Saison 2002-03 (ASL et RML 77)

mercredi 18 mai 2011 par Jean-Luc

Forum de discussion en bas de page.

La saison 2002-03, à revivre au travers des articles de presse de l’époque....

C’est la deuxième... et dernière saison en 2e D. en association avec Meaux.

Un forum est à votre disposition en bas de cette page (lien « Répondre à cet article ») : n’hésitez pas à nous faire partager vos souvenirs si vous avez participé aux événements décrits dans les articles.


« J’ai rempli ma mission » (« Le Parisien » - 25 juillet 2002)

RUGBY, 2 DIVISION : MEAUX-LAGNY.

« J’ai rempli ma mission »

Jean-Claude Bosc ne s’occupera plus de Meaux-Lagny. Entraîneur de Meaux pendant quatre ans, puis de l’Entente Meaux-Lagny, créée la saison dernière, il a vu passer trois entraîneurs à ses côtés.

APRÈS cinq saisons à Meaux, puis Meaux-Lagny, Jean-Claude Bosc range au placard sa casquette d’entraîneur des seniors. Il s’occupera désormais des juniors de Meaux ­ l’entente avec Lagny ne concerne que les seniors ­ qui évolueront au plus haut niveau dans leur catégorie, en Reichel.

Pourquoi avez-vous décidé de ne plus vous occuper des seniors ?

Jean-Claude Bosc. J’ai rempli ma mission en assurant le maintien de l’Entente Meaux-Lagny en 2e Division, pour cette première saison. Je quitte donc ma fonction avec le sentiment du devoir accompli. Désormais, j’entraînerai les juniors de Meaux, qui joueront en Reichel.

Que retenez-vous de vos cinq années auprès des seniors ?

J’ai tout connu. J’ai pris les seniors, avec Guy Nogier, en 1997-1998. Nous sommes montés en 2e Division. La saison suivante, nous nous sommes qualifiés pour les phases finales. Ensuite, il y a eu deux années de galère. Et puis, est arrivée l’entente entre Meaux et Lagny. Je suis resté pour assurer la transition. Ces cinq années m’ont beaucoup appris. La dernière saison a été difficile avec la création de l’Entente Meaux-Lagny A Meaux, on ne connaissait personne de Lagny. On n’avait pas les mêmes méthodes. C’était un peu comme un mariage forcé. Notre bon début de saison a masqué les problèmes, puis il y a eu beaucoup de blessés, et des joueurs sont partis. En janvier, on a subi quatre ou cinq défaites d’affilée. Il a fallu gérer le changement d’entraîneur (NDLR : Jean-Philippe Barros a succédé à Jean Miss) . On a réglé les problèmes au fur et à mesure.

A votre avis, que peut espérer Meaux-Lagny ?

Maintenant, l’équipe a une bonne assise. Ce sera plus facile. Elle peut viser la qualification dans les trois ans, et pourquoi pas dès cette saison ? Après tout, on a fini 7es, et les six premiers sont qualifiés.

Vous avez vu passer trois entraîneurs. Quel a été votre rôle lors de ces passations ?

Assurer la continuité, faire passer un message. Cette saison, j’ai laissé Jean-Philippe Barros en avant. J’étais trop marqué par Meaux. Il fallait quelqu’un de neutre dans le contexte de l’entente. Il a fallu aussi assurer le suivi de la première et de la réserve. On n’était plus que deux au lieu de quatre !

Qu’est-ce qui vous motive dans cette nouvelle mission auprès des juniors ?

C’est un challenge nouveau et passionnant, que j’aborde avec beaucoup d’envie. Je m’occupais déjà des juniors de Meaux avant les seniors. Nous montons un programme sur plusieurs années. Je continuerai donc à travailler avec Jean-Philippe Barros, car je prépare ses futurs joueurs. Nous devons avoir un langage commun, pour faciliter le passage des juniors en seniors. Mais ce principe est valable pour toutes les sections. Nous n’avons pas beaucoup de moyens. Pour nous, la formation, c’est l’avenir.

Propos recueillis par David Louhaut


Meaux-Lagny aspire à la stabilité (« Le Parisien » - 28 août 2002)

RUGBY, 2 DIVISION.

Meaux-Lagny aspire à la stabilité

Un an après sa création, l’Entente Meaux-Lagny aborde la saison plus sereinement. Septième l’an dernier, elle vise la qualification en phase finale.

MEAUX-LAGNY a repris le chemin de l’entraînement hier soir. Du moins les seniors présents, qui ont entamé leur préparation aux côtés des juniors et des cadets. Le véritable regroupement de l’équipe première et de la réserve se tiendra mardi prochain.

L’intersaison a été profitable, dans la mesure où le club devrait compenser les départs consécutifs à celui de Jean Miss, le premier responsable de l’Entente. Côté encadrement, Jean-Philippe Barros conserve son poste d’entraîneur principal. En revanche, Jean-Claude Bosc quitte les seniors pour s’occuper des juniors. Il cède sa place aux côtés de Barros à Georges Dinu qui a évolué à Lagny avant de rejoindre l’Entente comme joueur. Dominique Balesdens, l’ancien entraîneur de Gretz-Tournan, parti au Racing l’an dernier, prendra en charge l’équipe réserve. Yvon Vogel, ancien dirigeant de Meaux, succède à Frédéric By comme président, conformément au principe d’alternance entre Meaux et Lagny.

Après une première saison difficile, mais sauvée grâce à une très belle fin de parcours avec une septième place à la clé, Meaux-Lagny mise sur la stabilité. Si des joueurs ont quitté le giron en cours de championnat, peu sont partis à l’intersaison. Au final, on enregistre les mutations du capitaine Richard Audebert (Gennevilliers, 2e Division), de Ludovic Pujos (Viry-Châtillon, 2e Division), de Jérôme Viet et de Sébastien Diaz (ACBB, 3e Division). Enfin, Antony Esteban entraînera le Paris UC (1re Division).

En regard, huit nouvelles recrues renforcent l’effectif. Deux signatures sont définitivement acquises : celles du centre roumain Marian Ezaru (Saint-Firmin, PH) et du 3e ligne Matthew Bouissou (Bobigny, 1re Division). L’arrière (no 15) David Gleizes (Graulhet, 1re Division) pourrait signer bientôt.

Pour les autres, le nouveau président préfère ne pas communiquer leurs noms : « Nous attendons le feu vert de l’immigration. Ce sont tous des étrangers internationaux. Il y a un Ivoirien, un Malgache et quatre Roumains. » Si les étrangers signent, Meaux-Lagny pourra relever un nouveau défi : « L’objectif est la qualification en phase finale. »

David Louhaut


Objectif, la qualification (« Le Parisien » - 20 septembre 2002)

RUGBY, 2 DIVISION / MEAUX-LAGNY.

Objectif, la qualification

Maintenu en 2 Division dès la saison de sa création, Meaux-Lagny repart sur des bases plus stables qui l’incitent à viser plus haut, c’est-à-dire la qualification en phase finale.

CRÉÉE il y a un an, l’Entente Meaux-Lagny a connu un changement d’entraîneur, des départs en cours de saison et une grosse période de creux. L’équipe s’est finalement maintenue grâce à une excellente fin de parcours, jusqu’à s’approcher de la sixième place qualificative. Un pas qu’elle tentera de franchir cette saison sous la houlette de Jean-Philippe Barros, épaulé par Georges Dinu qui remplace Jean-Claude Bosc, désormais entraîneur des juniors.

L’effectif.

Meaux-Lagny conserve la majorité des joueurs qui ont fini la saison et se renforce. Une démarche logique, mais pas encore finalisée. Peu de recrues ont rejoint l’effectif : Yves Goolts et Fabrice Delafosse, sans club l’an passé, Mathew Bouissou (Bobigny, 1re Division) et Marian Ezaru (Saint-Firmin, PH). D’autres éléments devraient intégrer l’équipe, mais pas dans l’immédiat : « Ils n’arriveront qu’à partir du 15 octobre, précise Jean-Philippe Barros. On attend des étrangers qui sont en voie de régularisation. » Il s’agit d’un Ivoirien, d’un Malgache et de quatre Roumains, tous internationaux selon les dirigeants qui préfèrent taire leurs noms tant que leur situation n’est pas régularisée. Enfin, le 2 e ligne Grégory Parisot est de nouveau opérationnel et Olivier Catherineau fait son retour.

Les objectifs.

L’arrivée tardive des recrues, dans la mesure où elle sera confirmée, pourrait gêner l’équipe lors du début de saison. Le club affirme cependant viser la qualification en phase finale, c’est-à-dire atteindre au moins la sixième place au terme de la saison régulière. De fait, il est difficile de prôner moins lorsqu’on reste sur une septième place. « C’est notre objectif, confirme Jean-Philippe Barros. Tout le monde n’est pas arrivé, mais les joueurs sont réceptifs et ont très envie de jouer. »

« Il faut faire confiance au groupe, ajoute Georges Dinu. Il y a des jeunes et les 3 e ligne, qui ne manquent pas, sont en forme. »

Les adversaires.

Meaux-Lagny hérite d’une poule homogène. Il faudra se battre pour décrocher le fameux sésame. « Nevers devrait être très fort, estime l’entraîneur. Mais derrière, tous les clubs ont fait l’effort de se renforcer. » La poule regroupe encore Viry-Châtillon, sixième la saison dernière devant Meaux-Lagny, quatre équipes issues de la poule de Nevers en 2e Division, Mâcon, Massy, Beaune et Auxerre, trois promus, Saint-Maur, Gennevilliers et Lille et deux relégués, Le Creusot et Chalon-sur-Saône.

Président : Yvon Vogel.

Entraîneurs : Jean-Philippe Barros et Georges Dinu.

Effectif. Arrières : Dabadie, Villanueva, Schott, Foltier, Ezaru (Saint-Firmin, PH). Charnière : Mebarka, Perrin, By. 3e ligne : Bouissou (Bobigny, 1D), Blond, Resouf, Antunes, Catherineau, Delafosse. 2e ligne : Roulph, Bonnet, Parisot, Bancarel. 1re ligne : Loffel, Maïau, Garrabé, Sabathé, Zanatta, Gollts (libre), Nell.

David Louhaut


Meaux-Lagny ouvre sans pression (« Le Parisien » - 21 septembre 2002)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny ouvre sans pression

NEVERS - MEAUX-LAGNY, demain (15 heures).

Meaux-Lagny : équipe non-communiquée.

COMME la plupart des équipes franciliennes, Meaux-Lagny part dans l’inconnu pour son premier match de la saison, demain à Nevers. Confronté à un fort contingent de joueurs, le comité régional peine, en effet, à établir les licences. Résultat : les dirigeants assurent un roulement dans ses locaux, en espérant régulariser un maximum de joueurs avant le coup d’envoi.

En attendant, les coachs ne sont pas en mesure de communiquer la composition de leur groupe, puisqu’ils ne savent pas encore qui aura le droit de jouer demain. Incroyable ! L’ennui, c’est que les autres comités ne connaissent pas ce problème, ou du moins pas dans la même mesure, et partent donc avec un avantage non négligeable. Il s’agit donc, dans un premier temps, de limiter la casse.

Meaux-Lagny découvre un adversaire qui évoluait dans une autre poule, la saison dernière. Les Bourguignons l’ont finie dans le ventre mou, à la 8e place. Ils font pourtant figure de favoris. « Nevers a recruté et sera fort », assure Jean-Philippe Barros, l’entraîneur. Son équipe va donc chercher sans pression des points de bonus. Une chance dans les circonstances présentes, d’autant que les premiers matchs sont souvent très ouverts. Quitte à jouer un leader potentiel, autant le faire le plus tôt possible dans la saison. L’enjeu sera plus fort dans une semaine, lors du premier match à domicile contre Mâcon.

Les autres matchs de la poule 1 (1re journée) : Viry - Gennevilliers, Lille - Saint-Maur, Mâcon - Auxerre, Le Creusot - Beaune, Châlon-sur-Saône - Massy.

D.L.


Meaux-Lagny débute en fanfare (« Le Parisien » - 23 septembre 2002)

Rugby, 2e Division

Meaux-Lagny débute en fanfare

Nevers - Meaux-Lagny 22-28

NEVERS - MEAUX-LAGNY : 22-28 (13-17).

Nevers. Un essai : Gatti (25e) ; une transformation : Berthelot (25e) ; cinq pénalités : Berthelot (10e, 40e +1, 45e, 72e, 80e).

Meaux-Lagny. Deux essais : N’Tema (17e), Ezaru (55e) ; six pénalités : Ezaru (3e, 6e, 31e, 38e, 55e, 76e).

MEAUX-LAGNY n’avait pas grand-chose à perdre, hier après-midi à Nevers. Les hommes de Jean-Philippe Barros et Georges Dinu se sont parfaitement sortis de ce premier match chez le favori annoncé qui, finalement, n’a pas confirmé sa réputation de terreur.

Par sa sûreté aux coups de pied, le centre roumain Marian Ezaru, recruté cette saison en Honneur (Saint-Firmin), a contribué à la domination de sa nouvelle équipe. Les Seine-et-Marnais effectuent une très bonne première mi-temps, appuyée sur une défense efficace. Ezaru passe d’entrée deux pénalités (0-3, 3e, 0-6, 6e). Les Bourguignons réduisent l’écart (3-6, 10e). N’Tema conclut le premier essai du match pour Meaux-Lagny (3-11, 17e), mais Nevers revient au score quelques minutes plus tard par un essai transformé (10-11, 25e).

Avec deux pénalités d’Ezaru contre une pour les locaux, Meaux-Lagny compte un court mais logique avantage à la pause (13-17). Les Bourguignons reviennent avec une nouvelle pénalité (16-17, 45e). Heureusement, Ezaru relance Meaux-Lagny en allant tranquillement à l’essai (16-22, 55e) et en inscrivant une nouvelle pénalité dans la foulée (16-25, 55e).

De quoi conclure plus tranquillement une rencontre dominée dans son ensemble (22-28). « On a toujours été devant, commente Jean-Philippe Barros. On était bien en défense et on a conclu beaucoup de points au pied. C’est un début encourageant. » Un début qu’on n’attendait pas forcément aussi bon, compte tenu des difficultés rencontrées au comité régional pour l’établissement des licences, et de l’arrivée au compte-gouttes des recrues. « On a présenté 21 joueurs en première et seulement 11 en réserve, qui a pris l’eau, explique l’entraîneur. Mais nos problèmes d’effectif vont s’arranger. »

D.L.


Des promesses à confirmer (« Le Parisien » - 28 septembre 2002)

Rugby, 2 Division/

Des promesses à confirmer

Meaux-Lagny - Mâcon

MEAUX-LAGNY - MACON, demain (15 heures), parc des sports de Lagny-sur-Marne.

Meaux-Lagny : (parmi) Garrabé, Sabathé, Maiau, Zanatta, Loffel, Antunes, Gouranescu, Bancarel, Blond, Bernardet, Richard, M. Bouissou, Tinu, Mébarka (m), By (o), J. Fleury, Schott, Gleyse, Foltier, Ezaru, Villanueva, N’Tema. Entr. : Barros et Dinu.

POUR LEUR deuxième match de la saison, le premier à la maison, les joueurs de Jean-Philippe Barros reçoivent ceux de Mâcon. Les deux formations sont sorties victorieuses de leur duel respectif lors de la journée d’ouverture. Meaux-Lagny s’est ainsi imposé sur les terres de Nevers (22-28), pourtant annoncé comme l’une des grosses cylindrées de ce championnat. Une énorme satisfaction. De son côté, Mâcon est facilement venu à bout d’une modeste formation auxerroise (34-20). Chacun espère donc enfoncer le clou en réussissant le doublé. Meaux-Lagny, surtout, a, selon son coach, « l’ambition de préserver son invincibilité à domicile le plus longtemps possible. C’est sur ces bases que l’on pourra se montrer ambitieux par la suite. » Rassuré par une première sortie réussie, Barros juge pourtant son groupe « un peu court physiquement pour l’instant » et s’attend « à un match bien plus difficile que contre Nevers ». Pour lui, « Mâcon est beaucoup plus complet dans ses lignes. Le collectif est plus solide. »

L’équipe phare de Saône-et-Loire vise, en effet, une accession en 1re Division dans les deux années à venir. Et s’en donne les moyens, avec un effectif de qualité. Dans ces conditions, l’entraîneur seine-et-marnais estime que les chances de son équipe pour s’imposer demain reposent « sur sa capacité à rester disciplinée tout au long du match en faisant notamment une grosse partie sur le plan défensif ».

Les problèmes d’effectif réglés, Meaux-Lagny possède tous les atouts pour engager la lutte.

Les autres matchs (2e journée). Demain : Gennevilliers - Lille ; Saint-Maur - Nevers ; Auxerre - Le Creusot ; Beaune - Châlon-s/Saône ; Viry - Massy.

Erwan Serveau


Meaux-Lagny découvre la défaite (« Le Parisien » - 30 septembre 2002)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny découvre la défaite

MEAUX-LAGNY - MÂCON : 14-23 (6-17). Spectateurs : 110. Arbitre : M. Gabard.

Meaux-Lagny. Un essai : Neti (51e). Deux pénalité : Ezaru (32e, 40e). Entr. : Barros et Dinu.

Mâcon. Deux essais : Sekinger (15e), Landry (40e +1). Deux transformations : Landry (16e, 40e +2). Trois pénalités : Landry (4e, 51e, 80e). Entr. : Bernaz et Flerence.

MALGRÉ UN probant succès sur la pelouse de Nevers dimanche dernier lors de l’ouverture du championnat, Meaux-Lagny n’a pas su confirmer sur ses terres. La faute à une vaillante formation de l’AS Mâcon, qui s’est montrée bien plus opportuniste. A l’image des vingt premières minutes, où les Mâconnais, beaucoup plus conquérants, ont imposé leur rythme. Leur domination se voit logiquement concrétisée par une pénalité de Landry et un essai de Sekinger, suite à un beau décalage à l’aile (0-10, 15e). Assommés ou pas encore entrés dans la partie, les hommes de Jean-Philippe Barros occupent enfin le camp adverse au bout de vingt-cinq bonnes minutes et se mettent à produire du jeu. Ezaru transforme une puis deux pénalités et redonne espoir à ses partenaires (6-10, 40e). Un espoir de très courte durée puisque les Seine-et-Marnais se font surprendre bêtement sur l’engagement et prennent un essai meurtrier de Landry juste avant la pause (6-17).

« Jouer plus simplement en mettant plus d’envie », conseille Barros à ses joueurs durant le repos. Il n’en est rien. Avec le vent et le soleil de face, les visiteurs passent la seconde mi-temps dans leur camp à défendre leur avance. Les locaux, nanti de bonnes résolutions, tentent de trouver la faille. En vain. Des touches mal négociées, peu de réussite aux pénalités (trois manquées par Ezaru), des passes mal ajustées : autant de détails qui, au final, pèsent très lourd dans la balance. Ezaru relance bien les siens en passant une deuxième pénalité à neuf minutes de la fin, mais Mâcon a les reins solides et résiste (14-20, 71e). Sans s’affoler, ils gèrent sereinement leur deuxième succès en deux matchs. Meaux-Lagny ne revient pas et concède là sa première défaite de la saison, à domicile. « Je suis déçu, admet Barros, mais cette défaite est logique. Nous avons eu une entame de match calamiteuse et nous avons encaissé deux essais bêtement. En rajoutant toutes les petites erreurs, cela fait beaucoup trop pour pouvoir prétendre à la victoire. Mâcon avait plus d’envie que nous et il n’y a rien à dire. Il va falloir maintenant continuer à travailler pour gommer ces maladresses qui polluent notre jeu. »

Y. P.


Meaux-Lagny en repêchage (« Le Parisien » - 5 octobre 2002)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny en repêchage

LE CREUSOT - MEAUX-LAGNY, demain (15 heures).

Meaux-Lagny : Fleury - Gleizes, Ezaru, Villanueva, Foltier - (o) By, (m) Mebarka - Blond (cap.), Richard, Resouf - Parisot, Guranescu - Loffel, Garrabé, Maïau. Remplaçants : Schott, Neti, Sabathé, Zanatta, Bancarel, Antunes, Bouissou. Entr. : Barros et Dinu.

MEAUX-LAGNY repart au combat. Battus sans vraiment jouer contre Mâcon dimanche dernier (14-23), les Seine-et-Marnais comptent récupérer les points perdus à domicile, demain au Creusot. La partie semble jouable sur le papier. Les Bourguignons sont en effet toujours bredouilles, dominés en ouverture chez eux face à Beaune (6-26), puis écrasés à Auxerre (6-40). Mais attention. Rien n’est plus dangereux qu’une bête blessée, acculée dans son terrier. « Le Creusot est une équipe en reconstruction, explique Jean-Philippe Barros, l’entraîneur seine-et-marnais. Elle fait entrer beaucoup de jeunes et connaît quelques problèmes d’effectifs. Mais après tout, c’est un peu le cas de tout le monde. Nous y allons pour retrouver des valeurs qu’on a perdues contre Mâcon. Nous devons être concentrés, motivés et humbles pour récupérer notre bévue de dimanche dernier. Nous en sommes capables. »

Le plus difficile sera sans doute de ne pas tomber dans le piège de la provocation face à une équipe sans doute réduite à utiliser toutes les ficelles possibles pour sortir de l’ornière. « Si nous ne sommes pas concentrés, nous courons à la catastrophe. Nous avons beau être supérieurs sur le papier, tout peut arriver sur un match. »

La bonne nouvelle, c’est que Meaux-Lagny récupère quelques joueurs. La recrue Gleizes effectuera son premier match à l’aile, Loffel et Parisot feront leur retour et Resouf intégrera enfin l’équipe première. « On ne sera pas mal en touche », estime l’entraîneur. Quant aux autres recrues attendues depuis le début de saison, certaines pourraient arriver dans les prochains jours. Si Meaux-Lagny passe le cap du Creusot, l’avenir pourrait ne pas se présenter trop mal.

Les autres matchs de la poule 1 (3 e journée) : Lille - Viry-Châtillon ; Nevers - Gennevilliers ; Mâcon - Saint-Maur ; Chalon-sur-Saône - Auxerre ; Massy - Beaune.

D.L.


Une occasion manquée (« Le Parisien » - 7 octobre 2002)

Rugby, 2 Division

Une occasion manquée

Le Creusot - Meaux-Lagny 21-5

LE CREUSOT - MEAUX-LAGNY : 21-5 (6-0). Arbitre : M. Dufour (Drôme-Ardèche).

Le Creusot. Deux essais : Korkhmaz (62e), Chavet (78e) ; une transformation : Da Costa (78) ; trois pénalités : Da Costa (25e, 35e, 68e).

Meaux-Lagny. Un essai : Schott (76e).

MEAUX-LAGNY a manqué une belle occasion d’obtenir des points de bonus, hier, au Creusot. Opposés à une équipe diminuée par une scission à l’intersaison, les Seine-et-Marnais ont oublié de jouer. Dommage. « Le Creusot nous a endormis devant, observe Yvon Vogel, leur président. On s’est laissé prendre à ce petit jeu au lieu d’ouvrir et de jouer derrière. »

Pas grand-chose à attendre de ce match qui se joue aux coups de pied en première période. Les locaux se montrent plus adroits dans ce secteur et passent deux pénalités (6-0). A la pause, les esprits s’échauffent. La boîte à gifles est ouverte. Elle se referme avec l’expulsion d’un deuxième ligne de chaque côté, Andreï Guranescu chez les Seine-et-Marnais.

Aux citrons, chacun repart dans son coin et la partie reprend dans de meilleures dispositions. Les Bourguignons prennent le large avec une nouvelle pénalité (9-0, 68e) et un essai (14-0, 62e). A dix minutes de la fin, Frédéric By fait une percée. Schott aplatit (14-5, 76e). Un beau mouvement, mais les Seine-et-Marnais ont déjà laissé passer leur chance. Le Creusot met finalement tout le monde d’accord en concluant un dernier essai sur un contre (21-5, 78e).

« Il y avait un coup à jouer, assure Yvon Vogel. Mais on a manqué d’intelligence dans le jeu. On s’est empêtré. » De quoi laisser quelques regrets. Meaux-Lagny revient bredouille, mais il pourrait y avoir du changement dans les jours à venir. Le club vient d’accueillir un centre international marocain, Mohamed Dermouni. « Il a joué en 1re Divison australienne, assure le président. D’autres joueurs pourraient arriver cette semaine. Nous devrions avoir une réponse ferme mercredi. »

D.L.


Des renforts venus de l’étranger (« Le Parisien » - 16 octobre 2002)

Rugby, 2 Division/

Des renforts venus de l’étranger

Meaux-Lagny

MEAUX-LAGNY gonfle ses rangs. Lancé dans une opération de recrutement international depuis l’intersaison, le club phare seine-et-marnais attendait impatiemment ses dernières trouvailles. C’est désormais chose faite, ou presque. Le centre Mohamed Dermouni, international marocain, a posé ses valises cette semaine au stade Tauziet. Deux Roumains, également internationaux, l’ont imité : les piliers Vasilie Matassaru et Iulian Ivan. Le demi de mêlée Marian Mitu, sélectionné en équipe de Roumanie en Coupe d’Europe (Challenge Cup), devrait arriver dans le courant de la semaine prochaine. Le Roumain s’est lourdement incliné samedi sous les couleurs de l’Etoile de Bucarest contre Saracens (Pays de Galles) d’Abdelatif Benazzi et de Thomas Castagnède (11-87) et doit jouer à Londres ce week-end. Pour l’anecdote, son frère Petre joue à Grenoble.

Avec leur nouvel entraîneur Georges Dinu et plusieurs joueurs de même nationalité, les Roumains ont toutes les cartes en main pour réussir sans encombre leur examen d’entrée. « Georges Dinu et Serban Guranescu connaissent ces joueurs, explique Frédéric By, dirigeant et président de l’entente la saison dernière. Ce sont eux qui les ont trouvés. Ils devraient s’adapter rapidement. Marian Ezaru est arrivé tout juste pour le début de saison et a joué dès le premier match. Il s’est très vite intégré, d’autant plus que groupe de Meaux-Lagny fonctionne simplement. »

Ces arrivées providentielles devraient aider l’équipe à se relancer après sa défaite du 6 octobre dernier au Creusot. Meaux-Lagny s’est déplacé deux fois et a reçu une fois. Le bilan d’une victoire (en déplacement) contre deux défaites est somme toute honorable. Un afflux de sang neuf ne sera toutefois pas du luxe. « Avec ces joueurs, nous doublons enfin les postes, remarque Frédéric By. C’était notre objectif. Aujourd’hui, on y est obligé. Le niveau monte chaque année. Pour tenir le coup, il faut s’approcher des trente joueurs en équipe première. Je ne connais pas les Roumains, mais Mohamed Dermouni est un centre costaud. » Yvon Vogel, le président de l’entente, se réjouit de ces fraîches arrivées : « Il nous fallait surtout les deux piliers. Leur arrivée nous fera du bien. » Elles tombent au bon moment. « Nous allons rencontrer de grosses équipes, note l’ex-président. Chalon-sur-Saône, Massy, Auxerre et Beaune. »

Le premier test est donc prévu pour ce dimanche, à domicile contre Chalon-sur-Saône, toujours invaincu. A cette occasion, il y aura de nouvelles têtes sous les couleurs seine-et-marnaises.

David Louhaut


Battu la tête haute (« Le Parisien » - 21 octobre 2002)

Rugby, 2 D /

Battu la tête haute

Meaux-Lagny - Chalon-sur-Saône 25-36

MEAUX-LAGNY - CHALON-SUR-SAONE : 25-36 (13-20). Spectateurs : 250. Arbitre : M. Chéreau (centre).

Meaux-Lagny. Quatre essais : Ivan (32e), Dermouni (39e, 80e), Parisot (66e) ; une transformation : Ezaru (80e) ; une pénalité : Ezaru (37e).

Chalon-sur-Saône. Trois essais : collectif (5e), Nagasaukula (25e), Petit (45e) ; deux transformations : Genevois (5e, 25e, 45e) ; deux drops : Genevois (19e, 43e) ; trois pénalités : Genevois (40e +3, 56e, 75e).

MEAUX-LAGNY sort vaincu mais la tête haute. Les visiteurs ont prouvé qu’ils avaient les moyens de monter en 1re Division.

Chalon, c’est du béton.

Les Seine-et-Marnais ont pourtant su tenir le choc quand le navire a bien failli couler. Meaux-Lagny subit d’entrée la puissance du pack saône-et-loirien, qui conclut rapidement un essai collectif transformé (0-7, 5e). Un drop et un deuxième essai plus tard (0-17, 25e), on ne donne pas cher de la peau de Meaux-Lagny.

Pourtant, les Seine-et-Marnais tiennent bon la barre. Les fraîches recrues internationales vont faire parler d’elles. Ivan, le nouveau pilier roumain, conclut un essai amené par le pack (5-17, 32e). By passe une pénalité (8-17, 37e). Dermouni, le nouveau centre marocain, étrenne le stade Tauziet par un premier essai sous ses nouvelles couleurs (13-17, 39e).

Jolie pointe de vitesse.

Meaux-Lagny revient dans le match, bien qu’outrageusement dominé à la touche. Les visiteurs inscrivent une dernière pénalité avant la pause (13-20, 40e +3). A la reprise, ils reprennent le large grâce à leur botteur et un nouvel essai (13-33, 56e). Dur. Meaux-Lagny poursuit néanmoins son effort, et Parisot conclut enfin un essai (18-33, 66e). Chalon réplique avec une pénalité (18-36, 75e), mais les Seine-et-Marnais parviennent toutefois à développer leur jeu. Dermouni réduit la marque au terme d’un nouveau sprint (25-36, 80e) à la fin du temps réglementaire.

Les Seine-et-Marnais tombent avec les honneurs. Jean-Philippe Barros, leur entraîneur les félicite : « Il n’y a pas beaucoup d’équipes dans la poule qui auraient mis quatre essais à cette équipe. A 0-17, beaucoup seraient partis en vrille, mais vous n’avez rien lâché et vous avez donné tout ce que vous aviez. Je les félicite tous. Ils n’ont pas à rougir. » Personne ne peut dire le contraire.

David Louhaut


Meaux-Lagny en reconquête (« Le Parisien » - 26 octobre 2002)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny en reconquête

MASSY - MEAUX-LAGNY, demain (15 heures), stade Maurice-Lamarre.

Meaux-Lagny : Foltier - Gleizes, Dermouni, Villanueva, Schott - (o) Ezaru, (m) Mitu - Richard, Resouf, Parisot - Blond, A. Guranescu - Matassaru, Dinu, Maïau. Remplaçants : Fleury, Bernardet, Zanatta, Garrabé, Rossel, Bancarel, plus un joueur à désigner. Entr. : Barros et Dinu.

MEAUX-LAGNY ne s’attend pas à une sinécure, demain à Massy. Les hommes de Jean-Philippe Barros et Georges Dinu espèrent quand même compenser leur défaite concédée dimanche dernier à Meaux face à Chalon-sur-Saône (26-36). Une défaite plus qu’honorable face à une équipe de ce calibre, surtout au regard des ballons perdus en touche. Reste que Meaux-Lagny affiche trois défaites et une seule victoire au compteur. Rien de dramatique, mais il faut redresser la barre au plus vite. Pourquoi pas dès cette semaine ? « Massy est peut-être un peu moins fort que Chalon, estime Jean-Philippe Barros. Si on respecte les consignes, ça pourra aller. Mais il faudra faire zéro faute. Le match se jouera au mental. »

Il faudra en effet être irréprochable pour battre les Massicois. « Ils ont joué un bon match dimanche dernier à Auxerre (NDLR : perdu 25-26). Ils auront d’autant plus envie de réussir contre nous. » La victoire passera forcément par l’amélioration de quelques faiblesses constatées contre Chablon, même si les joueurs ont été irréprochables dans l’engagement. « Il faudra s’améliorer en touche, gommer quelques erreurs, avoir plus de réussite au pied et se montrer discipliné comme dimanche dernier. Si on arrive à se créer de longs ballons derrière, on peut faire mal à toutes les équipes. Encore faut-il conquérir des ballons. »

L’ennui, c’est que le temps annoncé pour ce week-end ne favorisera pas le jeu des arrières. Côté effectif, Ivan, le pilier roumain entré en jeu dimanche dernier, est au repos pour des problèmes de dos. « Cela ressemble à une hernie discale. Nous préférons le préserver pour le match contre Beaune (NDLR : à domicile le 10 novembre). Son absence est un peu ennuyeuse. » Un compatriote international vient enfin d’arriver au club. Marian Mitu (Etoile de Bucarest, aligné en Challenge Cup) disputera demain son premier match à la mêlée.

Les autres matchs de la poule 1 (5e journée) : Le Creusot - Gennevilliers ; Chalon-sur-Saône - Saint-Maur ; Beaune - Auxerre ; Mâcon - Lille ; Nevers - Viry-Châtillon.

D.L.


Une mi-temps et plus rien (« Le Parisien » - 29 octobre 2002)

Rugby, 2 Division/

Une mi-temps et plus rien

Massy - Meaux-Lagny 23-8

MASSY - MEAUX-LAGNY : 23-8 (8-5). Spectateurs : 400. Arbitre : M. Gibert (Provence).

Massy. Trois essais : Feret (24e), Eschwege (42e), Martin (71e). Deux pénalités (37e , 46e) et une transformation (42e) : Grèje. Cartons jaunes : Fassy (60e), Argentier (75e).

Meaux-Lagny. Un essai : Schott (33e). Une pénalité : Ezaru (63e). Carton jaune : Derrin (75e).

LES MELDOIS ont été dominés dimanche après-midi dans le derby contre Massy à l’occasion de la 5e journée de championnat. Troisième défaite consécutive pour les Seine-et-Marnais, qui bénéficient pourtant du vent en première période mais n’en profitent pas.

Ce sont les Massicois qui jouent bien le coup avec un jeu au pied à ras de terre et des passes courtes. L’arbitre sauve Meaux-Lagny en refusant un essai en coin d’Eschwege (14 e ), mais donne une pénalité sur la ligne des vingt-deux. Olivier Lapèze, la joue à la main pour Villemeur qui se fait chiper le ballon par l’arrière meldois, au moment d’aplatir. Un réveil de courte durée Dans la minute suivante (15e), Martin est plaqué à deux mètres de la ligne par la défense visiteuse bien regroupée. Ce n’est que partie remise, Massy est maître du jeu et, à la suite d’une mêlée à quinze mètres, le capitaine Feret marque en force avec l’aide de son pack (5-0, 24e). Meaux-Lagny se réveille enfin et, sur la première incursion dans le camp massicois, Mitu sert son ailier Schott qui marque en coin, à la surprise générale (5-5, 33e). Les Meldois emmenés par le demi de mêlée roumain Mitu se montrent enfin dangereux. Mais Massy reprend l’avantage par une pénalité de Grèje (8-5, 40e).

En seconde période, changement de décor et cette fois Massy a le vent en poupe. Sur un long coup de pied d’Hubert, les Essonniens se retrouvent à quinze mètres de la ligne. Olivier Lapèze sert Eschwege sur un plateau qui marque. Grèje transforme (15-5, 42e). Le buteur massicois corse l’addition par une pénalité (18-5, 46e). Meaux fait illusion un moment en revenant à 18-8 par une pénalité de Ezaru (63e). Le pack meldois faiblit au fil des minutes. Les Essonniens profitent des espaces sur les ailes et se créent de nombreuses occasions. A la suite d’un exploit personnel, l’ailier Martin se joue de la défense seine-et-marnaise à l’arrêt et corse l’addition (23-8, 71e). Le tableau d’affichage ne changera plus.

Ça sent le roussi du côté de Meaux-Lagny. Indéniablement, cette équipe a des qualités, mais il lui manque quelques victoires pour se rassurer et remonter dans le classement. Histoire de se mettre plus tranquillement à l’abri.

André Guillamet


Meaux-Lagny a la tête ailleurs (« Le Parisien » - 9 novembre 2002)

Rugby, 2e Division

Meaux-Lagny a la tête ailleurs

MEAUX-LAGNY - BEAUNE, demain (15 heures), stade du Fort-du-Bois à Lagny.

Meaux-Lagny : Foltier, Villanueva, Dermouni, Ezaru, Perrin, Mebarka, Richard, Blond, Resouf, Parisot, Bancarel, Ivan, Sabathé, Rossel, Maïau, Garrabé, Zanatta, Matassaru, Antunes, Schotte, Fleury. Entr. : Barros et Dinu.

MEAUX-LAGNY s’apprête à jouer un match capital contre Beaune dans les pires conditions. La nouvelle est tombée hier matin : Jean-François Bonnet, son manager et ancien entraîneur de Lagny, est décédé la nuit précédente d’une crise cardiaque. Jean-Philippe Barros, l’entraîneur, est sonné. « On fera ce qu’il faut pour gagner ce match », assure-t-il cependant. Il le faut.

Onzième, Meaux-Lagny reçoit le dixième. Les deux équipes figurent en queue de peloton, à égalité de points avec Viry-Châtillon et Le Creusot. L’enjeu est simple : soit l’équipe de Meaux-Lagny gagne et se laisse la possibilité de revenir progressivement parmi les six qualifiables. Soit elle perd et, là, la tâche devient très compliquée.

Les Seine-et-Marnais semblent, en tout cas, suffisamment armés pour sortir du lot, bien que leur compteur soit bloqué à une seule victoire en cinq matchs.

Depuis hier matin, rien n’est plus pareil

La défaite d’il y a trois semaines contre Chalon-sur-Saône, le leader, laissait entrevoir des possibilités d’évolution intéressantes. Le rendez-vous de demain semblait tout indiqué pour renouer avec la victoire, d’autant que l’équipe a eu deux semaines pour intégrer ses dernières recrues. Malheureusement, depuis hier matin, rien n’est plus pareil.

Les autres matchs de la poule 1 (6e journée) : Gennevilliers - Châlon-sur-Saône ; Saint-Maur - Massy ; Viry-Châtillon - Auxerre ; Lille - Le Creusot ; Nevers - Mâcon.

D.L.


Meaux-Lagny taille patron (« Le Parisien » - 11 novembre 2002)

Rugby, 2e Division /

Meaux-Lagny taille patron

Meaux-Lagny - Beaune 23-5

MEAUX-LAGNY - BEAUNE : 23-5 (15-0). Spectateurs : 110.

Meaux-Lagny. Trois essais : Groshens (15e), Mitu (35e), un essai collectif (50e). Une transformation : Perrin (36e). Deux pénalités : Perrin (20e , 45e). Entr. : Barros et Dinu.

MALGRÉ des conditions de jeu difficiles, avec une pluie glaciale et un terrain gras, et un contexte particulier, suite au décès de leur manager, Jean-François Bonnet, les hommes de Jean-Philippe Barros se sont imposés hier après-midi face à Beaune (23-5).

Dans ce match aux enjeux redoublés, ils ont su faire abstraction de ces circonstances pour signer un précieux succès et se relancer dans la course à la qualification. La minute de silence chargée d’émotion observée avant le coup d’envoi a eu le don de galvaniser les partenaires de Villanueva. Rapidement supérieurs dans pratiquement tous les secteurs du jeu, les Seine-et-Marnais transpercent la défense adverse une première fois grâce à Groshens (5-0, 15e).

Avec un gros travail des avants, Meaux-Lagny occupe le camp des visiteurs et accentue son avantage une première fois par Perrin, sur une pénalité (8-0, 20e), puis par Mitu, qui aplatit le cuir dans l’en-but pour signer le deuxième essai du match. Perrin se chargeant ensuite de la transformation (15-0, 36e).

Avec quinze longueurs d’avance à la pause, Meaux-Lagny maîtrise son sujet et repart sur les mêmes bases en seconde période.

Un match de référence

En l’espace de dix minutes, il va sceller le sort de la partie et anéantir les espoirs adverses. Perrin passe une seconde pénalité, avant que le pack ne se charge d’inscrire un troisième et dernier essai suite à une touche (23-0, 50e). En face, Beaune affiche le visage des mauvais jours et sauve l’honneur par un essai dans les dernières minutes de la rencontre (23-5, score final).

Meaux-Lagny se refait une petite santé et savoure son succès. « Je félicite toute l’équipe, savoure Jean-Philippe Barros. Nous avons réussi à les étouffer dans tous les secteurs du jeu, malgré des conditions difficiles. Nous avons été très bons devant et dans notre jeu au pied, ce qui reste encourageant pour la suite. Ce match plein doit nous servir de référence car nous devons maintenant confirmer, en étoffant notre jeu et prenant encore plus de volume. »

Requinqué moralement et replacé mathématiquement, Meaux-Lagny retrouve le sourire. Ça fait vraiment du bien...

Yann Perrin


Une chance à saisir (« Le Parisien » - 16 novembre 2002)

Rugby, 2eD

Une chance à saisir

Auxerre - Meaux-Lagny

MEAUX-LAGNY effectue un gros déplacement, demain à Auxerre. La partie s’annonce difficile contre le 6e du championnat, mais les hommes de Jean-Philippe Barros et Georges Dinu peuvent s’en sortir s’ils font preuve de la même force morale que contre Beaune, dimanche (23-5). Profondément affectés par le décès de leur manager, Jean-François Bonnet, ils ont malgré tout su imposer leur jeu et remporter un match capital. L’idéal serait de profiter tout de suite de cette lancée, sachant que le match suivant à Viry-Châtillon sera plus abordable.

Les objectifs sont curieusement plus modestes du côté d’Auxerre, malgré ses bons résultats. Les Bourguignons, champions de leur région, sont en effet des habitués de l’ascenseur et cherchent avant tout à se stabiliser au niveau national.

D.L.


L’étau se resserre (« Le Parisien » - 19 novembre 2002)

Rugby, 2e Division

L’étau se resserre

Auxerre - Meaux-Lagny 28-16

AUXERRE - MEAUX-LAGNY : 28-16 (15-9). Arbitre : M. Commerçon (Flandres).

Meaux-Lagny : Foltier - Groshens, Ezaru, Dermouni, Schotte - (o) Perrin, (m) Mitu - Richard, Blond, Resouf - Bancarel, Parisot - Ivan, Sabathé, Zanatta. Sont entrés en jeu : Garrabé, Maïau, Rossell, Guranescu, Bernardet, Villanueva. Entr. : Barros et Dinu.

Auxerre. Quatre essais : Cohen (8e), Misri (40e), Chelidze (75e), Tupinier (78e) ; une transformation : Cohen (8e) ; deux pénalités : Cohen (27e, 56e).

Meaux-Lagny. Un essai : Foltier (80e +1) ; une transformation : Perrin (80e +1) ; trois pénalités : Perrin (5e, 25e, 34e).

MEAUX-LAGNY doit attendre encore un peu pour sortir de la zone dangereuse. Les hommes de Jean-Philippe Barros pointent à la neuvième place après leur défaite de dimanche à Auxerre qui, de son côté, assoit un peu plus sa position parmi les équipes qualifiables (quatrième). Les Seine-et-Marnais se retrouvent ainsi dans un groupe fourni en bas de tableau, à égalité de points avec Beaune, Le Creusot et Saint-Maur. La lanterne rouge, Viry, ne compte qu’un point de retard sur ses prédécesseurs. L’ennui, c’est que le dernier qualifiable, Lille, a déjà quatre points d’avance sur les Seine-et-Marnais.

Plus vite dans le jeu

Les deux équipes se tiennent en première période grâce au coup de botte de Perrin (10-9, 34e). Auxerre finit tout de même par concrétiser sa domination territoriale sur une mêlée contrée dans l’en-but, tournée selon l’entraîneur seine-et-marnais (15-9, 40e).

Après la pause, Meaux-Lagny repart au charbon. « On est entrés plus vite dans le jeu », commente Jean-Philippe Barros. Cela n’empêche pas l’envol d’Auxerre, qui enchaîne une pénalité, puis deux essais non transformés (28-9, 78e). La partie est perdue, mais Meaux-Lagny sauve finalement l’honneur dans cette seconde période sur un essai de Foltier entre les poteaux, transformé par Perrin (28-16, 80e +1).

Jean-Philippe Barros ne nourrit pas trop de regrets : « Il y a eu des erreurs d’arbitrage en mêlée, mais cela n’explique pas seul notre défaite, estime l’entraîneur. On a eu trop peu de ballons et on a commis des erreurs défensives. » Meaux-Lagny prépare désormais un match capital dans 15 jours à Viry-Châtillon. La victoire chez le dernier sera quasiment obligatoire.

David Louhaut


Meaux-Lagny joue gros (« Le Parisien » - 30 novembre 2002)

Rugby, 2e Division

Meaux-Lagny joue gros

IL Y A des matchs à ne pas manquer. Pour Meaux-Lagny, son déplacement de demain à Viry-Châtillon fait partie de ceux-là. Résumons-nous. Les Seine-et-Marnais pointent à la 10e place dans le peloton de queue, à égalité de points avec Nevers (8e), Beaune (9e) et Le Creusot (11e). Juste derrière, tout seul et à un point de retard, figure Viry-Châtillon.

Pour être clair : soit Meaux-Lagny gagne et se donne une chance de raccrocher à court ou moyen terme le groupe des six équipes qualifiables, soit il hérite d’un nouveau et inconfortable flambeau : celui de la lanterne rouge, synonyme de galère pour les journées à venir. Les hommes de Jean-Philippe Barros et Georges Dinu ont eu deux semaines pour préparer ce rendez-vous clé, après leur défaite concédée à Auxerre (28-16). De leur côté, les Essonniens restent sur un échec attendu à Mâcon (42-8). Autant dire que les Seine-et-Marnais n’auront pas partie facile contre une équipe qui doit absolument s’imposer à domicile pour espérer ne pas descendre en Troisième Division en fin de saison.

L’équation est simple, mais la réalisation moins aisée : développer son rugby contre une formation qui mettra toute son énergie à l’en empêcher. Le match sera d’autant plus chaud qu’intervient la dimension du derby : bien que situés dans deux départements différents, Meaux et Viry-Châtillon sont séparés par moins de 70 km...

D.L.


Le ciel s’assombrit (« Le Parisien » - 2 décembre 2002)

RUGBY, 2e DIVISION

VIRY - MEAUX-LAGNY 5-12.

Le ciel s’assombrit

Battus hier sur leur terrain par des Seine-et-Marnais avant-derniers de la poule, les Virois ont touché le fond. Ils peuvent commencer à se faire du souci.

VIRY - MEAUX-LAGNY : 5-12 (5-5). Spectateurs : 300. Arbitre : M. Allard (Alpes).

Viry. Un essai : Amina (2e). Carton jaune : Jacquemot (12e).

Meaux-Lagny. Deux essais : Ivan (32e), Ezaru (48e). Une transformation : Ezaru (48e). Carton jaune : Ivan (75e).

RIEN ne va plus à Viry. Même les plus fidèles supporters n’y croient plus. Des « On va tout droit en 3e Division » ont même dégringolé des tribunes. Ludovic Lelièvre, l’un des plus anciens virois, se montre réaliste : « Dans cette équipe, il y a de très bons joueurs mais ils manquent d’esprit collectif. Ils pensent pouvoir y aller seul. » Le pilier essonnien a du mal à cacher sa déception : « Le rugby se joue à quinze. En deuxième mi-temps, nous avons dix occasions. Nous sommes incapables de marquer face à une équipe qui en voulait beaucoup plus que nous. Il faut se remettre au travail et ne pas se décourager, même si l’avenir semble compromis. »

C’est bien parti

Pourtant, les Canaris démarrent en trombe. Sur un long coup de pied en touche de l’ex-Meldois Pujos, le ballon rebondit devant l’arrière visiteur Perrin. Amina, à l’affût, s’empare du ballon et aplatit (2e). C’est bien parti. Mais Meaux, emmené par sa grosse armada roumaine, réagit. Sur un terrain très gras, son pack fait la différence. Sur une mêlée à 5 m de la ligne, le pilier Ivan passe en force (5-5, 32e). Livrée dans un véritable bourbier, la bataille est rude. Pujos bénéficie d’une pénalité, mais son ballon frappe le poteau avant de revenir en jeu. La mi-temps est sifflée sur ce score de parité.

Le début de seconde période est pour les visiteurs. Une pénalité d’Ezaru échoue également sur le poteau (42e). Ce n’est que partie remise. Ezaru profite d’une mésentente de la défense viroise pour marquer entre les poteaux (5-12, 48e). Malgré une nette domination des Canaris et de nombreuses occasions, le score ne bougera plus. Assommé, Alain Favarel se montre peu disert : « C’est dur à avaler. Nous sommes tombés sur des morts de faim. Il fallait écarter sur les ailes, mais les joueurs n’ont pas respecté les consignes. Il faut continuer à se battre. » Pour chasser des nuages de plus en plus sombres.

André Guillamet


De la solidarité à revendre (« Le Parisien » - 3 décembre 2002)

Rugby, 2e Division/

De la solidarité à revendre

Viry - Meaux-Lagny 5-12

VIRY - MEAUX-LAGNY : 5-12 (5-5). Spectateurs : 300. Arbitre : M. Allard (Alpes).

Viry. Un essai : Amina (2e). Carton jaune : Jacquemot (12e).

Meaux-Lagny. Deux essais : Ivan (32e), Ezaru (48e). Une transformation : Ezaru (48e). Carton jaune : Ivan (75e).

UN MATCH HÉROÏQUE.

Les Meldois se sont imposés avec la manière dimanche après-midi à Viry dans le derby de la peur entre les deux derniers de la poule. La rencontre s’est déroulée sous la pluie et dans un véritable bourbier. Les Seine-et-Marnais pouvaient toutefois laisser éclater leur joie à l’issue de cette bataille dans la gadoue. Ils étaient conscients d’avoir fait un grand pas vers le maintien. Du côté de Viry, c’était plutôt la grande tristesse : l’équipe a un pied en 3e Division.

Les Virois entament pourtant bien la rencontre. Sur une longue touche de l’ex-Meldois Ludovic Pujos, Amina s’empare du ballon et marque en coin (2e). Cet essai aurait dû libérer le XV virois, mais au contraire ce sont les visiteurs qui ont le monopole du jeu. Le pack meldois plus puissant domine et, sur une mêlée à cinq mètres de la ligne, le pilier Ivan marque en force (5-5, 32e).

Les deux équipes changent de camp sur ce score de parité (5-5). Dès la reprise, une pénalité d’Ezaru échoue sur le poteau (42e). Ce n’est que partie remise, Ezaru profite d’une mésentente dans la défense viroise pour s’approprier le ballon de la victoire. Le trois-quarts centre de Lagny laisse trois Essonniens sur place avant d’aplatir (5-12, 48e). Les Canaris se créent au moins dix occasions, mais la défense meldoise résiste. Dans les arrêts de jeu, trois Virois se retrouvent face à Perrin. L’arrière a le dernier mot en tapant en touche. L’arbitre siffle la fin du match.

Jean-Philippe Barros peut sauter de joie : « C’est une grande victoire. Notre physique a fait la différence. Le cinq de devant a réalisé son meilleur match de la saison. La défense a toujours été solidaire. » Un premier pas a été franchi sur le chemin du maintien.

André Guillamet


Meaux-Lagny en balance (« Le Parisien » - 7 décembre 2002)

Rugby, 2e Division

Meaux-Lagny en balance

VAINQUEUR CHEZ la lanterne rouge, Viry-Châtillon, dimanche dernier (5-12), Meaux-Lagny part de nouveau favori contre l’avant-dernier, Saint-Maur, demain à Meaux.

Favori, mais pas si largement : « Ce sera sans doute plus difficile, déclare Jean-Philippe Barros, l’entraîneur seine-et-marnais. Je ne suis pas inquiet, mais Saint-Maur est tout de même meilleur que Viry-Châtillon. C’est une équipe joueuse qu’il faudra museler. Nous savons ce que nous avons à faire. Encore faudra-t-il appliquer les consignes. »

L’enjeu est important. Meaux-Lagny occupe la 8e place. En s’imposant, l’équipe a l’occasion de monter d’un cran, sachant que Nevers, qui la précède, se déplace à Massy, deuxième ex aequo. Elle serait alors juste au-dessous du groupe des six qualifiables et regarderait enfin vers le haut, au lieu de lutter pour son maintien. Le match de demain est donc à double tranchant, mais les Seine-et-Marnais ont les moyens de passer le cap avec succès. Le gros des troupes est en effet valide. Seul Perrin, peut-être victime d’une fracture de fatigue, sera absent. By jouera donc à l’ouverture. Resouf, touché à la cheville, est encore incertain, mais avec Bernardet, Guranescu et Richard, la 3e ligne tient debout.

D.L.


Un nul bien payé (« Le Parisien » - 10 décembre 2002)

Rugby, 2e Division/

Un nul bien payé

Meaux-Lagny - Saint-Maur 20-20

MEAUX-LAGNY - SAINT-MAUR : 20-20 (14-6).

Meaux-Lagny. Deux essais : Groshens (3e), Parisot (40e) ; deux transformations : Ezaru (3e, 40e) ; deux pénalités : Ezaru (44e, 76e).

Saint-Maur. Un essai collectif (49e) ; cinq pénalités : Jalamian (13e, 15e, 43e), Tourou (73e, 80e +3).

DURE JOURNÉE pour Meaux-Lagny. Les Seine-et-Marnais peuvent s’estimer heureux de s’en sortir sur un match nul face à Saint-Maur. Au classement, ils stagnent toujours au huitième rang. Malgré leur avant-dernière place, les Val-de-Marnais ont su inhiber presque toutes les initiatives de Meaux-Lagny, souvent réduit à défendre. C’est même difficile de comprendre pourquoi ils naviguent dans les bas-fonds du classement. « Saint-Maur méritait de l’emporter, reconnaît Jean-Philippe Barros, l’entraîneur seine-et-marnais. Nous n’avons pas réussi à jouer comme prévu. On a gêné nos adversaires en avançant, mais on n’a pas pu le faire souvent. »

C’est pourtant Meaux-Lagny qui ouvre le score dès l’entame, sur un coup de chance : Groshens contre un coup de pied de dégagement et marque directement (7-0, 3e). Les Val-de-Marnais recollent au score sur deux pénalités (7-6, 15e), mais Parisot redonne de l’air à son équipe avant la pause (14-6, 40e).

La domination de Saint-Maur devient évidente en seconde période. Les visiteurs squattent la majeure partie du temps dans le camp seine-et-marnais. Un essai et deux pénalités leur permettent d’égaliser (17-17, 73e). Ezaru redonne l’avantage au pied à Meaux-Lagny (20-17, 76e), mais Saint-Maur égalise sur un dernier coup de botte pendant les arrêts de jeu (20-20, 80e +3). Logique.

D.L.


Meaux-Lagny cherche la sérénité (« Le Parisien » - 14 décembre 2002)

Rugby, 2 Division

Meaux-Lagny cherche la sérénité

GENNEVILLIERS - MEAUX-LAGNY, demain (15 heures). Meaux-Lagny : Fleury, Schott, Dermouni, Ezaru, Groshens, By, Mitu, Bernardet, Guranescu, Richard, Bancarel, Blond, Ivan, Maïau, Sabathé, Matassaru, Garrabé, Zanatta, plus quatre joueurs à désigner. Entr. : Barros et Dinu.

MEAUX-LAGNY ne s’attend pas à une partie de plaisir, demain, à Gennevilliers. S’ils n’ont pas réalisé d’exploit cette saison, leurs adversaires ont fait preuve d’une belle régularité qui leur vaut aujourd’hui une cinquième place, synonyme de qualification en phase finale. Les Seine-et-Marnais, eux, sont loin d’être sereins. Le nul concédé dimanche dernier à domicile contre Saint-Maur (20-20) a laissé des traces dans les esprits. Ils sont toujours au huitième rang, en balance entre le groupe des qualifiables et celui des relégables. « Une victoire nous ferait beaucoup de bien avant la trêve, estime Jean-Philippe Barros, leur entraîneur. Nous devons réagir après le match de dimanche dernier, mais nous avons des problèmes d’effectif. D’une part, parce qu’il y a des blessés, et, d’autre part, parce que certains ont des désillusions. »

Rien de tel qu’une bonne victoire pour évacuer les mauvaises humeurs. Elle aurait en outre l’avantage de placer les Seine-et-Marnais dans une situation plus confortable au classement lors de la reprise. « Nous aurons des matchs importants », constate l’entraîneur. C’est-à-dire des matchs à remporter face à des concurrents directs à la qualification, Lille et Nevers. Quel que soit le résultat de demain, la trêve de trois semaines semble tomber à point nommé.

Les autres matchs de la poule 1 (10 e journée) : Viry-Châtillon - Saint-Maur ; Lille - Auxerre ; Nevers - Beaune ; Mâcon- Massy ; Le Creusot - Chalon-sur-Saône.

David Louhaut


Meaux-Lagny tombe les armes à la main (« Le Parisien » - 17 décembre 2002)

Rugby, 2e Division

Meaux-Lagny tombe les armes à la main

GENNEVILLIERS - MEAUX-LAGNY : 25-19 (18-12). Spectateurs : 300. Arbitre : M. Oracz (Provence).

Gennevilliers. Trois essais : Lalanne (10e), Fargeas (26e), Litzler (46e) ; deux pénalités : Gommès (5e, 33e) ; deux transformations : Gommès (10e, 46e).

Meaux-Lagny. Un essai : Blond (52e) ; quatre pénalités : Ezaru (3e, 8e, 13e, 28e) ; une transformation : Ezaru (52e).

MEAUX-LAGNY aborde les fêtes dans le statu quo. Mieux inspirés que contre Saint-Maur une semaine plus tôt (20-20), les Seine-et-Marnais n’ont pas franchi l’obstacle à Gennevilliers et pointent à un point de Nevers, le dernier qualifiable, à égalité avec Beaune, Viry-Châtillon et Lille. Bref, un joli panier de crabes dont il est bien difficile de désigner les favoris.

La première période est à l’avantage de Gennevilliers, dominateur devant. Le match, ponctué par trois pénalités d’Ezaru, une pénalité et un essai transformé de Gennevilliers, se tient au score (10-9, 13e), mais les locaux prennent l’avantage sur deux mêlées enfoncées et virent logiquement en tête à la pause (18-12).

Ils remettent le couvert à la reprise (25-12, 46e). Meaux-Lagny, dépassé jusqu’ici, se reprend malgré la tourmente en seconde période. Blond concrétise rapidement les efforts de son équipe (25-19, 52e), mais le score n’évoluera plus. Les joueurs de Barros sortent vaincus, mais tête haute.

Seul ombre au tableau : le demi de mêlée Marian Mitu revient de Gennevilliers avec une fracture du péroné et passera les fêtes plâtré... « On a joué un bon match, estime Jean-Philippe Barros, son entraîneur. Gennevilliers avait un gros paquet d’avants mais on a réussi à faire front. On a passé toute la fin de match dans son camp. Il ne manquait pas grand-chose. Notre prestation est encourageante. »


Meaux-Lagny revient (« Le Parisien » - 25 janvier 2003)

Rugby, 2e Division

Meaux-Lagny revient

MACON - MEAUX-LAGNY (aller 23-14), demain (15 heures).

Meaux-Lagny : Foltier, Schott, Dermouni, Ezaru, Groshens, Moreau, Bernardet, Guranescu, Richard, Blond, Bancarel, Ivan, Garrabé, Matassaru, Fleury, Gleizes, Maïau, Sabathé, Zanatta, Dinu, Resouf. Entr. : Barros et Dinu.

MEAUX-LAGNY va enfin jouer son premier match de l’année, demain à Mâcon, après deux reports consécutifs (contre Lille et Nevers). Les deux terrains seine-et-marnais étaient en effet impraticables.

La reprise s’annonce difficile face au cinquième d’une poule scindée en deux pelotons bien distincts. Celui, précisément, des cinq premiers, et tous les autres, nettement distancés au nombre de points. Dans ce panier, tout le monde se tient. La chasse à la sixième place qualificative s’annonce donc âpre pour Meaux-Lagny, et elle commence dès demain. Les Seine-et-Marnais auront en tout cas la volonté de prendre leur revanche du match aller. « C’est un nouveau championnat qui recommence, déclare Bernard Lalanne, un des entraîneurs. Si on joue bien le coup, il est pour nous. La coupure a fait du bien aux joueurs, qui recréent des liens. Cela dit, gagner à Mâcon ne sera pas facile. Une seule équipe est parvenue à y arracher un match nul. »

Pas facile, mais possible. Seule ombre au tableau : l’absence de Mitu (fracture tibia et péroné), remplacé par Moreau à la mêlée.

Les autres matchs de la poule 1 (13e journée) : Lille - Gennevilliers (18-22) ; Nevers - Saint-Maur (9-21) ; Le Creusot - Auxerre (6-40) ; Chalon-sur-Saône - Beaune (26-22) ; Massy - Viry-Châtillon (27-7).


Meaux-Lagny d’attaque (« Le Parisien » - 28 janvier 2003)

Rugby, 2e Division

Meaux-Lagny d’attaque

MÂCON - MEAUX-LAGNY : 19-20 (9-8).

Mâcon. Deux essais : Poquelet (50e), Rerouet (69e) ; trois pénalités : Rodet (12e, 17e, 25e).

Meaux-Lagny. Un essai : Groshens (3e) ; cinq pénalités : Ezaru (23e, 49e, 64e, 72e), Semlani (38e).

MEAUX-LAGNY vient d’empocher un important succès à Mâcon pour son premier match de l’année. A deux titres. Comptable d’abord : une victoire à l’extérieur étant toujours bonne à prendre dans une poule aussi serrée que la sienne. Les Seine-et-Marnais sont toujours huitièmes, mais n’ont qu’un point de moins que Beaune, sixième et dernier qualifiable... mais aussi un match de moins. Moral également : Mâcon faisant partie des cadors de la poule. Jean-Philippe Barros, l’entraîneur, se frotte les mains : « Espérons que nous confirmerons ce bon résultat. Contre Mâcon, on a dominé en conquête, en touche et en mêlée. On a créé du jeu et on a bien contré nos adversaires devant. »

L’entame sourit à Meaux-Lagny. Groshens inscrit un essai dès la troisième minute de jeu (0-5). Les locaux repassent néanmoins devant aux pénalités (6-5, 17e). Meaux-Lagny reprend l’avantage aux coups de pied (9-14, 49e), mais Mâcon remet tout de suite les compteurs à zéro sur un essai (14-14, 50e). Les locaux reprennent d’ailleurs les devants grâce à deux essais contre une pénalité seine-et-marnaise (19-17, 69e). C’est finalement Ezaru qui sauve son équipe en passant une toute dernière pénalité (19-20, 72e).

On retiendra également la bonne prestation de la dernière recrue seine-et-marnaise à l’ouverture. « Jaouad Semlani a pu s’adapter tout de suite parce que son niveau de jeu le lui permet. Il progressera au fil des matchs en découvrant ses nouveaux coéquipiers. »

D.L.


Un rendez-vous à ne pas manquer (« Le Parisien » - 1er février 2003)

RUGBY, 2eDIVISION (MATCH EN RETARD)/

MEAUX-LAGNY - NEVERS.

Un rendez-vous à ne pas manquer

Une semaine après une probante victoire à Mâcon, Meaux-Lagny rattrape son retard de calendrier avec la réception de Nevers. En espérant continuer la série.

MEAUX-LAGNY - NEVERS (aller 28-22), demain (15 heures), stade Georges-Tauziet à Meaux.

Meaux-Lagny : Matassaru, Ivan, Garrabé, Couderc, Zanatta, Blond, Bancarel, Richerd, Guranescu, Dinu, Resouf, Moreau, Semlani, Boucherat, Groshens, Gleizes, Dermouni, Ezaru, Foltier, Fleury. Entr. : Barros, Dinu, Lalanne.

IL Y A des rendez-vous à ne pas manquer. Celui de Meaux-Lagny face à Nevers, demain à Meaux, en fait incontestablement partie.

Les Seine-et-Marnais ont bien débuté l’année en s’imposant de justesse dimanche dernier à Mâcon (19-20). Une prestation encourageante sur le terrain, mais aussi au point de vue mathématique. Bien que huitièmes, ils sont virtuellement qualifiables : Beaune (6e) et Saint-Maur (7e), malgré un point de plus au compteur, ont en effet joué un match de plus. Il ne leur reste plus qu’à valider ce résultat en battant Nevers en match en retard de la 12e journée, le premier des matchs retour, reporté il y a deux semaines.

Pour être tout à fait à jour, il ne restera plus à Meaux-Lagny qu’à recevoir Lille, le 22 février. Une victoire sur Nevers, réaliste, lui permettrait en outre de lâcher des adversaires qui, à ce jour, le talonnent au classement. Les joueurs de Jean-Philippe Barros en profiteraient aussi pour reprendre confiance à domicile, où ils n’ont gagné qu’une seule fois, face à Beaune (23-5), le 10 novembre dernier. « J’espère qu’on confirmera notre victoire à Mâcon, déclare l’entraîneur seine-et-marnais. C’est tout à fait possible, bien que le match soit ouvert. Notre seul problème est qu’il y a pas mal d’absents, des joueurs ayant prévu de faire autre chose à cette date qui n’était pas initialement inscrite au calendrier. Cela dit, nos adversaires sont sans doute dans le même cas. Ils auront en tout cas l’envie de prendre leur revanche du match aller. » Les Seine-et-Marnais s’étaient en effet imposés dans la Nièvre en ouverture du championnat (22-28). L’ennui, c’est que, si Meaux-Lagny a tout intérêt à s’imposer, c’est évidemment aussi le cas de Nevers, qui est à peu de chose près dans la même situation. Avec une motivation en plus : compenser sa défaite à domicile, concédée dimanche dernier devant Saint-Maur (0-8).

David Louhaut


Ça se complique (« Le Parisien » - 4 février 2003)

RUGBY, 2e DIVISION (MATCH EN RETARD)/

MEAUX-LAGNY - NEVERS 6-10.

Ça se complique

Meaux-Lagny a subi la loi de Nevers, perdant le bénéfice de son succès à Mâcon une semaine plus tôt. La course à la qualification est loin d’être terminée.

MEAUX-LAGNY - NEVERS : 6-10 (6-10). Spectateurs : 150. Arbitre : M. Raymond (Lyon).

Meaux-Lagny : Foltier - Groshens, Ezaru, Dermouni, Gleizes - (o) Boucherat, (m) Moreau - Richard, Guranescu, Bernardet - Blond, Bancarel - Ivan, Garrabé, Matassaru. Sont entrés en jeu : Maïau, Sabathé, Zabatta, Resouf, Dinu, Fleury, Semlani. Entr. : Barros, Dinu, Lalanne.

Nevers : Berthelot - Martin, Aissa, Patterson, Grandchamp - (o) Laveau, (m) Currane - Elloumi, Pavin, Knaebel - Jacquet, Géraut - Erwée, Eloy, Ferjani. Entr. : Labanès.

Meaux-Lagny. Deux pénalités : Ezaru (4e, 24e).

Nevers. Un essai : Knaebel (40e +3) ; une transformation : Berthelot (40e +3) ; une pénalité : Berthelot (37e).

« ON MARCHE au courant alternatif » Jean-Philippe Barros, entraîneur de Meaux-Lagny, ne peut que constater l’irrégularité de ses troupes d’une journée à l’autre. Après une belle prestation à Mâcon, ses joueurs n’ont pas vu le jour devant Nevers. Ils ont bien marqué un essai mais celui-ci n’a pas été validé. Dommage. « Nous devrons aller chercher à l’extérieur les points perdus aujourd’hui. Nous avons joué tout le temps chez nous, même avec le vent. C’était un tout petit match. »

Le début de la rencontre est pourtant équilibré. Meaux-Lagny prend les devants grâce à deux pénalités, bottées par Ezaru (6-0, 24e). Puis les Nivernais posent leur emprise sur le match. Ils ne la lâcheront quasiment plus jamais. Ils réduisent l’écart sur pénalité (6-3, 37e), et concluent logiquement un essai d’avants transformé dans le temps additionnel de la première période (6-10, 40e +3).

La pause ne change rien à l’affaire. Dominés en touche et à la mêlée, les Seine-et-Marnais subissent invariablement la loi des visiteurs, maîtres du ballon et presque toujours cantonnés dans le camp adverse. Leurs rares initiatives sont systématiquement étouffées dans l’œuf. Au milieu de la seconde période, Meaux-Lagny esquisse un début de révolte, parvient à développer un peu son jeu, mais ce ne sont que des pétards mouillés. L’issue de la partie semble irrémédiablement scellée, même dans les arrêts de jeu où les Seine-et-Marnais parviennent enfin à approcher l’en-but nivernais. Sans succès.

Mathématiquement parlant, le résultat est inquiétant. Meaux-Lagny sombre de nouveau dans les profondeurs du classement et devra batailler, sans doute jusqu’au bout, pour arracher sa qualification en phase finale. Et aussi pour éviter de se faire rattraper par l’arrière.

David Louhaut


Le faux pas est interdit (« Le Parisien » - 8 février 2003)

Rugby, 2eDivision/

Le faux pas est interdit

Meaux-Lagny - Le Creusot

MEAUX-LAGNY - LE CREUSOT (aller 5-21), demain (15 heures), stade du Fort-du-Bois à Lagny.

Meaux-Lagny : Foltier - Ezaru, Dermouni, Groshens, Schott - (o) Semlani, (m) By - Resouf, Dinu, Richard - Bancarel, Blond - Loffel, Sabathé, Matassaru. Remplaçants : Fleury, Gleizes, Guranescu, Bernardet, Maïau, Garrabé, Ivan. Entr. : Barros, Dinu, Lalanne.

MEAUX-LAGNY a l’occasion, demain à Lagny, de se racheter de sa défaite face à Nevers (6-10). Les Seine-et-Marnais reçoivent Le Creusot, bon dernier de la poule. Leur mission : leur enfoncer le bonnet d’âne jusqu’aux oreilles. « Nous voulons montrer que nous n’avons pas fait ce dont nous sommes capables dimanche dernier », déclare Jean-Philippe Barros, l’entraîneur. La semaine dernière, des titulaires manquaient à l’appel, ayant tout simplement prévu autre chose qu’un match qui n’était pas initialement inscrit au calendrier. Avec un effectif reconstitué, les choses pourraient rentrer dans l’ordre demain : « Il y a eu plus de monde à l’entraînement, reprend Barros. Normalement, cela ira un peu mieux. Nous voulons aussi prendre notre revanche du match aller. C’était une catastrophe. J’attends une réaction aussi pour cette raison. »

Pour l’anecdote, Le Creusot , qui ne s’est jamais imposé à l’extérieur, n’a remporté que deux matchs depuis le début de saison, dont celui contre les Seine-et-Marnais.

Pour Meaux-Lagny, la principale raison de gagner reste cependant d’assurer un résultat indispensable à la maison, dans la perspective d’une qualification en phase finale. Avec son match en retard contre Lille restant à jouer, les Seine-et-Marnais peuvent encore coiffer au poteau Nevers, Beaune et Saint-Maur, leurs principaux concurrents. A condition d’effectuer une fin de saison irréprochable, et si possible dès demain.

Les autres matchs de la poule 1 (14e journée) : Gennevilliers - Nevers (0-12) ; Saint-Maur - Mâcon (0-23) ; Auxerre - Châlon-sur-Saône (19-33) ; Beaune - Massy (3-27) ; Viry-Châtillon - Lille (19-26).

David Louhaut


Une belle remise en confiance (« Le Parisien » - 10 février 2003)

Rugby, 2e Division/

Une belle remise en confiance

Meaux-Lagny - Le Creusot 34-6

MEAUX-LAGNY - LE CREUSOT : 34-6 (21-3). Spectateurs : 150. Arbitre : M. Boutet.

Meaux-Lagny. Quatre essais : Dermouni (13e), Dinu (31e), Schott (60e), Ezaru (74e) ; trois pénalités : Ezaru (4e, 10e, 19e) ; une transformation : Ezaru (32e) ; un drop : Dermouni (65e).

Le Creusot. Deux pénalités : Chavet (22e, 45e).

C’EST BIEN connu, une bête est toujours très dangereuse quand elle est blessée. Meaux-Lagny, touché dans son orgueil après sa défaite de dimanche dernier face à Nevers (6-10), avait à cœur de réparer l’affront. Alors, ce n’est pas étonnant si, dès les premières minutes de leur match contre Le Creusot, disputé hier à Lagny, les hommes de Jean-Philippe Barros affichent d’entrée leurs intentions. Trois pénalités d’Ezaru et un essai de Dermouni dans les vingt premières minutes assomment leurs adversaires (14-0, 19e). L’addition aurait même pu être plus lourde si l’arbitre n’avait pas refusé un essai aux locaux sans raisons apparentes.

Sur un terrain très gras et sous une pluie glaciale, les deux formations font ensuite jeu égal. Les Seine-et-Marnais connaissent une baisse de rythme légitime, mais tiennent les visiteurs à distance. Le Creusot concrétise sa timide réaction grâce à une pénalité de Chavet (14-3, 22e). Un sursaut qui a le don de réveiller les partenaires de Blond. Dinu, exemplaire toute la rencontre, inscrit le troisième essai de la partie juste avant la pause (21-3, 31e).

Plus forts, plus rapides et surtout mieux armés, les Seine-et-Marnais repartent sur les mêmes bases en seconde période. Meaux-Lagny trouve enfin des brèches par Schott puis Ezaru, qui signent chacun leur essai. Entre-temps, Dermouni passe même un drop astucieux. 34-6, le score est lourd et sans appel. « Je suis satisfait, car mes joueurs ont offert une tout autre prestation que dimanche dernier, savoure l’entraîneur. Ils ont tenté beaucoup de choses et affiché beaucoup d’envie. Avec un jeu un peu moins stéréotypé, nous aurions pu concrétiser plus d’occasions. La réaction attendue est là et c’est tant mieux. » Meaux-Lagny relève la tête. Il ne lui reste plus qu’à regarder droit devant...

Yann Perrin


Meaux-Lagny courageux (« Le Parisien » - 17 février 2003)

Rugby, 2e Division

Meaux-Lagny courageux

CHALON-SUR-SAONE - MEAUX-LAGNY : 24-17 (24-10).

Chalon-sur-Saône. Quatre essais : Fernandao (11e), Chapelle (20e), Descaillot (38e) ; deux transformations : Genevois (11e , 38e).

Meaux-Lagny. Deux essais : Semlani (15e), Gleizes (75e) ; deux transformations : Ezaru (15e), Groshens (75e) ; une pénalité : Ezaru (1re).

MEAUX-LAGNY avait peu de chance de ramener la victoire de Chalon-sur-Saône, leader incontesté de la poule. Les Seine-et-Marnais n’y sont pas parvenus, mais ils sortent de cette confrontation la tête haute. Ils ouvrent le score sur une pénalité d’Ezaru dès la première minute de jeu, mais les locaux reprennent très vite les rênes. « On se prend un essai de pénalisation sur une erreur technique de l’arbitre », estime Bernard Lalanne, l’entraîneur de Meaux-Lagny (7-3, 11e). Gleizes redonne l’avantage aux Seine-et-Marnais en marquant un essai (7-10, 15e), mais le reste du temps est à l’avantage des Bourguignons qui s’envolent à la pause (24-10).

Meaux-Lagny n’a plus rien à perdre et produit une excellente seconde période : « On a été au niveau du leader, apprécie Bernard Lalanne. On a passé beaucoup de temps chez lui et nous étions très solidaires. » Gleizes inscrit même le seul essai après la pause, en fin de rencontre (24-17, 75e).

La défaite est au rendez-vous, mais la manière est encourageante. « Nous avons confirmé notre réaction et le fonds de jeu mis en place dimanche dernier contre Le Creusot, précise l’entraîneur. Il va maintenant falloir gagner à la maison. »


Le défi de Meaux-Lagny (« Le Parisien » - 1er mars 2003)

Rugby, 2e Division

Le défi de Meaux-Lagny

MEAUX-LAGNY - MASSY (aller 8-23), demain (15 heures), stade du Fort-du-Bois à Lagny.

Meaux-Lagny : Foltier, Ezaru, Dermouni, Groshens, Semlani, By, Dinu, Richard, Bancarel, Blond, Loffel, Sabathé, Matassaru, Fleury, Gleizes, Bernardet, Maïau, Garrabé, Ivan, Schotte, Moreau. Entr. : Barros, Dinu, Lalanne.

MEAUX-LAGNY n’a plus trop le choix. Plus le championnat avance, plus gagner devient impérieux pour intégrer les six premières équipes qualifiables en phase finale. Les Seine-et-Marnais attendent un adversaire de choix, actuellement troisième de la poule et quasiment assuré de jouer la phase finale. Le pari est loin d’être simple, mais l’enjeu est important. « Nous devons passer ce test pour aborder en confiance le match suivant à Beaune, pose Jean-Philippe Barros, l’entraîneur responsable de l’équipe première. Ce match contre Massy déterminera en grande partie la qualification ou le maintien. Le verdict ne sera pas définitif, mais en cas d’échec nous n’aurions plus le droit à l’erreur. »

A l’aller, les Seine-et-Marnais n’ont pas produit leur meilleur match. Cette fois-ci, ils espèrent bien corriger le tir, sans Guranescu ni Resouf, blessés : « Si nous jouons avec plus de rigueur, nous pouvons gagner. Nous devrons imposer le défi physique à nos adversaires. Ils n’aiment pas trop cela. »

Après tout, pourquoi pas ? Battu avec les honneurs à Chalon-sur-Saône, Meaux-Lagny se voit offrir une occasion de réussir un gros coup.

Les autres matchs de a poule 1 (16e journée) : Gennevilliers - Le Creusot (12-10) ; Saint-Maur - Châlon-sur-Saône (12-22) ; Auxerre - Beaune (16-7) ; Lille - Mâcon (3-38) ; Viry-Châtillon - Nevers (3-15).

David Louhaut


Le courage n’a pas suffi (« Le Parisien » - 3 mars 2003)

Rugby, 2e Division

Le courage n’a pas suffi

Meaux-Lagny - Massy 11-15

MEAUX-LAGNY - MASSY : 11-15 (5-5). Spectateurs : 200. Arbitre : M. Poulalier (Bourgogne).

Meaux-Lagny. Un essai : Blond (13e) ; deux pénalités : Ezaru (46e, 50e).

Massy. Trois essais : Villemeur (4e), collectif (53e), Fassy (75e).

« VOUS N’AVEZ PAS à rougir ou à baisser la tête. » Jean-Philippe Barros remonte le moral de ses troupes comme il peut. Meaux-Lagny vient de s’incliner devant une équipe de Massy globalement plus maîtresse du jeu. Non sans démériter. Il s’en est fallu de peu, mais le résultat est le même. Les Seine-et-Marnais ont grillé un précieux joker dans la course à la qualification.

Massy entre tout de suite dans le vif du sujet et ouvre le score dans les cinq premières minutes de jeu (0-5, 4e). Meaux-Lagny réagit rapidement, et égalise par Blond (5-5, 13e). Les Seine-et-Marnais parviennent à contenir une équipe très joueuse et atteignent la mi-temps sur le même score de parité.

Les efforts fournis paient enfin à la reprise. Ils obtiennent coup sur coup deux pénalités qu’Ezaru transforme (8-5, 46e, 11-5, 50e). Les Massicois se chargent bien vite de ternir la bonne humeur seine-et-marnaise en inscrivant un nouvel essai (11-10, 53e). Ils récidivent et reprennent les commandes (11-15, 75e). Meaux-Lagny se voit offrir une nouvelle pénalité. Deux solutions : les trois points ou on tente un coup de poker en la jouant à la main. Le choix est cornélien. Va pour la main... mais la tentative échoue. On en reste là.

« Je suis déçu du résultat, mais je remarque que nous avons bien progressé depuis le début de saison, observe l’entraîneur. Cela dit, on n’était pas mal en conquête, mais on n’a pas assez utilisé le jeu au pied. On a aussi eu quelques problèmes en défense. » La victoire à Beaune, dimanche prochain, est maintenant presque obligatoire. « C’est un concurrent direct, reprend Barros. On en saura plus après ce match sur nos chances de se qualifier. »

David Louhaut


Le cauchemar de Meaux-Lagny (« Le Parisien » - 10 mars 2003)

Le cauchemar de Meaux-Lagny

BEAUNE - MEAUX-LAGNY : 38-32 (22-15).

Meaux-Lagny. Cinq essais : Groshens (20e ), Ezaru (35e ), Dermouni (65e ), Ionel (70e ) et un essai collectif (75e ) ; Deux transformations : Ezaru (22e , 76e ) ; une pénalité : Ezaru (30e ).

NOUS SOMMES dans les arrêts de jeu. Meaux-Lagny, mené de six petits points, jette ses dernières forces dans la bataille et sent son adversaire fléchir. Le pack seine-et-marnais entre dans l’en-but de Beaune. Le banc meldois lève les bras au ciel, croyant à l’essai salvateur. Hélas ! Le joueur en possession du ballon, plaqué au dernier moment, échappe le cuir au lieu d’aplatir. L’arbitre siffle la fin du match. Meaux-Lagny, à quelques centimètres du bonheur, dit adieu à la qualification pour la phase finale et s’attend à vivre des moments difficiles pour se maintenir. « Nous sommes tous abasourdis, lâche l’entraîneur, Jean-Philippe Barros. C’est la pire chose qui pouvait nous arriver. Nous avions le ballon de la victoire et le sort en a décidé autrement. »

Toujours menés durant la rencontre (22-10, 30e ), les partenaires de Dinu ont à chaque fois trouvé les ressources pour recoller au score. Présents physiquement, conquérants en touche, ils dominent la seconde période en inscrivant trois essais. Beaune, motivé pour ne pas lâcher sa 6 e place tant convoitée, résiste. L’épilogue est connu. « Il va falloir s’accrocher pour se maintenir car beaucoup d’équipes se tiennent en peu de points » conclut Barros. Meaux-Lagny devra se relever au plus vite de ce faux pas en oubliant ce dimanche noir, et en s’appuyant sur sa bonne réaction en deuxième période. Au risque de laisser le doute s’installer...

Y. P.


Meaux-Lagny handicapé (« Le Parisien » - 15 mars 2003)

Meaux-Lagny handicapé

MEAUX-LAGNY entame une âpre lutte pour le maintien, demain face à Auxerre. La question est de savoir si les joueurs de Jean-Philippe Barros, qui tenaient le ballon de la victoire dimanche dernier à Beaune, ont digéré leur défaite. Il leur faut rebondir tout de suite à domicile même si leur adversaire, bien parti pour se qualifier, n’est pas un concurrent direct. Parce que chaque point compte et qu’ils en ont moralement besoin.

L’ennui, c’est qu’il y aura des absents : By, Jaouad, Foltier suspendu, Bancarel blessé au genou et hors jeu pour le reste de la saison, Resouf toujours pas remis de son épaule, et Zanatta qui s’est déchiré un muscle à l’entraînement. Ce n’est pas vraiment le bon moment... « Il n’y a pas grand-chose à dire sur ce match à part que cela nous ferait du bien de gagner, déclare l’entraîneur, Jean-Philippe Barros. Nous avons enchaîné des défaites alors que nous n’étions pas loin de gagner. »

Handicapé, Meaux-Lagny aura-t-il les moyens de s’imposer ? « Nous avons des problèmes d’effectif, mais il me semble que c’est aussi le cas d’Auxerre. »

Les autres matchs de la poule 1 (18 e journée) : Viry-Châtillon - Mâcon (8-42) ; Nevers - Le Creusot (15-28) ; St-Maur - Beaune (19-55) ; Lille - Chalon-sur-Saône (6-28) ; Gennevilliers - Massy (12-39).

David Louhaut


Meaux-Lagny se rebelle (« Le Parisien » - 17 mars 2003)

Meaux-Lagny se rebelle

Meaux-Lagny - Auxerre 21-12

MEAUX-LAGNY - AUXERRE : 21-12 (9-9).

Spectateurs : 150.

Arbitre : M. Goisnard (Bourgogne).

Meaux-Lagny. Trois pénalités : Ezaru (19e , 28e , 40e ) ; deux essais : Richard (50e ), Groshens (80e +3) ; deux transformations : Ezaru (80e +3).

Auxerre. Quatre pénalités : Favier (1re , 26e , 39e , 58e).

IL ÉTAIT TEMPS ! Plutôt mal payé de ses efforts en trois rencontres, Meaux-Lagny a enfin sorti la tête de l’eau, hier au stade Georges-Tauziet. Les visages se détendent, l’instant est à la satisfaction d’un succès mérité. La rencontre n’était pourtant pas gagnée d’avance devant Auxerre, candidat à la montée. Mais les Seine-et-Marnais ont défendu chèrement leur peau sur leurs terres. La course au maintien est bien engagée et la porte de la qualification, bien que très éloignée, n’est pas encore tout à fait close. « On a gagné dans la douleur, mais on a gagné, apprécie Jean-Philippe Barros, l’entraîneur. Cela faisait trois fois qu’on perdait en jouant bien, alors... Je ne vous cache pas qu’après ces dernières défaites je ne dormais plus très bien. »

Cette victoire de Meaux-Lagny, c’est d’abord celle du courage. Les Seine-et-Marnais ont tenu bon en défense pendant toute la partie, indécise jusqu’au bout. Les deux équipes ne se sont jamais vraiment quittées au compteur. Notamment en première période, où elles se répondent coup sur coup aux pénalités : trois pour chaque, Ezaru comme botteur côté seine-et-marnais (9-9). Le premier essai du match arrive après la pause par Richard (14-9, 50e). Les Bourguignons reviennent à portée avec une nouvelle pénalité (14-12, 58e). Reste une bonne vingtaine de minutes à tirer. Les Seine-et-Marnais choisissent d’avancer et Groshens coupe enfin tout suspense dans les arrêts de jeu en inscrivant un tout dernier essai, transformé (21-12, 80e +3). Tout le monde est content. On se prend même à penser à la qualification, il est vrai encore mathématiquement possible. « On peut toujours se qualifier, estime Jean-Philippe Barros. Cela ne dépend pas que de nous, mais c’est possible. » Qui peut le plus peut le moins...

David Louhaut


Meaux-Lagny face à son destin (« Le Parisien » - 22 mars 2003)

Meaux-Lagny face à son destin

2e Division

MEAUX-LAGNY - VIRY-CHÂTILLON (aller 12-5), demain (15 heures), stade Georges-Tauziet à Meaux.

Meaux-Lagny : Groshens - Fleury, Ezaru, Dermouni, Gleizes - (o) Boucherat, (m) Moreau - Dinu, Richard, Io. Ivan - Guranescu, Iu. Ivan - Loffel, Sabathé, Matasaru. Remplaçants : N’Tema, Schotte, Wypych, Resouf, By. Entr. : Barros, Lalanne.

L’HEURE A SONNÉ. Meaux-Lagny tiendra son destin entre ses mains, demain face à Viry-Châtillon. Les données du problème sont simples : les Seine-et-Marnais sont actuellement neuvièmes avec un point d’avance sur Lille, dernier relégable, sachant que les Nordistes auront un match de plus à jouer. De l’autre côté, sept points les séparent de Beaune, sixième et dernier qualifiable. Mais cette fois-ci, ce sont les Seine-et-Marnais qui ont match en plus à jouer, à domicile contre Lille précisément (le 20 avril et non la semaine prochaine, comme prévu initialement).

La réception de Viry-Châtillon sera donc à double tranchant. En gagnant demain, Meaux-Lagny assurerait quasiment son maintien en plaçant derrière lui un concurrent direct, et conserverait même une chance de se qualifier en phase finale. Infime, certes, mais réelle. Mais en perdant, les hommes de Jean-Philippe Barros se condamneraient à une fin de parcours irréprochable. « Les joueurs savent que c’est peut-être le match du maintien, reconnaît Jean-Philippe Barros. Si on gagne, ça peut être tout bon. Mais si on perd, on n’a plus le droit de se tromper. La logique voudrait que si on a battu Auxerre dimanche dernier, on est capable de battre Viry-Châtillon. Mais la seule logique valable est celle du terrain. A nous d’imposer notre jeu. »

Les autres matchs de la poule 1 (19e journée) : Beaune - Gennevilliers (7-10) ; Auxerre - Saint-Maur (15-5) ; Massy - Lille (14-3) ; Chalon-sur-Saône - Nevers (9-9) ; Le Creusot - Mâcon (3-19).

David Louhaut


Meaux-Lagny en sursis (« Le Parisien » - 25 mars 2003)

Meaux-Lagny en sursis

MEAUX-LAGNY - VIRY-CHATILLON : 13-20 (13-3).

Spectateurs : 150.

Arbitre : M. Laffon (Bretagne).

Meaux-Lagny. Un essai : Ezaru (22e ) ; une transformation : Ezaru (22e ) ; deux pénalités : Ezaru (5e , 10e ) ;

Viry-Châtillon. Trois essais : Diarra (51e ), Gracia (70e ), Peres (72e ) ; une transformation : Peres (51e ) ; une pénalité : Gallène (23e ).

MEAUX-LAGNY a manqué une bonne occasion de passer un printemps plus tranquille, dimanche face à Viry-Châtillon. Sur leurs terres, les hommes de Jean-Philippe Barros avaient pourtant mené les débats en première période, Ezaru alimentant le compteur : deux pénalités, un essai et une transformation, contre une seule pénalité pour les visiteurs (13-3).

A la pause ça sent donc plutôt bon pour les Seine-et-Marnais. Seulement voilà, Viry-Châtillon va étouffer dans l’oeuf tous leurs espoirs en faisant cavalier seul en seconde période. Bilan : trois essais essonniens, dont un transformé. Résultat, Meaux-Lagny reste scotché à sa huitième place, coincé entre Nevers et Lille, dernier relégable. Désormais, c’est précisément contre les Nordistes que tout va se jouer le 30 avril à domicile en match en retard de la 11e journée et le 4 mai en déplacement lors de la dernière journée de la phase préliminaire. En tout cas, s’il restait encore dimanche dernier un faible espoir de qualification, il s’est définitivement évaporé.

David Louhaut


Rugby, école de la vie (« La Marne » - 27 mars 2003)

Lagny accueille une soixantaine de jeunes

Rugby, école de la vie

Essai transformé pour l’école de rugby de Lagny.

 - JPEG - 209.7 ko
2003-03-27 - La Marne
Arch. club house

Gérard Rama respire le rugby. Son accent toulousain est comme qui dirait un signe extérieur de richesse. De cette richesse d’âme liée au joli monde de l’ovalie et à tout ce qu’il représente. Le rugby est un sport d’hommes, comme on l’entend ici et là, mais il est d’abord et avant tout un sport qui véhicule des valeurs saines basées sur le respect et le goût de l’effort. En quittant la cité des violettes, Gérard Rama n’a rien perdu de sa culture rugbystique. Il est à la tête de l’école de rugby de Lagny depuis le début de la saison. Rencontre...

Vous êtes à la tête d’un groupe qui compte une soixantaine d’enfants. Satisfait ?

Oui même si je regrette la pénurie de jeunes de 15 ans. Ce n’est pas propre à Lagny mais à toute une région. C’est une véritable gangrène pour le rugby. On est de ce fait obligés de créer des ententes.

Comment expliquez-vous que les jeunes arrêtent ainsi le rugby ?

C’est difficile à dire mais ici, le choix est large en matière de disciplines sportives et puis la culture n’est pas tout à fait la même. Dans le Sud-Ouest, on naît presque avec un ballon ovale dans les mains. On est nourri à ça toute notre enfance, la situation est obligatoirement différente.

Parlez-nous un peu de votre école de rugby ?

Nous avons deux éducateurs diplômés par catégorie. Nous avons également deux personnes qui gèrent l’intendance, trois qui s’occupent de l’animation. Nous essayons de tout mettre en œuvre pour accueillir au mieux les enfants. Chaque entraînements, chaque match se termine par un goûter. C’est le genre de choses essentielles pour nous, pour faire en sorte que l’enfant se sente bien et trouve sa place dans notre sport.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes...

Pas tout à fait. Au début de la saison, nous avons eu très peur car une vingtaine de jeunes ont préféré arrêter le rugby et puis notre travail a fini par payer. A la fin de la journée des associations, on avait noué 23 contacts. Aujourd’hui, on a enrayé la spirale des départs et on continue à accueillir des joueurs. On a réussi à fédérer les parents qui nous ont dernièrement aidé à organiser un loto. Pour pouvoir offrir le meilleur aux enfants, il faut des moyens. C’est ce qui nous manque aujourd’hui. Mais nous avons des idées, la volonté et des bénévoles. Nous avons juste besoin de nous sentir soutenus. A ce propos, je souhaite remercier le professeur de sport du collège Saint-Laurent avec qui nous travaillons en étroite collaboration.

Quel est le message que vous adressez à vos jeunes joueurs ?

L’éducation et le jeu. Ce n’est pas pour rien que le rugby est considéré comme l’école de la vie. C’est sans doute encore plus vrai pour ce sport que pour un autre. Et pour évoluer, ils doivent jouer, nous organisons donc des tournois et participons à d’autres compétitions de ce genre. Le terrain, c’est un véritable lieu de vie où il fait bon vivre.

(Propos recueillis par Carine BABEC)


Meaux-Lagny proche du salut (« Le Parisien » - 5 avril 2003)

Meaux-Lagny proche du salut

SAINT-MAUR - MEAUX-LAGNY (aller 20-20), demain (15 heures).

Meaux-Lagny : (sous réserve) Groshens, Fleury, Ezaru, Dermouni, Gleizes, Boucherat, Moreau, Dinu, Richard, Io. Ivan, Guranescu, Iu. Ivan, Loffel, Sabathé, Matasaru, N’Tema, Schotte, Wypych, Resouf, By. Entr. : Barros, Lalanne.

MEAUX-LAGNY touche au but.

En s’imposant demain à Saint-Maur, les Seine-et-Marnais s’assureront le maintien en 2e Division. Les Val-de-Marnais pointent en effet à l’avant-dernière place, synonyme de relégation. Meaux-Lagny apparaît juste deux classements au-dessus, avec trois points d’avance et un match de plus à jouer. Les Seine-et-Marnais retrouveront la compétition après un repos forcé dimanche dernier. Ils devaient initialement recevoir Lille en match en retard, mais la rencontre a été finalement reportée au 20 avril. La partie de demain s’annonce également lourde d’enjeux pour Saint-Maur, qui tient ici sa toute dernière chance de maintien. Les Seine-et-Marnais savent donc qu’ils affronteront des morts de faim, près à utiliser toutes les ficelles pour se sortir de l’ornière. Ces derniers restent sur six défaites consécutives. A Meaux-Lagny de prolonger cette mauvaise série, histoire d’aller enfin tranquillement jusqu’aux vacances. « C’est vraiment un match très important, admet Jean-Philippe Barros. Normalement, si on fait ce qu’on sait faire, cela devrait passer. J’espère qu’il y aura une prise de conscience de la part des joueurs. Le tout est de ne pas le prendre avec trop de pression. »

Les autres matchs de la poule 1 (20 e journée) : Gennevilliers - Auxerre (6-29) ; Lille - Beaune (11-17) ; Nevers - Massy (11-23) ; Mâcon - Chalon-sur-Saône (9-27) ; Viry-Châtillon - Le Creusot (22-12).

David Louhaut


Meaux-Lagny touche au but (« Le Parisien » - 12 avril 2003)

Meaux-Lagny touche au but

MEAUX-LAGNY - GENNEVILLIERS (aller 19-25), demain (15 heures), stade du Fort-du-Bois à Lagny.

Meaux-Lagny (sous réserve) : Groshens, Fleury, Ezaru, Dermouni, Gleizes, Boucherat, Moreau, Dinu, Io. Ivan, Guranescu, Iu. Ivan, Loffel, Sabathé, Matasaru, N’Tema, Schotte, Wypych, Resouf, By. Entr. : Lalanne.

EN S’IMPOSANT à Saint-Maur dimanche dernier (43-27), Meaux-Lagny s’est bien placé pour se maintenir en 2e Division. La lutte n’est pourtant pas terminée. Pour y parvenir, les Seine-et-Marnais doivent gagner au moins un match, voire deux sur les trois qu’il leur reste à disputer. Autant dire qu’une victoire sur Gennevilliers, demain à la maison, serait la bienvenue. Ils pourront, avec un succès et un peu de chance, prendre des vacances anticipées. « Tout dépendra des résultats des autres équipes, particulièrement de Nevers, Lille et Saint-Maur, nos concurrents directs », précise Jean-Philippe Barros, entraîneur avec Bernard Lalanne qui conduira son équipe tout seul demain. Mais la tâche s’annonce difficile devant les joueurs des Hauts-de-Seine, deuxièmes de la poule derrière l’indétrônable Chalon-sur-Saône. Dimanche dernier, ceux-ci ont dominé Auxerre, le troisième (39-16). En outre, ils ont gagné la moitié de leurs matchs en déplacement. Meaux-Lagny aura néanmoins des atouts à faire valoir avec un groupe quasiment inchangé. Seul Franck Richard, blessé, manque à l’appel.

Les autres matchs de la poule 1 (21e journée). Demain à 15 heures : Saint-Maur - Viry-Châtillon (10-29) ; Auxerre - Lille (23-21) ; Beaune - Nevers (10-10) ; Massy - Mâcon (6-16) ; Chalon-sur-Saône - Le Creusot (18-3). Melun-Combs (3 e Division) est au repos forcé ce week-end. Le Racing son adversaire initial a déclaré forfait général.

David Louhaut


Le maintien en vue pour Meaux-Lagny (« Le Parisien » -19 avril 2003)

Rugby, 2eDivision (match en retard)

Le maintien en vue pour Meaux-Lagny

MEAUX-LAGNY - LILLE, demain (15 heures), stade du Fort-du-Bois (Lagny).

Meaux-Lagny. (sous réserves) Matasaru, Sabathé, Maïau, Wylpych, Guranescu, Iu. Ivan, Resouf, Blond, Mitu, Semlani, Gleizes, Ezaru, Dermouni, Groshens, Foltier, Io. Ivan, Garrabé, Dinu. Entr. : Barros, Lalanne.

MEAUX-LAGNY tient son destin entre ses mains. Grâce à leur performance devant Gennevilliers (14-9) dimanche dernier, les Seine-et-Marnais n’ont plus qu’un match à gagner pour s’assurer le maintien en 2e Division. Pendant que d’autres se reposeront en attendant la dernière journée de championnat, ils disputeront leur match en retard de la 11e et dernière journée des matchs aller contre Lille avant de retrouver les Nordistes dans une semaine pour en finir avec les matchs retour.

Meaux-Lagny peut mettre un terme au suspense en s’imposant tout de suite à domicile, histoire d’aller dans le Nord tranquillement la semaine prochaine. En cas d’échec demain et dans une semaine, les joueurs de Jean-Philippe Barros et Bernard Lalanne devraient compter sur deux défaites de Nevers, qui joue à Auxerre son match en retard. Mais, autant clore le débat tout de suite et échapper aux interminables calculs de fin de saison en cas d’égalité. Il faut le faire aussi pour la beauté du geste et pour le public qui n’aura plus d’autre occasion de voir jouer Meaux-Lagny à domicile cette saison. Pour le rassurer, si c’est possible, rappelons que Lille n’a gagné qu’un seul match en déplacement de toute la saison. C’était contre Le Creusot, l’indétrônable lanterne rouge. C’est bon signe pour les locaux...

L’autre match en retard de la poule 1 (11e journée). Demain, 15 heures : Auxerre - Nevers.

David Louhaut


Meaux-Lagny assure son avenir (« Le Parisien » - 22 avril 2003)

Rugby, 2eD (match en retard)

Meaux-Lagny assure son avenir

MEAUX-LAGNY - LILLE : 36-24 (9-11) .

Spectateurs : 150. Arbitre : M. Bunuel (Normandie).

Meaux-Lagny. Cinq pénalités : Ezaru (16e , 19e , 33e , 52e , 61e ) ; trois essais : Dermouni (53e , 80e ), Ezaru (65e ) ; transformations : Ezaru (53e , 65e , 80e ).

Lille. Quatre pénalités : Sauchelli (17e , 40e , 57e , 63e ) ; deux essais : Sanchez (27e ), Tetelin (76e ) ; une transformation : Sauchelli (76e).

C’EST FAIT. Meaux-Lagny vient de gagner son maintien en battant Lille, dimanche en match en retard de la 11 e journée. Fini les angoisses ! « Maintenant, je vais mieux dormir, lâche Georges Dinu en fin de rencontre. On a eu pas mal de blessés, nous n’avions plus de remplaçant en troisième ligne. C’est en partie pour cela que nous nous sommes retrouvés dans une situation aussi difficile. On ne mérite pas notre classement. On mérite mieux ! »

Qu’importe, l’essentiel est réalisé et les joueurs vident une bouteille de champagne sur le terrain, sans exubérance. Lille, de son côté, repart bredouille. Son destin est pendu aux prochains résultats de Nevers. Les Seine-et-Marnais eux, sont virtuellement en vacances. Avant cela, ils retrouveront Lille dimanche prochain, dans le Nord, pour la dernière journée de la phase préliminaire et pour disputer le match retour. Un match sans le moindre enjeu, pour la première fois depuis bien longtemps. Et ce n’est pas pour déplaire aux joueurs de Barros.

Le match s’ouvre sur un duel de pénalités, qui tourne à l’avantage de Meaux-Lagny, servi par l’infaillible coup de botte de Marian Ezaru (6-3, 19e). Lille reprend néanmoins l’avantage sur un essai de pénalité (6-8, 27e), et le conserve jusqu’à la pause (9-11). La tendance s’inverse en seconde période. Ezaru assure trois nouveaux points et, dans la foulée, Mohamed Dermouni fait la valise jusqu’à l’en-but adverse (19-11, 53e). Les pénalités continuent à s’enchaîner et Lille réduit un peu l’écart (22-17, 63e). Deux minutes plus tard, Ezaru donne de l’air à son équipe en allant à l’essai (29-17, 65e). Ça sent bon la victoire, mais Lille réplique en fin de match (29-24, 76e). Finalement, Dermouni sert le dernier essai salvateur sur un contre à la fin du temps réglementaire (36-24, 80e). Désormais, Meaux-Lagny peut dormir sur ses deux oreilles.

David Louhaut


Meaux-Lagny en roue libre (« Le Parisien » - 26 avril 2003)

Meaux-Lagny en roue libre

LILLE - MEAUX-LAGNY (aller 24-36), demain (15 heures).

Meaux-Lagny : (sous réserve) Matasaru, Sabathé, Maïau, Wylpych, Guranescu, Iu. Ivan, Resouf, Blond, Mitu, Semlani, Gleizes, Ezaru, Dermouni, Groshens, Foltier, Io. Ivan, Garrabé, Dinu. Entr. : Barros, Lalanne.

MEAUX-LAGNY effectuera un dernier déplacement pour clore une saison déjà sauvée, demain à Lille. Les Seine-et-Marnais ont, en effet, assuré leur maintien en 2e Division en venant à bout de cette équipe, dimanche dernier à Lagny en match en retard (36-24). Ils se sont ainsi épargné un retour à haut risque dans le Nord. Il en va cependant autrement pour Lille, qui a encore moyen de se maintenir. Son destin étant suspendu aux résultats de Nevers, les Nordistes devront s’imposer demain sur leurs terres pour conserver toutes leurs chances de succès, mais aussi tirer leur révérence en beauté devant leur public.

C’est dire que, s’ils sont virtuellement en vacances, les Seine-et-Marnais devront attendre encore un peu pour déplier les chaises longues et servir l’anisette. Pour les joueurs, l’essentiel consistera en fait à éviter l’accident bête de fin de saison. Bref, un dernier travail à effectuer avant de prendre des vacances bien méritées, les perspectives de qualification en phase finale s’étant envolées il y a plusieurs semaines déjà.

Les autres matchs de la poule 1 (22e journée) : Gennevilliers - Saint-Maur (28-16) ; Nevers - Auxerre (NJ) ; Mâcon - Beaune (13-16) ; Le Creusot - Massy (0-39) ; Viry-Châtillon - Chalon-sur-Saône (3-48).

David Louhaut


Les beaux adieux de Fabien (« Midi Olympique » - 12 mai 2003)

 - JPEG - 221.7 ko
2003-05-12 - Midi Olympique
Arch. club house

Les jeunes rugbymen de Lagny ont eu la chance d’accompagner Fabien Galthié dans son tour d’honneur du stade Jean-Bouin, samedi. Le capitaine de Bleus effectuait son dernier match à domicile sous les couleurs du Stade Français.


Lagny transforme l’essai (« La Marne » - 14 mai 2003)

1er Challenge Bernard Bohème dédié aux jeunes.

Lagny transforme l’essai.

 - JPEG - 238.2 ko
2003-05-14 - La Marne
Arch. club house

Le président Gérard Rama et son équipe étaient heureux dimanche en apercevant tout ces gamins partagés une même passion pour le ballon ovale. Après cinq mois de préparation, ils espéraient une belle implication des jeunes dans ce 1er Challenge Bernard Bohème. Et ils n’ont pas été déçus tant les joueurs de Coulommiers, Chelles, Gretz-Tournan et Lagny ont disputé jusqu’aux dernières secondes ce tournoi qui s’apparentait à une énorme cerise sur un gâteau appelé fin de saison.

Les mini-poussins, benjamins et minimes ont défendu leurs couleurs lors d’une formule championnat menée à un train d’enfer. Tous lorgnaient sur le challenge qui fut remis en fin de journée par l’épouse de celui qui aida et aima beaucoup le rugby. A charge pour la formation gagnante de la remettre en jeu l’an prochain et de la gagner trois ans de suite pour l’accaparer définitivement.

Mais au-delà des résultats, on retiendra surtout le bonheur dans les yeux de ces mômes qui s’imaginaient disputer le Top 16. Les benjamins de Lagny n’auront pas eu besoin d’activer les méninges pour s’y voir. Leur accueil par les joueurs du Stade français la veille était encore dans toutes les mémoires. Sur la pelouse en lever de rideau puis avec les joueurs pour un tour d’honneur d’anthologie avant la traditionnelle de dédicaces, les jeunes latignaciens ne sont pas prêts d’oublier cette journée.

Résultats :

Lagny est resté maître à domicile en remportant le 1er challenge Bernard Bohème grâce aux victoires des mini-poussins et des poussins. Les benjamins et les minimes finissent 4e. Sont 2e ex-aequo Chelles et Coulommiers, Gretz-Tournan fermant la marche.

L’école de rugby de Lagny participait par ailleurs le 1er mai au tournoi à 8 de Coulommiers. Les moins de 9 s’inclinent en finale contre une très forte formation meldoise. Les moins de 11 ont brillamment remporté la finale de leur catégorie face à Viry-Chatillon. Quant aux minimes et benjamins, ils ont souffert face à des équipes plus aguerries. Une bonne expérience en quelque sorte.


La fête à Lolo... (« La Marne » - 9 juillet 2003)

Jubilé Laurent Blond et kermesse des jeunes à lagny

La fête à Lolo...

 - JPEG - 224.2 ko
2003-07-09 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Laurent Blond, qui colle à la peau d’un maillot latignacien devenu RML, tire sa révérence... Un bye bye sportif.

La saison aura décidément été en tous points remarquables pour les jeunes joueurs de l’école de rugby de Lagny. Après avoir connu les honneurs du Stade Jean-Bouin à l’occasion du dernier match à domicile du Bleu Fabien Galthié, ils ont fêté l’un des leurs le jour même de la kermesse du club.

 - JPEG - 137.8 ko
2003-07-09 - La Marne

Laurent Blond, dont le nom est attaché à l’histoire du rugby latignacien, organisa le 28 juin dernier un jubilé qui restera dans les mémoires. Collant à la peau d’un club, celui de Lagny, avant de revêtir le maillot de la réunification via RML 77, Laurent Blond a été célébré comme il se doit au cours d’une journée marquée par le sport, la fête et l’amitié.

 - JPEG - 170.1 ko
2003-07-09 - La Marne

Une fête en famille

Le rugby est une grande famille qui aime à se réunir autour d’occasions comme celles-ci, honorant autant que faire se peut, ceux qui ont transpiré pour le ballon ovale, ceux qui ont contribué à véhiculer des valeurs de fair-play, d’entraide et de solidarité. A l’image du sport collectif qu’iI a brillamment défendu et représenté tout au long d’une longue et riche carrière, Laurent Blond a pu compter sur la présence de ses coéquipiers et amis pour fêter dignement ce retrait de la compétition. A ses côtés, son frère Xavier qui, est-il besoin de vous le rappeler, porta le maillot tricolore, joua au Racing et au Stade Français avec qui il remporta un titre de champion de France.

Autour de Laurent, Xavier et les autres, les jeunes joueurs de l’école de rugby ont animé le match du jubilé en organisant une grande kermesse qui fut ponctuée par une savoureuse rencontre entre enfants et parents. Quand on vous dit que le rugby est une grande et belle famille...

C.B.


Blond, nouvel entraîneur de Meaux-Lagny (« Le Parisien » - 18 juillet 2003)

Blond, nouvel entraîneur de Meaux-Lagny

XAVIER BLOND (35 ans) est le nouvel entraîneur de Meaux-Lagny. Il succède à Jean-Philippe Barros qui occupait le poste depuis dix-huit mois. Barros ne quitte pas le club pour autant puisqu’il devient l’adjoint de l’ancien international avec Bruno Menetrey. Avec cette arrivée, le club phare de l’ovalie en Seine-et-Marne s’offre une vraie cure dynamisme : « La venue au club de Xavier Blond, précise le président Yvon Vogel, est le signe que nous mettons tout en oeuvre pour monter en Fédérale 1 le plus tôt possible. »

La 1re Division représente le plus haut niveau amateur. L’année prochaine, les équipes classées aux deux premières places de chaque poule auront une chance d’y parvenir : « Nous programmons cette montée dans les deux ans à venir. » Et si elle tombe dès la saison prochaine, personne ne s’en plaindra. En attendant, Meaux-Lagny frappe un grand coup avec la venue de Xavier Blond qui n’est pas un inconnu dans la maison. « Il est né à Lagny, précise son nouveau président, et c’est ici qu’il a commencé le rugby. Pour lui, il s’agit d’un retour aux sources. » Depuis ses débuts, Blond a parcouru dans tous les sens la surface de la planète ovale en passant par le Racing CF avec lequel il a été champion de France.

Le club redevient ambitieux

A cette époque, au début des années quatre-vingt-dix, l’ancien troisième ligne fréquentait assidûment les rangs de l’équipe de France. Il a par exemple disputé les quatre matchs du Tournoi des Cinq Nations lors de la saison 1991. Après, Blond a longtemps été un des piliers du Stade Français (avec lequel il a également remporté le Bouclier de Brennus) et du PUC avant d’en devenir l’entraîneur. La saison dernière, il était le coach de La Teste (1re Division) dans la région bordelaise. Annoncé la semaine dernière encore à Paris, Blond a finalement choisi de revenir au pays : « La présence de son frère Laurent dans nos rangs, enchaîne Yvon Vogel, n’est sans doute pas étrangère à son retour. Et puis je pense que le challenge que nous lui proposions l’intéressait. »

Le défi en effet s’annonce passionnant. Meaux-Lagny redevient (très) ambitieux. Surtout que l’arrivée de Blond n’est pas la seule bonne nouvelle : « On prépare en effet plusieurs petites choses. Au niveau des arrivées, on enregistre les retours des anciens Domontois Faure, Dieudonat et Caekebeke qui eux aussi reviennent au club. »

Rayon départ, un seul est enregistré : celui du Marocain Dermouni qui part en Pro D2. Avec tout ça, Meaux-Lagny est armé pour aller vers le haut et entraîner dans son sillage tout le rugby du département dans le bon sens. Tant mieux...

Eric Michel


Le retour du grand Blond (« Le Parisien » - 23 juillet 2003)

Rugby, 2e Division

Le retour du grand Blond

Meaux-Lagny

IL LE DIT lui même : l’arrivée de Xavier Blond à Meaux-Lagny, c’est un peu le retour du fils prodigue à la maison. Après avoir balayé la surface de la planète ovale dans tous les sens, l’enfant de Lagny revient chez lui pour diriger le club qui l’a vu débuter. Succédant à Jean-Philippe Barros, qui devient son adjoint, l’ancien international n’a pas choisi sa nouvelle destination par hasard : « C’est le côté affectif qui m’a fait choisir Meaux-Lagny plutôt qu’un autre club, notamment le PUC avec lequel j’étais en contact. Il y a deux raisons majeures : c’est à Lagny que j’ai débuté et mon frère Laurent y joue. Revenir ici bénévolement me rapproche en outre de chez mes parents. Je n’y vois que des avantages à partir du moment où mon aventure à La Teste ne s’est pas bien terminée (*). »

De nouvelles ambitions

Malgré une expérience longue comme un jour sans soleil, Blond ne revient pas chez lui en territoire conquis. Avant d’imposer sa patte, il entend regarder ce qui se passe : « Je ne connais pas encore bien le club ni aucun des joueurs. Aucun, à part un évidemment, mais je ne vais pas m’appuyer uniquement sur lui. Comme je n’ai pas participé non plus au recrutement, je vais apprendre et observer d’abord. » Avec la reprise début août, l’ancien champion de France aura le temps de jauger tranquillement son effectif : « Je ne pense pas être le signe d’un nouveau dynamisme dans ce club. Sans moi, il marchait déjà bien. Les gars ont réussi une bonne fin de saison. Cela prouve que ce groupe a l’envie. Le président met en place une structure de dirigeants qui devrait rapidement porter ses fruits. Tout cela devrait être une expérience enrichissante pour tout le monde. »

La venue d’un garçon qui a fréquenté l’équipe de France oblige forcement Meaux-Lagny à nourrir de nouvelles ambitions. Chaque chose en son temps néanmoins : « Le président parle de monter dans les deux ans ? Cela me semble un discours raisonnable. On dit souvent que, la première année, il faut construire pour en tirer les dividendes la saison suivante. Dans un premier temps, notre objectif en 2004 sera donc de nous maintenir en Fédérale 2. Dans un deuxième, nous essayerons de nous qualifier pour la phase finale. Après, on verra bien... »

Nul doute : le retour du grand Blond (1,91 m, 100 kg) coïncide avec un nouveau discours. Tant mieux pour tout le monde...

(*) En proie à des soucis financiers, le club girondin (1re Division) ne payait plus son entraîneur depuis février.

Eric Michel


Meaux-Lagny, c’est fini (« Le Parisien » - 30 juillet 2003)

Meaux-Lagny, c’est fini

L’ENTENTE entre Meaux et Lagny a vécu. Après deux années de partenariat et d’association, Meaux et Lagny se séparent avant d’entamer la nouvelle saison. Désormais, il ne faut plus parler de Rugby Meaux-Lagny 77 mais plus simplement du Rugby Meaux Nord 77. Meaux refait donc cavalier seul sur le front du rugby national. L’association entre les deux clubs prend fin pour des raisons financières. « Nous sommes au haut niveau et nous avons besoin de moyens, explique le président Yvon Vogel. La ville de Meaux a joué son rôle les deux premières années, et malgré les accords passés, le club de Lagny n’a pu faire face à ces échéances. »

Si Meaux reprend seul à sa charge la vie du club, Lagny évidemment n’a plus sa place en 2e Division. Il n’y aura bien qu’une seule et unique équipe à ce niveau lors de la reprise le 21 septembre. La précision est importante. Si la situation en est là aujourd’hui, c’est que le club meldois désire développer une identité purement locale sur la commune : « L’image souhaitée est celle d’un rugby ancré dans sa ville de Meaux, mais aussi dans l’agglomération de communes meldoises et le nord de la Seine-et-Marne », ajoute Yvon Vogel le nouvel homme fort du rugby haut seine-et-marnais.

Objectif : 1re Division

Dans l’histoire, il y a une bonne nouvelle. Il n’y aura plus maintenant à deviner où joue l’équipe première : à Meaux ou Lagny. A la rentrée, tous les matchs se joueront au stade Tauziet. La saison dernière, la moitié des matchs se jouait sur deux terrains. C’était bien compliqué : « Le public s’y perdait, continue le président. On recrée donc le rugby à Meaux, des juniors jusqu’aux seniors. » Justement, le nouveau RMN 77 profitera à l’avenir du réservoir de jeunes du CS Meaux et de son école de rugby. Les dirigeants y travaillent et tablent sur le long terme : « On a une pépinière de jeunes à développer », note Christian Payen qui devrait prendre la vice-présidence de l’association. Du côté des ambitions du club pour la saison à venir, elles ne changent pas : « Monter en Première Division pour les seniors et en catégories nationales pour les juniors, précise Yvon Vogel. Pas plus haut. On sait où est notre place. »

L’équipe reprendra la compétition en championnat le 21 septembre à Dole, avec à sa tête son nouvel entraîneur, Xavier Blond, qui devrait ramener entre-temps quelques joueurs dans ses valises. La reprise de l’entraînement est prévue début août. Un match de préparation est déjà programmé le 31 août, à 18 heures au stade Tauziet, contre Gennevilliers. Il s’agira du tout premier match de la nouvelle identité.

Sébastien Blondé







Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques | info visites 722406

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Historique  Suivre la vie du site L’A.S.L. dans la presse  Suivre la vie du site Presse des années 2000.   ?

Site créé par Jean-Luc Friez

Creative Commons License Valid XHTML+RDFa 1.1

Visiteurs connectés : 4