le « tripping » (croche-pied) ont été supprimés ; le principe du tenu, qui oblige un joueur au sol à lâcher le ballon, est mis en place ; et le processus tortueux pour amener le ballon permettant un essai a été simplifié et ressemble à ce que nous connaissons maintenant.
Les premières éditions et une copie formelle des premières lois ont disparu. La seule version existante de ces lois de 1871 est son manuscrit original avec les commentaires ajoutés par les autres membres du sous-comité [14].
Nous savons que les lois furent acceptées par le comité complet le 22 juin 1871, et entrèrent en vigueur lors d’une assemblée générale spéciale deux jours plus tard, à temps pour la nouvelle saison.

JPEG - 452 ko
1871 - Scotland first Rugby team
Debout en haut : R. Munro, J. Thomson, T. Chalmers.
Au 2e rang : A. Buchanan, A.G. Colville, W. Forsyth, J. Mein, R.W. Irvine, J.W. Arthur, W.D. Brown, D. Drew, W. Cross, J.F. Finlay, F.J. Moncrieff (cap.), G. Ritchie.
Assis : A. Ross, W. Lyall, T.R. Marshall, J. Macfarlane, A.H. Robertson.
JPEG - 56.8 ko
1871 - England first Rugby team
En haut : J.E. Bentley, A.E. Gibson, F. Tobin, D.L.P. Turner, F. Stokes (cap.), J.H. Clayton, R.R. Osborne, J.H. Luscombe ;
Au milieu au dessus : H.J.C. Turner, R.H. Birkett, J.F. Green ;
Au milieu : A.St G. Hammersley, W. MacLaren, C.W. Sherrard, A. Lyon, C.A. Crompton ;
En bas : A. Davenport, A.G. Guillemard, J.M. Dugdale, B.H. Burns.

Mise en place de l’IRFB

Les écossais quant à eux créent la Scottish Football Union en 1873 [15], qui reconnaît les règles de la RFU. Malgré tout, les contestations persistent sur des points de règles lors des matchs, si bien que la RFU permet en 1874 d’avoir recours à un arbitre.
Par la suite, la RFU va progressivement adopter d’autres règles pour améliorer le jeu, notamment la suppression de certains coups dangereux, l’autorisation de la passe à la main en 1875 [16] et la diminution du nombre de joueurs de vingt à quinze en 1877. C’est aussi en 1877 que le ballon de rugby devient oblong.
En 1879, les irlandais fondent la Irish Rugby Football Union et les gallois la Welsh Football Union en 1880 [17].

Lors du Tournoi britannique de 1884 [18] et suite à une interprétation contestée d’un point de règlement [19] lors du match Angleterre-Écosse, des dissensions éclatent entre les deux nations.
En 1885, les Écossais refusent d’affronter les Anglais, et le Tournoi ne donne aucun vainqueur officiel. À l’initiative de la fédération irlandaise, des représentants des quatre nations britanniques se rencontrent à Dublin en 1886 pour discuter de la création d’un organisme international régissant les règles du jeu de Rugby. Les anglais refusent d’y être représentés avec un nombre de voix égal aux autres fédérations. Ils ont créé le jeu, édicté ses premières règles, et ils disposent d’un plus grand nombre de clubs : il est hors de question pour eux d’abandonner leur pouvoir sur la règle [20].
IRFBL’International Rugby Football Board (IRFB) est créé regroupant l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande sans l’Angleterre qui ne participera pas au Tournoi en 1888 et 1889. Elle accepte finalement la suprématie du Board en 1890 et rejoint l’organisation [21].
Chaque Union a cependant son propre ensemble de lois pour leurs matchs domestiques. Ce n’est qu’à partir de 1930 que tous les matchs seront disputés conformément aux lois de l’IRFB.
Les lois du Jeu ont beaucoup évolué depuis 1887, par exemple la manière de décompter les points, la possibilité de remplacer des joueurs, ou encore l’apparition des cartons jaunes et rouges, et des modifications continuent d’être apportées chaque année.
L’IRFB devient l’IRB en 1998 puis « World Rugby » depuis 2014.


La transcription ci-dessous des lois de 1871 (traduites de l’anglais) est tirée du site RugbyRefs qui présente les travaux de l’arbitre anglais Peter Shortell. Elle combine l’original et les amendements pour ce qui est censé être la version finale approuvée le 22 juin 1871 par le Comité de la RFU et le 24 juin par une assemblée générale extraordinaire.
Les lois essentiellement les mêmes qu’aujourd’hui sont en bleu (près de la moitié d’entre elles). Il s’agit évidemment d’une décision très subjective, et n’est faite que pour une orientation approximative.


JPEG - 25.6 ko

Les lois de 1871
Cliquez pour les visualiser.

  • traduites en français avec les feuillets originaux (musée de Twickenham) ;
  • en bleu, les règles essentiellement les mêmes qu’aujourd’hui.

Les lois de 1871

JPEG - 84.4 ko

Museum of Rugby, Twickenham

Les Lois du jeu de football comme joué par la Rugby Football Union

1. Un coup de pied tombé ou drop (« drop kick or drop ») s’effectue en laissant la balle tomber des mains et en le frappant au moment même où elle rebondit.

2. Un coup de pied placé (« place kick or place ») s’effectue en bottant la balle après qu’elle ait été placée dans un trou fait dans le sol dans le but de la garder en équilibre.

3. Un coup de pied de volée (« punt ») s’effectue en laissant la balle tomber des mains et en la bottant avant qu’elle ne touche le sol.

4. Chaque but doit être composé de deux poteaux droits de plus de 11 pieds (3m40) de hauteur par rapport au sol et placés à 18 pieds 6 pouces (5m60) d’écart avec une barre transversale à 10 pieds (3m) du sol.

JPEG - 110.5 ko

Museum of Rugby, Twickenham

5. Un but ne peut être obtenu qu’en bottant la balle du terrain de jeu et qu’elle passe directement (c’est-à-dire sans que la balle n’ait touché la tenue ou une partie du corps d’aucun joueur d’un camp ou de l’autre) au-dessus de la barre transversale du but des adversaires, qu’elle touche ou non la barre ou les poteaux ; mais si la balle passe au-dessus de l’un ou l’autre des poteaux de but c’est un « poster » et ce n’est pas un but.

6. Un but peut être obtenu à partir de n’importe quel type de coup, sauf un coup de pied de volée (« punt »).

7. La victoire d’un match ne sera attribuée qu’à la majorité des buts.

8. Le ballon est mort quand il reste absolument immobile sur le sol.

9. Un toucher au sol (« touch down ») se dit quand un joueur mettant sa main sur la balle au sol dans l’en-but ou entre les poteaux de but l’arrête de sorte qu’elle reste immobile ou quasiment.

JPEG - 118.8 ko

Museum of Rugby, Twickenham

10. Un plaquage (« tackle ») est réalisé lorsque le détenteur du ballon est tenu par un ou plusieurs joueurs du côté opposé.

11. Une mêlée (« scrummage ») se met en place lorsque le détenteur de la balle étant dans l’ère de jeu la fait tomber au sol devant lui et que tous les joueurs venant de leurs côtés respectifs forment un cercle fermé et tentent de repousser leurs adversaires en arrière et en frappant la balle du pied pour la conduire vers la ligne de but adverse.

12. Un joueur peut prendre le ballon quand il roule ou rebondit sauf dans une mêlée.

13. Il n’est pas permis de prendre le ballon lorsqu’il est mort (sauf pour le remettre en jeu après un toucher au sol ou un but) pour quelque raison que ce soit - chaque fois que le ballon a été ainsi illégalement pris il doit immédiatement être ramené là où il a été ainsi pris et rejoué.

14. Dans une mêlée, il n’est pas permis de toucher la balle avec la main en aucune circonstance.

JPEG - 114.8 ko

Museum of Rugby, Twickenham

15. Il est légitime pour tout joueur qui a la balle de courir avec elle, et s’il le fait, on appelle cela une course (« a run ») - si un joueur court avec la balle jusqu’à franchir la ligne de but adverse et qu’il l’aplatit au sol, c’est une course dans l’en-but (« a run in »).

16. La course dans l’en-but est permise sur toute la longueur de la ligne de but.

17. La ligne de but fait partie de l’en-but et la ligne de touche est en touche.

18. Si un joueur tenant ou courant avec la balle est plaqué et que la balle est tenue clairement, il doit la poser à terre.

19. Un maul dans l’en-but se produit quand le porteur de la balle est plaqué dans l’en-but ou devant puis porté ou poussé dans l’en-but et que lui ou ses adversaires ou les deux doivent tenter de faire toucher la balle au sol. Dans tous les cas, la balle, lorsqu’elle est ainsi aplatit, appartient au camp qui en avait la possession juste avant le début du maul, à moins que l’adversaire ne s’en soit emparé.

JPEG - 125.3 ko

Museum of Rugby, Twickenham

20. Dans le cas d’un maul dans l’en-but, seuls les joueurs qui touchent le ballon avec leurs mains quand il franchissent la ligne de but peuvent continuer à participer au maul mais dès qu’un joueur libère sa prise du ballon une fois à l’intérieur de l’en-but, il ne peut pas de nouveau se joindre au maul et si il tente de le faire peut être écarté par les adversaires -
Mais si un joueur lors d’une course dans l’en-but est plaqué dans l’en-but, alors seulement le joueur qui l’a plaqué le premier ou si deux ou plus l’ont plaqué simultanément, eux seuls peuvent se joindre au maul.

21. Balle morte (« Touch in-goal ») (voir plan) ; Dès que la balle, dans les mains d’un joueur (sauf dans le cas d’un « punt out » voir la règle 29) ou pas, entre en « touch in-goal », il est à la fois mort et hors du jeu et doit être réengagée conformément aux règles 41 et 42.

22. Chaque joueur est en jeu s’il est dans son camp mais se met hors-jeu s’il entre dans un regroupement du côté de ses adversaires ou s’il est devant la balle dans une mêlée, ou lorsque la balle a été botté, touché ou qu’il court devant le porteur de balle (c’est-à-dire entre lui et sa propre ligne de but).

23. Chaque joueur hors jeu ne doit toucher le ballon en aucun cas, que ce soit sur une remise en jeu sur une touche ou après un but, ou d’une quelconque façon d’interrompre ou de faire obstruction sur un joueur, jusqu’à ce qu’il soit revenu dans son camp.

JPEG - 127 ko

Museum of Rugby, Twickenham

24. Un joueur hors-jeu est de nouveau en jeu lorsqu’un joueur a couru avec la balle sur cinq yards ou après un coup de pied ou si la balle a touché un joueur ou la tenue de l’équipe adverse ou quand un coéquipier passe devant lui.

25. Lorsqu’un joueur a le ballon, aucun de ses adversaires qui sont alors hors-jeu, ne peut commencer ou tenter de courir, plaquer ou intercepter le joueur jusqu’à ce qu’il ait couru cinq yards.

26. Passe en arrière. Il est permis à tout joueur qui a la balle de la lancer vers son propre but, ou de l’envoyer à un joueur de son camp qui est alors derrière lui, conformément aux règles du hors-jeu.

27. La frappe en avant, c’est-à-dire le fait de frapper délibérément la balle avec la main pour la lancer vers l’avant, c’est-à-dire de lancer la balle dans la direction de la ligne de but de l’adversaire, n’est pas autorisé. Le capitaine de l’équipe adverse peut demander à ce que la balle soit ramenée à l’endroit de la faute et posée là pour être rejouée.

28. Un arrêt de volée est une réception de balle directe à partir d’une frappe du pied ou un lancer en avant ou dégagement par un des adversaires, ou d’un « punt out » ou un coup de pied de dégagement (voir les règles 29 et 30) à condition que le receveur fasse une marque avec son talon à l’endroit où il a fait la prise et qu’aucun coéquipier n’ai touché la balle. (Voir les règles 43 et 44).

JPEG - 130.9 ko

Museum of Rugby, Twickenham

29. Un « punt out » est un coup de pied fait, après un touché au sol, par un joueur de l’équipe qui a aplatit, de derrière la ligne de but de l’équipe adverse à l’endroit du toucher au sol et vers son propre camp qui doit se tenir en dehors de la ligne de but et essayer de faire un arrêt de volée ou attraper la balle et faire un run in ou tenter un drop. (voir 49 et 51).

30. Un coup de pied de dégagement (« punt on ») est fait d’une manière semblable à un « punt out » par un joueur qui a fait un arrêt de volée à l’endroit de cet arrêt de volée.

31. Touche (voir plan). Si la balle va en touche, le premier joueur en jeu qui la récupère doit l’amener à l’endroit où elle a franchi la ligne de touche, ou si un joueur en courant avec la balle franchit ou pose tout ou partie d’un pied sur la ligne de touche, il doit revenir avec la balle à l’endroit où la ligne a été ainsi traversé, et de là la remettre en jeu comme indiqué ci-après.

32. Il doit alors lui-même ou un coéquipier, soit

JPEG - 131.2 ko

Museum of Rugby, Twickenham

  • faire rebondir la balle dans le terrain de jeu et puis courir avec elle ou la botter ou la lancer vers son camp
  • la jeter à angle droit par rapport à la ligne de touche
  • marcher avec elle à angle droit de la ligne de touche sur cinq à dix yards et là la poser au sol en ayant déclaré au préalable quelle distance il allait parcourir.

33. Si deux joueurs ou plus tenant le ballon sont poussés en touche, le ballon appartiendra au joueur qui a été le premier en possession de la balle dans le jeu et ne l’a pas relâché depuis.

34. Si le ballon, lorsqu’il est remis en jeu lors d’une touche, n’est pas jeté à angle droit par rapport à la ligne de touche, le capitaine d’un des deux camps peut demander une nouvelle remise en jeu.

35. Un arrêt fait sur un lancé de touche n’est pas un arrêt de volée.

36. Le coup d’envoi (« Kick-off ») est un coup de pied placé depuis le centre du terrain de jeu et ne peut pas compter comme un but. Le côté opposé doit se tenir au moins 10 yards devant la balle jusqu’à ce qu’elle ait été frappée.

37. Il y a un coup d’envoi

JPEG - 126.5 ko

Museum of Rugby, Twickenham

  • au début du jeu
  • après qu’un but ait été marqué.

38. Les équipes changent de côté à chaque fois qu’un but est marqué, à moins que les capitaines n’en aient convenu autrement avant le début du match.

39. Les capitaines des deux équipes doivent faire le « toss » avant le début du match, le gagnant du lancer aura le choix du terrain ou du coup d’envoi.

40. Chaque fois qu’un but a été marqué, l’équipe qui a encaissé le but doit faire un coup d’envoi.

41. Le coup de pied de renvoi (« Kick-out ») est un drop d’un des joueurs de l’équipe qui a aplati la balle dans son propre en-but ou après que la balle soit allée en balle morte (règle 21) ou que le touché au sol ne peut pas compter comme un but.

JPEG - 136 ko

Museum of Rugby, Twickenham

42. Le coup de pied de renvoi doit être un coup de pied tombé et ne pas être réalisé à plus de 25 yards de la ligne de but du botteur. Si le ballon va directement en touche, le coup doit être rejoué. Les coéquipiers du botteur doit être derrière le ballon lors du coup de pied de renvoi.

43. Un joueur qui a fait et annoncé un arrêt de volée pourra soit réaliser un coup de pied tombé ou un coup de pied de volée ou placer la balle pour un coup de pied placé.

44. Après un arrêt de volée, le camp opposé peut se positionner jusqu’à la marque du receveur et (sauf dans les cas prévus à la règle 50), l’équipe du receveur devant se placer à son niveau ou derrière lui.

45. Un joueur peut aplatir la balle dans son propre but à tout moment.

JPEG - 128.8 ko

Museum of Rugby, Twickenham

46. Une équipe ayant fait un toucher au sol dans le but de leurs adversaires, doit essayer de marquer un but soit par un coup de pied placé ou par un « punt out ».

47. Si une tentative de marquer un but est effectuée par un coup de pied placé, un joueur de l’équipe qui a fait le touché au sol doit amener la balle sur la ligne de but conformément à la règle 48 en ligne droite par rapport à l’endroit où la balle a été touchée au sol et là, faire une marque sur la ligne de but, puis marcher tout droit perpendiculairement à la ligne de but dans le terrain jusqu’à une distance qu’il juge appropriée pour son coéquipier qui doit botter. L’équipe du botteur doit être derrière la balle lorsqu’elle est frappée, et l’équipe adverse doit rester derrière la ligne de but jusqu’à ce que la balle soit placée au sol (voir règles 54 et 55).

48. Si la balle a été aplatie entre les poteaux, elle peut être positionnée en ligne droite depuis l’un ou l’autre de ces poteaux, mais si elle est positionnée entre eux, l’équipe adverse peut charger immédiatement (voir la règle 54).

JPEG - 131.8 ko

Museum of Rugby, Twickenham

49. Si la tentative de but se fait par un « punt out » (voir la règle 29), un joueur de l’équipe qui a touché la balle au sol doit l’amener jusqu’à la ligne de but à l’axe de l’endroit où elle a été aplatie et y faire une marque, puis faire un coup de pied (« punt-out ») de n’importe quel point sur la ligne de but derrière cette marque, pas trop près d’un poteau de but, ou du touché au sol si nécessaire. Au-delà de cette marque, l’équipe adverse doit rester derrière sa ligne de but et ne peut la franchir qu’une fois le coup de pied frappé (voir les règles 54 et 55).

50. Si un arrêt de volée est réalisé à réception d’un « punt-out » ou d’un coup de pied de dégagement, le receveur peut procéder conformément aux règles 43 et 44, ou prendre lui-même un coup de pied, auquel cas la marque faite lors de l’arrêt de volée (dans le but de déterminer aussi bien la position du joueur qui fait le dégagement que celle des autres joueurs des deux camps) jouera le même rôle que la marque faite sur la ligne de but dans le cas d’un « punt out ».

JPEG - 106.1 ko

Museum of Rugby, Twickenham

51. Une prise de balle faite en touche à partir d’un « punt-out » ou d’un coup de pied de dégagement n’est pas un arrêt de volée : la balle doit alors être remise en jeu selon la règle 32, mais si la prise de balle est faite en « balle morte » (« touch in-goal »), la balle est à la fois morte et doit être remise en jeu conformément à la règle 21.

52. Lorsque la balle a été aplatie dans le but de l’adversaire, aucun joueur de cette équipe ne peut toucher ou déplacer la balle en aucune façon ni gêner un joueur de l’équipe qui vient d’aplatir de la ramasser.

53. Le ballon est mort chaque fois qu’un but a été marqué, mais si une tentative de but ne réussit pas, le coup de pied sera considéré comme un simple coup de pied ordinaire au cours du jeu.

JPEG - 117.1 ko

Museum of Rugby, Twickenham

54. Charger c’est-à-dire se précipiter vers l’avant pour botter le ballon ou plaquer un joueur, est licite pour le côté opposé dans tous les cas d’un coup de pied placé après un arrêt de volée ou sur une tentative de but dès que le ballon est posé au sol ; également dans les cas d’un drop ou d’un dégagement après un arrêt de volée dès lors que le réceptionnaire commence à courir ou frappe la balle ou offre des possibilités de jeu au pied ou que la balle a touché le sol ; mais le joueur peut toujours reculer sauf si la balle est tombée au sol ou s’il l’a touché avec son pied, il doit alors revenir à la marque de départ (voir règle 56). Les adversaires dans le cas d’un « punt-out » ou d’un coup de pied de dégagement, et l’équipe du botteur, dans tous les cas, ne peuvent charger tant que le ballon n’a été botté.

55. Si un joueur ayant la balle au moment d’un « punt-out » dépasse la ligne de but, ou s’il est sur le point de faire un coup de pied de dégagement et qu’il dépasse la marque faite lors de l’arrêt de volée, ou si la balle a été touchée au sol dans le but adverse, ou si après un arrêt de volée, un joueur fait un touché au sol, ou si après un arrêt de volée, un joueur touche le ballon avant qu’il ne soit botté, l’équipe adverse peut charger pour tous ces cas.

JPEG - 114.2 ko

Museum of Rugby, Twickenham

56. Dans le cas d’un arrêt de volée, l’équipe adverse peut avancer et se placer n’importe où sur ou derrière une ligne tracée à travers la marque faite par le joueur qui a effectué la réception et parallèle à sa propre ligne de but ; mais dans le cas d’un arrêt de volée d’un « punt-out » ou d’un coup de pied de dégagement, ils ne peuvent pas avancer dans la zone définie par une ligne parallèle à la ligne de touche la plus proche et passant par la marque de l’arrêt de volée. Dans tous les cas (à l’exception d’un « punt-out » ou d’un coup de pied de dégagement), l’équipe du botteur doit être derrière le ballon quand il est botté, mais ne peut pas charger tant que le coup de pied n’a pas été donné.

57. Aucun « hacking » [22] ou « hacking over » [23] ou « tripping » [24] ne seront permis en aucun cas.

JPEG - 41.2 ko

Museum of Rugby, Twickenham

58. Aucun joueur portant des clous ou des plaques de fer ou de latex sur une partie quelconque de ses bottes ou chaussures ne sera autorisé à jouer dans un match.

59. Les capitaines des parties respectives sont les seuls arbitres de toutes les contestations.


Voir également sur le net :

[1Voici le défi envoyé à Benjamin Burns de Blackheath FC et aux journaux :
Sir,
There is a pretty general feeling among Scotch football players that the football power of the old country was not properly represented in the late so-called International Football Match. Not that we think the play of the gentlemen who represented Scotland otherwise than very good - for that it was so is amply proved by the stout resistance they offered to their opponents and by the fact that they were beaten by only one goal - but that we consider the Association rules, in accordance with which the late game was played, not such as to bring together the best team Scotland could turn out. Almost all the leading clubs play by the Rugby Code, and have no opportunity of practising the Association game even if willing to do so. We therefore feel that a match played in accordance with any rules other than those in general use in Scotland, as was the case in the last match, is not one that would meet with support generally from her players. For our satisfaction, therefore, and with a view of really testing what Scotland can do against an English team we, as representing the football interests of Scotland, hereby challenge any team selected from the whole of England, to play us a match, twenty-a-side, Rugby rules, either in Edinburgh or Glasgow on any day during the present season that might be found suitable to the English players. Let this count as the return to the match played in London on 19th November, or, if preferred, let it be a separate match. If it be entered into we can promise England a hearty welcome and a first-rate match. Any communications addressed to any one of us will be attended to.
We are, etc.
A. H. Robertson, West of Scotland FC
F. J. Moncrieff, Edinburgh Academical FC
B. Hall Blyth, Merchistonian FC
J. W. Arthur, Glasgow Academical FC
J. H. Oatts, St Salvador FC, St Andrews

[3Les écossais avaient leur « Green Book », recueil de règles créé en 1868 à l’instigation de l’Edinburgh Academical FC et inspiré des règles de la Rugby School. Ce recueil de règles était alors reconnu par les principaux clubs écossais. Hélas, aucune copie n’a été conservée.

[4C’est le Blackheath FC qui accepta au nom de six clubs anglais (Richmond, West Kent, Marlborough Nomads, Clapham Rovers et Ravenscourt).

[5Les anciens élèves de la Rugby School contre ceux d’Eton College

[7L’ironie de l’histoire veut que les futures lois de la RFU de 1871 abolirent le « hacking » et le « tripping ».

[8voir Nigel Trueman : « Historical Rugby Milestones 1860s », sur rugbyfootballhistory.com

[9« those who play the rugby-type game should meet to form a code of practice as various clubs play to rules which differ from others, which makes the game difficult to play »

[10Les 21 clubs qui assistèrent à la première réunion présidée par le capitaine de club du Richmond Club, E. C. Holmes, étaient, pour les clubs qui existent encore aujourd’hui : les Harlequins, Blackheath, Guy’s Hospital, Civil Service, Wellington College, King’s College et St. Paul’s School. Les clubs maintenant disparus, ou jouant sous d’autres noms, étaient : les Gipsies, Flamingoes, Mohicans, Wimbledon Hornets, Marlborough nomads, West Kent, Law, Lausanne, Addison, Belsize park, Ravenscourt park, Clapham rovers et Queen’s House. De nombreux et importants clubs provinciaux (Bath, Bradford, Liverpool, Brighton...), créés avant 1871, ne furent pas membres fondateurs de la Rugby Football Union, bien qu’ils en soient devenus membres par la suite.
Un nom célèbre manquait : le club londonien des Wasps. Ils réussirent l’exploit d’envoyer leur représentant au mauvais endroit, le mauvais jour et à la mauvaise heure, mais une autre version de l’histoire est qu’il se rendit dans un pub du même nom et qu’après avoir bu plusieurs verres, se rendant compte de son erreur, il était trop saoul pour aller à la réunion.

[11voir le compte-rendu de la réunion (fac-simile publié par la RFU en 1971).

[12Ce premier match international de Rugby de l’histoire eu lieu à Raeburn Place, à Édimbourg. Désormais chaque année lors du Tournoi, les deux équipes se disputent la Calcutta Cup qui commémore ce premier match international.

[13Principalement selon les règles de la Rugby School.

[14voir The Laws of 1871.

[15Aujourd’hui la Scottish Rugby Union

[16Elles n’étaient acceptées qu’au pied auparavant.

[17Aujourd’hui la Welsh Rugby Union

[18L’ancêtre du Tournoi des VI Nations. Le premier Tournoi organisé en 1882-1883 est incomplet car le match entre l’Irlande et le pays de Galles n’est pas disputé.

[19Les Anglais inscrivent un essai, contesté par les Écossais mais validé par l’arbitre irlandais. Cela donne au XV de la Rose la possibilité de transformer l’essai et marquer le point de la victoire (l’essai seul ne vaut alors aucun point). Voir A disputed try (en anglais).

[20Voir Histoires insolites du rugby de Julien Bonnefoy.

[21La RFU reçoit six voix au sein du Board, alors que les autres fédérations disposent de deux voix chacune.

[22frappe du pied sur les tibias

[23frappe du pied sur toutes parties des jambes

[24croc-en-jambes


Documents joints

Les règles du Football de 1845

23 novembre 2019
Document : PDF
1016.1 ko

Telles que jouées à la Rugby School.
avec traduction en français.


The Laws of 1871

22 novembre 2019
Document : PDF
2 Mo

Museum of Rugby, Twickenham.


Historique et règles fondamentales du rugby

16 décembre 2010
Document : PDF
1.8 Mo

Académie de Grenoble


1863 : publication des premières lois footballistiques

15 juin 2010
Document : PDF
19.6 ko

Anthony Astaix - Editions Dalloz


1871 - RFU first Meeting

18 juin 2020
Document : PDF
750.2 ko

Compte-rendu de la réunion du 26 janvier 1871 au Pall Mall Restaurant.
Fac-simile publié par la RFU en 1971.





Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques | info visites 824708

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Historique  Suivre la vie du site Histoire(s) du rugby   ?

Site créé par Jean-Luc Friez

Creative Commons License Valid XHTML+RDFa 1.1

Visiteurs connectés : 4