Saison 2001-02 (ASL et RML 77)

mercredi 18 mai 2011 par Jean-Luc

Forum de discussion en bas de page.

La saison 2001-02, à revivre au travers des articles de presse de l’époque....

Fusion avec Meaux... Première saison en 2e Division.

Un forum est à votre disposition en bas de cette page (lien « Répondre à cet article ») : n’hésitez pas à nous faire partager vos souvenirs si vous avez participé aux événements décrits dans les articles.


Yprema renouvelle son partenariat avec Lagny (« La Marne » - 26 juillet 2001)

Yprema renouvelle son partenariat avec Lagny

 - JPEG - 171.2 ko
2001-07-26 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Après la signature de l’accord de partenariat, la traditionnelle poignée de main entre Frédéric By président de l’AS Lagny Rugby (à gauche), et Dimitri Jourdan, directeur financier d’Yprema (à droite)

La Société Yprema, sponsor du club de rugby de l’AS Lagny depuis juillet 2000, a décidé de reconduire son partenariat pour la saison sportive 2001-2002.

Le nouvel accord liant la société et le club a été signé le 10 juillet 2001 par MM. Dimitri Jourdan, directeur financier d’Yprema et Frédéric By, président du club.

Yprema continuera ainsi d’apparaître sur les maillots de l’équipe première du club qui débutera la prochaine saison avec pour objectif la montée en Nationale 2.

Implantée à Lagny-sur-Marne, Yprema est une entreprise leader dans le domaine du traitement des matériaux de démolition et des mâchefers d’incinération.

En associant son image à l’A.S. Lagny Rugby, Yprema peut promouvoir et mieux faire connaître localement le concept innovant « d’écologie industrielle » développé par l’entreprise.

Yprema soutient également les clubs de rugby franciliens du RC Massy (N2) et du CSM Genneviliers (N3).


La fusion Meaux-Lagny à l’étude (« Le Parisien » - 31 juillet 2001)

Rugby

La fusion Meaux-Lagny à l’étude

D’UN CÔTÉ, une équipe de 2e Division en plein doute, Meaux. De l’autre, une équipe bien portante qui évolue en 3e Division mais aimerait bien gagner l’étage au-dessus, Lagny. Un mariage de raison pourrait bien arranger les affaires de tout le monde. Mais pour l’instant, les bans n’ont pas encore été publiés.

Du côté meldois, le projet a été évoqué au cours de l’assemblée générale, il y a un peu plus d’une semaine. Sans plus. Le soutien financier de Lagny et le renfort de ses joueurs, dont la plupart sont aptes à jouer en 2e Division, pourraient en effet éviter le naufrage au CS Meaux. Une solution miracle pour ce club qui affiche un déficit de 277 000 F (42 228 €) et ignore encore s’il pourra trouver les fonds qui lui permettraient de maintenir son équipe première au même niveau. « Rien n’est fait pour le moment », déclare pourtant le dirigeant meldois Christian Payen. Ce qui ne signifie pas qu’on n’y travaille pas en coulisse.

Les dirigeants de Lagny semblent quant à eux intéressés. « Des contacts ont été pris, glisse Frédéric By, le président latignacien. Nous en discuterons vendredi lors d’une assemblée générale extraordinaire. » Elle se déroulera à 20 heures au stade du Fort-du-Bois.

Bref, on pèse le pour et le contre des deux côtés avant de se lancer. Les deux meilleurs clubs du nord de la Seine-et-Marne pourraient ainsi réaliser une belle opération, semblable à celle que Melun et Combs-la-Ville ont menée dans le sud il y a trois ans. Les deux clubs sont montés dès la première année de la fusion au niveau national. Un tel scénario pour Lagny et Meaux n’est pas encore d’actualité. Chacun des deux clubs lorgne pourtant depuis longtemps vers l’étage supérieur. Après sa montée en 2e Division, Meaux envisageait une montée en 1re Division dans les deux ou trois ans. De fait, il a effectué deux belles saisons avant d’en enchaîner deux autres plus difficiles. De son côté, Lagny fait désormais partie des équipes fortes de la 3e Division. C’est un candidat sérieux pour la montée en 2e Division. D’ailleurs, l’équipe a bien failli y parvenir à trois reprises, en 1998, 1999 et 2000. Cette année, elle n’a pas joué le match de la montée mais n’a pas à rougir de sa saison. L’union Meaux-Lagny n’est pas encore réalisée, mais elle pourrait relancer les espoirs déçus.

David Louhaut


Meaux-Lagny 77 Nord un ticket choc (« La Marne » - 2 août 2001)

Meaux-Lagny 77 Nord un ticket choc

On s’achemine vers un rapprochement des deux clubs...

 - JPEG - 167 ko
2001-08-02 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Comme nous le laissions entendre la semaine passée, un arrangement est à l’étude concernant la fusion des seniors de Meaux et Lagny. Suivant des sources fiables, un terrain d’entente (c’est le cas de la dire) pourrait déboucher vendredi soir, lors de l’assemblée extraordinaire à Lagny sur un accord de partenariat entre les deux clubs. Le Rugby Meaux Lagny 77 Nord ne devrait plus tarder à voir le jour.

Union des forces vives

Une bonne nouvelle pour le rugby meldois qui devrait donc assumer son rang en 2e Division en sauvant la face et en retrouvant par ce biais des nouvelles ambitions. De son côté, Lagny, club réputé et solide pourrait lui aussi retrouver de nouvelles couleurs en grimpant d’un seul coup sur l’échelle sportive. Une équipe de Lagny qui tourne depuis de nombreuses années autour du pot sans jamais pouvoir décrocher le gros lot. Une occasion rêvée pour les deux clubs de repartir sur de bonnes bases sportives et aussi humaines.

Mais attention, une fusion n’est pas une fin en soi car il faut regarder plus loin que le bout de son nez. Les dirigeants devront donc bien déterminer les règles de vie pour bon nombre de domaines, à savoir les conditions d’entraînement, les sponsors, les lieux de matches, l’identité de chaque club...

 - JPEG - 145.9 ko
2001-07-26 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Attendons vendredi soir.

Entre les deux clubs voisins de 24 kilomètres, les relations ont toujours été courtoises. Raison de plus que de croire en cette entente qui pourrait déboucher sur du concret. Mais qui va prendre en charge l’entraînement et conduire le navire technique ? Autant d’interrogations qui devraient être soulevées vendredi soir lors de l’assemblée extraordinaire. Les joueurs vont-ils adhérer à cette nouveauté proposée en trouvant des axes de travail qui pourraient voir enfin une équipe de haut de niveau qui puisse tenir la route. Mais ne brûlons pas les étapes. Il faut déjà trouver dès vendredi un terrain d’accord entre les deux clubs et les deux villes qui veulent parler un langage commun.

Attendons encore un peu...

Pascal PIOPPI


Lagny et Meaux dans le même bateau (« Le Parisien » - 6 août 2001)

Rugby, Deuxième Division fédérale

Lagny et Meaux dans le même bateau

C’EST DÉCIDÉ. L’AS Lagny va unir ses forces à celles de Meaux pour jouer en 2 e Division fédérale.

Réuni vendredi soir en assemblée générale extraordinaire, le club latignacien s’est prononcé en faveur d’un regroupement des équipes seniors. Les deux municipalités et le CS Meaux avaient donné leur accord. La décision finale revenait à l’AS Lagny. Il ne s’agit pas d’une fusion. Les deux clubs conserveront leurs écoles de rugby, leurs cadets et leurs juniors. Mais pas leurs seniors qui vont se fondre dans une seule association qui sera enregistrée demain à la Fédération. A priori sous le nom de Rugby Meaux-Lagny 77. Le dernier délai pour le dépôt des dossiers est fixé à mercredi.

Un tandem Miss-Bosc

La nouvelle association aura son propre comité directeur qui se composera de cinq membres de l’AS Lagny et de cinq du CS Meaux. Il y aura deux présidents. L’un issu de Meaux, l’autre de Lagny. Frédéric By souhaite se présenter côté latignacien. Les trois associations (CS Meaux, AS Lagny, Rugby Meaux-Lagny 77) étant indépendantes, il devra démissionner de la présidence de l’AS Lagny. Ce que ne souhaite pas faire le président meldois Christian Payen.

Rugby Meaux-Lagny 77 vivra avec les apports financiers de l’ASL et du CSM. Chacun devra verser 400 000 F (60 980 €) suivant un échéancier adapté, plus 100 000 F (15 245 €) en cas de nécessité. Meaux restera seul responsable de son déficit financier. Christian Payen assure que la dette ­ 277 000 F (42 228 €) ­ est déjà partiellement remboursée et que des sponsors ont accordé des facilités de remboursement.

Il s’agit de savoir ce qui se passe en cas de séparation. Selon les règlements généraux, le club, qui avait le niveau le plus élevé au moment de la création, retrouve son niveau d’origine, tandis que l’autre repart au plus bas. Lagny pose donc un garde-fou en intégrant une clause spécifiant que le club qui souhaite se séparer laisse l’autre repartir en 2e Division fédérale.

Côté sportif, l’équipe devrait être entraînée par l’actuel homme fort de Lagny, Jean Miss et Jean-Claude Bosc, celui de Meaux. Ils doivent discuter ce soir. Les matchs se dérouleront alternativement à Lagny et à Meaux. Le premier contre Vannes se jouera à Meaux, et le suivant contre Viry-Châtillon à Lagny. Le planning n’est pas encore établi, mais les joueurs devraient s’entraîner un mois d’un côté, un mois de l’autre. L’association aura une équipe première, mais aussi une réserve et une troisième équipe. Les coaches disposeront d’un riche réservoir. Il leur restera toutefois peu de temps pour bâtir un effectif cohérent avant le 16 septembre, date de la reprise du championnat.

David Louhaut


Meaux-Lagny 77 en 2e division (« La Marne » - 9 août 2001)

Meaux-Lagny 77 en 2e division

 - JPEG - 219.8 ko
2001-08-09 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Depuis vendredi (assemblée générale de l’AS Lagny), Meaux et Lagny ont décidé d’unir leurs forces pour bien figurer en 2e division fédérale.

Promotion pour Lagny, survie pour Meaux, cette fusion va permettre aux nombreux supporters des deux clubs de continuer de se rendre aux stades (une fois sur deux à Lagny et Meaux) pour assister à des rencontres de haut niveau.

 - JPEG - 182.7 ko
2001-08-09 - La Marne

Une chose qui aurait sans doute disparu du fait de l’exigence financière résultant des lointains déplacements.

Première conséquence de ce rapprochement, la nomination des deux entraîneurs Jean Miss et Jean-Claude Bosc à la tête d’une équipe qui débutera vraisemblablement le 2 septembre en amical à Epernay. Huit Jours plus tard, les sportifs régionaux auront l’occasion (lors du match retour) de découvrir le nouveau visage de ce Rugby Meaux-Lagny 77 qui ne concerne que les seniors.

Un rapprochement rendu possible grâce à Roland Besse, l’aval des municipalités et des dirigeants latignaciens et meldois.

Christian FABERT

 - JPEG - 158.7 ko
2001-08-09 - La Marne

R. Meaux-Lagny 77

Les dirigeants

Pour Lagny :

  • Président : Frédéric By.
  • Secrétaire : Jacques Petey.
  • Trésorier adjoint : Alain Marienval.
  • Membres : Laurent Zimmermann (sponsoring), Jean-Michel Binet.

Président de l’ASL : Henri Esch.

  • Kiné : Sébastien Durand.
  • Ostéopathe : Jérémy Roiseaux.
  • Médecin : René Gentil.

Pour Meaux :

  • Vice-président : Yvon Vogel.
  • Trésorier : Charles Zanetta.
  • Secrétaire : Angélique Hugo.
  • Membre : Michel Hugo

Président du C.S.M. : Christian Payen ; sponsoring : J.P. Astings.

  • Entraîneurs Meaux-Lagny 77 : Jean Miss, Jean-Claude Bosc, Ludovic Baron, Pascal Laplagne, Anthony Esteban.

Jean Miss : « Les miracles, ça me connaît ! » (« Le Parisien » - 15 août 2001)

Rugby, 2 Division fédérale/

Jean Miss : « Les miracles, ça me connaît ! »

Meaux-Lagny

JEAN MISS prend en main l’équipe première du RC Meaux-Lagny 77, la toute nouvelle association des seniors de l’AS Lagny et du CS Meaux (« le Parisien » du 6 août). L’ancien coach latignacien travaillera en collaboration avec Jean-Claude Bosc, précédemment co-entraîneur de Meaux avec Guy Nogier. Ils auront deux semaines pour constituer un groupe compétitif avant la reprise du championnat, le 17 septembre à Meaux contre Vannes.

Vous allez prendre en charge un nouveau groupe. Avez-vous déjà eu des contacts avec les joueurs ?

Jean Miss. Pour le moment, je les ai surtout eus au téléphone. Tout ce que je sais des joueurs de Meaux, c’est ce que m’en a dit Jean-Claude Bosc, et inversement. J’attends de les voir à l’œuvre sur le terrain pour me faire une idée. Pour l’instant, les garçons vont simplement courir. Il n’y a pas encore d’entraînement.

Quand commencerez-vous les entraînements ?

Vendredi soir à 20 heures, à Lagny. Mais il faudra attendre le début du mois de septembre pour que tout le monde soit là. Nous aurons donc deux semaines pour préparer le championnat. Jean-Claude Bosc s’occupera plus spécialement des lignes arrières et moi des avants. Et j’ai la responsabilité du groupe.

Deux semaines, c’est très court. L’équipe sera-t-elle prête à temps ?

Mon gros souci, c’est qu’on monte d’un cran (NDLR : pour Lagny qui évoluait en Nationale 3, l’actuelle 3e Division fédérale). A ce niveau, la marge d’erreur est plus faible. On a moins le temps de s’observer. Etre prêt en deux semaines, ça relève un peu du miracle. Ceci dit, les miracles, ça me connaît. La saison dernière, on a eu beaucoup de blessés à Lagny. Il a vite fallu trouver des solutions. A chacun de relever le défi.

Vous allez devoir associer deux groupes de joueurs qui ne se connaissent pas. Comment allez-vous vous y prendre ?

Pour commencer, il va falloir arrêter de parler des gens de Lagny et de Meaux. Pour moi, il y a un nouveau club avec beaucoup de recrues. On fera des erreurs. Le moins possible, j’espère. J’ai l’avantage de gérer la sélection d’Ile-de-France, avec laquelle je reste sur quatre titres d’affilée, et celle de l’équipe de France de la police. Cette expérience me servira beaucoup. Je monterai Meaux-Lagny comme une sélection. Il faudra leur faire faire tout de suite des choses qui marchent. Ce début de saison ne ressemblera à aucun autre.

Quel est le programme de reprise ?

Nous allons vraiment travailler sur les deux premières semaines de septembre. Il y aura deux entraînements la première semaine et trois la seconde. Entre les deux, nous ferons un stage à Meaux le 8 et le 9, avec un match contre Epernay le 9.

Propos recueillis par David Louhaut


Meaux-Lagny en pleine construction (« Le Parisien » - 14 septembre 2001)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny en pleine construction

APRÈS une intersaison agitée, Meaux sera bien présent dimanche pour la reprise du Championnat de 2e Division. En revanche, il ne sera plus tout seul mais associé à Lagny. Contre Evreux, la nouvelle formation risque d’avoir une entrée en matière difficile. Préparation écourtée, collectif à bâtir : Meaux-Lagny part dans l’inconnu. Les entraîneurs Jean Miss et Jean-Claude Bosc se sont vus confier cette tâche ô combien délicate de constituer un groupe cohérent à partir d’un double effectif.

Le recrutement.

Si Lagny, qui évoluait alors en Nationale 3, a commencé à recruter avant la constitution de l’association, Meaux n’a eu ni les moyens, ni le temps de le faire. Occupé à combler son déficit et à retrouver un repreneur, puis à négocier le regroupement de ses seniors avec ceux de Lagny, il a néanmoins conservé la plus grande partie de ses joueurs.

Les ambitions.

La difficulté de constituer un groupe homogène dans un temps réduit met la nouvelle équipe en danger, spécialement lors de ses premiers matchs. L’objectif annoncé est néanmoins la qualification en phase finale. « Mettre le jeu sur pied dans ces conditions est très compliqué, admet Jean Miss. Le problème, c’est qu’il faudra gagner tout de suite à la maison. Mais le groupe a un bon état d’esprit. Cela me rend optimiste. »

Les adversaires.

Meaux-Lagny n’aura aucun match facile. « Il y a beaucoup de gros morceaux, estime Jean Miss. A commencer par les deux relégués de N 1, Orléans et Vitry. Nantes, Riom, Saint-Nazaire et Bobigny sont aussi de belles équipes. »

Présidents : Frédéric By, Yvon Vogel.

Entraîneurs : Jean Miss, Jean-Claude Bosc.

Arrivées : Esteban (US Métro, N 1) ; Esparrak (Céret, N 1).

Effectif. Arrières : Audebert, Dabadie, Esparrak, Villanueva, Pujos, Jacquet, Crouxinoux, Paris, Schott, Châtenet. Charnière : Jamain, M’Barka, Esteban, Perrin. 3e ligne : Blond, Dinu, Resouf, Morato. 2e ligne : Roulph, Bonnet, Mezair, Parizot. 1re ligne : Kuzmin, Loffel, Ménétré, Maïau, Garrabé, Sabathé.

MEAUX, MERCREDI SOIR. Jean-Claude Bosc (à gauche), entraîneur des arrières, Jean Miss (au centre), entraîneur et responsable de l’équipe première, l’ouvreur Bruno Perrin et tout l’effectif de la nouvelle entente Meaux-Lagny viseront la qualification en phase finale.

David Louhaut


Meaux-Lagny fin prêt (« Le Parisien » - 15 septembre 2001)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny fin prêt

MEAUX-LAGNY - VANNES, demain (15 heures), stade Tauziet à Meaux.

Meaux-Lagny : (parmi) Audebert, Dabadie, Pujos, Jacquet, Crouxinoux, Paris, Schott, Châtenet, Jamain, M’Barka, Esteban, Perrin, Blond, Dinu, Resouf, Morato, Roulph, Mezair, Parizot. Entr. : Miss et Bosc.

RÉCEPTION difficile pour la nouvelle équipe Meaux-Lagny contre Vannes, demain à Meaux. Jouer chez soi dès l’ouverture n’est sans doute pas un avantage pour une formation fraîchement constituée. Les hommes de Jean Miss et Jean-Claude Bosc auront tout fait pour construire un groupe le plus homogène possible à l’entame du championnat. Un travail complexe qui tient autant de la sélection que d’une préparation classique. Mais le temps a manqué. « Il est impossible d’être prêt dans ces conditions, admet Jean Miss. On a beaucoup travaillé défensivement pour essayer, en étant présents et agressifs à ce niveau, d’empêcher les autres de jouer. Le groupe est nouveau et, dans la tête de nos adversaires, nous sommes sans doute vulnérables. Maintenant, ce n’est pas grave. On va tout faire pour gagner à la maison. »

Seul petit bémol : la saison n’a pas commencé que Meaux-Lagny compte déjà ses blessés. Villanueva, Bonnet et la recrue Esparrak sont à l’infirmerie. Reste donc à constituer l’équipe sur un groupe de 26 joueurs. Ce devait être fait hier soir.

Les autres matchs de la poule 1 : Bobigny - Nantes ; Rouen - Saint-Nazaire ; Suresnes - Joué-lès-Tours ; Evreux - Orléans ; Vierzon - Viry-Châtillon.

En 3e Division, Melun-Combs disputera son premier match demain à Yutz. « Ce n’est pas plus mal de commencer à l’extérieur, commente Jean-Luc Arnaud, l’entraîneur. Yutz est une équipe solide, agressive et qui joue bien devant. »


Un retour plein de courage (« Le Parisien » - 17 septembre 2001)

RUGBY, 2 DIVISION : MEAUX-LAGNY - VANNES 13-13.

Un retour plein de courage

A défaut d’une victoire, Meaux-Lagny a présenté le visage de la volonté pour sa première prestation à domicile. Bilan : un match nul encourageant.

MEAUX-LAGNY - VANNES : 13-13 (3-10). Spectateurs : 300 environ. Arbitre : M. Gallerne (Normandie).

En réserve , Meaux-Lagny - Vannes : 19-11.

Meaux-Lagny. Un essai : Schott (61e) ; une transformation : Perrin (61e) ; pénalités : Esteban (38e), Perrin (51e). Entr. : Miss et Bosc.

Vannes. Un essai : Le Luron (37e) ; une transformation : Le Barillier (37e) ; deux pénalités : Le Bariller (30e, 48e). Entr. : Comby et Monnier.

A LA SEULE VUE du résultat, il est possible de croire que Meaux-Lagny a raté le coche contre Vannes, hier. En fait, ce résultat nul reflète tout à fait la physionomie du match. La première période a été à l’avantage des visiteurs, et la seconde au bénéfice de Meaux-Lagny. Menés au score pendant longtemps, les locaux ont eu le mérite, non négligeable, de ne pas se démobiliser en pleine tempête. D’ailleurs, c’est même Vannes qui a laissé passer sa chance avant la pause. « On n’est pas prêt, constate l’entraîneur Jean Miss. En touche, on ne prend pas un ballon ! Heureusement, on en récupère cinq en mêlée sur introduction adverse. On a à cœur de faire les choses bien. Le nul n’est ni un bon ni un mauvais résultat. On a juste limité la casse. »

En première période, les visiteurs donnent le ton. Ils dirigent le jeu. Meaux-Lagny défend de son mieux. Plutôt efficacement jusqu’à ce que Vannes ouvre le score sur pénalité (0-3, 30e). Les attaques bretonnes finissent par porter leurs fruits, et c’est Le Luron qui marque le premier essai du match en contre (0-10, 37e). C’est un coup dur pour les locaux qui répondent tout de même par une pénalité de l’ouvreur Anthony Esteban avant la pause (3-10, 38e).

A la reprise, Vannes poursuit sur sa lancée. Et s’offre rapidement deux occasions d’aller à l’essai. La défense locale répond présent mais Vannes aggrave toutefois le score sur une nouvelle pénalité (13-3, 48e). Cet avantage est annulé trois minutes plus tard par Bruno Perrin, rentré à la pause à la place d’Esteban. A 13-6, (51e), rien n’est encore perdu. Les locaux le savent, et passent à l’offensive. Perrin tente le drop sous les poteaux. Le ballon est contré, mais Xavier Schott reprend possession du ballon et aplatit. Une transformation de Perrin, et Meaux-Lagny revient dans la course (13-13, 61e). Et donne tout pour repasser devant. Perrin tente le hold-up avec deux drops, tout comme Audebert. Sans succès, mais il fallait essayer. Perrin retente une dernière pénalité, hélas trop difficile. Les deux équipes se quittent alors sur un score de parité. Logique.

David Louhaut


Rodage encourageant (« La Marne » - 20 septembre 2001)

Meaux-Lagny partage les points avec Vannes (13-13)

 - JPEG - 244 ko
2001-09-20 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Rodage encourageant

Jean Miss et Jean-Claude Bosc, les deux entraîneurs du Rugby Meaux-Lagny 77 prônaient la prudence et la patience avant ce premier rendez-vous historique. Ce partage des points obtenu face à une bonne équipe de Vannes, recèle bien des motifs encourageants.

 - JPEG - 177 ko
2001-09-20 - La Marne

Une mi-temps pour le réglage...

Après le beau succès des réservistes (19-11) dus à la botte de By et à un essai d’Antunes, le quinze, baptisé RML 77, prenait possession de la superbe pelouse du Tauziet. 400 spectateurs présents, dont une « chorale » bariolée venue de Bretagne, et d’entrée le désir de bien faire côté local.

Difficile de percer le coeur d’un adversaire possédant de gros moyens humains et financiers (renforts venus d’Australie, Montferrand, Cahors, Racing et d’une pépinière finaliste 2001 en Reichel B).

Des Vannetons (arrivés la veille s’il vous plaît ! ) qui d’entrée par leur très brillant ouvreur Le Barillier mettaient la pression sur l’arrière-garde seine-et-marnaise.

Dinu colmatait les brèches devant les déferlantes tandis que Blond, Maïau « s’emmêlaient un peu les pinceaux » sur un deux contre un (20e), Ménestré touché aux cotes cédait son poste à Rossel et Esteban ratait une pénalité en cours (24e).

Dans la minute suivante, ce diable de La Barillier perçait plein champ, obligeant un joueur local à commettre la faute. Une occasion de faire sa justice soi-même, Vannes 3, RML77 0.

Dinu, blessé à son bras droit perdait de sa superbe et Vannes se montrait dominateur. A la 32e minute, Esteban, sous la pression, était contré, ce dont profitait Le Luron pour rendre les siens joyeux, après cet essai transformé par l’inévitable Le Barillier, Vannes 10, RML77 0.

Cela ne manquait pas d’inquiéter les coaches mais Esteban (pénalité 35e) réduisait le score, Vannes 10, RML77 3.

 - JPEG - 133.3 ko
2001-09-20 - La Marne

Mi-temps citrons et « coup de gueule » d’un Jean Miss déçu par le déroulement de ces 40 premières minutes. « Il faut s’appliquer, nous n’avons pas eu un ballon correct, de plus le premier rideau est franchi à chaque attaque. Nous devons aller les chercher. »

Morato à la place de Dinu, Perrin à la place d’Esteban, Mébarka à la place de Jamain, ce sang neuf allait complètement transformé la tenue du quinze local.

Le temps que Le Barillier fasse croire aux siens que l’affaire était déjà dans le sac après une nouvelle pénalité (46e), 3-13.

A l’heure du jeu, Bruno Perrin qui distribuait de judicieux coups de pied tactiques, obtenait une bonne touche. Mezais s’élevait puis donnait à son ouvreur dont la tentative de drop échouait sur la poitrine du centre adverse.

Schott qui avait suivi, s’emparait du cuir, slalomait et venait terminer sa course derrière la ligne. Perrin transformait et RML77 égalisait (13 partout).

En dépit de leur soi-disant avantage physique (Vannes venait de jouer 3 matches de préparation et de sortir d’un stage de 3 jours !), les Bretons perdaient de leur superbe pressés par un rival « requinqué ».

Seule la malchance (un vent capricieux très gênant soufflait dimanche) privait, au cours des 11 dernières minutes, le rugby Meaux-Lagny d’un succès qui lui tendait le bout du soulier de Perrin et Audebert (2 drops, une pénalité ratés).

Il n’empêche que ce partage des points largement mérité au vu des dernières 40 minutes, aurait également pu se transformer en défaite sur l’ultime tentative (50 mètres) de Le Barillier dans les ultimes secondes des longs arrêts de jeu.

Cela aurait été cruel pour un ensemble encore loin d’avoir trouvé sa cohésion malgré la bonne tenue de sa mêlée. Et pour cause !

Dimanche, c’est sur le stade de Lagny qu’il faudra se « coltiner » aux ex-nationaux de Viry...

RML77 : Ménétré puis Rossel 24e, Sabathé, Maïau puis Loffel 75, Roulph, Mezair, Resouf, Blond, Dinu puis Morato 40e, Jamain puis Mebarka 40e, Esteban puis Perrin 40e, Chatenet, Jacquet, Audebert, Schotti, Pujos. Ent. Miss et Bosc.

Christian FABERT

Résultats

 - JPEG - 161.4 ko
2001-09-20 - La Marne

Classement

  • RML77-Vannes : 13-13
  • Bobigny-Nantes : 17-15
  • St-Nazaire-Rouen : 36-23
  • Orléans-Evreux : 19-14
  • Vierzon-Viry : 21-14
  • Joué-Suresnes : 31-15

1. Joué, St-Nazaire, Vierzon, Bobigny, Orléans : 3 pts.

6. RML 77, Vannes : 2.

8. Rouen, Viry, Suresnes, Evreux, Nantes : 1.


Objectif victoire (« Le Parisien » - 22 septembre 2001)

Rugby, 2 Division/

Objectif victoire

Meaux-Lagny - Viry

MEAUX-LAGNY - VIRY-CHATILLON, demain (15 heures), stade du Fort-du-Bois à Lagny.

Meaux-Lagny : Audebert, Dabadie, Pujos, Jacquet, Crouxinoux, Paris, Schott, Châtenet, M’Barka, Esteban, Perrin, Blond, Dinu, Resouf, Morato, Roulph, Mezair, Parizot, Kuzmin, Loffel, Ménétré, Garrabé, Maïau. Entr. : Miss et Bosc.

Viry : Tatangello, Schlomka, Lu. Lelièvre - Cabirol, Lebloas - Mesror, Delannoy, Gehrig - Indurain (m), O. Boucheron (o) - Marc, Paraskiova, S. Boucheron, Darraïdou - Bedat. Remplaçants : Roques, Jacquemot, Moignard, La. Lelièvre, Bottone, Lappara, Depaule. Entr. : Saint-Lu et Favarel.

APRÈS le nul dimanche dernier contre Vannes, Meaux-Lagny se voit offrir une deuxième chance à domicile. Demain, les joueurs de Jean Miss et Jean-Claude Bosc recevront Viry-Châtillon à Lagny. Ce ne sera pas une sinécure. Les Essonniens descendent en effet de 1re D et comptent bien la retrouver le plus vite possible. De son côté, Meaux-Lagny se retrouve déjà quasiment dans l’obligation de s’imposer, sous peine de commencer une course épuisante en queue de peloton.

Attention, danger

« Concéder le nul à la maison, ce n’est pas bon, admet Jean Miss. Mais compte tenu du contexte, 13-13, ce n’est pas si mal. » Les entraîneurs ont en effet dû bâtir un groupe à partir de deux effectifs en très peu de temps. « Il faut savoir qu’Evreux, Suresnes et Rouen ont eux aussi perdu chez eux. Ce sera une poule de folie. » Viry-Châtillon, battu à Vierzon (21-14) en ouverture du championnat, s’est incliné lors de tous ses matchs amicaux et compte déjà trois blessés dans ses rangs. Si faiblesse il y a, c’est le moment d’en profiter. « Je connais bien ce club, puisque j’en viens, note le coach. Je l’ai entraîné pendant trois ans. Ce ne sera pas facile. Les joueurs ont encore le rythme de la 1re Division, qui est plus élevé. »

Les autres matchs (2e journée) : Vannes - Bobigny ; Nantes - Rouen ; Saint-Nazaire - Suresnes ; Joué-lès-Tours - Evreux ; Orléans - Vierzon.

D.L.


Des qualités encourageantes (« Le Parisien » - 24 septembre 2001)

RUGBY, 2 DIVISION : MEAUX-LAGNY - VIRY 25-15.

Des qualités encourageantes

Meaux-Lagny a remporté son premier match, à la maison, aux dépens de son voisin. Tout n’est pas parfait, mais l’équipe affiche déjà d’excellentes qualités morales.

MEAUX-LAGNY - VIRY-CHATILLON : 25-15 (9-15). Spectateurs : 300. Arbitre : M. Chanut (Bourgogne).

En réserve, Meaux-Lagny - Viry-Châtillon : 22-13.

Meaux-Lagny. Un essai : Schott (63e) ; une transformation : Esteban (63e) ; cinq pénalités : Esteban (3e, 33e, 43e, 45e, 85e) ; un drop : Perrin (67e). Entr. : Miss et Bosc.

Viry-Châtillon. Deux essais : Marc (20e), Bedat (40e) ; une transformation : 0. Boucheron (20e) ; une pénalité : 0. Boscheron (6e). Entr. : Favarel et Saint-Lu.

MEAUX-LAGNY revient une nouvelle fois de l’enfer. Un retour victorieux, cette fois-ci. Les supporters du stade du Fort-du-Bois, à Lagny, n’en boudent pas leur plaisir. Jean Miss non plus : « On a un mental énorme, lance le coach seine-et-marnais. Les automatismes commencent à se mettre en place, mais on manque encore de lucidité. On a un peu tendance à confondre vitesse et précipitation. »

En première période, les deux équipes offrent une prestation équilibrée. Meaux-Lagny ouvre le score sur une pénalité d’Esteban. Viry réplique par Olivier Boucheron. Ça commence à s’animer. Au premier quart d’heure de jeu, les locaux mettent le feu devant l’en-but essonnien. Sans succès, contrairement à Marc qui inscrit un premier essai pour Viry (3-10, 20e). Esteban réduit l’écart sur pénalité (6-10, 33e), mais Bedat conclut un essai en coin pour les Essonniens (6-15, 40e). Juste avant la pause, Esteban enquille trois nouveaux points.

A la reprise, Viry relâche un peu la pression. Il a tort, car Esteban récidive et remet Meaux-Lagny dans la course (12-15, 45e). Profitant d’une énorme bavure défensive essonnienne, Meaux-Lagny vole à l’essai. Schott conclut. Esteban transforme et les locaux font désormais la course en tête (19-15, 63e). Un drop de Perrin trois minutes plus tard, une dernière pénalité d’Esteban dans les arrêts de jeu, et Meaux-Lagny s’offre un premier succès bien mérité.

David Louhaut


Meaux-Lagny : « Viry » good (« La Marne » - 27 septembre 2001)

Meaux-Lagny : « Viry » good

Une victoire avec les tripes. De bon augure ?

 - JPEG - 328.6 ko
2001-09-27 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lorsque l’arbitre M. Chanut a porté le sifflet à sa bouche, le staff local est tombé dans les bras. Soulagement général dans les rangs et grosse ovation des 400 spectateurs présents pour cette grande première au stade municipal de Lagny.

Une victoire très importante pour le moral des troupes et surtout un ciment qui commence à prendre pour cette fusion toute nouvelle. Il ne faut pas oublier que les chamboulements à l’inter-saison ont bouleversé une préparation hâtive. Mais les hommes de Miss-Bosc ont trouvé la bonne carburation : « Nous avons surtout montré du coeur et de la discipline » soulignait tout sourire J.-C. Bosc.

ne première période poussive

Deux notions indispensables pour disposer d’une équipe de Viry qui a baissé pavillon suite à une grossière erreur défensive à la 59e minute. Avant, les locaux ont un brin cafouillé leur rugby lors d’une première période un peu terne et surtout mal maîtrisé : « On se devait d’emballer le match. On se bat nous-mêmes en étant complètement à côté de la plaque » pestait à la pause Jean Miss alors que Meaux-Lagny courait toujours après le score (9-15).

Esteban va redonner dès la reprise le bon tempo (12-15) et les locaux vont se souder un peu plus à l’image d’un paquet très compact et puissant. Les petites imperfections sont gommées par une équipe solidaire et désireuse de produire du jeu. Un cadeau de Viry va être mis à profit par un mouvement de belle ampleur et c’est Schott qui va pointer en terre promise. Esteban transforme (19-15). Rien n’est joué et tout peut basculer.

 - JPEG - 176.7 ko
2001-09-27 - La Marne

Le drop libérateur de Perrin

Au bon moment, les locaux appuient sur l’accélérateur. Un beau travail libérateur du paquet donne la possibilité à Perrin de placer un superbe drop (22-15) C’est gagné car Viry n’a plus les moyens physique de répondre à une formation entreprenante et concernée. Une dernière pénalité d’Esteban donne au score un aspect plus confortable (22-15)

Bobigny samedi soir à 20 heures

« Avec la victoire de la réserve 22-13, c’est un bon dimanche, plaisante Miss. On a du mal à se mettre dans le jeu mais le paquet a fait un superbe match. Avec un moral d’enfer, nous sommes revenus. On peut aller à Bobigny, l’esprit presque libéré »

Samedi à 20 heures, Meaux-Lagny va entamer son premier déplacement. Avec déjà une victoire et un nul dans la musette. Certes, l’équipe n’est pas encore prête pour les gros matches mais chaque semaine qui va passer va gonfler le potentiel physique d’une formation qui devrait prendre confiance en elle.

Pascal PIOPPI

 - JPEG - 157.4 ko
2001-09-27 - La Marne

Réserve : RML 77 bat Viry : 22-13 (deuxième victoire consécutive)

RML 77 bat Viry : 25-15 (M. T 9-15) 400 spectateurs, bon arbitrage de M. Chanut - Essai : Schott 59e, 5 pénalités et une transformation d’Esteban et un drop de Perrin pour RML 77.

Equipe RML 77 : Kuzmine, Sabathe, Rosell, Roulph, Mezair, Resouf, Morato, Blond, Mebarka, Perrin, Chatenet, Audebert, Jacquet, Schott, Esteban, Loffel, Maïau, Menetre, Ducrot, Crouxinoux, Villanueva, Dabadie, entr. : Miss et Bosc.

Avec l’école de rugby à Lagny

L’école de rugby de Lagny, avec toutes les catégories représentées est repartie avec des entraînements planifiés le mardi de 18h30 à 20h et le samedi de 14h à 16h. Contacts auprès de Solange Paris la secrétaire de l’école de rugby au 01 70 00 48 91.

Résultats

Classement

RML 77-Viry 25-15, Vannes-Bobigny 11-9, Nantes-Rouen 30-20, Orléans-Vierzon 26-11, Joué-Evreux 21-14, St-Nazaire-Suresnes 43-17.

1. St-Nazaire, Joué 6 ; 3. RML 77, Orléans, Vannes 5 ; 6. Nantes, Bobigny, Vierzon 4 ; 9. Evreux, Viry, Rouen, Suresne 2.


Un petit voyage périlleux (« Le Parisien » - 29 septembre 2001)

Rugby, 2 Division/

Un petit voyage périlleux

Bobigny - Meaux-Lagny

BOBIGNY - MEAUX-LAGNY, ce soir (20 heures), stade Henri Wallon. Arbitre : M. Nouli.

Bobigny : Pradayrol - Alberto, Benezeth, Nion, Fontaine - (o) Mossot, (m) Sein - Paulerana, Bouissou, Alric - Ouali, Etchegoyen - Gregoire, Afonso, Sevestre. Remplaçants : Zambernardi, Napol, Condon, Da Rovare, Lamboley, Chamois, Delhaye. Entr. : Barthe.

Meaux-Lagny : Ménétré, Loffel, Sabathé, Garrabé, Maïau, Kouzmine, Roulph, Mez air, Blond, Ducrot, Morato, Dinu, Mebarka, Perrin, Audebert, Villanueva, Jacquet, Schott, Châtenet, Crouxinoux, Esteban, Dabadie. Entr. : Miss et Bosc.

MEAUX-LAGNY effectuera demain son premier déplacement de la saison. Ce ne sera sans doute pas le plus facile. Bobigny, son adversaire, a frappé un grand coup dès l’ouverture du championnat. A domicile, mais contre le favori de la poule, Nantes (17-15). Dimanche dernier, il a failli enchaîner avec un succès à Vannes, si un drop des locaux n’avait inversé l’issue du match dans le temps additionnel. Autant dire que Meaux-Lagny réaliserait un authentique exploit en s’imposant en Seine-Saint-Denis. Les joueurs de Jean Miss et Jean-Claude Bosc partent donc sans pression particulière, même s’il leur manque un tout petit point, concédé contre Vannes en première journée de championnat (13-13). Quantité négligeable quand cette première journée a vu Evreux, Suresnes et Rouen s’incliner sur leurs terres. « On ira à Bobigny sans pression, assure Jean Miss. Comme on n’a pas trop mal commencé le championnat, on n’a pas le couteau sous la gorge. On jouera avec nos forces. J’ai vu jouer Bobigny contre Vannes. L’équipe possède un beau rugby. Celles de Vannes et Viry (NDLR : les deux premiers adversaires de Meaux-Lagny) sont bonnes. Mais Bobigny, c’est autre chose. Nous avons encore des lacunes techniques, collectives et physiques. Même si, sur ce dernier point, on n’est pas si mal comparé aux autres équipes. Elles ressortiront forcément davantage contre Bobigny. Ce match nous permettra de nous situer par rapport à une équipe qui évoluera probablement dans le haut du tableau. Ceci dit, on ne part pas battu d’avance ! »

Les autres matchs de la poule 1 : Rouen - Vannes ; Suresnes - Nantes ; Evreux - Saint-Nazaire ; Vierzon - Joué-les-Tours ; Viry-Châtillon - Orléans.

MEAUX, LE 16 SEPTEMBRE. Après un bon début de saison, Laurent Blond et Meaux-Lagny abordent un déplacement difficile en Seine-Saint-Denis.

David Louhaut


Meaux perd au poing (« Le Parisien » - 2 octobre 2001)

RUGBY, 2 DIVISION : BOBIGNY - MEAUX-LAGNY 11-9.

Meaux perd au poing

Disputé dans des conditions difficiles, le derby a surtout été marqué par son âpreté. Et évidemment par la première défaite de la saison de Meaux-Lagny.

BOBIGNY - MEAUX-LAGNY : 11-9 (8-3). Spectateurs : 400. Arbitre : M. Nouli.

Bobigny. Un essai : Pradayrol (7e) ; deux pénalités : Mossot (21e, 61e).

Meaux. Trois pénalités : Esteban (38e, 50e, 56e).

Expulsion. Meaux : Perrin (79e).

Bobigny. Pradayrol (Chamois, 80e) - Alberto (Delhaye, 65e), Nion, Benezeth, Fontaine - (o) Mossot, (m) Sein - Paulerena, Bouissou (Lamboley, 61e), Alric - Ouali (Condon, 57e), Etchegoyen - Gregoire, Afonso, Sevestre. Entr. : Barthe.

Meaux-Lagny : Crouxinoux (Perrin, 61e) - Schott, Villanueva, Audebert, Chatenet - (o) Esteban, (m) Mebarka - Morato, Blond, Ducrot (Dinu, 41e) - Mezair, Roulph (Jaquet, 88e) - Maiau (Kouzmicu, 18e), Sabathe, (Garrabe, 49e), Menetre (Loffel, 56e). Entr. : Bosc et Miss.

C’EST À LA FORCE du poing que s’est réglé ce derby entre deux formations visiblement très hostiles. Et dire qu’il s’est joué à « l’ancienne » serait irrespectueux pour nos aînés tant les deux équipes ont bafoué les principes du rugby, samedi soir, à Bobigny. A l’issue d’une rencontre remportée sur le fil par la formation balbynienne (11-9), tout le monde avait beau jeu de reporter la faute de ces « bastons » incessantes sur l’autre camp.

Mais de « beau jeu », les spectateurs ont été privés si ce n’est sur le seul essai inscrit par Sébastien Pradayrol, d’entrée de jeu (7e). Pendant que les premières et deux lignes attirent tous les regards en faisant le coup de poing au milieu du terrain, l’arrière balbynien ponctue une action au large initiée par les trois-quarts rouge et noir. Mais le jeu plombé par une pluie et des « mandales » intermittentes va peu à peu devenir d’un ennui sans nom. Les deux formations négligent leurs phases de conquête (notamment en touche) et se fourvoient dans un jeu d’avants bien peu séduisant. « Je suis très déçu car nous sommes passés tout près, souligne l’entraîneur Jean Miss. On a manqué nos lancements de jeu mais notre réaction en deuxième mi-temps fait plaisir. Bobigny, en revanche, ne nous a rien montré. »

Certes, de retour des vestiaires, les Meldois parviennent à prendre l’avantage grâce à deux pénalités d’Esteban (9-8, 56e) qui concrétisent une domination territoriale. Mais à la 75e , idéalement placé aux 22 mètres, l’ouvreur de Meaux-Lagny va échouer dans ce qui aurait sûrement donné la victoire à son équipe. Et que dire de l’expulsion de Bruno Perrin en fin de partie pour une percussion de l’épaule sur Sébastien Pradayrol (épaule luxée). Qu’elle reflète à merveille une partie à l’atmosphère irrespirable.

Frédéric Gouaillard


Meaux-Lagny à l’épreuve du leader (« Le Parisien » - 13 octobre 2001)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny à l’épreuve du leader

MEAUX-LAGNY - ORLEANS, demain (15 heures), stade Tauziet à Meaux.

Meaux-Lagny : Loffel, Zanatta, Dinu, Garrabé, Sabathé, Kuzmine, Roulph, Mezair, Froment, Jeruzescu, Blond, Morato, Resouf, Mebarka, Jamain, Esteban, Audebert, Villanueva, Schott, Châtenet, Jacquet, Crouxinoux. Entr. : Miss et Bosc.

ATTENTION, danger ! Après la mini-trêve de dimanche dernier, Meaux-Lagny reprend le collier contre le leader, demain à Meaux. Orléans est toujours invaincu. Les Loirétains restent sur une victoire à Viry-Châtillon. C’est leur deuxième succès à l’extérieur, puisqu’ils se sont imposés à Evreux dès l’ouverture du championnat. Ils ont enchaîné en étrillant Vierzon.

Meaux-Lagny devra tout donner pour assurer le résultat. Pour l’instant, il n’y a pas le feu à la maison. Pourvu que ça dure « On va défendre fièrement nos chances, assure Jean Miss, l’entraîneur. On a pas mal de blessés, notamment Maïau, qui s’est fait opérer du genou jeudi, Rosell et Pujos. Perrin est suspendu. Cela dit, toutes les équipes ont des absents. Cela fait partie du jeu. » Les Seine-et-Marnais ont profité du repos dominical pour peaufiner leur préparation. « Pour le moment, on travaille surtout le physique, précise Miss. Le collectif se met en place petit à petit. Au vu des matchs, ça ne se passe pas trop mal sur ce plan-là. »

Les autres matchs de la poule 1 : Vannes - Suresnes ; Nantes - Evreux ; Saint-Nazaire - Vierzon ; Joué-les-Tours - Viry-Châtillon ; Bobigny - Rouen.

D.L.


Un goût d’inachevé (« Le Parisien » - 16 octobre 2001)

Rugby, 2 Division/

Un goût d’inachevé

Meaux-Lagny - Orléans 13-15

MEAUX-LAGNY - ORLEANS : 13-15 (13-0). Spectateurs : 300 environ. Arbitre : M. Pacaud (Flandres).

Meaux-Lagny. Un essai : Loffel (27e) ; une transformation : Esteban (27e) ; deux pénalités : Esteban (5e, 34e).

Orléans. Deux essais : Aleyrac (49e), Lugan (77e) ; une transformation : Gastambide (77e) ; une pénalité : Gastambide (54e).

PERSONNE ne vient contester la défaite de Meaux-Lagny contre Orléans. En fin de match, la domination des Loirétains était évidente. Et pourtant, aux trois quarts du match, tout le monde y croyait encore. « Rien n’est jamais acquis, observe Jean Miss, l’entraîneur seine-et-marnais. Nous sommes bien revenus contre Vannes. A ce niveau de jeu, on doit profiter de toutes les occasions. On a vendangé trois essais concrets, et puis nos adversaires ont imprimé un rythme supérieur au nôtre. »

Deux matchs pour le prix d’un

En fait, les spectateurs ont vu deux matchs pour le prix d’un. Le premier commence sous les meilleurs auspices. Meaux-Lagny ouvre le score sur une pénalité d’Esteban (3-0, 5e). Le match est assez équilibré et chacun sent même que Meaux-Lagny a les moyens de trouver le chemin de l’en-but quand, à l’approche de la demi-heure de jeu, les avants seine-et-marnais poussent et concluent un essai par Benoît Loffel. Esteban transforme (10-0, 27e). Ça ne passe pas toujours, mais il n’y a pas de quoi s’affoler. Du moins pas encore, d’autant qu’Esteban passe une nouvelle pénalité avant la pause (13-0, 34e). Le premier match est terminé.

Le second débute à la reprise. Les visiteurs passent la vitesse supérieure. Ils concluent rapidement un bel essai par Alerak (13-5, 49e). Cinq minutes plus tard, l’ouvreur Gastambide réduit l’écart sur pénalité (13-8, 54e). Meaux-Lagny s’offre bien deux nouvelles chances d’aller à l’essai (60e) mais les visiteurs reprennent l’offensive. Ils étouffent leurs adversaires au bord de la panique et s’offrent logiquement la victoire sur un nouvel essai de Lugan. Le temps des regrets a sonné, mais il n’y a pas moyen de rattraper le coup. Orléans ne lâche pas le morceau et Meaux-Lagny n’atteint même plus la moitié de terrain adverse.

Avec cette première défaite à domicile, le nul concédé face à Vannes à l’ouverture du championnat pèse un peu plus lourd. Il n’y a pas encore péril en la demeure, mais la course à la qualification s’annonce d’ores et déjà compliquée.


Meaux-Lagny prudent (« Le Parisien » - 20 octobre 2001)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny prudent

ROUEN - MEAUX-LAGNY, demain (15 heures).

Meaux-Lagny : Loffel, Zanatta, Dinu, Garrabé, Sabathé, Kuzmine, Roulph, Mezair, Froment, Jeruzescu, Blond, Morato, Resouf, Mebarka, Jamain, Esteban, Audebert, Villanueva, Schott, Châtenet, Jacquet, Crouxinoux. Entr. : Miss et Bosc.

VICTIME D’ORLÉANS à la maison dimanche dernier, Meaux-Lagny se voit tout de suite offrir une chance de remonter la pente en allant chercher demain un succès à l’extérieur. Les joueurs de Jean Miss et Jean-Claude Bosc passent en effet du leader à une équipe qu’on n’attendait pas forcément en queue de peloton, Rouen. Les Hauts-Normands ont encaissé quatre défaites en quatre matchs. Deux à l’extérieur, deux à domicile. L’occasion semble belle au premier abord, mais il s’agira de prendre très au sérieux une bête blessée que Meaux-Lagny trouvera acculée dans sa tanière. « Je ne pars pas du tout confiant, déclare Jean Miss. Rouen est une belle équipe qui a le couteau sous la gorge. Ce sera sûrement la guerre. »

Une chose est sûre, Meaux-Lagny se battra de toutes ses forces pour s’éloigner au plus vite de la zone dangereuse, l’objectif restant de rejoindre le groupe des six équipes qualifiables. Le groupe sera le même que celui de dimanche dernier. Tout le monde ignore toujours quand Perrin finira de purger sa suspension depuis le match de Bobigny. Il faut espérer aussi que les joueurs reviendront tous entiers d’un match à haut risque. Ce qui n’est pas évident.

D.L.


Meaux-Lagny perd la boussole (« Le Parisien » - 23 octobre 2001)

Rugby, 2 Division/

Meaux-Lagny perd la boussole

Rouen - Meaux-Lagny 24-3

ROUEN - MEAUX-LAGNY : 24-3 (8-3).

Rouen. Deux essais : Varnier (40e), Thomas (76e) ; une transformation : Couder (77e) ; quatre pénalités : Couder (20e, 45e, 52e, 69e).

Meaux-Lagny. Une pénalité : By (3e).

IL Y AVAIT là une belle occasion de remonter vers la partie haute du classement. Au lieu de ça, Meaux-Lagny s’est enfoncé un peu plus dans le doute. Vraiment dommage. Meaux-Lagny disposait vraiment là d’une occasion en or pour compenser de suite sa défaite concédée à domicile le dimanche précédent contre Orléans.

Au lieu de cela, les Seine-et-Marnais se sont lourdement inclinés à Rouen, qui n’avait encore remporté aucun match. « Ça c’est très mal passé, déplore Jean Miss, l’entraîneur. On a joué notre plus mauvais match. En plus, on y a laissé des plumes, puisque Mebarka et Ménétré se sont fait expulser. La sanction était sévère, mais le comportement était aussi inadmissible. » Deux expulsions, auxquelles viennent s’ajouter plus deux blessés : voilà qui commence à faire beaucoup. « Blond s’est tordu le genou et Guranescu s’est ouvert la paupière. Lui, au moins, pourra sans doute jouer dimanche prochain. » Ce qui n’est probablement pas le cas du premier cité.

Voilà un déplacement qu’il faut oublier même s’il avait bien commencé. « On a oublié de jouer, on s’est désunis » Les Seine-et-Marnais ouvrent en effet le score sur une pénalité de By (0-3, 3e). Mais la situation se dégrade vite. « On a produit un mauvais jeu au pied, explique Miss. On a raté des pénalités faciles, et puis on a oublié de jouer, on s’est désunis. On a fait des bêtises et donné des coups de poing à deux francs. » Résultat : Rouen égalise sur pénalité, dirige le jeu et inscrit un essai juste avant la pause (8-3).

Au retour des vestiaires, Meaux-Lagny n’a plus du tout la tête au jeu et ouvre la boîte à gifles. Et ce qui doit arriver finit par arriver. En fin de match, Ménétré lâche un coup de poing et Mebarka conteste une décision de l’arbitre. Résultat : deux cartons rouges. Entre-temps, Rouen passe trois pénalités. Supérieurs numériquement, ils n’ont aucun mal à conclure sur un essai transformé (24-3). Un match à oublier très vite.

« Je ne comprends pas encore ce qui s’est passé, avoue Jean Miss. Peut-être les joueurs ont-ils eu tendance à mépriser leur adversaire. Si c’est le cas, c’est que j’ai fait une erreur quelque part. On en causera à l’entraînement, car les joueurs doivent comprendre qu’on est une toute petite équipe. » Une leçon à méditer pour éviter de nouvelles déconvenues.

D.L.


Meaux-Lagny brûlé vif à Rouen (« La Marne » - 25 octobre 2001)

Battu sévèrement contre toute attente (3-24)

Meaux-Lagny brûlé vif à Rouen

Quelle claque face à Une « petite » équipe !

 - JPEG - 285 ko
2001-10-25 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Meaux-Lagny voulait effacer la déconvenue d’Orléans. Le déplacement à Rouen était une occasion formidable pour relever le pari. Sans être un foudre de guerre, l’adversaire du jour, était une proie idéale pour se faire les dents et ramener des points. A part les points de suture, deux cartons jaunes, deux autres rouges et deux blessés, Meaux a récolté mais est reparti la tête basse de ce déplacement lamentable :

« On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes, mais avant, je reconnais volontiers que j’ai ma part de responsabilité et que je m’associe pleinement dans cette débâcle » souligne beau joueur Jean Miss : « Je n’ai pas réussi à les mettre en garde et sans tout remettre en question, je suis très insatisfait du comportement du groupe. Nous avons présenté notre plus mauvais visage de la saison »

Malgré une bonne entame de match, la mécanique va se dérégler en peu de temps : « Nous avons perdu les pédales. Nous n’avons pas joué du tout. Une vrai bande de gamins qui a passé son temps à des chamailleries. »

 - JPEG - 152.3 ko
2001-10-25 - La Marne

Gagner dimanche contre Joué

A 8-3 pour Rouen à la pause, il n’y a pourtant pas le feu mais Rouen va allumer le bûcher. Meaux-Lagny baisse la tête, ouvre la boîte à gifles et se fait prendre par la patrouille. Un coup de poing et une contestation inutile font que les visiteurs se retrouvent en quatre minutes à 13. Thomas en profite pour planter le deuxième essai et le R.M.L. peut repartir avec une valise pleine... de regrets. « C’est une défaite qui fait mal car il y a maintenant un regroupement avec 7 équipes en 2 points. Nous ne sommes plus bien du tout et ayant perdu pas mal de monde dimanche, il n’y a plus beaucoup de possibilités de choix pour la réception dimanche de Joué. »

Dans ce contexte difficile il va falloir gagner à tout pris à Lagny. Cela devient une certitude.

P.P.

Rouen bat Meaux-Lagny 24-3 (8-3) 1 pénalité de By contre 2 essais, 1 transformation et 4 pénalités pour Rouen.

Cartons rouges à Mébarka et Ménétré.

Résultats

Classement

Rouen-RML 77 : 24-3

Suresnes-Bobigny : 12-8

Nantes-Vierzon : 13-12

Viry-St-Nazaire : 15-15

Vannes-Evreux : 12-63

Orléans-Joué : 21-7

1 . Orléans : 15

2. Vannes : 14

3. Nantes : 13

4. St-Nazaire : 12

5. Bobigny : 11

6. Vierzon, Joué : 9

8. Viry, RML 77 : 8

10. Rouen, Suresnes, Viry : 7.


Meaux-Lagny en danger (« Le Parisien » - 27 octobre 2001)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny en danger

MEAUX-LAGNY - JOUE-LES-TOURS, demain (15 heures), stade du Fort-du-Bois à Lagny.

Meaux-Lagny : Loffel, Dinu, Kouzmine, Sabathé, Roulph, Froment, Mezair, Morato, Guranescu, Ducrot, Jamain, Moreau, Esteban, By, Villanueva, Audebert (?), Dabadie, Jacquet (?), Châtenet, Schott, Crouxinoux. Entr. : Miss et Baron.

ÇA SENT le roussi. Meaux-Lagny a tout intérêt à ne pas concéder une deuxième défaite à domicile, demain au stade de Lagny. Les hommes de Jean Miss et de Jean-Claude Bosc pointent au neuvième rang, avec seulement deux points de plus que les trois derniers. Il s’agit donc de damer le pion à Joué-les-Tours et de tirer un trait sur le triste épisode de dimanche dernier à Rouen.

L’ennui, c’est que l’équipe y a laissé quelques plumes. Elle présente désormais trois joueurs suspendus (Ménétré, Perrin et Mebarka) et cinq blessés (Maïau, Blond et Rosell hors service, Jacquet et Audebert incertains). « Sur le papier, cela donne une image d’une équipe de voyous, déplore Jean Miss. Or, ce n’est pas le cas. Si les expulsés étaient sanctionnables, le choix du carton rouge était sévère. Il faut relativiser, d’autant qu’à Rouen, il y a eu deux poids et deux mesures. Cela dit, je suis très mécontent du comportement des joueurs dans ce match et je m’estime au moins autant responsable qu’eux. »

Meaux-Lagny doit donc tourner la page. « J’espère qu’on montrera qu’on a de l’amour propre, reprend Miss. Ou on présentera un autre visage, ou ce sera grave. Mais j’ai pleine confiance en mes joueurs et je compte sur eux pour prouver au public qu’ils ne sont pas des voyous, mais qu’ils produisent du jeu. »

Les autres matchs de la poule 1 (6e journée) : Vannes - Vierzon ; Nantes - Viry-Châtillon ; Saint-Nazaire - Orléans ; Bobigny - Evreux ; Rouen - Suresnes.


Meaux-Lagny reprend confiance (« Le Parisien » - 29 octobre 2001)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny reprend confiance

MEAUX-LAGNY - JOUE-LES-TOURS : 25-16 (18-13).

Meaux-Lagny. Trois essais : Kouzmine (13e) ; Audebert (28e), Dinu (59e) ; une transformation : Esteban (28e, 59e) ; deux pénalités : Esteban (30e, 35e).

Joué-lès-Tours. Un essai (44e) ; une transformation (44e) ; trois pénalités (5e, 32e, 69e).

QU’ELLE VAUT CHÈRE cette victoire ! Meaux-Lagny vient de s’éviter pas mal de soucis en s’imposant contre Joué-lès-Tours, hier au stade de Lagny. Une deuxième défaite et un nul à domicile, et le moral des troupes en aurait certainement pris un gros coup. Heureusement, les hommes de Jean Miss et Jean-Claude Bosc ont su redresser la barre à temps. « La victoire n’est pas nette, observe Jean Miss. On a été déficient au jeu au pied et on n’a pas su se mettre à l’abri. Mais le principal, c’est d’avoir gagné. Le groupe a retrouvé son état d’esprit. On a prouvé que le match de Rouen (NDLR : dimanche dernier) n’était qu’un dérapage. »

Joué-lès-Tours ouvre le score sur pénalité (0-3, 5e), mais Kouzmine offre un premier essai à Meaux-Lagny moins de dix minutes plus tard (5-3, 13e). Les Seine-et-Marnais se donnent encore un peu d’air sur un essai d’Audebert, transformé par Esteban (12-3, 28e). Le botteur manque malheureusement deux pénalités, et c’est Joué-lès-Tours qui revient (12-6, 30e). Il passe tout de même les deux suivantes (18-6, 35e), mais les visiteurs réduisent l’écart sur un essai transformé, pendant le temps résiduel de la première période (18-13, 44e). Dinu relance Meaux-Lagny avec un nouvel essai transformé par Esteban (25-13, 59e). Joué-lès-Tours ne trouve plus qu’une pénalité à se mettre sous la dent (25-16, 69e). « Les joueurs ont eu un comportement exemplaire, reprend l’entraîneur. Maintenant, nous allons préparer avec autant de sérieux le prochain match. » Ce sera dimanche prochain, à Suresnes. Une autre paire de manches.

D.L.


Et le tour est Joué... (« La Marne » - 1er novembre 2001)

L’entente Meaux-Lagny gagne et efface la déception de la semaine passée (25-16)

Et le tour est Joué...

 - JPEG - 376.4 ko
2001-11-01 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Meaux-Lagny avait besoin d’effacer la claque prise à Rouen... Pari gagné.

A domicile, devant son public, Meaux-Lagny voulait à tout prix oublier la piètre prestation de la semaine passée. L’important était tout à la fois de participer, de jouer et de gagner. Pari tenu, pari gagné pour une équipe qui a su relever la tête à une période où ça commençait sérieusement à sentir la poudre.

Dans les bas fonds du classement, Meaux-Lagny devait impérativement se payer un bol d’air en l’emportant devant Joué-Les-Tours.

Dimanche, ce sont 15 joueurs gonflés à bloc qui ont foulé la pelouse du stade municipal. « On a fait une entame de match plus rigoureuse, on a entendu personne et c’est ce qu’il faut. Le match contre Rouen était un faux-pas et il fallait le prouver aujourd’hui. »

 - JPEG - 145.3 ko
2001-11-01 - La Marne

Vigilance et rigueur

Et les hommes du duo Jean Miss-Jean-Claude Bosc ont effectivement prouvé qu’ils avaient les moyens de faire plier leurs adversaires. Des adversaires qui ont pourtant ouvert le score à la 5e minute par Delalande sur une pénalité.

Meaux-Lagny a aussitôt pressé Joué-les-Tours obtenant à son tour une pénalité non transformée par le capitaine Esteban. Et l’enjeu a du peser dans la balance car le même Esteban manquait Ia transformation de l’essai marqué par Kouzmine à la 13e minute.

Mais il en fallait visiblement plus aux locaux pour enrayer la machine. Ils creusaient même l’écart par un second essai signé Audebert (28e). A la pause, Meaux-Lagny menait à la marque (18-13).

Une domination qui allait se vérifier sur le terrain en seconde période malgré un jeu hâché où les mêlées furent largement à l’honneur. Mais le message distillé à la mi-temps par Miss et Bosc avait été reçu 5 sur 5.

Plus conquérants, plus vigilants et très collectifs, les locaux allaient même marquer un troisième essai par le biais de l’expérimenté Dinu (59e) alors que Joué-les-Tours doutait, manquant même une pénalité facile.

Restaient aux joueurs de Meaux-Lagny de maintenir la pression jusqu’au coup de sifflet final. Un coup de sifflet libérateur pour des locaux qui retrouvaient enfin le sourire.

 - JPEG - 106.3 ko
2001-11-01 - La Marne

« Mais cela n’efface pas les lacunes »

« C’est comme ça qu’on doit se préparer, il ne fallait pas baisser de rythme et on ne l’a pas fait. La grosse engueulade de vendredi et notre préparation plus sévère, plus rigoureuse a payé. Et pourtant c’était pas facile face une équipe qui jouait systématiquement les hors-jeu, ils ont verrouillé notre collectif mais on a quand même réussi de super enchaînements. On revient au classement, c’est bien, surtout avant d’affronter Suresnes dimanche prochain. Il nous faudra suivre la même préparation. Mais attention, une victoire n’efface pas toutes les lacunes et elles sont nombreuses. On n’est pas une grosse équipe et on a tout à prouver. Maintenant, on n’est pas non plus à l’image des cartons qu’on a reçu, Meaux-Lagny n’est pas une equipe violente. »

La victoire aredonné le sourire à Jean Miss sans pour autant lui faire perdre la tête. Une tête qui chez les sportifs est aussi importante que le physique. « Le mental, c’est au moins 70 % de la réussite » expliquait Jean-Claude Bosc à l’issue de la rencontre. Dimanche, les locaux ont gagné avec la tête et les jambes mais aussi avec le cœur.

Carine BABEC

 - JPEG - 79.5 ko
2001-11-01 - La Marne

Meaux-Lagny bat Joué-LesTours : 25-16 (18-13)

Meaux-Lagny : 3 essais de Kouzmine, Audebert, Dinu (Meaux-Lagny), 2 transformations d’Esteban, 1 pénalité et 1 drop d’Esteban

Meaux-Lagny : Loffel, Dinu, Kouzmine, Froment, Roulph, Morato, Guranescu, Mezair, Jamain, Esteban, Chatenet, Audebert, Dabadie, Villanueva, Crouxinoux, Zanatta, Sabathe, Antunes, Ducrot, By, Moreau, Schott.

Joué-Les-Tours : 1 essai de Leroy (Joué), 3 pénalités de Delalande (Joué).

Arbitre : Sylvain Rabut (comité de Bourgogne)

Victoire de la réserve : 22-0

Classement

RML 77-Joué 25-16 ; Orléans-St-Nazaire 10-6 ; Nantes-Viry 32-19 ; Suresnes-Rouen 25-20 ; Vannes-Vierzon 11-9 ; Bobigny-Evreux 59-0.

1. Orléans 18 ; 2. Vannes 17 ; 3. Nantes 17 ; 4. Bobigny 14 ; 5. St-Nazaire 13 ; 6. RML 77 11 ; 7. Vierzon, Joué, Suresnes 10 ; 10. Viry 9 ; 11. Rouen, Evreux 8.


Meaux-Lagny craque sur la fin (« Le Parisien » - 6 novembre 2001)

Rugby, 2 Division/ Un défi physique fatiguant

Meaux-Lagny craque sur la fin

Suresnes - Meaux-Lagny 20-13

SURESNES - MEAUX-LAGNY : 20-13 (12-6).

Suresnes. Trois essais : Rio (11e), Faik (22e), Petit (78e) ; une transformation : Darrigate (11e) ; une pénalité : Baratchart (63e).

Meaux-Lagny. Un essai : Audebert (50e) ; une transformation : Esteban (50e) ; deux pénalités : Esteban (14e, 27e).

MEAUX-LAGNY espérait se mettre à l’abri pour l’hiver en allant gagner à Suresnes. Les Seine-et-Marnais ne sont pas passés à côté de leur match, mais ils ont cédé en fin de rencontre. Dommage. La situation n’est pas désespérée, mais il va falloir ramer dans un championnat extrêmement serré. Meaux-Lagny pointe au septième rang, mais ne compte qu’un point de plus que le premier relégable, Vierzon (10e), et un seul point de retard sur le dernier qualifiable... Suresnes (6e).

Les locaux ouvrent le score sur un essai transformé (7-0, 11e). Meaux-Lagny mise sur son pack pour se créer une brèche, mais Suresnes défend bien. Esteban réduit la marque sur pénalité (7-3, 14e), mais les locaux, qui ouvrent plus le jeu, atteignent une nouvelle fois l’en-but (12-3, 22e). Esteban passe une deuxième pénalité avant la pause (12-6, 27e), et Audebert offre enfin un essai à Meaux-Lagny, qui prend les commandes (12-13, 50e). Les locaux réduiront malheureusement ses espoirs à zéro. Les Seine-et-Marnais se fatiguent en imposant jusqu’au bout un défi physique consistant mais stérile. Au contraire de Suresnes qui s’offre une dernière pénalité (15-13, 63e) et un troisième essai (20-13, 78e).

Meaux-Lagny dispose désormais de deux semaines pour préparer des rendez-vous très difficiles. Notamment les deux prochaines réceptions : Saint-Nazaire (18 novembre) et Nantes (9 décembre).

D.L.


Suresnes au pied de la lettre (« La Marne » - 8 novembre 2001)

Suresnes au pied de la lettre

Défaite certes, mais plus grave, l’infirmerie est pleine

 - JPEG - 341 ko
2001-11-08 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

C’est l’automne, les feuilles mortes se ramassent à la pelle. Les joueurs de Meaux-Lagny aussi. Certes, on ne peut parler d’hécatombe car il n’y a « que » 11 titulaires au tapis, mais le « toubib » Jean Miss, devenu simple infirmier par la force des choses commence à s’inquiéter.

C’est un véritable remake de « Urgences » le téléfilm d’action qui se joue actuellement : « Nous venons de perdre Jamin, victime dans le jeu et sans brutalité d’une double fracture du nez ». Un coup de tête involontaire qui allonge encore une liste déjà longue.

Très diminués, les visiteurs vont maîtriser le jeu devant mais hélas, vont se faire manoeuvrer par, un jeu au pied de Suresnes fort tactique : « Ils nous ont maintenus sans cesse dans notre camp » soupire. l’entraîneur et ce qui devait arriver arriva avec deux grosses fautes de défense. L’addition était salée : « Nous avons fait des mauvais choix et surtout, à force de bien faire, nous avons précipité nos actions ». A ce niveau là, le contre a été fatal. Le compte est bon clamait Suresnes qui a mérité sa victoire en jouant parfaitement le coup.

 - JPEG - 134.8 ko
2001-11-08 - La Marne

Repos dimanche mais...

Meaux-Lagny, loin d’être dominé n’a pas réussi toutefois à peser sur le jeu à l’image de Dinu, impérial, le dimanche précédent et qui n’a pas réussi à emballer le match. Autre point faible avec le secteur de la touche où les visiteurs ont redonné bon nombre de ballons à des locaux qui ont apprécié le cadeau en continuant à jouer au pied.

La défaite va-t-elle laisser quelques traces ? « Non, car on perd de peu et sans chercher d’excuses, il manquait beaucoup de monde sur le pré. Le repos de dimanche va être nécessaire pour beaucoup. C’est certain, il faut attendre que les joueurs reviennent mais la situation n’est pas grave. L’important, c’est d’assurer le coup à domicile et ce, dès la semaine prochaine à St-Nazaire ».

A trois points derrière son futur adversaire, RML doit effectivement enfiler le bleu de chauffe pour ce match qui ne sera pas capital, mais très important. Il reste tout de même 15 matches à disputer. Une éternité ? Attention, toutefois car le calendrier qui arrive n’est pas favorable aux hommes de Miss-Bosc.

P.P.

Réserve : Suresnes-RML : 6-13.

Première : Suresnes-RML : 20-13

RML : 1 essai Audebert (50e), 2 pénalités et 1 transformation de Esteban.

Suresnes : 3 essais (11e, 22e, 78e).

Classement

Suresnnes/RML 77 20-13 ; Viry Châtillon/Vannes 12-6 ; Orléans/Nantes 34-17 ; Joué-Ies-Tours/Saint-Nazaire 15-15 ; Bobigny 93/Vierzon 36-15 ; Evreux-Rouen 15-8.

1. Orléans 21 ; 2. Vannes 18 ; 3. Bobigny 93, Nantes 17 ; 5. Saint-Nazaie 15 ; 6. Suresnes 13 ; 7. RML 77, Viry Châtillon, Joué-les-Tours 12 ; 10. Vierzon, Evreux 11 ; 12. Rouen 9.


Jean Miss : « Nous avons du retard » (« Le Parisien » - 16 novembre 2001)

RUGBY, 2 DIVISION : MEAUX-LAGNY.

Jean Miss : « Nous avons du retard »

Après la mini-trêve, Meaux-Lagny occupe une position délicate en milieu de classement. L’entraîneur Jean Miss fait le point sur son équipe avant les quatre derniers matchs aller.

JEAN MISS s’est vu confier à l’intersaison la direction de la nouvelle entente des seniors de Meaux et Lagny avec Jean-Claude Bosc. Une mission délicate qui commence dès dimanche avec la réception d’un des gros bras de la poule, Saint-Nazaire.

Qu’avez-vous fait pendant la mini-trêve qui s’achève ?

Jean Miss. Rien de particulier. Nous nous sommes entraînés normalement. Nous nous sommes reposés dimanche dernier, mais nous avons fait une séance supplémentaire cette semaine. Le moral va bien, même si on sait qu’on est passé à côté à Suresnes. Maintenant, on va jouer des gros morceaux et il va falloir assurer.

Vous êtes en milieu de tableau, à un point de la dernière équipe qualifiable, Suresnes, et de la première équipe relégable, Vierzon. Aujourd’hui, l’objectif, c’est la qualification ou le maintien ?

L’objectif affiché du club est clair. C’est la qualification. Maintenant, je préfère ne pas tirer de plan sur la comète et prendre les matchs les uns après les autres. On se tient dans un mouchoir de poche. Un dimanche sur l’autre, selon le résultat, on peut se trouver en milieu ou en bas de tableau. L’équipe compte de nombreux absents, blessés ou expulsés.

Verrez-vous un jour le bout du tunnel ?

Bien sûr ! On ne peut pas avoir tout le temps la scoumoune. Aujourd’hui, on est loin d’avoir notre meilleur groupe. Il y a beaucoup de joueurs sur le carreau, et à des postes clés. Le collectif est bouleversé. Il faut jouer avec les tripes et le coeur en attendant des jours meilleurs.

Où en sont les absents ?

Du côté des blessés, Maïau, Blond, Rosell, Jamain, Jacquet sont toujours blessés. Il faut y ajouter Froment, Morato et Crouxinoux. Dabadie et Audebert vont mieux. Nous récupérerons ce dimanche Ménétré et Mébarka qui ont purgé leur suspension. Perrin aura le droit de jouer contre Evreux (NDLR : le 2 décembre).

En début de saison, vous avez privilégié les solutions les plus rapidement efficaces. Maintenant, arrivez-vous à travailler sur le long terme ?

Le collectif commence à s’asseoir mais nous avons du retard, et il va nous suivre pendant un bout de temps. Bâtir un collectif, cela représente des mois et des mois d’entraînement. Nous faisons le maximum pour préparer chaque match et, après, nous nous remettons à chaque fois en question.

A ce jour, quelles sont vos forces et vos faiblesses ?

Il est impossible de faire le point maintenant. On a pas mal de blessés et le collectif n’est pas rodé. Ce que je peux dire, c’est qu’on a un bon groupe, plutôt fort, mais qui n’a pas encore eu le temps de s’exprimer.

Vous abordez des matchs délicats avant la trêve, surtout les réceptions de Saint-Nazaire dimanche et de Nantes deux semaines plus tard. Pensez-vous passer ce cap sans encombre ?

Je suis optimiste et motivé pour faire avancer le groupe. Si l’entraîneur baisse les bras C’est vrai, les trois prochains matchs sont durs. Mais il faut aussi voir qu’en fin de saison, ce sera peut-être un avantage de recevoir Evreux et Vierzon dans un championnat généralement très serré.

Aller gagner à Evreux, c’est une obligation ?

Pas forcément. Je dirais plutôt qu’on est obligé de battre Saint-Nazaire à la maison dimanche. Après, on verra.

Propos recueillis par David Louhaut


Meaux-Lagny au pied du mur (« Le Parisien » - 17 novembre 2001)

Rugby, Deuxième Division

Meaux-Lagny au pied du mur

MEAUX-LAGNY - SAINT-NAZAIRE, demain (15 heures), stade Georges-Tauziet à Meaux.

Meaux-Lagny : Loffel, Sabathé, Kouzmine, Garrabé, Roulph, Ménétré, Mezair, Morato (?), Guranescu, Zanetta, Moreau, Resouf, Antunes, Mebarka, Esteban, By, Villanueva, Audebert, Dabadie, Châtenet, Schott, Crouxinoux (?). Entr. : Miss et Baron.

MEAUX-LAGNY aborde l’une des périodes les plus critiques de la saison. La façon dont les Seine-et-Marnais passeront le cap des quatre matchs aller restants pourrait déterminer l’orientation des matchs retour : course à la qualification ou au maintien.

Celui de demain, à domicile contre Saint-Nazaire, est capital. Une défaite les obligerait à s’imposer dans la foulée à Evreux, d’autant qu’au match suivant ils recevront Nantes, grosse cylindrée de la poule qui a manqué de peu la montée la saison dernière. Meaux-Lagny campe à la septième place à un point de Suresnes, dernier qualifiable, mais aussi à un point de Vierzon et Evreux, relégables selon le classement actuel. Un classement très susceptible d’évoluer, compte tenu du faible écart séparant les équipes comprises entre le milieu et le bas du tableau. Aux joueurs de faire pencher la balance du bon côté, et le plus vite possible.

Jean Miss, entraîneur avec Jean-Claude Bosc, refuse pour le moment de sortir sa calculette : « Nous prenons les matchs les uns après les autres en donnant le maximum à chaque fois. La victoire est impérative contre Saint-Nazaire. On va s’y employer. » Avec les moyens actuels, transférés pour bonne part du côté de l’infirmerie. Dans un tel contexte, le retour de Ménétré et Mébarka, qui ont enfin purgé leurs matchs de suspension, tombe à point nommé.

Les autres matchs (8e journée), demain 15 heures : Vannes - Orléans ; Nantes - Joué-lès-Tours ; Bobigny - Viry-Châtillon ; Rouen - Vierzon ; Suresnes - Evreux.

D.L.


Attention, il y a danger (« Le Parisien » - 20 novembre 2001)

Rugby, 2 Division/

Attention, il y a danger

Meaux-Lagny - Saint-Nazaire 19-27

MEAUX-LAGNY - SAINT-NAZAIRE : 19-27 (6-18). Spectateurs : 200 environ. Arbitre : M. Sigu (Alsace-Lorraine).

Meaux-Lagny. Un essai : Mebarka (80e) ; une transformation : By (80e) ; quatre pénalités : By (7e, 37e, 45e, 72e). Entr. : Miss et Bosc.

Saint-Nazaire. Deux essais : Maurin (17e), collectif (34e) ; une transformation : Maurin (34e) ; cinq pénalités : Maurin (11e, 16e, 60e, 67e, 76e).

En réserve, Meaux-Lagny - Saint-Nazaire : 49-6.

TRISTE JOURNÉE. Meaux-Lagny est passé à côté de son match, dimanche au stade Tauziet à Meaux. Une victoire sur Saint-Nazaire aurait pourtant bien arrangé ses affaires avant d’aborder une série de matchs autrement plus compliqués. « On a manqué d’envie, déplore Jean Miss, l’entraîneur. Les joueurs ont eu peur de plaquer, de se blesser. On a été inefficaces dans le lancement de jeu et très mauvais défensivement. On n’a pas montré grand-chose. » Saint-Nazaire non plus, d’ailleurs, mais un peu plus de réalisme aux moments clés lui a suffi.

Meaux-Lagny entame plutôt bien la rencontre et ouvre le score sur une pénalité de By, le seul botteur du jour (3-0, 7e). Saint-Nazaire réplique deux fois (3-6, 16e), passe à l’offensive et s’offre le premier essai du match (3-11, 17e). Les visiteurs prennent le large par un essai de leur pack (3-18, 34e). Meaux-Lagny réduit un peu la marque sur deux pénalités, avant et après la pause (9-18, 45e), mais Saint-Nazaire s’échappe à nouveau (9-24, 67e). Le match des pénalités se poursuit (12-27, 76e). Meaux-Lagny a perdu, mais, pour son retour, Mebarka sauve l’honneur en inscrivant le seul essai seine-et-marnais à la fin du temps réglementaire (19-27, 80e).

La pause de dimanche prochain tombe à point nommé. Meaux-Lagny a deux semaines pour préparer son prochain match, le 2 décembre, à Evreux. Un match que les Seine-et-Marnais devront gagner s’ils ne veulent pas basculer dans la zone des relégables. Pour le moment, ils ont encore un point d’avance sur les trois derniers, Vierzon, Rouen et leur prochain adversaire. C’est beaucoup et c’est très peu à la fois.

David Louhaut


Saint-Nazaire : le pont des sourires (« La Marne » - 22 novembre 2001)

Meaux-Lagny coulé (19-27)

 - JPEG - 307 ko
2001-11-22 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Saint-Nazaire : le pont des sourires

Le signal d’alarme doit être tiré. Au plus vite !

Jean-Claude Bosc avait la tête des mauvais jours en regagnant les vestiaires. Perdu dans un semblant d’analyse, l’entraîneur était visiblement plus choqué que déçu de cette parodie de rugby. Dans le vestiaire voisin, Jean Miss, son collègue avait lui aussi l’esprit embrumé mais la colère sourde montait : « Comment peut-on jouer ainsi ? Rien ne va car l’envie n’est plus là » Derrière les mots, retenus avec une certaine sagesse, perce déjà quelques petits problèmes qui pourraient vite pourrir l’atmosphère si un état de crise ne se réunit pas au plus vite.

Les rois du gaspillage

Soyons clairs pour être compris. Meaux-Lagny a été en dessous de tout face au promu St Nazaire. Balayons de suite les clichés faciles car les visiteurs possèdent une belle équipe solide devant, solidaire et entreprenante. Suffisant pour refaire le court handicap de la première pénalité de By (3-0) Après, rideau complet pour des locaux qui commencent leur sieste. En 16 minutes, St-Nazaire a mis la main sur le match par Maurin auteur du premier essai (3-11).

Les bleus baissent alors la tête, gaspillent bon nombre de ballons, n’en prennent plus aucun en touche et jouent à l’envers. Une véritable leçon de rugby distillée par des visiteurs qui prennent le large suite à un nouvel essai (6-18 à la pause).

La « soufflante » de Jean Miss ne va pas trouver d’écho à la reprise. Le pied de By va trembler à deux reprises avant de connaître la réussite (9-18). Dans cette débâcle généralisée où plus rien ne semble tenir debout, Kouzmine, déjà sorti 10 minutes est convié à prendre sa douche avant les autres (65e) Un nouveau coup dur qui déstabilise un peu plus un paquet d’avants peu dominateurs, c’est le moins que l’on puisse dire.

 - JPEG - 155.4 ko
2001-11-22 - La Marne

Se remettre en cause

Comme dans du beurre, St Nazaire, ville de construction navale enfonce un peu plus la tête des Meldois qui prennent l’eau de toute part (12-27). Inexistants, amorphes et aussi peu concernés par les fondamentaux oubliés aux vestiaires, d’un seul coup d’un seul, Meaux-Lagny se met à jouer. Il reste 9 minutes. Un peu tard, certes mais on se contentera de cette modeste et fugitive éclaircie dans la grisaille. Un petit pétard mouillé en guise de bouquet final avec un essai de l’ opportuniste et dynamique Mebarka. Un essai qui aura échappé à certains spectateurs partis avant le coup de sifflet final. « On a joué 10 minutes, c’est tout » pestait J.C. Bosc. Oui, mais maintenant, il va falloir savoir pourquoi.

A un petit point des derniers, il est temps de réagir en se remettant en cause. Joueurs comme entraîneurs !

Pascal PIOPPI

Meaux-Lagny : Loffel, Garrabe, Kouzmine, Mezair, Roulph, Resouf, Zanetta, Guranescu, Moreau, By, Chatenet. Audebert, Dabadie, Villanueva, Esteban, Menetre, Sabathe, Autunes, Ducrot, Mebarka,
Crouxinoux, Jaquet, entr : Bosc et Miss.

Classement : 1. Orléans 22 pts, 2. Vannes 21 pts, 3. Bobigny, Nantes 20 pts. 5. St Nazaire 18 pts, 6. Suresnes 16 pts, 7. Meaux-Lagny, Joué, Viry 13 pts, 10. Vierzon, Rouen, Evreux 12 pts.


Jean Miss démis de ses fonctions (« Le Parisien » - 1er décembre 2001)

Rugby, 2 Division

Jean Miss démis de ses fonctions

Evreux - Meaux-Lagny

JEAN MISS n’est plus l’entraîneur responsable de l’équipe première de l’Entente Meaux-Lagny. Il a été démis, cette semaine, de ses fonctions. Il avait été désigné responsable de l’Entente des seniors de Meaux et de Lagny lors de la création du nouveau club l’été dernier. Son successeur s’appelle Jean-Philippe Barros. Il est arrivé après la constitution de l’Entente et prend la succession au côté de Jean-Claude Bosc, qui, lui, reste en place.

« Je suis à la fois déçu et en colère, lâche l’ex-entraîneur, amer. On m’a poussé vers la sortie. Des joueurs issus de l’ancienne équipe de Meaux sont allés voir les présidents, pour leur dire qu’ils quitteraient le club si je ne partais pas. Ils ont prétendu que les entraînements n’étaient pas bons. Alors que j’ai fait douze phases finales de suite avec mes clubs ! Ceci plaide pour moi. » Jean Miss a rencontré ses présidents en début de semaine. Ces derniers lui ont confirmé la sanction : « Le renvoi de Jean Miss est notre décision, assure Frédéric By, l’un des deux présidents. Pas celle des joueurs. Nous lui avons expliqué. Nous ne l’avons pas fait de gaieté de cœur. Ses qualités d’entraîneur ne sont pas du tout en cause. Il a d’ailleurs entraîné Lagny avec succès la saison dernière. Mais il nous a paru indispensable de changer la structure du club car le regroupement entre Meaux et Lagny, très récent, pose encore des problèmes. » Jean Miss, pour sa part, n’admet pas une décision prise, selon lui, « trop hâtivement » et qui « ne reflète pas l’avis de la majorité des joueurs. J’ai sans cesse gardé l’esprit neutre car j’ai toujours cru à cette entente ».

« Jean Miss était l’entraîneur principal, répond Frédéric By. On ne peut pas renvoyer tout le monde. On trouvera bientôt le bon équilibre. En milieu de semaine, nous aurons défini notre nouvelle organisation. » D’ici là, Meaux-Lagny doit essayer d’aller gagner dès demain à Evreux.

David Louhaut


Meaux-Lagny sort la tête de l’eau (« Le Parisien » - 4 décembre 2001)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny sort la tête de l’eau

EVREUX - MEAUX-LAGNY : 8-12 (3-6).

Evreux. Un essai : Martine (75e) ; une pénalité : Jourdaine (37e).

Meaux-Lagny. Quatre pénalités : Perrin (8e, 22e, 42e, 87e).

ON APPELLE CELA le choc psychologique. Quelques heures après le changement d’entraîneur, Meaux-Lagny est allé chercher une capitale victoire à Evreux. L’adversaire était sans doute à sa portée, mais l’éviction de Jean Miss au poste d’entraîneur laissait planer beaucoup d’interrogations sur les dispositions morales de l’équipe. Les Seine-et-Marnais s’en sont finalement bien tirés dans un match très indécis, où l’ouvreur Bruno Perrin a marqué tous les points.

Meaux-Lagny prend les devants grâce à deux pénalités (0-6, 22e). Les locaux réduisent la marque avant la pause (3-6, 37e), mais se font aussitôt distancer (3-9, 42e). Les avants d’Evreux ont beau pousser, rien n’y fait. Ils concluent tout de même un essai en fin de rencontre, mais la transformation ne passe pas et les Seine-et-Marnais conservent l’avantage (8-9, 75e). Perrin met un terme à la rencontre sur pénalité à la fin du temps additionnel (8-12, 87e).

Grâce à cette victoire, Meaux-Lagny s’offre une petite bouffée d’air frais. L’équipe reste septième, mais compte désormais trois points d’avance sur les trois relégables, Vierzon, Rouen et Evreux... et trois points de retard sur le dernier qualifiable, Suresnes. Le plus dur reste à faire : confirmer dimanche prochain à la maison contre Nantes, l’une des équipes les plus fortes du groupe. Le parcours du combattant ne fait que commencer.


Meaux-Lagny invite un ogre (« Le Parisien » - 8 décembre 2001)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny invite un ogre

MEAUX-LAGNY - NANTES, demain (15 heures), stade du Fort-du-Bois à Lagny.

Meaux-Lagny : Ménétré, Garrabé, Zanatta, Roulph, Froment, Morato, Guranescu, Resouph, Berruyer, Kuzmin, Gérodolle, Mezair, Mebarka, Perrin, Châtenet, Audebert, Villanueva, Faultier, Crouxinoux, Moreau, By, Dabadie. Entr. : Barros et Bosc.

GROSSE RÉCEPTION, demain au stade du Fort-du-Bois. Meaux-Lagny est allé chercher trois points précieux à Rouen dimanche dernier, mais c’est un tout autre match qui attend les Seine-et-Marnais. Car Nantes, c’est du solide. Un collectif imposant, des moyens et des ambitions. Bref, un candidat à la montée solidement implanté dans le peloton des équipes qualifiables, à la quatrième place, pour la phase finale.

De son côté, Meaux-Lagny balance encore entre les zones de qualification et de relégation. « On est exactement à mi-chemin entre les deux, précise Jean-Claude Bosc, le coentraîneur avec le nouveau Jean-Philippe Barros, le successeur de Jean Miss. Si on pouvait accrocher Nantes, ce serait bien. Et c’est possible. » Possible, mais difficile. « Face aux grosses équipes, la vaillance ne suffit pas. Il faut avoir quelque chose d’autre à proposer. Nous allons essayer de conserver la même organisation défensive et de jouer dès qu’on le pourra. On a les bases, aux joueurs de concrétiser. » La dernière victoire à Rouen a regonflé le moral des troupes. « On n’a pas pu développer notre jeu car le terrain était très boueux. Mais il y avait plus d’envie. Pourvu que ça dure. » L’équipe qui recevra Nantes sera quasiment la même. A noter le retour de blessure de Leonid Kuzmin.

Les autres matchs (10e journée). Demain (15 heures) : Vannes - Saint-Nazaire ; Bobigny - Joué-lès-Tours ; Rouen - Orléans ; Suresnes - Viry-Châtillon ; Evreux - Vierzon.


Meaux-Lagny tombe sur plus fort (« Le Parisien » - 11 décembre 2001)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny tombe sur plus fort

Meaux-Lagny - Nantes 16-27

MEAUX-LAGNY - NANTES : 16-27 (5-20). Spectateurs : 200. Arbitre : M. Poulalier (Bourgogne).

Meaux-Lagny. Deux essais : Dabadie (31e), Mebarka (71e) ; deux pénalités : By (45e, 74e).

Nantes. Deux essais : Denis (11e, 65e), Robin (23e), essai collectif (35e) ; une pénalité : Obigy (18e) ; une transformation : Obigy (23e, 65e).

COMME PRÉVU, Meaux-Lagny a eu fort à faire face à un des favoris pour la montée en Première Division. Malgré leur courage, les Seine-et-Marnais ont cédé les armes à la main (16-27). Une défaite dont ils ne doivent pas rougir. D’ailleurs, Jean-Philippe Barros, le nouveau co-entraîneur avec Jean-Claude Bosc, ne s’en montre pas trop déçu : « Ce match s’inscrit dans la lignée de celui que nous avons réalisé à Evreux (NDLR : victoire 12-8), explique-t-il. En Normandie, nous avions bien réagi face à un adversaire à notre portée. Aujourd’hui, je n’ai pas grand-chose à reprocher à mes joueurs. En face, il y avait une équipe d’un autre calibre. Et cela ne nous a pas facilité la tâche. »

Les Seine-et-Marnais entament la rencontre à bras-le-corps. Mais sur leur première incursion, les Nantais ouvrent le score par un superbe essai de Denis (0-5, 11e). Meaux-Lagny repart de plus belle à l’attaque mais Perrin rate une deuxième pénalité (15e). De leur côté, les Bretons et leur buteur Obigy ne se font pas prier (0-8, 18e). Cinq minutes plus tard, c’est au tour de Robin d’aplatir dans l’en-but adverse. L’addition se corse. Dabadie récompense enfin ses troupes (5-15, 31e). Mais c’est bien Nantes le plus fort et il le prouve avec son pack pour un troisième essai collectif (5-20, 35e).

A la pause, les carottes sont cuites. Malgré cela, les coéquipiers de Richard Audebert ne baissent pas les bras et offrent une superbe deuxième période. By remplace Perrin, dans un mauvais jour, dans le rôle de buteur et ramène le score d’une pénalité (8-20, 45e). Sur un nouveau contre, Denis marque son deuxième essai de la journée (8-27, 65e). Meaux-Lagny sauve l’honneur en fin de match grâce à un essai de Mebarka (71e) et une pénalité de By (74e).

« On a produit du jeu comme à Evreux, reprend Barros. Cette défaite, même si on ne peut s’en réjouir, est encourageante. A Vierzon, sur le terrain d’un concurrent direct pour le maintien, il faudra rééditer une telle prestation avec cette fois la victoire au bout. »

Frédéric Van de Ponseele


Jean-Philippe Barros : « Je veux apporter le succès » (« Le Parisien » - 13 décembre 2001)

RUGBY, 2 DIVISION : MEAUX-LAGNY.

Jean-Philippe Barros : « Je veux apporter le succès »

Depuis le départ de Jean Miss au début du mois, Jean-Philippe Barros est le nouvel entraîneur de Meaux-Lagny avec Jean-Claude Bosc. Après deux premières sorties, il évoque l’avenir de son équipe.

JEAN-PHILIPPE BARROS est, aux côtés de Jean-Claude Bosc, le nouvel entraîneur de l’équipe première de Meaux-Lagny. Il succède à ce poste à Jean Miss. Ancien entraîneur de Brie-Ozoir, il a pris une année sabbatique avant de retrouver le rugby en octobre dans le club issu de la fusion entre Meaux et Lagny. Un club dont il est aujourd’hui le patron. Entretien.

Comment êtes-vous arrivé à Meaux-Lagny ?

Jean-Philippe Barros. C’est Christian Vogel (NDLR : le coprésident du club) qui m’a appelé en octobre pour entraîner la réserve. Je trouvais intéressant de travailler à un niveau supérieur à celui que je pratiquais auparavant à Ozoir.

Vous voilà depuis promu entraîneur de la première

Je suis enchanté de vivre cette expérience. Le club a une structure intéressante et les joueurs ont du potentiel.

Que voulez-vous apporter à votre équipe ?

Le succès, tout en sachant que l’entraîneur n’en porte qu’une toute petite partie. Les joueurs font le plus gros du travail. Je veux apporter de la cohérence, simplifier le jeu et l’orienter vers plus de mouvement.

Que retenez-vous du match contre Nantes dimanche ?

Cette équipe nous était supérieure à tous les niveaux, mais ce match est plein de promesses. Menés 20 à 5, on n’a rien lâché. Les joueurs ont exploité leurs qualités et sont revenus à 27-16. Nous sommes capables de tirer notre épingle du jeu.

Ce n’est pas difficile de prendre la succession d’un entraîneur en cours de saison ?

Si, bien sûr. Je dois apprendre à bien connaître le groupe. En deux mois, je n’en ai pas eu le temps. Tout le monde peut donner son avis, mais je dois aussi faire passer ma conception du jeu en le transformant petit à petit. Cela demandera du temps. Je ne prétends pas être capable de résoudre tous les problèmes.

Quel est votre objectif : La qualification en phase finale ?

Je dois d’abord fédérer un groupe de joueurs. Il y a eu entente entre deux clubs et donc des façons de voir différentes. Mon avantage, c’est de ne venir d’aucun des clubs d’origine. D’ailleurs, je ne sais même pas qui a joué à Meaux ou à Lagny. On ne peut pas m’accuser de favoriser quiconque. En outre, j’ai déjà géré une fusion avec Brie-Ozoir.

Que vous a apporté votre expérience avec la réserve ?

J’ai découvert un groupe réceptif. Je ne vois pas pourquoi ça ne pourrait pas aussi marcher avec la première. Bien sûr, l’opposition est plus difficile. Mais avec de la chance, ça peut sourire.

Comment vous organisez-vous avec Jean-Claude Bosc ?

On prépare les entraînements ensemble. Nous avons repris le travail physique. Nous allons travailler notamment le soutien au porteur du ballon et la disponibilité pour le jeu, qui ne sont pas encore au point aujourd’hui.

Comment voyez-vous la suite de la saison ?

Le prochain match à Vierzon est à notre portée, mais janvier sera le mois de tous les dangers. On affrontera de grosses équipes, à commencer par Vannes. Nous devrons gérer chaque match au coup par coup tout en mettant le jeu en place.

Propos recueillis par David Louhaut


Nantes un bon ton au-dessus (« La Marne » - 13 décembre 2001)

Nantes un bon ton au-dessus

Défaite logique malgré un match courageux

 - JPEG - 234.3 ko
2001-12-13 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Après la victoire de la semaine passée à l’extérieur, on attendait Meaux-Lagny qui affrontait l’un des cadors de la poule. Malgré un courage de mise, les locaux ont déposé les armes face à une équipe qui a toujours respecté les fondamentaux et qui plus est, joue avec sa tête. Un jeu propre, limpide, orienté dans le bon sens, avec une organisation aussi simple que rationnelle.

En phase de reconstruction avec le changement d’entraîneur, les bleus ont montré un tempérament trempé mais en présentant un rugby un peu fou-fou, sans véritable liant. À ce petit jeu, les Nantais ont assuré leurs arrières et, sagement attendus pour accélérer puis ralentir la cadence. Voilà une bien belle équipe qui mérite sa place en N2.

0-15, mission impossible

Mais dans ce contexte haut de gamme, RML 77, malgré une faillite de son buteur Perrin en première période a tenté de répliquer avec ses moyens, en ce moment un brin limités. A 0-15 (23e), il est déjà évident que le match est plié mais les trois pénalités manquées de Perrin vont peser dans la balance, surtout après l’essai en coin de Dabadie (35e) Nantes repart de plus belle (20-5)

A la pause, Jean-Claude Bosc tente de rassurer ses troupes mais la supériorité nantaise va être un peu bouleversée par des locaux bien en place devant mais aussi plus maladroits derrière. Face à une grosse cylindrée, on ne peut se permettre de jouer à l’emporte pièce, car la facture se paye alors de suite (27-8) « Nous avons fait une bonne deuxième période et nos deux erreurs de relance et de placement nous ont été fatales » soulignait presque satisfait Jean-Claude Bosc qui reconnaissait volontiers la carence d’un jeu au pied défaillant.

 - JPEG - 141.9 ko
2001-12-13 - La Marne

Trouver la sérénité

C’est sûr, malgré les absences nombreuses, Meaux-Lagny peut tenir son rang en milieu de classement. Pour l’instant, il est évident que l’équipe du 77 ne peut hausser son volume de jeu. Il lui faut simplement appliquer au mieux les fondamentaux en attendant de retrouver une certaine forme de sérénité pour jouer libéré. Contre Nantes, la différence a été flagrante. Un véritable fossé qu’il va falloir combler tous ensemble.

Car ne soyons pas dupes, il faut aussi trouver un véritable terrain d’entente pour arriver à jouer ensemble avec les forces et aussi les faiblesses d’un groupe qui commence à mieux se connaître.

« Gagner à Vierzon dimanche »

Sur la touche, Jean Miss, l’ex-entraîneur remercié, constatait que le jeu ne s’était guère amélioré depuis son départ alors que le nouveau coach, préférait garder le silence en notant sur son carnet quelques remarques et conclure : « Il faut aller gagner à Vierzon dimanche » Une phrase courte, concise, mais qui devra être martelée lors des entraînements de la semaine.

Pascal PIOPPI

Résultats et classement

Meaux-Lagny-Nantes : 16-27

Evreux-Vierzon : 12-12

Bobigny-Joué : 29-0

Suresnes-Viry : 19-20

Vannes-St-Nazaire : 21-16

Rouen-Orléans : 26·26

1. Orléans 27 ; 2. Vannes 25 ; 3. Bobigny, Nantes 24 ; 5. St-Nazaire 22 ; 6. Suresnes 20 ; 7.Viry 19 ; 8. Meaux-Lagny, Joué 17 ; 10. Vierzon, Rouen, Evreux 14.


Meaux-Lagny veut passer l’hiver au chaud (« Le Parisien » - 15 décembre 2001)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny veut passer l’hiver au chaud

VIERZON - MEAUX-LAGNY, demain (15 heures).

Meaux-Lagny : Ménétré, Garrabé, Zanatta, Guranescu, Roulph, Mezair, Dinu, Resouf, Kuzmine, Sabathé, Froment, Gérodolle, Mebarka, By, Châtenet, Audebert, Villanueva, Foltier, Perrin, Moreau, Dabadie, Basile. Entr. : Barros et Bosc.

DERNIER RENDEZ-VOUS avant la trêve. Demain, à Vierzon, Meaux-Lagny va tout faire pour se mettre à l’abri pour l’hiver. Classés 8es , les Seine-et-Marnais ne comptent que deux points d’avance sur les locaux, antépénultièmes et premiers relégables. Une défaite mettrait les deux équipes à égalité. En concédant plus de quatre points, Meaux-Lagny passerait derrière au goal-average et rejoindrait la zone dangereuse. Pas bon avant les fêtes

En revanche, une petite victoire lui permettrait de reléguer un peu plus loin l’un de ses concurrents dans la course au maintien. « On va essayer de faire la même chose qu’à Evreux, annonce Jean-Claude Bosc, co-entraîneur avec Jean-Philippe Barros. Cela dit, gagner à Vierzon n’est pas chose facile. En vingt-cinq ans de rugby, je n’ai pas souvent vu cette équipe perdre à domicile. Et quand cela arrive, ce n’est jamais de beaucoup. En plus, elle est allée chercher le nul à Evreux dimanche dernier. »

Le résultat du match pourrait peser lourd sur la suite de la saison. Après la trêve, Meaux-Lagny enchaînera trois matchs difficiles : deux déplacements à Vannes et Viry-Châtillon, puis la réception de Bobigny. L’équipe a fait preuve de cœur face à Nantes. Elle devra récidiver demain contre une équipe autrement plus accessible.

D.L.


Meaux-Lagny rentre dans le vif du sujet (« Le Parisien » - 12 janvier 2002)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny rentre dans le vif du sujet

Vannes - Meaux-Lagny

VANNES - MEAUX-LAGNY (aller 13-13), demain (15 heures).

Meaux-Lagny : Basile - Audebert, Jacquet, Châtenet, Foltier - Mebarka (m), By (o) - Gérodole, Morato, Dinu - Roulph, Guranescu - Ménétré, Garrabé, Zanatta. Remplaçants : Moreau, Villanueva, N’tema, Sabathé, Loffel, Kuzmine, Netti. Entr. : Barros et Bosc.

LES VACANCES sont terminées. Meaux-Lagny n’a plus joué en championnat depuis le 9 décembre, à domicile face à Nantes. Partie perdue malgré une honorable prestation. C’est donc plus d’un mois plus tard que les joueurs reprennent le collier, demain à Vannes. Une trêve prolongée de deux semaines puisque le dernier match aller, prévu le 16 décembre à Vierzon, a d’abord été remis à dimanche dernier, puis au 10 février prochain à cause du gel. Le temps s’est enfin radouci et les hommes de Jean-Philippe Barros et Jean-Claude Bosc vont retrouver le chemin des terrains. Et pas par le morceau le plus facile. Ce déplacement à Vannes s’annonce particulièrement compliqué face à une équipe confortablement installée dans le peloton des qualifiables. Les Bretons sont quatrièmes, à un point seulement des trois premiers ex aequo, Bobigny, Nantes et Orléans.

Meaux-Lagny est dans une situation nettement plus inconfortable, mais pas catastrophique. Compte tenu de son match en retard, sa neuvième place n’est peut-être que virtuelle dans la mesure où Joué-lès-Tours, huitième avec deux points de plus, a disputé toutes ses rencontres. Les résultats ne plaident donc pas en faveur des Seine-et-Marnais, qui par ailleurs effectuent un long déplacement. « On partira dimanche à 6 h 15, explique Jean-Claude Bosc. Ça va faire une bonne randonnée ! » La randonnée, les Vannetais l’avaient faite en ouverture du championnat. Ils étaient repartis avec le nul en poche. Meaux-Lagny aura sans doute du mal à lui rendre la pareille. Mais, après une si longue période d’arrêt, les Bretons n’auront peut-être pas récupéré tous leurs automatismes Une victoire serait évidemment bienvenue, d’autant que les Seine-et-Marnais enchaîneront avec un nouveau déplacement à Viry-Châtillon, juste avant la réception de Bobigny, un gros morceau, et le match retour à Vierzon.

Les autres matchs de la poule 1 (12e journée) : Nantes - Bobigny (aller 15-17) ; Saint-Nazaire - Rouen (26-23) ; Joué-lès-Tours - Suresnes (31-15) ; Orléans - Evreux (19-14) ; Viry - Vierzon (14-21).

David Louhaut


Meaux-Lagny tombe avec les honneurs (« Le Parisien » - 14 janvier 2002)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny tombe avec les honneurs

VANNES - MEAUX-LAGNY : 16-10 (13-0).

Vannes. Un essai (40e ) ; une transformation (40e ) ; trois pénalités (16e , 43e , 57e).

Meaux-Lagny. Un essai : Jacquet (63e) ; une transformation : By (63e) ; une pénalité : By (79e). Entr. : Barros et Bosc.

IL N’Y A PAS EU de miracle. Meaux-Lagny n’a pas réussi son difficile pari de s’imposer à Vannes, hier. Les Seine-et-Marnais n’ont pas démérité, mais la réussite n’était pas au rendez-vous. « On a été mené tout le temps, déplore Jean-Philippe Barros, l’entraîneur seine-et-marnais. On n’a pas bien défendu et on a eu des problèmes de conquête, surtout en touche. C’est dommage, car à part ça, on a joué un gros match. On a eu plusieurs occasions. » Les Bretons ouvrent le score sur pénalité (3-0, 16e) et concluent une première période stérile pour Meaux-Lagny par un essai transformé (10-0, 40e) et une nouvelle pénalité dans les arrêts de jeu (13-0). Meaux-Lagny, qui n’a pas conclu ses quelques occasions dangereuses dans les 22 mètres adverses, se mord les doigts. Après la pause, Vannes creuse l’écart sur une dernière pénalité (16-0, 57e). Le reste de la partie sera seine-et-marnais. Denis Jacquet, l’ex-hanballeur reconverti dans le rugby, inscrit les premiers points pour Meaux-Lagny sur un essai, transformé par Maxime By (16-7, 63e), qui conclut le match sur une pénalité (16-10, 79e). « On a pris le dessus physiquement en fin de match, explique Jean-Philippe Barros. On n’a pas démérité. Je pense qu’on a franchi une étape. »

Il faut le souhaiter, car l’avenir immédiat de Meaux-Lagny est semé d’embûches. A commencer par le déplacement dimanche à Viry-Châtillon, suivi de la réception de l’actuel leader, Bobigny (27 janvier), puis d’un voyage à Orléans, leader ex-aequo (3 février). Le match le plus accessible pour les Seine-et-Marnais est encore leur déplacement à Vierzon, lanterne rouge, déjà reportée à deux reprises (10 février). Il faudra aller chercher l’exploit au moins une fois avant cette date, sans quoi la fin de saison risque d’être difficile.

D.L.


Un déplacement court mais dangereux (« Le Parisien » - 19 janvier 2002)

Rugby, 2 Division.

Un déplacement court mais dangereux

VIRY-CHATILLON - MEAUX-LAGNY (aller 15-25), demain (15 heures), stade Eric-Durand.

Viry-Châtillon : Tatangelo, Alonso, Lelièvre - Bezard, Moignard - Mesror, Delannoy, Gehrig - (m) Georges - (o) Paraskiova - Bottone, Marc, Amina, Darraïdou - Bedat. Remplaçants : Cabirol, O. Boucheron, Depaule, Gallen. Entr. : Favarel et Saint-Lu.

Meaux-Lagny : (parmi) Ménétré, Garrabé, Zanatta, Roulph (?), Guranescu, Gérodole, Blond, Dinu, Mebarka, By, Audebert, Jacquet, Châtenet, Foltier, Basile, Moreau, Villanueva, N’tema, Sabathé, Loffel (?), Kuzmine, Netti. Entr. : Barros et Bosc.

MEAUX-LAGNY fait un petit pas de côté à l’ouest, demain, direction Viry-Châtillon. La réception risque d’être musclée. Les Essonniens, qui accueillaient Vierzon dimanche dernier, ont laissé filer une victoire qui leur tendait les bras. Chat échaudé craint l’eau froide : « On ne fera pas la même erreur contre Meaux-Lagny », déclarait en fin de match Alain Favarel, leur coentraîneur. Les hommes de Jean-Philippe Barros et Jean-Claude Bosc sont prévenus. Une équipe avertie en vaut-elle deux ? Il le faudra, car les pronostics ne penchent pas en faveur des Seine-et-Marnais. Septième, Viry-Châtillon est tout près de la sixième et dernière place qualificative tenue par Suresnes, à égalité de points avec ce dernier qui doit jouer un match en retard.

En revanche, Meaux-Lagny, dixième avec seulement un point de plus que les deux derniers relégables, compte maintenant cinq points de retard sur Suresnes et son adversaire. Son combat, c’est plutôt la lutte pour le maintien, même si la saison est encore longue. Une victoire en Essonne serait on ne peut plus opportune avant la réception de l’ogre Bobigny, dimanche prochain. Un bon point pour les Seine-et-Marnais : leur victoire au match aller, le 24 novembre dernier au stade de Lagny. A eux de s’appuyer sur cette expérience positive, car la soif de revanche pourrait bien faire pousser des ailes aux joueurs de Viry-Châtillon. « Ça peut passer si on reproduit la même prestation défensive que dimanche dernier à Vannes, estime Jean-Philippe Barros. On a perdu, mais j’ai vu des choses positives. Viry est une bonne équipe, mais celle de Vannes lui est un peu supérieure. On s’est bien entraîné mercredi et les joueurs ont le moral. Reste à gagner bientôt, sinon, il pourrait bien redescendre. » Autres soucis à l’horizon : l’absence de Morato en troisième ligne (claquage), celle, probable, de Roulph en deuxième ligne (point de contracture) et de Loffel en première ligne (travail). Les entraîneurs devront sans doute piocher dans la réserve.

Les autres matchs de la poule 1 (13 e journée) : Bobigny - Vannes (9-11) ; Rouen - Nantes (20-30) ; Suresnes - Saint-Nazaire (17-43) ; Evreux - Joué-lès-Tours (14-21) ; Vierzon - Orléans (11-26).

  • David Louhaut.

Meaux-Lagny poursuit son chemin de croix (« Le Parisien » - 21 janvier 2002)

RUGBY, 2 DIVISION : VIRY - MEAUX-LAGNY 25-12.

Meaux-Lagny poursuit son chemin de croix

Meaux-Lagny a subi la loi de Viry, hier en terre essonnienne. Cette troisième défaite d’affilée n’arrange pas le moral d’une équipe qui devra, plus que jamais, lutter pour se maintenir.

VIRY - MEAUX-LAGNY : 25-12 (17-6). Spectateurs : 200.

Viry. Deux essais : Darraïdou (33e, 36e), Bottone (80e) ; deux transformations : Bottone (33e, 36e) ; deux pénalités : Bottone (25e, 46e). Entr. : Favarel et Saint-Lu.

Meaux-Lagny. Quatre pénalités : By (31e, 40e, 48e, 68e). Entr. : Barros et Bosc.

MEAUX-LAGNY n’était pas à la fête, hier après-midi à Viry-Châtillon. Les Seine-et-Marnais, handicapés par un pack d’avants tronqué par les blessures, ne sont jamais parvenus à inquiéter leurs hôtes. « C’était un tout petit match de 2e Division », pestaient en fin de rencontre les entraîneurs Jean-Philippe Barros et Jean-Claude Bosc, ainsi que leur président, Fédéric By. La mine défaite, les cadres constatent qu’il faudra « continuer à travailler ». Et souquer ferme s’ils souhaitent éviter la descente en 3e Division.

Les Essonniens dominent le premier quart d’heure, mais Meaux-Lagny tient le choc. L’ailier essonnien Roman Bottone, qui se distinguera régulièrement tout au long de la partie, ouvre logiquement le score sur pénalité (3-0, 25e). Maxime By réplique dans la foulée pour Meaux-Lagny (3-3, 31e), mais Viry s’offre vite un premier essai de trois-quarts conclu en bout de ligne par Arnaud Darraïdou (10-3, 33e). Trois minutes plus tard, Bottone intercepte une passe seine-et-marnaise, fait la valise et transmet à Darraïdou qui aplatit (17-3, 36e). Le botteur de Meaux-Lagny réduit l’écart sur pénalité avant la pause (17-6, 40e).

Viry se contente de gérer son avantage en seconde période. Bottone passe une nouvelle pénalité (20-6, 46e), mais Meaux-Lagny s’en offre deux avec By (20-12, 68e). En fin de match, les Seine-et-Marnais subissent les assauts des locaux devant leur en-but. C’est la débâcle. Ils colmatent les brèches comme ils le peuvent mais finissent par craquer. Les Essonniens Mesror et Amina se voient refuser chacun un essai coup sur coup, mais Bottone y parvient avant le coup de sifflet (25-12, 80e).

La défaite de Meaux-Lagny est on ne peut plus nette. Les hommes de Jean-Claude Bosc et Jean-Philippe Barros entament maintenant un long chemin de croix pour le maintien. La réception de Bobigny risque en effet d’être beaucoup plus difficile que ce déplacement en Essonne. « Maintenant, il faudra absolument s’imposer chez nous contre les équipes à notre portée », constate le président seine-et-marnais.

En 3e Division, Melun-Combs n’a pas joué à Nancy hier après-midi. La partie a été reportée, le terrain étant gelé.

David Louhaut


Il faudrait un sacré miracle (« Le Parisien » - 26 janvier 2002)

Rugby, 2 Division.

Il faudrait un sacré miracle

MEAUX-LAGNY - BOBIGNY (aller 9-11) , demain (15 heures) stade George-Tauziet à Meaux.

Meaux-Lagny : (parmi) Ménétré, Garrabé, Loffel, Roulph, Guranescu, Gérodole, Blond, Dinu, Mebarka, By, Audebert, Jacquet, Châtenet, Foltier, Basile, Moreau, Villanueva, N’tema, Sabathé, Kuzmine, Netti. Entr. : Bosc et Barros.

Bobigny : Pradayrol - Delhaye, Nion, Granjeon, Lentini - (o) Mossot, (m) Sein (?) - Etchegoyen, Haran, Fernandes - Labrande, Condon - Randu, Zambernardi, Sevestre. Remplaçants : Gregoire, Afonso, Alric, Paulerena, Leclerc, Solier, Fontaine. Entr. : Barthe.

« ON VA FAIRE le dos rond en attendant des jours meilleurs. » Jean-Claude Bosc, le coentraîneur de Meaux-Lagny, ne se fait pas d’illusions. Battre le leader Bobigny, même chez soi, ce n’est pas donné à tout le monde. Encore moins à une équipe devenue lanterne rouge depuis sa défaite de dimanche dernier à Viry-Châtillon (27-12) avec, heureusement, encore un match en retard à jouer à Vierzon. Meaux-Lagny a tout à gagner dans ce match des extrêmes. « On ne part pas battu d’avance, assure Jean-Claude Bosc. On va jouer avec un gros coeur pour essayer de compenser notre faiblesse en conquête. Ce sera très difficile, d’autant qu’il nous manquera un deuxième pilier, Zanatta ayant été suspendu dimanche dernier en fin de match. » A noter, en revanche, le retour de Loffel, Roulph et Guranescu dans l’effectif. Les Seine-et-Marnais se voient proposer un pari terriblement difficile. En outre, ils espèrent ne pas revivre les conditions difficiles connues au match aller.

Une rencontre houleuse à oublier.

« Ce sera différent cette fois-ci », conclut Bosc. Différent également en réserve, puisque Ludovic Baron, son entraîneur, a démissionné par solidarité envers Jean Miss, le responsable de l’équipe première, remercié en cours de saison. « Je n’avais pas apprécié son renvoi, mais j’avais dit aux dirigeants que je resterais en attendant les restructurations de l’encadrement qu’ils m’avaient annoncées. Rien n’est venu, j’ai donc choisi de me retirer. Je souhaite bonne chance à Jean-Philippe Barros avec les deux équipes. On avait fait de bonnes choses avec la réserve, j’espère que tout ne sera pas remis en question. »

Les autres matchs de la poule 1 (14 e journée) : Vannes -Rouen (17-15), Nantes - Suresnes (24-3), Saint-Nazaire - Evreux (14-23), Joué-les-Tours - Vierzon (8-25), Orléans - Viry-Châtillon (18-17).

D.L.


Bobigny au-dessus de la mêlée (« Le Parisien » - 28 janvier 2002)

RUGBY, 2 DIVISION : MEAUX-LAGNY - BOBIGNY 12-30.

Bobigny au-dessus de la mêlée

MEAUX-LAGNY - BOBIGNY : 12-30 (9-7). Spectateurs : 250. Arbitre : M. Gaudillat.

Meaux. Trois pénalités : By (8e, 40 +4), S. Guranescu (70e) ; un drop : Mebarka (21e).

Bobigny. Quatre essais : Nion (17e, 72e), Delhaye (49e), collectif (79e) ; deux pénalités : Pradayrol (43e, 62e) ; deux transformations : Mossot (17e), Pradayrol (72e).

Bobigny : Pradayrol - Delhaye, Granjeon, Nion, Lentini (Fontaine, 63e) - (o) Mossot, (m) Sein (Leclerc, 78e) - Etchegoyen (Alric, 60e), Haran, Fernandes (Paulerena, 73e) - Labrande, Condon - Randu (Afonso, 63e), Zambernardi, Sevestre (Gregoire, 77e). Entr. : Barthe.

Meaux : S. Guranescu - Villanueva, Jaquet, Audebert, Châtenet - (o) By (Bazile, 56e), (m) Mebarka - Dinu, Blond, Mensah (Neti, 50e) - Roulph (Bancarel, 73e), A. Guranescu - Neil, Garrabe, Loffel. Entr. : Barros.

BOBIGNY DOMINE son sujet. A chacune de ses sorties, le collectif de Fred Barthe impressionne par sa puissance physique, son homogénéité et ses qualités défensives. Si bien que le spectateur averti ne se fait même pas de mouron quand les Rouge et Noir se voient mener de deux points à la pause (7-9).

L’Entente Meaux-Lagny, déjà hantée par le spectre de la relégation, se démène comme un beau diable. Mais c’est bien Bobigny qui détient l’emprise sur le jeu en cette première période. Tout juste les coéquipiers de Nicolas Sein peinent-ils à concrétiser leurs temps forts, à l’instar de la combinaison Mossot-Delhaye qui envoie Nion vers le premier essai (17e). On observe alors les buteurs ferrailler d’un oeil distrait. Une façon de patienter avant que Balbyniens ne se décident à multiplier les temps de jeu pour mieux décaler Delhaye en bout de ligne (49e). Malgré quelques touches perdues sur des lancers approximatifs, Fred Barthe ne s’inquiète plus et peut enchaîner les rotations. « C’est satisfaisant car notre rendement ne baisse pas, constate le coach dont l’équipe toujours en tête est invaincue depuis le 3 décembre. Et puis nous n’encaissons toujours pas d’essais (NDLR : depuis 7 matchs). »

Mieux, les deux dernières réalisations de Nion (72e) et du pack (79e) sont à mettre sur l’usure bien compréhensible d’une formation seine-et-marnaise laminée par les impacts. Après cette dixième victoire, on pouvait d’ailleurs constater que les Balbyniens continuaient à courir pour un léger décrassage.

Frédéric Gouaillard


Une marche trop haute (« Le Parisien » - 29 janvier 2002)

Rugby, 2 Division.

Une marche trop haute

MEAUX-LAGNY - BOBIGNY : 12-30 (9-7). Spectateurs : 250. Arbitre : M. Gaudillat.

Meaux. Trois pénalités : By (8e, 40 +4), S. Guranescu (70e) ; un drop : Mebarka (21e).

Bobigny. Quatre essais : Nion (17e, 72e), Delhaye (49e), collectif (79e) ; deux pénalités : Pradayrol (43e, 62e) ; deux transformations : Mossot (17e), Pradayrol (72e).

Bobigny : Pradayrol - Delhaye, Granjeon, Nion, Lentini (Fontaine, 63e) - (o) Mossot, (m) Sein (Leclerc, 78e) - Etchegoyen (Alric, 60e), Haran, Fernandes (Paulerena, 73e) - Labrande, Condon - Randu (Afonso, 63e), Zambernardi, Sevestre (Gregoire, 77e). Entr. : Barthe.

Meaux : S. Guranescu - Villanueva, Jaquet, Audebert, Châtenet - (o) By (Bazile, 56e), (m) Mebarka - Dinu, Blond, Mensah (Neti, 50e) - Roulph (Bancarel, 73e), A. Guranescu - Neil, Garrabe, Loffel. Entr. : Barros.

CINQUANTE-SIXIÈME minute, Maxime By quitte le terrain en claudiquant. Dans cette sortie de l’ouvreur meldois, c’est toute l’impuissance physique de son équipe qui se dégage. Constamment supplanté par Bobigny, leader de la poule, Meaux-Lagny n’a jamais été en mesure de remporter ce derby des extrêmes. Et ce n’est pas le score (trompeur) à la pause qui incite à penser le contraire. A ce moment de la rencontre, les Rouge et Noir ont passé la majeure partie du temps dans le camp des locaux. Ils parviennent même à inscrire le premier de leurs quatre essais sur une combinaison entre l’ouvreur Mossot et l’ailier Delhaye qui envoie son compère Nion à l’essai.

Un courage débordant

Piquée au vif, l’entente réplique par des pénalités. Elle tente même de combler ses supporters grâce à un courage débordant et des ballons au large. Mais rien n’y fera. Bobigny, qui n’a plus encaissé le moindre essai depuis sept matchs, fait échouer les tentatives à quelques mètres de son en-but. La seconde période n’est qu’une démonstration de l’organisation et de l’extraordinaire vitalité des Balbyniens. Meaux-Lagny laminé, le leader varie le jeu au large et les groupés pénétrants. Trois essais viendront ponctuer cette progression constante où les remplaçants n’ont rien à envier à ceux qui ont démarré la partie. Au terme d’une confrontation déséquilibrée, les locaux peuvent dénicher quelques motifs de satisfaction, notamment dans la volonté affichée de produire du jeu. Leur dernière place n’est en rien une fatalité.

Frédéric Gouaillard


Meaux-Lagny en danger (« Le Parisien » - 2 février 2002)

Rugby, 2e Division

Meaux-Lagny en danger

ORLEANS - MEAUX-LAGNY (aller : 15-13), demain 15 heures.

Meaux-Lagny : S. Guranescu - Villanueva, Jaquet, Audebert, Châtenet - (o) P. Guranescu, Bazile, (m) Mebarka, Dinu, Blond, Mensah, Neti, Roulph, Bancarel, A. Guranescu, Foltier, Neil, Garrabe, Loffel. Entr. : Barros.

LA PÉRIODE n’est pas propice aux espérances. A peine une semaine après la réception de l’ogre Bobigny (12-30), Meaux-Lagny se déplace demain chez l’autre gros calibre du championnat. Second du classement derrière l’équipe de Seine-Saint-Denis, Orléans ne semble pas laisser beaucoup d’espoirs à la troupe de Jean-Philippe Barros. L’entraîneur seine-et-marnais s’attend en tous les cas à une réception bien difficile : « Ça va être très difficile en effet, pronostique le coach meldois. Orléans, c’est du même niveau que Bobigny. » Et cela n’augure rien de vraiment bon. Car même si les Meldois ont réussi un match correct dimanche face au leader, ils ont largement eu l’occasion de mesurer l’écart qui les sépare encore des équipes de tête : « On ne se fait pas d’illusions, poursuit Barros. On sait que ce n’est pas contre ce genre d’équipe qu’on peut prendre les points qui nous sont nécessaires. Ces matchs en revanche nous servent d’excellentes préparations en vue des matchs très importants qui nous attendent derrière. »

Evidemment, malgré la difficulté de la tâche qui les attend, les Meldois ne partent pas battus d’avance. Avec leur force, ils vont tenter de réussir l’exploit. Ce qui serait plutôt bienvenu pour assurer leur avenir à ce niveau de la compétition : « Si on réédite la performance de Bobigny, confesse Barros, on peut faire quelque chose. A condition de ne pas craquer physiquement sur la fin. C’est bien là du reste l’incertitude qui plane au-dessus de nos têtes : comment les joueurs vont-ils avoir récupéré de tous les efforts qu’ils ont laissés devant Bobigny ? » Les Seine-et-Marnais ne vont pas tarder à avoir la réponse. Car Orléans entend bien les bousculer d’entrée de jeu. Pour leur montrer qui est le patron.

Les autres matchs de la poule 1 : Suresnes - Vannes (10-27) ; Rouen - Bobigny (16-42) ; Evreux - Nantes (5-29) ; Vierzon - Saint-Nazaire (19-32) ; Viry - Joué (16-12).


Un revers prévisible (« Le Parisien » - 5 février 2002)

Rugby, 2 Division.

Un revers prévisible

ORLEANS MEAUX-LAGNY : 31-6 (3-3). Spectateurs : 300. Arbitre : M. Verier (Limousin).

Orléans : 3 essais : Aleyrac (41e), Fleury (76e), Charles (80e). 4 pénalités : Gastanbide (21e, 46e, 61e, 69e), 2 transformations : Gastanbide (41e, 81e).

Meaux-Lagny : 2 pénalités : S. Guranescu (11e, 49e).

COMME PRÉVU, il n’y a pas eu de miracle. Meaux-Lagny s’est incliné logiquement et lourdement à Orléans face à un des cadors de la division. Le score (31-6) ne souffre d’aucune sorte de contestation. Même s’il doit être relativisé dans la mesure où les Meldois ont très bien tenu le choc en première période.

A la pause, les deux équipes étaient encore au coude à coude (3-3) : « On a bien résisté, insiste Jean-Philippe Barros, l’entraîneur seine-et-marnais, en utilisant nos armes. On a hélas baissé le pied en seconde période. Physiquement, on a craqué ce qui était parfaitement prévisible. » Dès lors, les Orléanais ont déroulé leur jeu pour corser l’addition et s’imposer facilement 31-6 : « Tout n’est pas à jeter, poursuit le coach. J’ai vu des choses intéressantes de notre part face à une équipe d’Orléans moins complète à mes yeux que celle de Bobigny. Cela dit, on ne peut pas encore rivaliser face à de telles équipes. Leur effectif est bien trop complet. »

Ce revers attendu ne change rien à la donne de Meaux-Lagny. Ce n’est pas contre ce genre d’adversaire que les points du maintien étaient attendus. Face aux prochains en revanche (Evreux, Rouen ), ils vont être indispensables.

E.M.


Des incertitudes à la pelle (« Le Parisien » - 16 février 2002)

Rugby, 2 Division.

Des incertitudes à la pelle

MEAUX-LAGNY - ROUEN (aller 3-24), demain (15 heures), stade du Fort-du-Bois à Lagny (sous réserve).

Meaux-Lagny : équipe non communiquée.

MEAUX-LAGNY joue gros demain. Actuellement derniers (mais avec un match en retard) derrière Rouen, les Seine-et-Marnais vont recevoir précisément les Haut-Normands qui tiennent la corde avec un point de plus. Cette rencontre va peser lourd dans la course au maintien. « C’est un match très important, reconnaît Jean-Philippe Barros, l’entraîneur seine-et-marnais. Rouen doit absolument gagner des matchs à l’extérieur pour se maintenir. Pour cette équipe, nous sommes l’adversaire idéal. Ce sera dur, mais j’ai bon espoir. Nous avons des problèmes d’effectif, mais je vois de bonnes choses aux entraînements et beaucoup de monde y participe. » Le groupe reste pourtant à définir, tant il y a d’incertitudes. « Je ne peux pas encore dire qui jouera, explique l’entraîneur. Beaucoup de joueurs ont des pépins physiques et il faut attendre l’entraînement de ce soir (NDLR : hier soir) pour se prononcer. » Dinu, Blond, Morato, Ménétré ne savent pas encore s’ils seront sur le terrain. Zanetta, lui, c’est sûr que non. Le coach espère pourtant le retour de Richard et de Resouf. Bref, les conditions sont loin d’être optimales. Pareil pour le lieu du match. La rencontre est programmée au stade du Fort-du-Bois à Lagny, mais pourrait se jouer au stade Tauziet de Meaux si le terrain de Lagny, détrempé, n’est pas praticable.

Les autres matchs de la poule 1 (16e journée) : Bobigny - Suresnes (8-12) ; Vannes - Evreux (12-3) ; Joué-les-Tours - Orléans (7-21) ; Nantes - Vierzon (13-12) ; Saint-Nazaire - Viry (15-15).

David Louhaut


Une réaction salutaire (« Le Parisien » - 18 février 2002)

Rugby, 2 Division.

Une réaction salutaire

LAGNY-SUR-MARNE, HIER APRÈS-MIDI. Garrabé et ses coéquipiers de Meaux-Lagny ont remporté un match capital pour le maintien en 2e Division contre Rouen.

MEAUX-LAGNY - ROUEN 23-8 (6-3). Spectateurs : 300. Arbitre : M. Serre (Poitou-Charentes).

Meaux-Lagny. Deux essais : Audebert (46e), Jacquet (66e) ; deux transformations : By (46e, 66e) ; trois pénalités : By (23e, 41e, 54e).

Rouen. Un essai : Varnier (89e) ; une pénalité : Gonzales (45e).

MEAUX-LAGNY a su garder la tête froide. Sans produire un grand match, les Seine-et-Marnais ont fait preuve de volonté et de sérieux contre Rouen, hier à Lagny. Il en fallait pour venir à bout d’une équipe qui, comme la leur, est à la lutte pour le maintien. C’est dire toute l’importance de ce résultat. Les hommes de Jean-Philippe Barros et Jean-Claude Bosc ont encore des raisons d’espérer.

Après une entame de match équilibrée, Meaux-Lagny ouvre le score sur une pénalité de By (3-0, 23e), qui récidive en fin de première période (6-0, 41e). Rouen a pourtant le temps de réduire l’écart juste avant le coup de sifflet (6-3, 45e).

Avec deux pénalités et un drop ratés, les Seine-et-Marnais auraient pu se mettre plus tôt à l’abri. Mais ils reprennent le match plus motivés que jamais et leur combativité est récompensée dès la première minute de jeu. Ils convertissent aussitôt leur première occasion sérieuse par Audebert. By transforme (13-3, 46e), puis passe une nouvelle pénalité (16-3, 54e). A peine dix minutes plus tard, l’ouvreur et botteur seine-et-marnais fait une percée et transmet à Jacquet, l’ex-handballeur, qui aplatit sous les poteaux. By transforme (23-3). Le match est plié.

Les Normands, qui n’ont pas montré grand-chose jusqu’ici, tentent le tout pour le tout dans le dernier quart d’heure. Ils pressent devant l’en-but seine-et-marnais. Meaux-Lagny défend bien, mais l’arbitre laisse passer quelques fautes et ils finissent par marquer dans les arrêts de jeu un essai non transformé qui ne peut plus rien changer à l’issue de la rencontre (23-8, 89e).

« Peu importait la manière, commente en fin de rencontre Jean-Philippe Barros. Il fallait gagner ce match. La réserve nous a donné l’exemple en s’imposant brillamment (NDLR 50-7). C’était difficile de réussir face à une équipe qui est dans la même situation que nous et qui était déterminée à nous battre. On n’a pas marqué de grands essais, mais l’envie était là. C’est encourageant et je félicite les joueurs. »

« On y a mis du coeur », renchérit Jean-Claude Bosc. Cette victoire remontera sans doute le moral d’une formation qui a traversé des moments difficiles. La trêve de dimanche prochain lui permettra peut-être de reconstituer un effectif jusqu’ici miné par les blessures, mais il lui faudra lutter encore pour sortir du peloton des trois relégables. Dans un tel contexte, une victoire sur tapis vert contre Vierzon (match reporté deux fois) vaudrait de l’or. Mais la fédération n’a toujours rendu son verdict.

David Louhaut


Meaux-Lagny part au combat (« Le Parisien » - 3 mars 2002)

Rugby, 2 Division (match en retard)

Meaux-Lagny part au combat

VIERZON - MEAUX-LAGNY, demain (15 heures).

Meaux-Lagny : (parmi) Ménétré, Garrabé, Niels, Zanatta, Antunes, Guranescu, Roulph, Bancarel, Resouf, Blond, Dinu, Morato, Richard, Mebarka, By, Châtenet, Jacquet, Villanueva, Foltier, Perrin, Schott, Loeffel. Entr. : Barros et Bosc.

A TROIS journées de la fin de la saison régulière, Meaux-Lagny met son calendrier à jour avec ce match en retard de la 11e journée. Il s’agit d’un déplacement à Vierzon, l’actuelle lanterne rouge qui possède deux points de retard sur les Seine-et-Marnais (7e). « On ne peut plus prétendre à la qualification pour les phases finales, précise Jean-Claude Bosc, l’un des deux entraîneurs de Meaux-Lagny. Je pense qu’il suffira de s’imposer lors de nos deux matchs à domicile (NDLR : Evreux le 7 avril et Vierzon le 28 avril pour la dernière journée de championnat) pour assurer notre maintien. On se déplace donc à Vierzon l’esprit tranquille. »

Après trois victoires consécutives (Rouen 23-3 ; Joué-les-Tours 6-3 et Suresnes 16-15), Meaux-Lagny a subi la loi de Saint-Nazaire dimanche dernier (10-23). Une défaite qui ne remet cependant pas en cause son regain de forme. Bref, les Seine-et-Marnais sont dans une position idéale pour enfin se déplacer à Vierzon. « C’est la quatrième fois que le match est reprogrammé », explique Bosc. Deux fois remis pour cause de terrain impraticable (en janvier et février), Meaux-Lagny avait refusé de se déplacer il y a quinze jours, invoquant un règlement stipulant l’impossibilité de reporter deux fois de suite un même match. Après avoir trouvé un terrain d’entente, les deux rivaux se retrouvent finalement demain. « Par rapport à ce contexte, je pense qu’on sera attendu là-bas, reprend Bosc. Et puis, Vierzon, qui joue sa survie à ce niveau, abat contre nous l’une de ses dernières cartes. Contrairement à nous, les Chérois seront dans l’obligation de s’imposer. Quoi qu’il en soit, cela va être chaud. Mais on répondra présent. »

Quasiment au complet, Meaux-Lagny pourra compter sur les retours de Ménétré et Loeffel, absents contre Saint-Nazaire. « La décision sera prise à l’issue du dernier entraînement ce soir (NDLR : hier soir) », précise Bosc. En cas de victoire, Meaux-Lagny reviendrait à trois points de Viry, le sixième et premier qualifié pour les phases finales. Et surtout, il assurerait (définitivement ?) son maintien en 2e Division.

F.V.D.P.


La croisée des chemins (« Le Parisien » - 9 mars 2002)

Rugby, 2 Division.

La croisée des chemins

MEAUX-LAGNY - SURESNES (aller 13-20), demain (15 heures), stade Georges-Tauziet à Meaux.

Meaux-Lagny : Ménétré, Garrabé, Niels, Zanatta, Loffel, Guranescu, Roulph, Bancarel, Resouf, Blond, Dinu, Morato, Richard, Mebarka, By, Châtenet, Audebert, Jacquet, Villanueva, Basile, Perrin, Schott. Entr. : Bosc.

C’EST LE MATCH à ne pas rater. Meaux-Lagny est sorti de la zone des relégables en s’imposant à Joué-les-Tours dimanche dernier. Un beau résultat qui resterait comme lettre morte si les Seine-et-Marnais s’inclinaient devant Suresnes, demain au stade de Meaux. La mayonnaise commence enfin à prendre. Ce n’est pas le moment d’arrêter de battre les oeufs. A priori, les hommes de Jean-Philippe Barros et Jean-Claude Bosc ont toutes les cartes en main pour relever le défi. « Nous restons sur deux victoires consécutives, rappelle Jean-Claude Bosc. Nous travaillons donc avec plus de sérénité. Nous pouvons nous retrouver septièmes à la fin de la saison régulière, mais rien n’est fait. Contre Suresnes, il ne faudra pas se louper. » D’autant que le maintien n’est pas tout à fait acquis.

L’atout des Meldois, c’est que le groupe qui reçoit Suresnes est le même que celui de dimanche dernier. On ne change pas une équipe qui gagne et c’est tant mieux : « Cela ne nous est pas arrivé depuis très longtemps », observe l’entraîneur qui retrouve peu à peu le sourire. Il est vrai que Meaux-Lagny sort seulement d’une période noire en matière de résultats, mais aussi d’effectif. Ceci expliquant en partie cela. « Cela fait aussi longtemps que nous n’avons pas enchaîné deux matchs de suite, poursuit-il. On a plus travaillé sur la récupération. » On peut donc espérer voir évoluer des joueurs frais et dispos. Il faut bien ça pour continuer à monter dans le classement.

Les autres matchs de la 18 e journée (poule 1) : Vannes - Viry-Châtillon (8-12) ; Nantes - Orléans (17-34) ; Saint-Nazaire - Joué-les-Tours (15-15) ; Bobigny - Vierzon (36-15) ; Rouen - Evreux (8-15).

D.L.


Une victoire au forceps (« Le Parisien » - 11 mars 2002)

Rugby, 2 Division.

Une victoire au forceps

MEAUX-LAGNY - SURESNES : 16-15 (16-3). Spectateurs : 200. Arbitre : M. Sourbets

Meaux-Lagny. Un essai : Resouf (29e) ; une transformation : By (29e) ; trois pénalités : By (6e, 13e, 24e).

Suresnes . Deux essais : Faik (52e), Bourne (80e +7) ; une transformation : Darrigade (80e +7) ; une pénalité : Darrigade (38e).

En réserve : Meaux-Lagny - Suresnes : 67-5.

SEBASTIEN BARATCHART, le numéro 10 de Suresnes, se souviendra longtemps de sa pénalité de cinquante mètres, venue s’écraser sur l’une des barres locales, en début de seconde période. A quelques centimètres près, les visiteurs auraient pu marquer trois points qui auraient pesé lourd. Tant mieux pour Meaux-Lagny qui enchaîne ainsi un troisième succès consécutif et rejoint son adversaire du jour à la septième place.

Les hommes de Jean-Philippe Barros et Jean-Claude Bosc entament les hostilités sur les chapeaux de roue. A l’image de la tour de la Pierre-Colinet située juste derrière le stade, Suresnes s’écroule rapidement. Maxime By concrétise la domination de ses troupes en passant trois pénalités (9-0, 24e). Puis, Lionel Resouf aplatit entre les poteaux pour inscrire l’unique essai du match (16-0, 29e). Solides en défense, performants dans le jeu à la main, les locaux imposent leur rythme et maîtrisent leur sujet durant trente minutes.

Le scénario après la pause est bien différent. Suresnes met la pression et transforme les vingt-deux mètres « bleu et blanc » en camp retranché. Faik trouve une brèche une première fois (16-8, 52e). Les blessés s’accumulent à tel point que les locaux, héroïques en fin de match, terminent à douze. Bourne inscrit un dernier essai dans les interminables arrêts de jeu pour Suresnes (16-15). Trop tard. Meaux-Lagny peut respirer. « Je félicite mes joueurs, savoure Jean-Philippe Barros, car ils ont été très efficaces en défense. Le spectacle n’était pas au rendez-vous mais l’important était de gagner. Ça fait du bien au moral. »

Yann Perrin


L’ovalie tourne rond (« Le Parisien » - 14 mars 2002)

Rugby.

L’ovalie tourne rond

Avec deux équipes en Championnat de France, le rugby départemental n’a rien à envier à ses voisins franciliens. Grâce à une politique de formation efficace, il souhaite maintenant faire fructifier son capital. Dossier : David Louhaut et Frédéric

DERRIÈRE ses deux locomotives, Meaux-Lagny en 2e Division et Melun-Combs en 3e Division, le rugby départemental est présent à tous les échelons du comité d’Ile-de-France. Ses clubs se comportent honorablement mais souffrent d’un manque de moyens. Tour d’horizon.

Les clubs.

Il y en a 21 dans le département. C’est un chiffre stable depuis vingt ans : « C’est difficile de créer un club durable en zone rurale, explique Alain Denettre, le président du comité départemental. Souvent, un club se monte grâce à une bande de copains et, au bout de quelques saisons, il disparaît. » Parmi ces clubs, deux mettent une touche féminine : Melun-Combs et Othis (lire par ailleurs).

Les licenciés.

La progression est constante. Ils sont 3 700 licenciés cette année. Depuis 1980, le contingent a pratiquement doublé : « Notre politique de formation porte ses fruits, confirme le patron départemental. Les chiffres ont augmenté avec les créations d’école de rugby et l’éclosion du rugby féminin. »

La saison 2001-2002.

A mi-championnat, deux clubs étaient champions d’automne : Pontault (Honneur) et Val-d’Europe (3e-4e séries). Depuis, Pontault a chuté et ne peut espérer monter. Mais Othis (2e série) et le duo Champs et Val-d’Europe (3e-4e séries) devraient, eux, connaître les joies d’une promotion. Dans le sens inverse, Gretz-Tournan (Honneur), Rugby Sud 77 (1re série), Brie-Ozoir (1re série) et Gouaix-Provins (2e série) devraient descendre d’un étage.

Les fusions.

Il y en a sept. La dernière en date concerne Meaux et Lagny. « Elles sont à double tranchant, indique Alain Denettre. Si les clubs sont sains, c’est un plus. Pas si elles concernent deux clubs malades. En outre, elles nous font perdre un nombre important de licenciés. Et au final, on a perdu un club à l’échelon national, Lagny. »

Les moyens.

Contrairement à ses puissants voisins parisiens, les clubs seine-et-marnais vivotent avec de petits budgets. « L’exemple le plus marquant est certainement Meaux, qui avait le plus petit budget de la 2e Division avec 140.000€ (900.000F) la saison dernière, précise Denettre. A cause de cela, peu d’équipes peuvent espérer atteindre le niveau national. »

L’avenir.

Il passe par la formation. Vu l’étendue du département, le comité a divisé la Seine-et-Marne en quatre zones pour organiser ses détections. « Tout l’argent que nous avons, nous l’investissons dans la formation. Cela nous permet d’avoir ce rôle social qui nous tient à cœur. Même si les temps changent avec la professionnalisation, nous voulons rester conviviaux. » La convivialité, l’identité même du rugby


Meaux-Lagny refuse de jouer à Vierzon (« Le Parisien » - 16 mars 2002)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny refuse de jouer à Vierzon

MEAUX ne jouera pas à Vierzon demain. La fédération française a pourtant tranché : ce match en retard de la 11e journée doit se dérouler ce week-end, mais Meaux refuse d’y aller. « Nous avons le règlement pour nous, argue Jean-Claude Bosc, le coentraîneur seine-et-marnais. Vierzon a déjà reporté deux fois son match contre nous. Or une équipe ne peut remettre deux fois un même match. Le club vient donc d’envoyer un courrier au Comité national olympique, qui rendra sa décision dans un mois. » Pour le moment, l’instance olympique attend toujours ce courrier mais sa commission de conciliation apporte quelques précisions : « Lorsqu’il y a conflit entre un club et une fédération, une conférence des conciliateurs réunit les deux parties afin de régler le litige à l’amiable. Si elles ne trouvent pas de terrain d’entente, le club peut demander au conciliateur de proposer une autre solution, dans un délai d’un mois. Libre aux parties de l’accepter ou pas. Aucune autorité du Comité national olympique ne peut imposer son avis aux fédérations qui savent toutefois que celui-ci est toujours rendu par d’excellents juristes. »

« Meaux-Lagny est le seul club de France à faire valoir ce point de règlement », reprend Jean-Claude Bosc. En 3e Division (poule 2), l’ACBB a également reporté deux fois son match à domicile contre Melun-Combs. Mais les dirigeants du club sud seine-et-marnais ont accepté de jouer à une troisième date. La différence, c’est que Meaux-Lagny était relégable au moment où il a porté pour la première fois réclamation. « Avec les trois points de Vierzon, nous avons la possibilité de nous qualifier, » remarque Jean-Claude Bosc. Une éventualité qu’on ne peut se résoudre à lâcher si facilement. Si le match devait se jouer, ce ne pourrait être que le 21 avril, une semaine avant la dernière journée de la phase préliminaire. Or, c’est précisément à cette date que Meaux-Lagny doit recevoir Vierzon au match retour. Curieux.

David Louhaut


Adieu à la qualification (« Le Parisien » - 26 mars 2002)

Rugby, 2 Division.

Adieu à la qualification

SAINT-NAZAIRE - MEAUX-LAGNY : 23-10 (20-0).

Saint-Nazaire. Un essai : Khinchagisvili (30e) ; un drop : Maurin (60e) ; cinq pénalités : Escande (1e, 12e, 15e, 19e, 39e).

Meaux-Lagny. Deux essais : Châtenet (53e), Perrin (74e). Entr. : Barros et Bosc.

MEAUX-LAGNY a sans doute perdu toute chance de jouer la phase finale, dimanche à Saint-Nazaire. Maintenant, les Seine-et-Marnais devront absolument assurer leurs matchs à domicile pour se maintenir en 2e Division.

Tout s’est joué en première période. Meaux-Lagny subit le jeu contre le vent. Saint-Nazaire multiplie les pénalités et va même une fois à l’essai. A la pause, le match est quasiment plié (20-0). Meaux-Lagny prend davantage le jeu à son compte en seconde période, mais pas assez pour inverser le cours des choses. Châtenet et Perrin inscrivent tout de même chacun un essai (23-10).

« Ce n’est pas catastrophique, commente l’entraîneur Jean-Claude Bosc. On garde toujours le même classement (NDLR : 7e). En gagnant chez nous, on devrait réussir à se maintenir sans problème. Bien sûr, c’est une condition nécessaire. Sur le match, il n’y a pas eu photo. Saint-Nazaire était au-dessus, même si on s’est mieux exprimé en seconde période. On a eu beaucoup de problèmes en conquête, en touche et en mêlée. Et on manquait cruellement de sang neuf en première ligne. » A vrai dire, les Seine-et-Marnais ne comptaient pas trop sur une victoire à Saint-Nazaire. « On a joué sans Ménétré et sans Audebert. On ne peut pas faire jouer l’équipe complète tous les dimanches, avec nos problèmes d’effectif. Il faut faire des choix. »

D. L.


Meaux-Lagny se rapproche du maintien (« Le Parisien » - 1er avril 2002)

Rugby, 2 Division (match en retard)

Meaux-Lagny se rapproche du maintien

VIERZON - MEAUX-LAGNY : 9-21 (6-6). Spectateurs : 300. Arbitre : M. Cavalier.

Vierzon : trois pénalités de Neyrat (35e , 38e ) et Labrut (60e ).

Meaux-Lagny : cinq pénalités de By (27e , 40e +4) et Guranescu (63e , 78e et 80e +3) ; deux drops de Mebarka (45e et 80e +5).

SUR le terrain de Vierzon, la lanterne rouge, Meaux-Lagny a réalisé une superbe opération dans la course au maintien. Hier après-midi, lors d’un match en retard de la 11e journée, les Seine-et-Marnais se sont imposés (9-21). Du coup, ils consolident leur septième place à trois points de Viry, le sixième et dernier qualifié pour les phases finales. Et surtout, ils possèdent dorénavant quatre longueurs d’avance sur Rouen, le 10e et premier relégable.

Après de multiples reports pour diverses raisons, la rencontre s’est finalement jouée et plus surprenant encore dans un excellent état d’esprit. La présence de trois arbitres officiels et d’un délégué y est sûrement pour beaucoup En première période, les débats se limitent à des pénalités (deux de chaque côté). By ouvre d’abord la marque (0-3, 27e) mais le Vierzonnais Neyrat renverse la vapeur (6-3, 38e). Dans les arrêts de jeu, By égalise pour Meaux-Lagny (6-6).

Après la pause, Mebarka passe un drop (6-9, 45e). Mais le match est toujours aussi serré si bien que Labrut relance Vierzon (9-9, 60e). C’est alors que Guranescu entre en jeu. Grâce à trois pénalités, il assure la victoire aux Seine-et-Marnais (9-18, 80e +3). A la dernière seconde, Mebarka s’offre un nouveau plaisir en marquant son deuxième drop de la journée (9-21). « Nous avons joué contre le vent en première période, explique Frédéric By, le président de Meaux-Lagny. Le score a été serré très longtemps. Nous avons réalisé un match très propre. Nous nous sommes imposés grâce à notre solidité en touche. Nous aurions pu marquer un essai mais nous avons manqué de réalisme. Nous voilà dans une position idéale dans l’optique du maintien. » Dimanche prochain à Lagny, l’équipe seine-et-marnaise remettra ça face à un autre concurrent direct à savoir Evreux, la nouvelle lanterne rouge.

F.V.D.P.


Meaux-Lagny s’offre une pression (« Le Parisien » - 6 avril 2002)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny s’offre une pression

MEAUX-LAGNY - EVREUX (aller 12-8), demain (15 heures), stade du Fort-du-Bois à Lagny.

Meaux-Lagny : Loffel, Sabathé, Zanatta, P. Guranescu, Bancarel, Blond, Richard, Antunes, Ménétré, Niels, Dinu, Resouf, Gérodolle, Mébarka, By, Audebert, Villanueva, Jacquet, Foltier, Châtenet, S. Guranescu, Perrin. Entr. : Barros et Bosc.

MEAUX-LAGNY tient le bon bout. Avec quatre points d’avance sur les trois équipes relégables (Rouen, Vierzon et Evreux), les Seine-et-Marnais doivent encore, au minimum, gagner une fois et arracher un match nul pour se maintenir du point de vue mathématique. C’est dire toute l’importance de leur match de demain, à domicile contre Evreux, la lanterne rouge. La logique voudrait qu’ils l’emportent. Il vaudrait mieux, car la semaine prochaine ils seront loin d’être favoris à Nantes, et en cas de nouvelle défaite ils ne seraient plus maîtres de leur destin. « Ce serait bien de finir septième ou même sixième », ambitionne Jean-Claude Bosc, l’un des entraîneurs seine-et-marnais. Sixième, et donc qualifiable : en théorie, c’est possible. Mais peu probable, car Viry-Châtillon, l’actuel sixième, joue ses trois derniers matchs contre les relégables. Et ils ne doivent pas gagner plus d’une fois. On se concentrera donc sur le maintien. « Ce ne sera pas un match facile, reprend l’entraîneur. Rien n’est joué. Evreux peut encore se maintenir. Mais nous restons sur quatre victoires en cinq matchs, et le groupe s’est soudé dans la difficulté au mois de janvier. On a appris à ne pas s’affoler, quelle que soit la situation. » Meaux-Lagny a su s’adapter malgré ses problèmes d’effectifs, mais la rentrée de Richard Audebert tombe tout de même à point nommé.

Les autres matchs (20 e journée) : Vannes - Joué-lès-Tours (6-7), Nantes - Saint-Nazaire (19-23), Bobigny - Orléans (13-15), Rouen - Viry-Châtillon (12-21), Suresnes - Vierzon (12-10).

D.L.


Le maintien est assuré (« Le Parisien » - 9 avril 2002)

Rugby, 2e Division.

Le maintien est assuré

MEAUX-LAGNY - EVREUX : 17-12 (7-7). Spectateurs : 250. Arbitre : M. Nouli (Centre).

Meaux-Lagny. Deux essais : Jacquet (35e), Châtenet (43e) ; deux transformations : S. Guranescu (35e, 43e) ; une pénalité : By (87e).

Evreux. Deux essais : collectif (27e , 67e ) ; une transformation : Jourdaine (27e).

MEAUX-LAGNY est sauvé ! Grâce à leur victoire sur Evreux, la lanterne rouge, dimanche à Lagny, les joueurs de Jean-Philippe Barros et Jean-Claude Bosc ont mathématiquement assuré leur maintien en 2e Division. Les défaites des deux autres équipes relégables, Rouen et Vierzon dans le même temps, les mettent définitivement à l’abri. « Seule la victoire est belle ! » commente Jean-Claude Bosc. Certes, les Seine-et-Marnais n’ont pas fourni leur meilleur match. Mais le résultat est là. Meaux-Lagny reste sur un bilan plus que positif de cinq victoires en six matchs. Après un mois de janvier désastreux, l’équipe a su redresser la tête. La voilà sauvée des eaux, une performance qui n’avait vraiment rien d’évident au coeur de l’hiver.

L’équilibre rétablit avant la pause

Les affaires de Meaux-Lagny commencent pourtant mal avec un essai collectif transformé d’Evreux. Les visiteurs poussent inexorablement les Seine-et-Marnais en mêlée dans leur en-but sans qu’ils songent à l’écrouler (7-0, 27e). Meaux-Lagny rétablit l’équilibre avant la pause, grâce un essai de Denis Jacquet, transformé par Seban Guranescu (7-7, 35e).

En seconde période, Ludovic Châtenet inscrit un second essai, encore transformé par l’arrière Roumain (14-7, 43e). Déjà réduits à quatorze en première période, les Ebroïciens voient encore l’un d’eux expulsé pour un mauvais coup donné à Sabathé. On se dit que Meaux-Lagny est à l’abri. Erreur. Les Seine-et-Marnais se font enfoncer encore une fois en mêlée et inscrivent un nouvel essai, heureusement non transformé (14-12, 67e). Au terme d’arrêts de jeu interminables, Frédéric By donne le coup de grâce aux visiteurs en passant une pénalité (17-12, 87e).

« On a eu un peu de chance, estime Jean-Philippe Barros. A chaque fois qu’on mettait du rythme, on mettait Evreux à mal. Mais on l’a fait trop peu souvent. Il faut tout de même admettre qu’Evreux a fait preuve de vaillance. » Pas assez toutefois pour contrecarrer les plans d’une équipe qui vient de gagner le droit de revenir au même endroit la saison prochaine. Tant mieux !

David Louhaut


Meaux-Lagny tombe sur plus fort (« Le Parisien » - 15 avril 2002)

Rugby, 2e Division

Meaux-Lagny tombe sur plus fort

NANTES -MEAUX-LAGNY : 43-13 (22-6). Spectateurs : 1 000.

Nantes : Six essais : Cocheril (24e), Obligy (33e), Le Maux (47e), Gonzalez (56e), Robin (72e), Lotte (76e). Cinq transformations : Le Maux (24e, 33e, 47e, 72e, 76e). Une pénalité ; Le Maux (14e).

Meaux-Lagny : Un essai : Jacquet (67e) ; Une pénalité : Perrin (23e), un drop : Perrin (29e), une transformation : Perrin (67e).

IL N’Y A PAS EU de miracle hier après-midi pour Meaux-Lagny. A Nantes, les joueurs de Jean-Philippe Barros sont tombés comme prévu sur plus forts qu’eux. Une défaite sans conséquence pour une équipe qui avait assuré son maintien dès la semaine dernière : « Il aurait fallu un sacré concours de circonstances, explique Christian Paillen, le responsable du club, pour que nous puissions nous qualifier pour la phase finale. Il aurait déjà fallu aller gagner à Nantes. » Plus puissants, les Nantais n’ont pas laissé planer le suspense. Le bourreau des Meldois sur cette rencontre se nomme Le Maux qui a passé la bagatelle de 20 points. Les visiteurs n’ont fait que de la figuration malgré les quelques points en fin de match de Perrin. Preuve que les Meldois n’ont jamais baissé les bras. Un constat qui résume assez bien leur saison. Une saison ponctuée par la qualification de l’équipe réserve, qui a gagné à Nantes (31-40). Pas mal.

E. M.


Un épilogue sans histoire (« Le Parisien » - 27 avril 2002)

Rugby, 2 Division.

Un épilogue sans histoire

MEAUX-LAGNY - VIERZON (aller 21-9), demain (15 heures), stade Georges-Tauziet à Meaux.

Meaux-Lagny : Loffel, Sabathé, Zanatta, Garrabé, Ménétré, A. Guranescu, Roulph, Bancarel, Richard, Resouf, Blond, Dinu, Mebarka, By, Audebert, Jacquet, Châtenet, Villanueva, Perrin, Crouxinoux, Foltier, plus un joueur à désigner. Entr. : Barros et Bosc.

MEAUX-LAGNY pourra dormir sur ses deux oreilles, demain face à Vierzon. Que les Seine-et-Marnais gagnent ou perdent, ils resteront septièmes. Faut-il pour autant bouder le stade George-Tauziet de Meaux ? Sûrement pas ! D’abord parce qu’ils jouent leur dernier match de la saison, ensuite parce qu’il y aura tout de même de l’enjeu pour les visiteurs, qui jouent encore le maintien. On se souvient également du différent qui a opposé les deux équipes à l’aller. Meaux-Lagny avait réclamé les points de la victoire sur tapis vert, parce que Vierzon avait reporté deux fois le match. Finalement, la rencontre a tout de même eu lieu, et les Seine-et-Marnais se sont largement imposés. Les Chérois seront donc très motivés

« Nous voulons finir en beauté, assure Jean-Claude Bosc, entraîneur de Meaux-Lagny. Nous jouerons le jeu à fond. Et s’il n’y a pas d’enjeu pour la première, il y en a pour la réserve qui, en cas de victoire, se qualifierait pour la phase finale. »

D. L.


Un final sans saveur (« Le Parisien » - 30 avril 2002)

Rugby, 2 Division.

Un final sans saveur

MEAUX-LAGNY - VIERZON : 12-21 (9-18). Spectateurs : 200. Arbitre : M. Sigu (Alsace-Lorraine).

Meaux-Lagny. Trois pénalités : By (23e, 40e +1, 49e) ; un drop : Mebarka (10e).

Vierzon. Deux essais : Labonne (16e), B. Auboiron (35e) ; une transformation : Veyrat (16e) ; pénalités : Veyrat (4e, 8e) ; un drop : Bourbon (58e).

MEAUX-LAGNY avait déjà la tête en vacances face à Vierzon, dimanche au stade George-Tauziet, pour le dernier match de la saison. Assurés du maintien à la 7e place, qu’importe le résultat, les joueurs de Jean-Philippe Barros et Jean-Claude Bosc n’ont pas beaucoup résisté. Etrange décalage du reste à la fin entre une équipe démobilisée et une autre qui saute de joie en apprenant qu’elle échappe à la relégation. Les Vierzonnais prennent d’entrée l’avantage grâce à deux pénalités (0-6, 4e et 8e). Khalil Mebarka réduit l’écart avec un drop (3-6, 10e), mais Vierzon s’envole en concluant un essai par son ailier Labonne (3-13, 16e). Meaux-Lagny s’offre à son tour une occasion. Richard Audebert n’est pas loin d’aller marquer sous les poteaux, mais est stoppé in extremis. By passe une pénalité dans la foulée (6-13, 23e). Mais, quand Vierzon s’offre un nouvel essai (6-18, 35e), le coeur n’y est plus. Meaux-Lagny regarde ses visiteurs faire le boulot et s’incline largement (12-21).
En roue libre
« Dire que c’était un petit match est un euphémisme, lâche Jean-Philippe Barros. Mais c’est compréhensible. » Les Seine-et-Marnais terminent la saison sur un match décevant, mais personne ne fera la fine bouche. Leur travail, ils l’ont accompli durant toute la deuxième partie de championnat, remontant de la dernière place du classement à la 7e. « On s’est sauvé dans les moments difficiles, rappelle Jean-Claude Bosc. Mais ce matin, je sentais bien que les joueurs avaient la tête ailleurs. Maintenant, on va continuer à travailler en mai pour la réserve, qui s’est qualifiée en phase finale, et pour préparer la saison prochaine. » Saison qui recommence en septembre. Il y a le temps de voir venir.

L’équipe féminine de Melun-Combs (Nationale 3) a remporté dimanche la finale du Championnat de France en battant Bon Encontre (Lot-et-Garonne) 13-3. La rencontre se déroulait à Poitiers. Les Melunaises, menées 0-3 à la pause, ont marqué tous leurs points en seconde période.






Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques | info visites 643944

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Historique  Suivre la vie du site L’A.S.L. dans la presse  Suivre la vie du site Presse des années 2000.   ?

Site créé par Jean-Luc Friez

Creative Commons License Valid XHTML+RDFa 1.1

Visiteurs connectés : 3