Les tournois internationaux de rugby

mercredi 14 juin 2023 par Jean-Luc

Forum de discussion en bas de page.

Depuis que le monde est monde, les Hommes aiment se mesurer les uns aux autres, tantôt dominer, tantôt défendre leur honneur. Ces habitudes prises sur les champs de bataille n’ont pas été abandonnées. Les sociétés plus civilisées du XIXe et XXe siècle les ont simplement transposées sur les terrains de sport. Sport physique par excellence, le rugby s’y est admirablement bien prêté. Les matches internationaux entre l’Angleterre et l’Écosse d’abord, puis avec les autres, ne sont donc pas restés longtemps de simples rencontres amicales et sans enjeu ont donné naissance à de véritables tournois de rugby.

Les premiers tournois : la Calcutta Cup

JPEG - 695.8 ko
Calcutta Cup

Le succès du premier Angleterre-Écosse de 1871 conduit ces deux pays à renouveler ce genre d’événements tous les ans [1]. Le duel, disputé une fois chez l’un, une fois chez l’autre, devient vite une tradition, que les Britanniques affectionnent. Et qui dit tradition, dit rituel. Les hymnes nationaux sont joués avant le début de la partie. Les supporteurs poussent leur équipe nationale respective à se montrer supérieure à l’autre et l’aide en cela en entonnant des chants tel que le Flower of Scotland. Enfin, la Rugby Union remet au vainqueur du match la Calcutta Cup à partir de 1879. C’est un trophée qui a été offert à la fédération anglaise par le trésorier d’un club indien qui venait de péricliter, le Calcutta Rugby Football Club. Cette coupe est faite entièrement de roupies d’argent fondues, des cobras forment ses trois anses et un éléphant surmonte son dôme. Elle se dispute actuellement chaque année à l’occasion du tournoi des VI Nations. Le XV de la Rose l’a remporté plus de 70 fois, le XV du Chardon une quarantaine.

La Triple Couronne et la cuillère de bois

Il existe une récompense virtuelle peu recherchée, c’est la cuillère de bois. Elle est réservée à l’équipe qui ne marque aucun point. Ce terme proviendrait d’un étudiant anglais qui aurait donné cet ustensile au XV d’Irlande après avoir concédé tous ses matchs lors du tournoi de 1884.

JPEG - 91.7 ko
Triple Couronne

L’Irlande entre dans le concert des rencontres internationales en 1875, le Pays de Galles en 1881. En 1883, toutes les nations britanniques jouent les unes contres les autres, ce qui forme un mini-championnat. Le XV d’Angleterre gagne tous les matches. Pour célébrer cette prouesse, les Anglais sont déclarés victorieux de la Triple Couronne. Aucun trophée ne la matérialise mais les équipes britanniques lui accordent énormément d’importance. Cette compétition a toujours lieu dans le cadre du tournoi des VI Nations, et depuis l’édition 2006, la Triple Couronne est symbolisée par un plat en argent. L’Angleterre a obtenu 26 Triples Couronnes, les Gallois 22, le XV du Trèfle 11 et l’Écosse 10.

De 1893 à 1906, la France n’a pas véritablement d’équipe nationale. Celle-ci n’est composée que de joueurs parisiens, accompagné quelquefois d’un ou deux joueurs provinciaux. Le premier match international officiel du XV de France a lieu à Paris au Parc des Princes le 1er janvier 1906 face au Néo-Zélandais [2]. Les Français, qui jouent en blanc avec sur le cœur les deux anneaux rouge et bleu entrelacés de l’Union des sociétés françaises des sports athlétiques (USFSA), s’inclinent 38 à 8. Le coq apparaît en 1911. Entre 1906 et 1909, le XV français rencontre plusieurs fois les Anglais, deux fois le Pays de Galles et une fois l’Irlande. En 1910, les nations britanniques acceptent, tant bien que mal, d’affronter les « petits » Français. Ceux-ci finissent bons derniers cette année-là et de 1912 à 1914. Mais ils battent les Écossais le 2 janvier 1911. De 1915 à 1919, ce championnat n’a pas lieu en raison de la guerre. La France fait bonne figure dans les années 20 avant d’être respecté, voire crainte à partir des années 50.

L’histoire du Tournoi des 5 Nations

Lorsque l’équipe de France de rugby fait son entrée dans la compétition, c’est un journaliste londonien qui, le premier, la baptise : Tournoi des 5 Nations. L’appellation plaît et reste mais elle n’est pas officialisée par l’International Rugby Football Board (IRFB). Du coup, aucun trophée n’est décerné au vainqueur. Pas de titre et de classement officiel non plus. Cela n’empêche pas le tournois des 5 nations de se dérouler chaque année. La victoire vaut deux points, le nul un point et la défaite zéro. Plusieurs équipes peuvent enlever l’épreuve, n’étant pas départagées en cas d’égalité. C’est ainsi que durant le tournoi des cinq nations 1973, les cinq formations terminent premières avec quatre points chacune ! Et quand une nation réussit à battre toutes les autres, elle réalise le très convoité Grand Chelem.

JPEG - 40.1 ko
Five Nations

Le tournoi des 5 nations n’est pas à l’abri des crises. Plusieurs jalonnent son histoire. Cela commence en 1913, la France perd 21 à 3 face à l’Écosse en 1913. Le public parisien s’en prend à l’arbitre anglais, le siffle et le hue. Il est évacué pour éviter les jets des pierres et les coups [3]. Les Britanniques menacent la Français de l’exclusion si ce genre d’incident se reproduit. La deuxième crise est plus sérieuse et concerne toujours la France. Cette fois, elle n’échappe pas à l’exclusion après le tournoi de 1931. Les raisons sont multiples : implosion du championnat national français, soupçons de professionnalisme et recrudescence de la violence dans le jeu comme le France-Galles de 1930 [4]. Le XV du Coq est de nouveau admis en 1939, la Fédération française de rugby, qui a pris le relais de l’USFSA en 1920, ayant accepté de sacrifier le championnat. Mais la Seconde Guerre mondiale va empêcher le tournoi d’être organisé de 1940 à 1947.

Les derniers troubles au sein de l’épreuve sont liés à la politique. L’édition du tournoi des cinq Nations 1972 est inachevée. Suite au Bloody Sunday du 30 janvier à Derry en Irlande du Nord, les XV de Galles et d’Écosse refusent d’aller jouer à Dublin car certains de leurs joueurs ont reçu des lettres de menace anonymes. Elles auraient été envoyées par l’Armée républicaine irlandaise (IRA). Autre conséquence : l’hymne nationale anglais, le God save the Queen, n’est plus joué lors des matches entre l’Irlande et l’Angleterre. Pour ne pas trop froisser les Anglais et ce jusqu’en 1997, la Marseillaise des Français n’était plus interprétée avant chaque partie à Dublin et celui des Irlandais n’était plus joué quand ils se déplaçaient.
Une coupe fut façonnée en 1993. Elle était tout en argent, protégé à l’intérieur par une couche d’or 22 carats. Sa capacité est de cinq bouteilles de champagne, une par nation à l’origine du tournoi. Elle possédait 15 côtés, symbolisant autant de joueurs d’une équipe, et trois anses, pour le corps arbitral. Celles-ci étaient interchangeables selon le vainqueur : en forme de roses pour les Anglais, de plumes d’autruche pour les Gallois, de chardons pour les Écossais, de trèfles pour les Irlandais, de coqs pour les Français et... de lauriers pour les Italiens en 2000.

En 1993, l’IRB officialise le tournoi des 5 Nations, en préférant toutefois le nommer Championnat d’Europe de rugby à XV depuis 1996. Ce titre de champion se départage désormais, en cas d’égalité, à la plus grande différence entre les points marqués et encaissés.

Le Tournoi des 6 Nations

JPEG - 253.9 ko
Six Nations

L’Italie a été admise dans le giron des grandes équipes européennes de rugby après avoir multiplié les bonnes performances, en Grande-Bretagne notamment. Depuis 2000, six équipes disputent l’épreuve, devenue Tournoi des 6 Nations. Comme pour la France, les Italiens galèrent durant leurs premières années. Ils n’ont pas remporté plus d’un match par an signant en 23 éditions douze victoires et un match nul.
Quant aux autres pays, l’Angleterre a conquis 46 tournois joués à 4, 5 ou 6 Nations dont 13 grands chelems. Le Pays de Galles l’a gagné 43 fois dont 12 grands chelems. Avec 30 participations de moins, la France s’est bien rattrapée avec 37 victoires dont 10 grands chelems à son actif. L’Irlande a gagné 22 tournois dont 3 grands chelems et l’Écosse 15 tournois dont 3 grands Chelem.

Depuis 2015, une nouvelle coupe en argent a été créée remplaçant le trophée de 1993 avec les six nations représentée sur son socle.

Récemment, plusieurs nouveaux trophées ont vu le jour dans le cadre du Tournoi.
Tout d’abord, le Millennium Trophy qui récompense le vainqueur du match entre Anglais et Irlandais depuis 1988. Les premiers l’ont décroché 20 fois, les seconds 13.
En 1989, le Centenary Quaich est attribué au vainqueur du match entre l’Écosse et l’Irlande. Le Quaich est un bol traditionnel à deux anses.
Ensuite a été créé le Trophée Eurostar en 2000 pour marquer le lauréat du duel entre la France et l’Angleterre.
Depuis 2007, le Trophée Giuseppe Garibaldi est remis au vainqueur du match entre la France et l’Italie. Il a été fabriqué par l’ancien capitaine du XV de France, désormais sculpteur professionnel, Jean-Pierre Rives.
Le Trophée Auld Alliance récompense le vainqueur du match entre l’Écosse et la France depuis 2018.
Enfin la Doddie Weir Cup est attribué au vainqueur du match Écosse-Galles depuis 2019 en l’honneur de l’ancien 2e ligne international écossais, qui souffre de la maladie de Charcot, pour sensibiliser les gens aux maladies neurodégénératives.

La Bledisloe Cup

JPEG - 136.8 ko
Bledisloe Cup

Créée en 1931, la Bledisloe Cup a pris le nom du gouverneur général de la Nouvelle-Zélande, Lord Bledisloe, qui a fait don de cet immense trophée en argent. Depuis, celui-ci est disputé lors d’un derby entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Alors que la Bledisloe Cup s’étend désormais sur une série de deux ou quatre matches, selon que l’on doit en année de Coupe du Monde de Rugby ou non, ce n’est qu’en 1982 que les deux nations ont accepté de se disputer le trophée chaque année. Sur l’ensemble, les Néo-Zélandais ont remporté 48 fois le titre, dont les 18 derniers à la suite depuis 2003, contre douze fois seulement pour l’Australie.

Tri-Nations

JPEG - 65.2 ko
Tri-Nations trophy

L’Australie et la Nouvelle-Zélande se rencontrent pour la première fois en 1903. L’Afrique du Sud organise une tournée en Nouvelle-Zélande en 1921 et reçoit l’Australie en 1933. Il n’y a pas jusqu’alors de compétition officielle contrairement au Home Nations (devenu Tournoi des Six Nations) organisé dans l’hémisphère Nord. Depuis des années, les nations australes s’impatientent d’avoir une compétition telle que le Tournoi des Six Nations. Les trois nations se rencontrent de manière irrégulière, excepté l’Australie et Nouvelle-Zélande qui se rencontrent souvent pour la Bledisloe Cup. La naissance de la Coupe du monde de rugby à XV en 1987 est une étape vers le Tri-nations même si l’Afrique du Sud ne peut y participer jusqu’en 1995 du fait de l’apartheid. Avec l’arrivée du professionnalisme, les trois nations cofondent la SANZAR qui organise le Tri-nations et aussi le Super Rugby au niveau des clubs et des provinces.

Depuis 2000, la Mandela Plate est disputée entre l’Afrique du Sud et l’Australie dans le cadre de la compétition en l’honneur de l’ancien président Mandela. De même pour le Puma Trophy entre l’Argentine et l’Australie.
La Freedom Cup est disputé entre l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande depuis 2004 (le 10e anniversaire de la démocratie sud-africaine).

Rugby Championship

JPEG - 84 ko
Rugby Championship

À la suite des bons résultats de l’équipe d’Argentine (avec notamment une troisième place à la Coupe du monde 2007 et un quart de finale à celle de 2011), la sélection argentine intègre le Tri-nations en 2012. La compétition est alors renommée The Rugby Championship. Le 29 septembre 2012, les All-Blacks battent très largement 54 à 15 les Argentins lors de la cinquième journée du Rugby Championship 2012. Les Néo-Zélandais ne peuvent plus être rejoints en tête du classement et remportent donc la première édition du Rugby Championship avant la fin de la compétition.

En 2016, l’Argentine intègre définitivement la compétition et la SANZAR qui devient alors la SANZAAR.

La Coupe du Monde de rugby à XV

JPEG - 631.4 ko
Webb Ellis Cup

En 1947, un dénommé Alfred Eluère, président de la Fédération française de rugby (FFR) propose de créer une compétition de rugby regroupant des équipes des deux hémisphères. L’idée sera rejetée par l’IRFB, puis reproposée dans les années 70 par un autre président de la FFR, Albert Ferrasse, sans succès. L’IRFB refusa de nouveau d’organiser une coupe du monde en 1983, de peur que cela ne mette fin à l’amateurisme dans le rugby à 15, perspective redoutée par les fédérations britanniques. Elle n’accepta de faire une étude de faisabilité qu’en 1984, suite à des propositions successives de l’Australie et de la Nouvelle Zélande.

En mars 1985, l’IRFB décide à Paris de la tenue d’un premier tournoi organisé conjointement par l’Australie et la Nouvelle-Zélande, en mai et juin 1987. L’Afrique du Sud fournit un vote décisif pour l’organisation de cette coupe du monde de rugby à 15, à laquelle elle ne pourra pourtant pas participer du fait de la politique d’apartheid qu’elle pratique à l’époque. Le choix d’une année de départ impaire permet de ne pas être en concurrence avec la coupe du monde de football ni les jeux Olympiques qui se déroulent les années paires.

  • Coupe du monde 1987 - La première édition se déroule en Australie et en Nouvelle-Zélande. Elle est remportée par les All Blacks à l’Eden Park d’Auckland qui battent l’équipe de France en finale par 29 à 9 et soulèvent pour la première fois la Coupe William Webb Ellis.
  • Coupe du monde 1991 - La compétition se déroule en Angleterre (sept matches, dont la finale), en Écosse (cinq matches), au pays de Galles (sept), en Irlande (cinq) et en France (huit). Elle est remportée par l’équipe d’Australie qui bat le 15 de la rose en finale sur le score de 12 à 6. La France est battue en quart par l’Angleterre (19-10).
  • Coupe du monde 1995 - L’équipe d’Afrique du Sud participe pour la première fois lors de la coupe du monde de rugby, dont elle est le pays organisateur et qu’elle reporte en battant l’équipe de Nouvelle-Zélande en finale par 15 à 12 après sa victoire en demi-finale contre la France (19-15).
  • Coupe du monde 1999 - Comme en 1991, l’édition de 1999 se déroule en Europe. L’équipe d’Australie remporte l’édition de 1999 pour la deuxième fois après avoir battu la France en finale à Cardiff par 35 à 12.
  • Coupe du monde 2003 - L’Angleterre est la première équipe de l’hémisphère nord à remporter la coupe du monde de rugby en 2003. Après sa victoire contre la France en demi (27-7), elle bat l’équipe d’Australie à Sydney en finale sur le score de 20-17.
  • Coupe du monde 2007 - L’édition de 2007 se déroule principalement en France, mais aussi au Pays de Galles et en Écosse. L’Afrique du Sud remporte une deuxième fois le trophée en finale au Stade de France de Saint-Denis contre l’Angleterre (15-6). La France quant à elle parvient en demi-finale en battant les All Blacks 20 à 10 en quart. Elle est battue en demi par l’Angleterre 14 à 9.
  • Coupe du monde 2011 - En 2011, la Nouvelle-Zélande accueille seule la compétition. Elle vient à bout de la France en finale à l’Eden Park d’Auckland sur le score de 8 à 7 et s’adjuge son deuxième trophée planétaire après celui de 1987, remporté face à la même équipe.
  • Coupe du monde 2015 - La compétition a lieu en Angleterre et au pays de Galles. La Nouvelle-Zélande remporte un troisième trophée en dominant l’Australie en finale (34-17). Le premier tour est marqué par l’élimination de l’Angleterre après deux défaites en trois matchs, face au pays de Galles (25-28) et à l’Australie (13-33). C’est la première fois en Coupe du monde de rugby que la nation organisatrice, mais aussi que l’équipe d’Angleterre, n’atteint pas au minimum les quarts de finale. A rappeler également le « miracle de Brighton » : la victoire du Japon contre l’Afrique du Sud lors de leur premier match (34-32). La France est battue en quarts de finale 62 à 13 par la Nouvelle-Zélande, la pire défaite des Bleus en Coupe du monde avec 49 points d’écart.
  • Coupe du monde 2019 - Cette dernière édition se déroule au Japon, remportée une troisième fois par l’Afrique du Sud qui bat l’Angleterre 32 à 12 en finale à Yokohama. La France est battue en quarts de finale 20 à 19 par le Pays de Galles.

La coupe du monde de rugby à XV est rapidement devenue l’une des rencontres sportives majeures derrière les Jeux Olympiques et la coupe du monde de football : lors de l’édition 2011, l’audience globale est de 3,9 milliards de téléspectateurs.

La base de cet article est issue de ballon-rugby.com (site disparu).

A voir également :




Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques | info visites 1789744

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Historique  Suivre la vie du site Histoire(s) du rugby   ?

Site créé par Jean-Luc Friez

Creative Commons License Valid XHTML+RDFa 1.1

Visiteurs connectés : 37