Saison 1999-2000

dimanche 22 juillet 2012 par Jean-Luc

Forum de discussion en bas de page.

C’est les vacances avec du temps pour lire et se plonger dans la saison 1999-2000 de l’A.S.L. en National 3

C’est alors la troisième saison à ce niveau pour Lagny. Une saison difficile mais l’équipe jouera tout de même les barrages pour l’accession en D2 avec Saumur et l’ACBB qui passent à la trappe.

Mais Épernay et surtout Rennes en deuxième chance (à la 88e minute) empêcheront le rêve de devenir réalité.

De quoi rappeler de bons souvenirs aux anciens... (et donner des idées aux plus jeunes...?).

L’ensemble est au format imprimable en cliquant sur le bouton « imprimante ».

Un forum est à votre disposition en bas de cette page (lien « Répondre à cet article ») : n’hésitez pas à nous faire partager vos souvenirs si vous avez participé aux événements décrits dans les articles.


« Le club appartient aux joueurs » (« La Marne » - 23 septembre 1999)

Frédéric By (nouveau président de Lagny-sur-Marne) « Le club appartient aux joueurs »

L’ex-arrière a pris les devants en devenant l’un des plus jeunes présidents de notre région. A 34 ans, Fred représente l’avenir d’une section ambitieuse.

 - JPEG - 1 Mo
1999-09-23 - La Marne
Arch. C. Thomas

Il n’est pas si loin le temps où la botte de Frédéric By soulevait des applaudissements nourris, L’ex-arrière, particulièrement élégant dans son rôle clé, joueur mesuré et excessivement fair-play était un meneur naturel sur le terrain, Jeune retraité du ballon ovale, le beau Fred s’est lancé à l’eau en prenant la succession de Guy Blond, figure mythique du rugby dans notre région, A 34 ans, le travail ne fait pas peur à celui qui a toujours porté avec fierté les couleurs latignaciennes.

Comment devient-on président ?

(en souriant) J’ai pris le relais de Guy Blond qui avait annoncé son arrêt. Je me suis présenté pour donner un nouvel
élan, Parfois, il est bénéfique de rajeunir les cadres en resserant les liens avec les joueurs, Maintenant, nous allons tenter d’accrocher la qualification pour les deux équipes. C’est du domaine de réalisable et il serait enfin de bon augure de monter en deuxième division.

Comment faut-il s’y prendre pour remplacer un personnage comme Guy Blond ?

Cela s’est fait de manière naturelle. Certains peuvent se poser des questions car Guy reste un personnage emblématique qui a beaucoup apporté et qui est toujours présent avec nous. Nous allons continuer sur la voie avec des projets qui me tiennent à cœur. Il faut s’ouvrir un peu plus sur l’extérieur. Nous avons la chance d’avoir des jeunes autour de Disney, a nous d’aller les chercher, C’est un projet ambitieux mais nous devons améliorer nos infrastructures, Première manifestation prévue le 30 à la mairie, avec la remise prestigieuse du Trophée 51 en présence des dirigeants et des sponsors qui œuvrent avec une grande efficacité.

Quel regard portez-vous sur la relève ?

Nous allons être attentifs. Nous sommes toujours en entente avec Chelles pour les cadets et juniors. Nous avons opéré un rapprochement avec Meaux en tentant de développer une élite pour des jeunes qui garderont toutefois leur licence du club d’origine. Nous avons une grosse volonté de développer notre école de rugby en continuant à former sous le regard attentif de Jacques Petey. Notre idée est de faire un club fort au niveau des éducateurs, L’équipe dirigeante tient la route. C’est un beau challenge à relever avec l’aide des anciens. Lagny est un club familial.

Fred, vous possédez aussi cette fibre latignacienne ?

Lagny, c’est mon club, J’ai débuté en benjamins, mon fils est à l’école de rugby et mon frère en équipe première. Nous sommes 16 pour l’instant à œuvrer mais le club appartient aux joueurs et aux supporteurs, Nous allons travailler tous ensemble dans ce sens.

(propos recueillis par Pascal PIOPPI.)

Vainqueur facile de Nancy (26-3)

Lagny peaufine sa condition

Premier match et première victoire pour des latignaciens déjà en forme après une préparation sérieuse. Il semble d’ailleurs que le lourd travail foncier ait quelque peu été à l’origine d’un certain manque de jus pour des locaux qui ont enclenché une vitesse de croisière. Nancy, loin d’être en état de rivaliser a fait de la résistance suite à la réussite de Maxime By et à un essai fort bien construit et magistralement conclu par Fred Zmuda. A 13-3 à la pause, Lagny a assuré l’essentiel et déroulera tranquillement le tapis rouge en doublant la mise par le nouveau Lebalch. Une victoire tranquille, sans tapage excessif mais qui rassure tout un groupe qui semble jouer à l’unisson pour le bien être collectif. L’entraîneur, sans s’emballer, reste lui aussi serein pour la suite des événements :« Le travail foncier a été bien fait et nous ’avons laissé pas mal de jus dans l’affaire. C’était prévu, Par contre, je suis satisfait des 19 joueurs frais qui ont répondu à l’attente en montrant une réelle volonté de bien faire, Les réservistes qui ont eux aussi gagné 38-6 jouent le jeu, Il le faut d’ailleurs car c’est tout un groupe qui est concerné par la réussite du club. » Il n’y a pas de passe droit. Certains titulaires de l’an passé ont fait banquette. Avec le sourire car dimanche c’est toute une équipe qui a fêté la venue au monde de Camille, papa Didier portant fièrement le brassard de capitaine.


Presque un « vingt » de Metz (« La Marne » - 30 septembre 1999)

Lagny s’incline en déplacement (19-33)

Presque un « vingt » de Metz

Première défaite à l’extérieur pour un Lagny toujours en construction.

 - JPEG - 825.9 ko
1999-09-30 - La Marne
Arch. C. Thomas

En s’inclinant lourdement à Metz lors de la deuxième journée, Lagny a t-il pris une première claque au visage ? Serge Lardy, en homme posé et réfléchi va un , peu plus loin que le simple résultat défavorable. « Nous visons une place dans le groupe de tête et nous avons le temps de monter en pression, Nous faisons tourner l’effectif et il est vrai que certains ont du mal à tirer leur carte du jeu dans un contexte nouveau pour eux. Il faut du temps mais il est vrai que des joueurs sont en sur-régime. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure surtout que la réserve tourne bien en ayant obtenu un nul méritoire sur le score de 13 à 13 ».

Malgré une entame de match plus que correcte après un essai planté d’entrée, Lagny va avoir quelques difficultés à maintenir la pression. Menés à la pause, les visiteurs vont avoir quelques frayeurs après trois grosses erreurs qui vont coûter trois essais. La balance penche alors du côté local. La « Metz » est dite et les locaux, vifs, vaillants et accrocheurs vont maintenir la pression et empocher une victoire méritée. Le coach relativise mais pointe quelques faiblesses : « Nous avons fait un bon match devant en nous montrant ,solidaires mais hélas, un peu trop brouillon. Les balles ne sortent pas rapidement et la charnière a été souvent mise sur le reculoir, Dans ces conditions nous avons été un peu trop fébriles et les erreurs ont coûté le prix cher. Cette défaite est toutefois constructive et il y a des points positifs comme l’intégration du jeune Bonnard, crédité d’une bonne entrée en matière, On apprend à se passer des ténors qui, quand ils vont revenir en forme, vont redonner tout le dynamisme voulu. »

Épernay dimanche

Le temps doit faire son œuvre mais, il faudrait tout de même confirmer la bonne entrée en matière en disposant dimanche d’une redoutable équipe d’Épernay. Il ne sera pas facile de contourner cet obstacle mais, après une semaine de travail, nul doute que les gaillards sauront répondre à l’appel pour faire le maximum devant leur public.Il faut garder l’invincibilité à domicile pour renforcer le capital confiance.

Pascal PIOPPI.


Le rugby s’est mis sur son « 51 » (« La Marne » - 7 octobre 1999)

Récompense prestigieuse ...

Le rugby s’est mis sur son « 51 »

 - JPEG - 155.8 ko
1999-10-07 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Sacré meilleur club d’Ile-de-France et 14e de France, le rugby de Lagny était en fête jeudi pour recevoir le « Trophée 51 clubs », une récompense prestigieuse dans le milieu du ballon ovale.

Pour l’occasion, le grand salon d’honneur de la mairie était noir de monde pour assister à la remise des magnifiques jeux de maillots qui ont été étrennés comme il se doit trois jours après sur le stade municipal.

En présence de M. Pagny, d’Alain Gadan, d’André Lesbats, président du comité d’Ile-de-France, les joueurs, cravatés comme il se doit et portant beau, ont apprécié cet accueil chaleureux en promettant d’effacer au plus vite la dernière défaite en championnat. Chose promise, chose due avec dimanche une victoire nette et sans bavure face au leader Épernay.

(Voir commentaires en pages sportives).


Champagne pour un Lagny pétillant (« La Marne » - 7 octobre 1999)

En disposant du leader Épernay (27-8)

Champagne pour un Lagny pétillant

 - JPEG - 810.9 ko
1999-10-07 - La Marne
Arch. C. Thomas

Il fallait gagner pour se rassurer. A 14 puis à 13, Lagny a planté son territoire.

Enlacés pour mieux resserrer les liens qui les unissent, George Dinu et Serge Lardy, les deux entraîneurs sont visiblement satisfaits de cette belle victoire acquise face au leader Épernay. Autour ’ d’eux, les visages sont rayonnants et les plaisanteries fusent envers des adversaires qui ont eu le tort de rouler un peu trop des mécaniques avant le match. Comme point de référence, Épernay venait, de passer 30 pions à Metz qui lui, avait battu relativement facilement Lagny le dimanche précédent. Mais voilà la logique mathématique n’est pas une science exacte au pays de l’ovalie ou les susceptibilités et l’amour propre s’amusent à déjouer les calculs savants.

Martinez expulsé

Serge Lardy avait donc profité de ces paroles quelques peu pétillantes pour muscler son discours d’avant match, Il n’est jamais bon de tourner en dérision une équipe de Lagny difficilement prenable à domicile. Avec les nouveaux maillots offerts jeudi à ’l’hôtel de ville à l’occasion de la victoire dans le Trophée 51 Clubs, les locaux n’ont pas eu de maille à entrer dans le vif du sujet. Une première pénalité de Maxime By donne le ton (3-0), Coup de théâtre au quart d’heure de jeu, Martinez se fait ’justice après que l’arbitre ai fermé les yeux sur deux fautes au préalable et doit rejoindre les vestiaires. Silence de circonstance dans le stade et réajustement à la hâte du coach qui replace tout son monde dans une partie qui devient déséquilibrée. Le leader se régale et va certainement prendre le pouvoir après avoir de suite égalisé dans la minute suivante (3-3). Il n’en sera rien et bien qu’en infériorité numérique, les locaux vont se révolter dans le bon sens du terme par l’entremise du vif Fred Zmuda qui, après avoir tutoyé la ligne de touche redresse son envol et va planter un superbe premier essai juste avant les citrons, (8-3).

Blond, la flèche

Mieux, Lagny reprend le pouvoir et va imposer son rythme de jeu en harcelant une équipe d’Épernay fort frileuse et peu conquérante. Une interception de Blond va lui permettre de mettre un bémol à un groupe de supporters le trouvant en légère surcharge pondérale, Une course rectiligne, deux cadrages et Lolo va se permettre de mettre le turbo pour le deuxième essai. Vous avez le bonjour du grand Blond avec la chaussure noire. Maxime By caresse le poteau sur la transformation mais Lagny s’envole (13-3). Dinu, entré en cours de jeu doit repartir presque aussitôt pour dix minutes. A 13, cela devient délicat mais la volonté collective est largement suffisante face à une équipe qui coince la bulle et qui va juste lever son verre à de Leblach auteur d’un superbe essai collectif. A 20-3, la messe est dite même si les visiteurs reviennent un peu par Bouverat (20-8). Très en dessous de sa valeur contre Metz, Leblach va de nouveau se montrer à son avantage pour le quatrième essai, transformé par By (27-8).

Un bien beau cavalier seul qui fait suite a la victoire de la réserve (13-10) et des juniors (14-11). Une belle journée pour le rugby latignacien qui retrouve son sourire. « On s’est remis en confiance car on avait surtout peur de jouer les ballons. On marque quatre essais en se montrant solidaire à 14 puis à 13. Le groupe est soudé et on a fait surtout la différence de cette manière. » concédait un Dinu rayonnant. Il reste maintenant à confirmer dans quinze jours après le match amical prévu dimanche contre Vitry,

Pascal PIOPPI.


La Coupe du monde en VTHR (« La Marne » - 14 octobre 1999)

La Coupe du monde en VTHR

 - JPEG - 514.5 ko
1999-10-14 - La Marne
Arch. C. Thomas

L’Espace Charles-Vanel, grâce à son système de vidéo transmission en très haute résolution, procure actuellement un grand bonheur à tous les Latignaciens (et leurs voisins) passionnés de rugby.

Depuis une semaine, tous les principaux matchs de la Coupe du monde sont en effet retransmis dans la salle sur écran géant ! Certes, le spectateur n’est pas encore plongé dans l’ambiance d’un grand stade surchauffé, mais le confort de vision et l’ambiance de groupe vous incitent à oublier complètement votre sacro-saint téléviseur ...

Lors des premières retransmissions, la salle n’affichait pas complet. Mais d’un match à l’autre, le nombre de spectateurs a tendance à doubler. Sans atteindre le niveau de la Coupe du monde de football, les retransmissions VTHR de ces grands moments de rugby devraient donc connaître un franc succès !

Prix des places : 10 F.

Programme des matches sur écran géant :

(buvette sandwiches).

  • Samedi 16 octobre : 14 heures, France/Fiji à Toulouse.
  • Barrages des quarts de finale : Mercredi 20 octobre : 13 heures, 2e poule B/2e poule C à Twickenham (SR).
  • Quarts de finale : Dimanche 24 octobre : 14 heures, 1re poule A/vainqueur B1 à Paris. Dimanche 24 octobre : 15 h 30, 1re poule C/vainqueur B3 à Dublin.
  • Demi-finales : Dimanche 31 octobre : 15 heures, vainqueur Q4/vainqueur Q3 à Twickenham.
  • Matchs pour les 3e et 4e places : Jeudi 4 novembre : 20 heures, perdants des 1/2 finales à Cardiff.
  • Samedi 6 novembre à 15 heures : finale .à Cardiff !

Jimmy Goldfarb : « Quatre essais mais uniquement grâce aux potes » (« La Marne » - 21 octobre 1999)

Jimmy Goldfarb le héros (talonneur de Lagny

 - JPEG - 367.4 ko
1999-10-21 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

« Quatre essais mais uniquement grâce aux potes »

A 20 ans, Jimmy représente l’avenir. L’ex-Bitterois a fait fort en plantant la bagatelle de quatre essais. Concluant...

On peut faire ses courses au trot contre Vincennes. Lagny a choisi le galop pour passer l’obstacle à l’image du jeune talonneur Jimmy Goldfarb aérien et léger comme un jockey au moment du Grand Prix d’Amérique. Casaque noire et toque au vent, l’ex-Bitterois a enflammé le stade municipal et les 500 spectateurs avec la présence de Vincent Toni, le conseiller général, impressionné par la performance du talonneur qui a gambadé comme une gazelle. Mais on peut être jeune, talentueux et avoir un sens poussé du collectif. C’est le cas de ce joueur formé dans l’un des plus grands clubs français. Béziers et le rugby forment un couple indissociable. Si l’air du pays manque à notre latignacien, son intégration n’a pas posé le moindre problème. Dimanche, Jimmy en répondant discrètement à nos questions n’a pas manqué de jeter un regard à ses copains chantant à son adresse quelques airs à boire. « Avec mes quatre essais, c’est certain, je vais devoir payer un coup ». Effectivement, il y a des exploits qui doivent s’arroser...

 - JPEG - 144.5 ko
1999-10-21 - La Marne

Jimmy, qu’est-ce que cela fait de planter quatre essais ?

Je suis surtout bien fatigué car cela a été dur, beaucoup plus que ne l’indique le score fleuve. Vincennes a été vaillant, joueur et très accrocheur. Il a fallu faire très attention et être sérieux de bout en bout.

Attendez, vous me parlez de collectif alors que je vous parle d’exploit personnel...

(sourire discret) Ben..., disons que je suis surtout le plus jeune de l’équipe. Quatre essais ... (silence) C’est la première fois que cela m’arrive. Je n’ai aucun mérite car j’ai été simplement présent derrière le porteur. Être ainsi dans l’axe montre que j’ai été dans tous les bons coups mais cela aurait pu être un autre. Il y a une excellente ambiance dans le groupe. Je pense que nous sommes plus homogènes que l’an passé.

Vous semblez être très bien intégré dans votre nouveau club ?

Je viens de Béziers, le pays du rugby. Lagny m’a trouvé un travail et j’avoue que j’ai été très bien intégré même si cela fait bizarre de quitter son ancien club. Cela a été un peu dur au départ mais je me suis fait ma place en étant maintenant accepté...

(derrière la main courante, les joueurs regroupés s’amusent à hurler « Jimmy au contrôle anti-dopage ») Ils rigolent mais je peux y aller sans problème car je ne suis pas dopé (large éclat de rire)

Pas de problème physique ?

Si, je souffre d’asthme. Avant chaque début de match, je m’isole un peu pour faire redescendre la pression. Après, je n’y pense plus. Je n’ai jamais eu de crise en plein match, Je n’ai d’ailleurs pas du tout le temps d’y penser. Je joue et c’est ce qui compte. Sinon, cela va bien avec mes 92 kilos. Mon modèle, c’est Callifano et j’aime le jeu dynamique. Je voudrais profiter de votre gentillesse pour passer le bonjour à mes parents Sylvie, Serge et puis Geoffroy et aussi une caresse à mon chien.

Ils sont restés au pays ?

Oui et si je me plais à Lagny, ils me manquent. C’est normal.

(propos recueillis par Pascal PIOPPI.)

 - JPEG - 130.9 ko
1999-10-21 - La Marne

En atomisant Vincennes (54-8)

Lagny : ticket gagnant

Après sa nette victoire face à Épernay on attendait Lagny qui monte doucement en pression. Confirmation avec huit essais, dont quatre du talonneur Golfarb et surtout en jeu en continuité avec de magnifiques mouvements à la clé. Attention, il ne faut pas s’enflammer car Vincennes n’est pas un foudre de guerre, mais a joué jusqu’au bout le jeu. A la sortie, le score de 54-8 parle, de lui-même. Serge Lardy, qui a bénéficié de la rentrée de pas mal de titulaires est confiant pour les prochaines joutes. La large victoire de l’équipe réserve (43-10) conforte la notion de groupe soudé qui continue d’avancer ensemble dans la bonne direction.

Dimanche (ou peut-être samedi à cause de la coupe du monde), Lagny va jouer un match des plus importants au Massif Central un candidat sérieux pour jouer la tête. Dans sa forme actuelle, Lagny, qui ne veut toujours pas dévoiler ses armes, est capable d’enclencher la vitesse supérieure. Affaire à suivre...

Avec Lagny

Mini-poussins :

  • Lagny - Mitry-Mory 25-25
  • Lagny - Aulnay 35-20

Poussins :

  • Lagny - Mitry-Mory 15-20
  • Lagny - Aulnay 15-15
  • Lagny - Mitry-Mory 25-25

Benjamins :

  • Lagny - Aulnay 20-5
  • Lagny - Blanc-Mesnil 15-0
  • Lagny - Mitry-Mory 0-5

Minimes :

  • Lagny - Aulnay 20-5
  • Lagny - Blanc-Mesnil 0-25
  • Lagny - Mitry-Mory 0-15

Moins de 14 ans nationaux A (minimes) :

  • Lagny - Stade français 30-10
  • Lagny - Gennevilliers 15-15

Cadets :

  • Lagny Chelles - Pantin Drancy 25-0

Juniors :

  • Lagny Chelles - Épernay 5-45

Excellence B

  • Lagny - Vincennes 43-10

Lagny n’en a pas fait une montagne (« La Marne » - 28 octobre 1999)

En battant facilement le Massif Central (15-0)

 - JPEG - 233.6 ko
1999-10-28 - La Marne
p.III - Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny n’en a pas fait une montagne

On attendait un choc de géants. Seul Lagny est sorti grandi...

Il est relativement rare qu’un entraîneur fasse la fine bouche à l’issue d’un duel gagnant sur terrain adverse. Serge Lardy était vraiment partagé après la belle et nette victoire acquise sur le Massif Central. On s’attendait à un match de titans. Il n’en fut rien car les locaux ont été loin de leur meilleur niveau, offrant un jeu rudimentaire et beaucoup trop simpliste pour inquiéter des Latignaciens quelque peu surpris eux aussi de cette opposition. Attention, les visiteurs n’ont pas été rayonnants dans l’emprise du match, se montrant parfois même empruntés et fébriles dans les transmissions. Qu’importe, avec deux essais à la clé dont le deuxième de Fred Zmuda, bien emmené après trois temps de jeu, Lagny a dominé son sujet de la tête et des épaules. De quoi préparer au mieux le match de dimanche face à Villers, le solide leader qui fait, pour l’instant office d’épouvantail. Lagny, dont la dernière réception s’est soldée par un carton monumental, avec un jeu au large est-il capable de passer cet obstacle et de prendre par la même occasion le maillot de leader ? Dimanche, à 15 heures, l’équipe sera complète avec juste les absences de Motoc, de retour en Roumanie et Martinez. Il faut donc s’attendre à un beau match, peut-être à un choc tant attendu dans cette première partie de championnat un peu terne à nos yeux.

 - JPEG - 157.1 ko
1999-10-28 - La Marne

Serge Lardy (entraîneur)

« C’est vrai, j’ai été surpris de ce match face au Massif Central. Ils n’ont rien montré et surtout rien construit. Je devrais être heureux de la victoire mais il n’en est rien car si nous avons dominé notre sujet, nous avons aussi fait pas mal de fautes et commis aussi des erreurs dans la conquête. Malgré cela, on passe facilement face à une équipe qui était très accrocheuse. Nous n’avons jamais eu peur et pas la moindre petite inquiétude. On s’attendait à une réception plus musclée. A la limite, on s’est économisé en n’allant pas complètement au contact pour ne pas risquer la blessure. Pour nous, notre principal adversaire va être nous-mêmes mais·il faut attendre dimanche le grand rendez-vous avec Villers qui doit présenter une bien belle équipe. Pour nous, c’est un véritable match de 32e de finale de championnat de France. On va certainement jouer au ballon mais il faudra être présent dans ce match de haut de tableau. »

Pascal PIOPPI

 - JPEG - 240.1 ko
1999-10-28 - La Marne
p.2 - Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Avec Lagny

Poussins :

  • Lagny 1 - Coulommiers : 20-5.
  • Lagny 1 - Blanc-Mesnil : 5-15.
  • Lagny 1- Lagny 2 : 15-15.
  • Lagny 2 - Coulommiers : 20-20.
  • Lagny 2 - Blanc-Mesnil : 0-35.

Benjamins :

  • Lagny - Coulommiers : 10-15.
  • Lagny - Blanc-Mesnil : 10-10.
  • Lagny - Neuilly-sur-Marne : 35-0.

Minimes :

  • Lagny 2 - Coulommiers : 5-15.
  • Lagny 2 - Blanc-Mesnil : 0-30.
  • Lagny 2 - Neuilly-sur-Marne : 15-20.

Minimes nationaux A :

  • Lagny 1 - Métro : 35-5.
  • Lagny 1 - Livry-Gargan : 45-0.

Cadets :

  • Lagny-Chelles - Vincennes : 0-55.

Lagny s’ouvre la route de la facilité (« La Marne » - 4 novembre 1999)

En tapant le leader Villers (35-6)

 - JPEG - 341.6 ko
1999-11-04 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny s’ouvre la route de la facilité

Villers Seichamps, le leader a été séché. Dans cette poule tendre, Lagny va plein pot.

Au bout de six matches disputés, un leader se doit de tenir un rang dans la hiérarchie établie. En cette période de vacances, Villers Seichamps avait oublié son devoir et la copie présentée reste faible, celle d’un cancre, timoré et gagne-petit, profiteur, copieur et incapable de se prendre en charge. Un petit leader, du genre à aboyer dans la cour de récréation mais incapable de développer ses propres idées pour une argumentation raisonnée. Plus fort à semer la zizanie que la production du jeu, le visiteur a navigué pour ne pas prendre de carton, repoussant l’échéance pour laisser au vestiaire son maillot jaune et abandonner toute espérance.

 - JPEG - 182.5 ko
1999-11-04 - La Marne

Villers d’un imbécile

Maintenant, une question se pose, la poule est-elle aussi faible qu’elle y paraît ? On pourra certainement répondre partiellement lors du déplacement à Colmar, mais il ne faudrait surtout pas que les latignaciens se promènent trop facilement avant d’attaquer les choses sérieuses dans quelques mois. Les hommes du président By possèdent une stature, un équilibre et le désir de bien-faire mais doivent apprendre à grandir dans l’adversité. Qui n’existe pas pour l’instant.

Après avoir été mené sur pénalité, les locaux vont enclencher la marche avant et imposer leur loi. Le talonneur Jimmy Golfard va profiter du travail du paquet pour planter un nouvel essai qui va certainement permettre au talentueux journaliste du bulletin « Le Lagny du rugby », d’aiguiser son habile plume. La machine est alors lancée. Villers truque, allume, tue le jeu dans une stérilité désarmante. Gêné, Lagny peine mais impose sa force de pénétration et suite à un beau mouvement collectif Bazile, par la bande, plante un joli essai de nouveau transformé par un By, très précis dimanche. A 14-3 à la pause, la messe est dite et avec la bénédiction de l’abbé Olanier et de ses fidèles avants. Le trou se creuse (21-3).

 - JPEG - 103.4 ko
1999-11-04 - La Marne

Le bon emprunt russe

Hélas, Villers continue de pourrir un match qui devient terne et beaucoup trop cantonné dans le petit périmètre. Serge Lardy et son compère Georges Dinu, entré lui aussi, font tourner l’effectif. Malgré un début de grippe, le nouveau pilier russe Léonid Kosmine fait le ménage et dépoussière de nouveau une équipe visiteuse qui avait choisi de tisser sa toile. Bien aidé par son paquet dans un premier temps, notre russe, sans faire d’emprunt, va finir le travail tout seul sur les cinq derniers mètres. La charge du tigre ! (28-6). A six minutes du but, Dabadie qui a transpercé la défense lourde et seulement habile à ouvrir la boîte à gifles, plante un superbe essai et se fait agresser de belle manière dans l’en-but. By, auteur d’un sans faute transforme et Lagny s’impose 35-6. Du net et sans bavure pour une formation qui reprend la tête. Un peu trop tôt ? L’avenir le dira...

Pascal PIOPPI.

 - JPEG - 162.3 ko
1999-11-04 - La Marne

Lagny : 4 essais de Golfard, Bazile, Olanier, Kosmine, Dabadie, tous transformés par By.

Loffel, Golfard, Rosel, Froment, Boucharel, Olanier, Bernadet, Blond, Castagnet, By, Zmuda, Dabadie, Bocquis, Bazile, Fayol, Entendre, Tarazi, Bono, Dinu, Petey, Kosmine, Maiau, entr : Dinu et Lardy.

La réserve s’impose facilement sur Villers par 54-6.

Résultats

Classements

N II

  • Meaux - Vizille 21-14
  • Clamart - St-Marcellin 27-3
  • Annecy - Givors 21-12
  • Dôle-St-Savin 11-11
  • Lons - Massy 20-12
  • Montluçon-Montceau 33-22

1. Dole 17, 2. Massy, St-Savin, Meaux, Annecy, Montceau 16, 7 . Clamart, Montluçon, Lons, Nuits 15, 11. St-Marcelin 13, 12. Vizille, Givors 11.

N III

  • Lagny - Villers 35-6
  • Epernay - Haguenau 24-5
  • Massif-Central - Vincennes 13-3
  • Noisy-le-Grand - Longwy 23-15
  • Metz - Colmar 30-12
  • Nancy - Yutz 17-13

1. Lagny, Villers, Épernay 16, 4. Massif-Central, Metz 14, 6. Colmar 13, 7. Yutz ; Longwy 12, 9. Noisy 10, 10. Nancy, Vincennes 8, 12. Haguenau 6.


Lagny doir être plus sérieux (« La Marne » - 18 novembre 1999)

En s’inclinant à Colmar (14-25)

 - JPEG - 252.2 ko
1999-11-18 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny doir être plus sérieux

Avec beaucoup trop d’absents, Lagny craque sur la fin.

Pas contents, mais pas contents du tout Georges Dinu et son compère Serge Lardy au retour de la défaite à Colmar. Attention, les deux entraîneurs n’accablent pas du tout le groupe qui a joué dans l’Est mais visent certains sénateurs restés au chaud ou alors partis prendre l’air pour un week-end de vacances. « Il manquait la bagatelle de sept joueurs derrière. Ce n’est pas normal et se sont les mêmes qui brillent par leur absence à l’entraînement. Cela fait quelques séances que cela dure. peste Serge qui regrette cette fin de match houleuse où Lagny a tout perdu dans les deux dernières minutes. « Nous jouons dans une poule facile où nous pouvons faire la course en tête mais à la condition toutefois d’être complet. C’est certain, Colmar prendra une raclée chez nous mais dimanche, c’est nous qui avons mordu la poussière. Je tire un coup de chapeau à toux ceux qui ont joué car ils ont donné le maximum. Nous allons tirer la sonnette d’alarme cette semaine à l’entraînement en mettant les joueurs face à leurs responsabilités. C’est certain, si on veut passer le cap, il faudra être plus sérieux. Sinon, on prendra les joueurs méritants et nous tenterons d’accrocher la montée mais cela risque d’être juste. »

 - JPEG - 111.2 ko
1999-11-18 - La Marne

Dommage, car Lagny avait faille plus dur dans ce match âpre, tendu où les bagarres généralisées ont empêché de construire un jeu propre et aéré. Une rencontre très houleuse qui và sourire à Colmar, mené à deux minutes du but et qui renversera la situation après de longs arrêts de jeu pour l’emporter dans un climat détestable. En prime, Lagny ramène quatre blessés de ce voyage qui n’aura été payant que pour la réserve, une équipe soudée, alignant 21 joueurs et qui l’a emporté 15-10.

 - JPEG - 143.4 ko
1999-11-18 - La Marne

Yutz dimanche à domicile

Le président Fred By va devoir recadrer tous ces gaillards qui ont pris quelques chemins de traverse. Il faut rouler tous ensemble vers le même but, mais il est primordial que les « vedettes » se fondent dans le collectif en jouant la carte de la collectivité : « Une 2 CV n’avancera jamais aussi vite qu’une Mercédès » souligne l’un des entraîneurs qui a tout de même relevé dans le jeu pas mal de carences avec un jeu brouillon et un manque d’enchaînements. Il faut redresser le tir au plus vite et la venue dimanche de Yutz, vainqueur de Metz doit sécuriser tout le monde. A condition, toutefois que certains titulaires se remettent en question. L’avenir est à ce prix, même s’il est devenu difficile de demander des sacrifices à des joueurs amateurs.

Pascal PIOPPI


Et si c’était le beau jeu... laid ? (« La Marne » - 25 novembre 1999)

Lagny dispose difficilement de Yutz (13-3)

 - JPEG - 241.7 ko
1999-11-25 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Et si c’était le beau jeu... laid ?

Quand le vin est tiré, il faut le boire. Yutz a trinqué, mais...

Le beaujolais a coulé à flots, tradition oblige. Il faut croire qu’il est tout de même resté sur l’estomac de beaucoup qui n’avaient rien d’étalons au moment de rentrer sur le pré. Lagny est même resté sur les talons, en bascule arrière, hoquetant et digérant comme un vieil ivrogne en mal d’équilibre.

On ne va pas faire la fine bouche. Les points de la victoire sont tombés, comme prévu, dans le goulot d’une bouteille dont on peut dire sans se tromper qu’elle était plus qu’à moitié vide. Vide de sens, avec ce goût un peu amer des crus qui ne seront jamais classés. L’étiquette de ces dernières semaines s’est un peu dévaluée et la vente aux enchères de ce match n’a retenu qu’une attention discrète. Point de manière de réchauffer un stade qui a uniquement serré les fesses pour combattre le froid vif. Les bleus, qui n’ont jamais réussi à trouver la mèche pour mettre le feu au baril ont été d’une tristesse désarmante. Rien n’a réussi mais tout a foiré lamentablement. Des pertes de balle sur introduction aux lancers approximatifs, des choix litigieux au manque de vaillance, la panoplie a été étoffée dans le manque d’entrain. Certains se sont battus. En vin, où plutôt en vain car le cru n’a guère été pétillant. Une pénalité facile de Fayol (18e) donne un petit peu d’air à une équipe fébrile et timorée au possible. Les deux coachs avaient choisi de faire confiance à ceux qui allaient assuré le déplacement très commenté de Colmar. Bien vu dans la logique sportive, mais les hommes n’ont pas donné le meilleur d’eux-mêmes, ce qui commence à être inquiétant. Lagny qui se baladait il y a de cela quelques semaines marque le pas. On ronronne dans la facilité et le gros chat ne sort plus ses griffes. En cette période hivernale, il semble se satisfaire du radiateur à défaut d’aller chasser. A l’image d’une équipe poussive qui va se faire reprendre juste avant les citrons par un drop de 35 mètres. (3-3)

 - JPEG - 171.6 ko
1999-11-25 - La Marne

Dinu... heureusement

Sermonnés comme il se doit à la pause, les latignaciens vont pourtant retomber dans une sieste entrecoupée par les percées ravageuses de Bonnot et une partie de sa bande. Il faudra attendre la rentrée stimulante de Dinu pour remettre l’équipe dans le bon sens. Le coach, va payer de sa personne et va sonner la révolte tant attendue. Une première charge du colosse roumain, puis une seconde victorieuse avec cette hargne propre aux joueurs motivés. Soulignons au passage l’apport de ce grand joueur, sélectionné dans l’équipe nationale et porteur d’une identité forte. Toujours est-il que Dinu redonne un peu d’oxygène. Yutz, valeureux, accrocheur, joue son jeu et se dit que l’exploit est toujours du domaine du possible. Cela ne sera plus le cas sur une attaque multiple qui va échouer à quatre reprises près de la ligne. Golfard, le talonneur aux jambes de gazelle, mais aux cuisseaux de veau, va donner l’ultime coup de rein pour planter le deuxième essai. Celui d’une certaine délivrance. Deux actions tranchantes dans la grisaille. « La victoire est tirée par les cheveux. Nous ne sommes pas fringants en ce moment. Il va falloir en discuter tous ensemble », soulignait Serge Lardy. La pommette ouverte, George Dinu regagnait un peu pensif les vestiaires. La victoire devait avoir un goût un peu bizarre. A quand le Lagny nouveau ?

Pascal PIOPPI

Lagny : Maïau, Golfard, Rosell, Genet, Bancarel, Bonnot, Bernardet, Zmuda, Enkirche, Dabadie, F. Zmuda, May, Tarazit, Bazile, Fayol, M. By, Penneau, Olanier, Dinu, Depeyrolle, Kusmine, entr. : Dinu et Lardy.

Résultats

Classement

(N II)

Meaux-Nuits 18-18, Clamart-Lons 19-12, Vizille-Montluçon 20-16, Givors-St-Marcellin 19-9, Montceau-Dole 18-12, St-Savin-Annecy 31-22.

1. Montceau 22, 2. Annecy 20, 3. Nuits 19, 4. Meaux, Lons, Dole, St-Savin, Clamart 18, 9. Vizille, Massy, St-Marcellin, Montluçon 17, 13. Givors 16.

(N III)

Lagny, Yutz 13-3, Metz-Longwy 16-3, Nancy-Haguenau 18-13, Colmar-Vincennes 31-14, Massif-Villers 18-10, Epemay-Noisy 27-3.

1. Epernay 22, 2. Lagny, Villers 20, 4. Colmar, Metz, Massif-Central, 18, 7. Yutz 16, 8. Longwy, Nancy 14, 10. Noisy-le-Grand 12, 11. Haguenau, Vincennes 10.


Lagny continue à mal voyager (« La Marne » - 2 décembre 1999)

Battu à Longwy (9-14)

Lagny continue à mal voyager

 - JPEG - 211.4 ko
1999-12-02 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Scénario connu avec un Lagny dominateur puis qui s’endort.

L’avertissement de la semaine passée avec la courte et difficile victoire à domicile, n’a pas été retenu par un quinze qui n’est guère brillant à l’approche des fêtes. Dans leur plan de fonctionnement, les deux entraîneurs avaient prévu ce petit coup de frein, mais la situation commence à être plus préoccupante. Cette défaite à Longwy, qui n’est pas un foudre de guerre fait désordre. Alors explications...

« Nous avons du mal à voyager et il faut prendre conscience de cet état de fait. Maintenant, avec 9 joueurs absents dont Motoc, Froment, Blond, Martinez, Petey, Bemardet, May... il fallait reconstruire une équipe qui tienne la route. Nous ne sommes pas à 100% de nos possibilités et il est vraiment nécessaire de travailler collectivement », notent Serge Lardy et George Dinu. Les deux entraîneurs traversent actuellement une passe difficile mais ont le bateau bien en mains. Il ne sert à rien de brandir inutilement le drapeau de la révolution. Lagny, après un début tonitruant est rentré dans le rang mais est tout de même pointé à la troisième place. Nous sommes encore loin des matches décisifs et il faudra monter en puissance le moment venu. Il faut rester les pieds sur terre et attendre des jours meilleurs en se donnant tout de même les moyens pour réussir dans son entreprise.

 - JPEG - 199.7 ko
1999-12-02 - La Marne

A ce titre, les joueurs doivent se remettre en question pour retrouver un appétit de jeu et aussi de victoires. A Longwy, Lagny a joué seulement 20 minutes en dominant totalement son sujet avant, hélas, de tomber dans la facilité et de laisser le maigre avantage acquis à la pause. « Le match bascule sur un tout petit rien car nous sommes incapables de faire la différence lorsqu’il faut marquer. On a failli devant et les joueurs vont prendre conscience d’eux-mêmes. Le déchet est trop important et il faut revoir les réglages comme en touche où nous perdons beaucoup trop de balles. L’élément positif est encore venu de la réserve qui s’impose 28-6. Le réservoir est là et l’envie de jouer aussi. »

Alors, que faut-il faire pour enrayer cette mauvaise passe ? Serge Lardy, qui a l’habitude de ne point contourner les obstacles donne son avis, partagé par George. « Il faut gagner dimanche Haguenau. On va les remuer et dans la foulée, il faut de nouveau apprendre à voyager en s’imposant à Noisy pour le derby. » Allez, on prend rendez-vous...

Pascal PIOPPI


« Les garçons ont compris le message » (« La Marne » - 9 décembre 1999)

Georges Dinu (co-entraîneur de Lagny

« Les garçons ont compris le message »

 - JPEG - 273.4 ko
1999-12-09 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Avec 22 sélections en équipe nationale de Roumanie, Georges Dinu est un très grand monsieur du sport. Qui mérite le respect...

Il y a des joueurs qui bombent le torse pour une petite sélection de village ou après avoir été remplaçant en championnat de France de N3. Georges Dinu, qui possède une sacrée carte de visite n’est pas de ceux-là. Après avoir porté à 22 reprises le maillot de l’équipe nationale de Roumanie, ce solide athlète a disputé son dernier match international en 93, à Brive contre la... France. Un bien beau parcours pour celui qui porte avec fierté les couleurs latignaciennes et qui a pris le commandement avec son compère Serge Lardy. Les deux hommes s’entendent à merveille, mais il doit être difficile de ne pas parler le même langage avec cet homme droit, intègre et rigoureux. Un véritable gentleman qui apporte sa science du jeu et aussi sa simplicité dans les rapports humains. Un très grand monsieur...

 - JPEG - 146.9 ko
1999-12-09 - La Marne

Georges, à chaud, il y a du mieux ?

(en remettant son haut de survet) Oui, c’est rassurant même s’il y a encore quelques problèmes au niveau de la touche par exemple. Les avants ont été bien organisés et ont compris qu’il fallait pousser dans l’axe et ne pas attendre le ballon. Il faut mettre la tête, c’est simple...

La confiance est revenue ?

Il nous manque de bons joueurs, mais il y a un mieux dans notre organisation. Ce genre de match redonne de la confiance car nous avons été un peu déstabilisés ces derniers temps. Nous avons manqué de repères après un bon début de saison ou nous avons déployé un jeu agréable en jouant simple. Les absents ont été trop nombreux et nous avons du faire face à l’entraînement où nous n’avons pas toujours tout le monde. Dans ces conditions, il est difficile de travailler certaines combinaisons.

Les absents vont rentrer. De bon augure ?

J’espère. Il nous faut être plus organisé en attaque et aussi en défense. Il y a encore des réglages à effectuer mais je suis confiant pour la deuxième phase. Nous venons de mettre des règles en place afin de mieux respecter les consignes et aussi l’arbitre. Le message semble avoir été compris par les joueurs.

Vous avez été joueur de haut niveau, comment avez-vous franchi le cap pour retransmettre votre savoir ?

C’est nouveau pour moi et donc ce n’est pas facile. Il faut être pédagogue mais comme partout il y a des règles à faire respecter. On ne peut pas jouer comme on veut sans se soucier des autres. Nous avons des joueurs réceptifs qui comprennent vite. Nos joueurs sont amateurs et c’est pour cela que je veux qu’ils viennent avec plaisir. Je demande donc de l’enthousiasme et du jeu en mouvement. Maintenant, il faut aussi élever le niveau. Même en troisième division, il faut pouvoir ouvrir pour donner du plaisir aux joueurs, mais aussi aux spectateurs qui nous suivent.

(propos recueillis par Pascal PIOPPI.)

 - JPEG - 156.9 ko
1999-12-09 - La Marne

En battant Haguenau

Du mieux pour Lagny

Il fallait se reprendre. Face à la lanterne rouge, qui mérite beaucoup mieux d’ailleurs, les locaux ont joué sérieux après une entame de match fort timide. Après trois pénalités manquées de Haguenau, Lagny va entrer dans le vif du sujet par Blond, isolé sur l’aile et qui plante un essai de gazelle. La machine est lancée, même si les visiteurs retrouvent un botteur mais Lebalch va redonner des couleurs aux bleus qui pointent avec une avance confortable à la pause (17-6).

Doucement, Lagny va mettre la main sur le match et mettre à raison une belle équipe, joueuse dans l’âme mais limitée physiquement. Zmuda, Beauquis, à deux reprises complètent l’addition avant que Bonnot, toujours omniprésent, marque le denier essai d’une partie beaucoup plus enlevée que ces derniers temps.

Il faut confirmer dimanche à Noisy pour un derby qui s’annonce comme toujours musclé.

P.P.


Cela a senti le... Noisy (« La Marne » - 16 décembre 1999)

Lagny battu logiquement à l’extérieur (3-12)

 - JPEG - 259.6 ko
1999-12-16 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Cela a senti le... Noisy

Le derby est allé à l’équipe la plus courageuse. Noisy a mérité. Logique...

Décevant. Le dernier match de l’année ne restera pas dans les annales. Peu de jeu, un faux rythme, un manque d’ardeur et aussi d’esprit d’initiative, bref, une partie à oublier au plus vite. L’équipe de Noisy-le-Grand, coachée par Christian Billerach, qui a fait pendant de longues années le bonheur de Lagny, a mérité d’arracher cette victoire. Mal classés, les locaux ont courageusement pris la partie par le bon bout malgré la maladresse de Samuel Amar qui va échouer à quatre reprises. Ajoutez à cette domination deux drops manqués et vous avez le tableau d’une équipe de Lagny cantonnée dans son camp, frileuse à l’extrême. Il faudra attendre la 24e minute pour assister à la première attaque de May. Cela s’emballe enfin, témoin cette bagarre générale qui va déboucher sur une pluie de pénalités sifflée par l’arbitre M. Nompain. En l’espace de neuf minutes, Amar va enquiller quatre coups de pied. Noisy possède une marge confortable à la pause (12-0)

 - JPEG - 130.1 ko
1999-12-16 - La Marne

L’expulsion des capitaines

Dinu demande alors de jouer simple et surtout de s’installer dans le camp noiséen pour mettre la pression. Avec l’aide du vent, Lagny va hélas ! jouer à l’envers, se contentant de pousser bêtement dans l’axe bouché par une équipe locale sur la défensive. Noisy tient bon et résiste relativement facilement face à une équipe manquant de liant et surtout d’allant. L’arbitre applique les consignes données et expulse les deux capitaines, voulant mettre un terme aux bagarres déclarées, Berger, fait alors son entrée après un court passage à Meaux, non productif. On pense alors que les visiteurs vont enfin passer la vitesse supérieure en ouvrant au grand large sur un terrain pourtant en excellent état. Point de réaction salutaire pour une équipe Seine-et-Marnaise essoufflée et fatiguée en cette fin d’année. Une pénalité de Rosell sauvera l’honneur pour un Lagny vraiment faiblard dans tous les compartiments du jeu.

La trêve arrive à point

Attention, la situation, tout en étant préoccupante est loin d’être désespérée mais le retour de Martinez est maintenant un gage d’espérance pour une équipe incapable de produire du jeu et qui patauge dans un jeu dépourvu d’intérêt. Actuellement, c’est clair, Lagny n’a pas la pointure pour disputer la montée à l’échelon supérieur. Il reste du temps pour se refaire une santé morale et monter enfin en pression. Serge Lardy et Georges Dinu vont s’y employer. La trêve arrive presque à point pour reprendre les bases d’un jeu qui s’est effiloché au fil des matches.

Pascal PIOPPI.


Un bon petit vingt de... Metz (« La Marne » - 20 janvier 2000)

Une victoire qui fait du bien (20-15)

 - JPEG - 265.3 ko
2000-01-20 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Un bon petit vingt de... Metz

Lagny s’est imposé avec un certain courage. Il y a du mieux mais...

Les réservistes avaient montré la voie en réussissant à inverser la vapeur à 20 minutes de la fin pour s’imposer avec brio et enthousiasme (37-15). Voilà de quoi mettre en appétit les équipiers de l’équipe fanion qui ont relevé la tête après le match catastrophique de Noisy. Certes, l’équipe est encore un peu fébrile, manquant d’assurance et de créativité, mais il y a du mieux.

Pas suffisant toutefois pour se permettre le luxe inutile de jouer à 14, puis à 13 les onze dernières minutes d’une rencontre qui a été par la force des choses indécise jusqu’au bout. On a sérieusement joué avec le feu chez des locaux qui ont bénéficié d’un bon et payant travail défensif. Heureusement, car il y a encore eu quelques ratés en attaque où le dernier geste qui fait la différence n’est pas encore de mise. Qu’importe, seule la victoire est jolie et dans le contexte actuel, il ne faut pas faire la fine bouche et prendre chaque victoire avec un plaisir non dissimulé.

 - JPEG - 155.4 ko
2000-01-20 - La Marne

Les hommes de Lardy-Dinu ont bien contenu une jeune équipe messine fougueuse et désireuse de jouer le jeu sans trop se mettre de pression du côté du résultat. Après un drop astucieux de Castagnet, Bonno flaire le bon coup et va s’engouffrer dans la brèche pour planter le premier essai de l’an 2000. Superbe. (10-0). Metz, va refaire surface sur une pénalité et un drop de dernière seconde avant la pause (10-6). Tout est à refaire et il faudra presque attendre l’heure de jeu pour que Lagny impose enfin son jeu. Un premier essai collectif, pointé par Bernadet donne de l’air. Pas pour longtemps car les visiteurs reviennent (15-9). Deux minutes plus tard, F. Zmuda délivre un Lagny timide comme une jeune fille pubère. Les visiteurs, accrocheurs en diable et jouant avec leur tête vont refaire de nouveau une partie de leur retard par le clairvoyant mais bavard Parra. (20-12). Bernadet hérite au mauvais moment d’un carton jaune, imité par Olanier dans la minute suivante. Pas très habile à jouer au complet, Lagny va curieusement resserrer la défense et lutter pour conserver un avantage qui fond comme neige au soleil suite à une nouvelle pénalité (20-15). Les six dernières minutes feront passer un léger frisson dans le dos des 450 spectateurs présents, mais les hommes du président By vont garder la tête froide pour engranger cette victoire bienvenue.

 - JPEG - 123.3 ko
2000-01-20 - La Marne

Épernay, dimanche !

Maintenant il reste à aller vendanger à Épernay. Une autre affaire car le match aller a certainement laissé quelques vieux souvenirs qu’il va falloir mettre doucement en veilleuse. Serge Lardy ne veut pas mettre d’huile sur le feu et se contente du présent : « Il nous faut retrouver une certaine forme de confiance, en assurant nos phases offensives. L’équipe devrait être plus stable mais il nous faut produire du jeu. » George Dinu insistait de son côté sur la bonne tenue de la défense mais pestait contre ce jeu étriqué qui confine une équipe à évoluer dans le petit périmètre.

Pascal PIOPPI

Lagny : essais de Bonno (18e), Bernardet (54e), Zmuda (60e). 1 drop de Castagnet, 1 transformation de Fayolle.

Metz : 4 pénalités et un drop de Parra.

Lagny : Kouzmine, Petey, Rosell, Bancarel, Froment, Bernardet, Bonno, Blond, Castagnet, Dabadie, Zmuda, Beauquis, May, Fayolle, By, Leblach, Goldfard, Olanier, Berger, Loffel, Maïau. Entr : Lardy et Dinu


Lagny a redressé la tête de belle manière (« La Marne » - 27 janvier 2000)

Un superbe match nul (10-10)

Lagny a redressé la tête de belle manière

 - JPEG - 316.1 ko
2000-01-27 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny a réalisé une superbe performance loin de ses bases. Encourageant.

Après le match aller fort houleux, Lagny savait que le déplacement en Champagne allait être difficile à négocier. Épernay, royal sur son terrain, attendait de pied ferme une équipe latignacienne qui avait donné la leçon à l’aller. Avec beaucoup de maîtrise sur l’événement, les deux entraîneurs Serge Lardy et Georges Dinu avaient préparé soigneusement leur affaire. Et surtout la mise en condition mentale pour ce match qui sentait la poudre.

Le discours tonique de Serge Lardy aux cinq gaillards de devant a été parfaitement saisi : « Il fallait que chacun pense à jouer son jeu en respectant sa place et son rôle. Il y a eu une prise de conscience avec une grande motivation collective. » Résultat, une entrée tonitruante pour un quinze déchaîné et affûté. En prenant le parti de jouer très haut en défense, en exerçant un pressing important, Lagny va prendre de suite les opérations en main. Une première pénalité de Maxime By donne le ton mais, c’est surtout la construction remarquable du premier essai ponctué par Bonno qui va lancer la machine (10-0)

 - JPEG - 112.1 ko
2000-01-27 - La Marne

Est-ce le déclic attendu ?

A 10-3 à la pause, Lagny pose la main sur le match mais commence à faire quelques fautes au sol. Des fautes qui vont peser leur poids dans la balance avec une infériorité numérique à 14 pendant 20 minutes puis à 13 dans les dernières minutes. La sortie de Blond va désorganiser une équipe pourtant vaillante et Épernay, longtemps à la ramasse dans ce match, va refaire surface en plantant un essai, synonyme d’égalisation. « On méritait mieux, c’est certain, mais nous avons retrouvé une équipe solide et solidaire. Épernay a été quelque peu vexé en passant outre sur la réception d’après-match. En travaillant avec le même groupe, nous suivons notre programme en montant doucement en pression. Il faut continuer de la même manière, surtout à domicile. » Effectivement, depuis quelques matches, les latignaciens semblent un brin tendus au Parc des sports. Il faut continuer sur les bons rails mais quelque chose nous dit que le déclic pourrait bientôt venir. Pourquoi pas à Vincennes où Lagny devra se mettre au galop.

Pascal PIOPPI

N III

  • Épernay - Lagny : 10 - 10
  • Colmar - Haguenau : 16 - 12
  • Longwy - Yutz : 6 - 6
  • Noisy - Villers : 11 - 7
  • Nancy - Massif-Central : 25 - 6
  • Metz - Vincennes : 29 - 3

1. Épernay : 35
2. Colmar : 34
3. Metz : 32
4. Lagny (-1), Villers : 30
6. Massif-Central : 28
7. Longwy : 27
8. Noisy, Yutz : 25
10. Vincennes, Haguenau2 / 22
12. Nancy : 21

Avec les jeunes Latignaciens

  • Moins de 8 ans (mini-poussins) :
  • Bobigny - Lagny : 30 - 20.
  • Moins de 10 ans (poussins) :
  • Bobigny - Lagny : 5 - 60.
  • Moins de 12 ans (benjamins) :
  • Bobigny - Lagny : 0 - 5.
  • ACBB - Lagny : 5 - 10.
  • Moins de 14 ans (minimes, nationaux A) :
  • Bobigny - Lagny : 0 - 26.
  • ACBB - Lagny : 5 - 35.
  • Moins de 16 ans (cadets) :
  • Lagny/Chelles - Antony/Clamart : 39 - 7.
  • Moins de 19 ans (juniors) :
  • Lagny/Chelles - Vincennes : 3 - 13.
  • Nationale 3 B :
  • Épernay - Lagny : 15 - 3.

C’était l’Amérique à Vincennes (« La Marne » - 3 février 2000)

Lagny s’impose au trot (27-9)

C’était l’Amérique à Vincennes

 - JPEG - 236.3 ko
2000-02-03 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Comme Général du Pommeau, Lagny s’est imposé à Vincennes. Un bel enjeu !

Alors que des milliers de passionnés ont pris d’assaut le champ de course de Vincennes pour le Prix d’Amérique, les Latignaciens qui avaient certainement poinçonné leurs billets le matin, avaient rendez-vous pour trotter sur un autre pré.

Afin de ne point se faire coiffer au poteau, les hommes du président By ont préféré cravacher pour décrocher une victoire somme toute logique. Serge Lardy, confiant depuis le périlleux (mais bien négocié) déplacement à Épernay savait que la victoire était impérative car Metz, le candidat à la troisième marche du podium, se déplaçait au Massif Central. Effectivement, les Lorrains ont laissé des plumes, ce qui a profité largement à des Latignaciens, beaucoup mieux en jambes et désireux de monter calmement en puissance pour aller tutoyer le bonheur lors des play-off. Il reste du chemin mais bien calé dans la bonne roue, le sulky des bleus est idéalement placé, en embuscade.

En s’imposant 27-9, Lagny, seule équipe à gagner ce week-end à l’extérieur revient à deux petits points d’Épernay et quatre de Colmar (avec un match en moins).

Une bien belle opération qui a pris forme avec un premier essai de Berger, compensant les trois pénalités locales (9-5 à la pause). Ensuite, la mécanique s’est mise en route et c’est Lebalc’h, très en jambes qui plantera les deux essais de la délivrance (9-20). Il reste alors à maintenir la pression et c’est tout naturellement que Lagny plante un dernier essai (9-27). Un succès mérité.

Pascal PIOPPI

Résultats

 - JPEG - 79.3 ko
2000-02-03 - La Marne

Classements

N II

Annecy - Meaux 19-14, Lons - Vizille 23-6, Nuits - St-Marcellin 44-0, Montluçon - Dole 17-5, Massy - Montceau 17-7,Clamart - St-Savin 18-6.

1. Nuits 40, 2. Lons 39, 3. Annecy 34, 4. Montceau 33, 5. Meaux, Massy, Clamart, St-Savin, St-Marcellin 32, 10. Vizille, Dole 31, 12. Montluçon 30, 13. Givors, 26.

N III

Lagny - Vincennes 27-9, Massif - Metz 21-14, Villers - Nancy remis, Colmar - Noisy 24-0, Yutz - Haguenau 21-9, Longwy - Épernay remis.

1. Colmar 37, 2. Épernay 35 (-1), 3. Lagny (-1), Metz 33, 5. Massy-Central 31, 6. Villers, 30, 7. Yutz 28, 8. Noisy, Longwy 27, 10. Vincennes, Haguenau 23, 12. Nancy 21.


Lagny à côté de son sujet (« La Marne » - 10 février 2000)

Lagny à côté de son sujet

 - JPEG - 210.3 ko
2000-02-10 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Piètre match et mauvaise pioche pour un Lagny trop timoré

Lagny est tombé de haut en s’inclinant un peu contre toute attente chez la lanterne rouge de Nancy. Entre les deux formations, il n’y avait pas photo, mais sur le terrain, les locaux n’ont pas volé leur victoire. Prudents, mous, à l’image d’un paquet d’avants sans force et sans âme, les visiteurs ont sérieusement cafouillé leur rugby, oubliant au passage tous les fondamentaux.

Dommage, car il y avait un coup à jouer en portant le danger par les lignes arrières particulièrement vigilantes en défense. Pour le reste, il a manqué sérieusement de munitions pour pouvoir créer des points de fixation. Dans ce cas, la perforation est difficile.

« Nous avons été vraiment nuls devant, souligne Serge Lardy. On a manqué tout simplement de courage et aussi de solidarité. Malgré une bonne entame de match, nous nous sommes endormis au fil des minutes, à l’image des avants émoussés et peu désireux de revenir aux bases »

Le discours est presque désabusé devant ce piètre match, perdu avant tout au niveau du mental. « Nancy voulait tout simplement un peu plus la victoire que nous. C’est clair, cela a été toute la différence entre les deux équipes. »

 - JPEG - 167.9 ko
2000-02-10 - La Marne

Lardy s’en va

En s’inclinant 12-18, Lagny a laissé passer sa chance de revenir dans l’allure. Heureusement, Épernay n’a pas profité de l’aubaine et Lagny pointe à une petite longueur et trois de Colmar. Un moindre mal. Hélas, Serge Lardy ne sera plus de l’aventure : « Disons que pour raisons personnelles, je vais rejoindre mes proches à l’Ile de la Réunion. Mais la déception est grande car je ne peux aller au bout de mon travail. Je quitte le groupe car il était devenu difficile de continuer ainsi notre chemin. »

Pour côtoyer le club régulièrement, il est évident que des problèmes internes sont venus perturber le travail des deux entraîneurs soumis, comme partout d’ailleurs à une sérieuse pression. Serge doit donc laisser son copain Georges Dinu continuer seul. Mais quelque chose nous dit qu’un adjoint va venir prochainement épauler le coach. Espérons simplement que l’équipe va retrouver sa joie de jouer avant de passer aux choses sérieuses. Le nom du co-entraîneur sera certainement connu en fin de semaine. Solution interne ou externe ? Le président Frédéric By en décidera.

Pascal PIOPPI


Le Massif Central s’érode (« La Marne » - 17 février 2000)

Lagny s’impose avec brio (37-7)

Le Massif Central s’érode

 - JPEG - 250 ko
2000-02-17 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny retrouve sa vitalité et un nouvel... entraîneur

Voilà une victoire qui a redonné le sourire dans le camp latignacien. Après la déconvenue de dimanche dernier à Nancy, il fallait remettre les pendules à l’heure comme le veut le proverbe suisse. Entre la croix et la bannière, les hommes du président Frédéric By ont choisi le panache. Pour le plus grand plaisir d’un public qui a vu de l’action, de la vaillance et un certain désir de jouer enfin une partition sur le même modèle.

Tout avait magnifiquement débuté avec la superbe victoire des réservistes qui ont tout simplement disposé du leader (13-9) Le match n’a pas atteint les sommets (normal contre le Massif Central) mais les locaux ont arrondi les angles en étant vaillants et en plantant un essai en contre de bien belle facture. Voilà de quoi mettre en appétit une équipe première encore fragilisée.

Cinq essais

A domicile, il n’y a point d’alternatives. Il faut prendre les points et ne point se soucier d’autres paramètres. En jouant serrés, les locaux ont de suite mis l’emprise sur un match à sens unique. Les visiteurs, dominés dans bon nombre de compartiments du jeu ont subi la loi d’une formation remontée et désireuse de bien se comporter.

« Cela faisait longtemps que nous n’avions pas assisté à une rencontre aussi plaisante, souligne le président Frédéric By. L’envie était présente, le fond de jeu était intéressant. Bref, cela a parfaitement fonctionné et tout à bien tourné » Un bol d’air salutaire après une période de vaches maigres. L’appétit est donc revenu. Au bon moment, avec de nouvelles orientations à l’ordre du jour. Le départ de Serge Lardy, pour l’Ile de la Réunion n’étant plus un secret pour personne, il a fallu trouver un remplaçant pour épauler Georges Dinu qui n’a pas en ce moment la tache facile en menant de front ses fonctions de joueur et aussi de coach. Une double casquette qui a donné lieu à de solides discussions dans le camp dirigeant. Nos regards se tournent vers le président qui fait le point de la situation.

« Nous avons pris le temps de la réflexion et une solution interne a été trouvée avec le retour de Frédéric Salles qui avait déjà entraîné chez nous. Il prendra donc l’équipe fanion en assurant une pige de quatre mois. » Sérieux, calme mais aussi déterminé, Frédéric connaît la boutique et sera capable de se frayer un chemin dans cette ambiance bon enfant. Georges Dinu prendra du recul mais s’occupera toujours des avants en se concentrant toutefois un peu plus dans le jeu où sa présence est un gage de dynamisme.

 - JPEG - 75.5 ko
2000-02-17 - La Marne

Retour de Martinez

« Jean-Pierre Lebalc’h prendra la réserve et mon souhait, enfin notre souhait est toujours de finir dans les deux premiers. Il faut maintenant préparer les phases finales avec tout le sérieux voulu », note le président visiblement satisfait de ce match sérieux où Lebalc’h, Bono, Bauquis, qui évoluait à la mêlée, Fayolle, Petey ont été les marqueurs d’essais du jour après une partie rondement menée. Voilà une bonne mise en jambes avant d’aller à Villers Séchan. Retour donc sur le terrain de Nancy où les hommes de Dinu ont leurs marques. Attention, il ne sera pas facile de tenir tête à cette équipe qui joue aussi la qualification. Lagny retrouvera Martinez qui a fait son retour en réserve et qui apportera lui aussi sa clairvoyance sur le jeu. Test très intéressant à suivre dimanche.

Pascal PIOPPI


Lagny volé au coin du bois (« La Marne » - 24 février 2000)

Défaite à Villers Seichan (10-12)

 - JPEG - 177.5 ko
2000-02-24 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny volé au coin du bois

Le président By faisait grise mine dimanche. Les joueurs aussi.

Frédéric Salles a été verni pour son grand retour à la tête de l’équipe fanion. Un baptême du feu particulièrement amer pour le nouvel entraîneur. Dommage, car le message est passé entre celui qui a la charge de conduire le club vers les playoff, mais qui prend de suite une claque dans la figure avec ce déplacement qui n’avait pourtant rien de périlleux.

Hélas, dans un environnement difficile, sur le terrain de Nancy, les visiteurs n’ont jamais réussi à poser leur empreinte sur le jeu, sans cesse rappeler à l’ordre par un arbitre qui avait choisi d’effectuer un véritable récital comme la Castafiore à ses plus beaux moments.

« Il a été impossible de développer du jeu face à une équipe locale pas toute jeune qui pratique un rugby à l’ancienne. Notre adversaire, pas méchant du tout a bénéficié de nombreuses pénalités. Heureusement pour eux, car ils étaient incapables de produire du jeu et d’aligner deux passes », souligne le président Frédéric By objectif.

 - JPEG - 123.9 ko
2000-02-24 - La Marne

Dinu sérieusement blessé

Malgré deux essais, hélas en coin, les latignaciens n’ont jamais réussi à faire la différence, avec un adversaire collé à leurs crampons. En plus, toutes les trente secondes, l’arbitre entrait en jeu, se rendant coupable de la détérioration du climat. Hélas, le piège parfait allait fonctionner à plein pour Villers, à la recherche de points et désireux de faire chuter une équipe de Lagny, s’inclinant sur quatre pénalités. Vraiment rageant surtout avec la blessure de Georges Dinu, qui a reçu un sale coup au genou et dont la fin de saison risque d’être compromise.

80-0 pour la réserve !

En s’inclinant 10-12, Lagny a perdu un peu de terrain mais rien n’est dramatique, à condition toutefois de faire le plein à domicile et d’aller grappiller les points à l’extérieur sur les matches faciles. Villers en était un, preuve avec la victoire des réservistes sur le score sans appel de 80-0, qui montre, si besoin est la grosse différence entre les deux clubs.

Mais dimanche, c’est Villers qui est reparti avec la feuille de match. C’est comme ça !

Pascal PIOPPI


Lagny : « Allez jacter à l’Est » (« La Marne » - 2 mars 2000)

Le leader Colmar mangé tout cru (39-3)

 - JPEG - 406.9 ko
2000-03-02 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny : « Allez jacter à l’Est »

Lagny a retrouvé son latin pour atomiser Colmar.

Tout était réuni pour attirer la grande foule dimanche au stade municipal. Un temps superbe, une affiche contre le leader alléchante, un enjeu indéniable et surtout une certaine envie de jouer dans le camp latignacien après la déconvenue subie à Villers. Sous les yeux du comédien Gérard Hernandez, grand supporter du quinze local, on pouvait passer à table. Après l’apéritif offert par Bonno (quelle combativité et quel enthousiasme), c’est Blond qui va lever son verre en signant le premier essai (5-0 à la 5e) Colmar réplique de suite par un joli drop de Maechler (5-3) Colmar, à l’appétit de cigogne en restera là, le bec coincé dans un jeu aussi étriqué que le vase de Jean de la Fontaine.

 - JPEG - 202.2 ko
2000-03-02 - La Marne

Le retour de Martinez

Rusés, les locaux, sans s’énerver vont hausser le rythme au bon moment avec un Martinez qui retrouvait sa place après une longue absence. Une percée au ras de sa mêlée et nouvel essai pour ce beau joueur qui s’offre un... demi. A partir de ce moment, tout coule de source. Colmar, joue encore bien le coup avec une défense bien positionnée mais qui va souffrir au fil des minutes.

Du beau jeu

Berger, sobre, donc pleinement efficace, auteur d’un grand match, signe un superbe essai juste avant les citrons (17-3) Colmar, ballotté, va faire profil bas après une pénalité de By puis un essai astucieux de Petey. La faim justifie les moyens et Blond et Rosell vont dresser la table avec des convives alsaciens invités à laisser les miettes d’un festin qui avait, sous le regard amusé de Gérard Hernandez, un petit arrière goût du « Dîner de cons », grand succès qui devrait en appeler d’autres.

Soulagé par ce bon match, Frédéric Salles, le nouvel entraîneur restait calme, la tête sur les épaules : « Nous avons été très sérieux, appliqués et surtout respectueux des consignes. Dans le temps de jeu, nous avons libéré les ballons proprement. L’objectif est de continuer à travailler en s’appuyant surtout sur des bases solides. »

Mais qu’est-ce qui a changé ? « Le groupe s’est retrouvé au niveau du collectif. Je souligne simplement qu’il faut garder cette discipline, cette rigueur pour arriver à un capital confiance important avant d’attaquer les gros matches. » Affaire à suivre.

Pascal PIOPPI

 - JPEG - 270.9 ko
2000-03-02 - La Marne

Lagny : 6 essais de Blond (5e et 73e), Martinez (28e), Berger (40e), Petey (51e), Rosell (78e), Trois transformations de By et une pénalité (46e)

Equipe : Kousmine, Petey, Berger, Bancarel, Vanhonacker, Bonno, Bernadet, Blond, Martinez, By, Zmuda, Beauquis, May, Gracia, Fayolle, Rosell Antony, Lebalch, Bonnard, Golfard, Rosell Antony, Maiau, Loffel, entraîneur F. Salles

Pour Colmar : un drop de Maechler (8e)

Notons la belle victoire de la réserve sur le score sans appel de 47 à 24. De quoi conforter la première place.

Résultats

Classements

N II

Vizille - Meaux 23-16, Lons - Massy 27-14, Annecy - Givors 23-6, St-Savin - Dole 14-9, Montluçon - Montceau 30-3, St-Marcellin - Clamart 21-9.

1. Lons 45, 2. Nuits, Annecy 42, 4. St-Savin, Vizille 41, 6. Meaux, Massy, St-Marcellin 39, 9. Montluçon, Clamart 37,11. Montceau 36, 12. Givors, Dole 33.

N III

Lagny - Colmar 39-3, Vincennes - Villers 23-15, Noisy - Hagueneau 23-10, Épernay - Massif 55-15, Metz - Yutz 15-5, Nancy - Longwy 29-7.

1. Épernay (-1), Metz 42, 3. Lagny, Colmar 41, 5. Massif Central 36, 6. Villers, Yutz 35, 8. Noisy-le-Grand 33, 9. Longwy 32, 10. Nancy 28, 11. Vincennes 28, 12. Haguenau 27.

Avec les jeunes latignaciens

Sus aux anglais

Si l’équipe de France a chuté face aux anglais, la petite histoire retiendra que les juniors de Lagny, opposés au club de Shrewsbury ont gagné 17-7 vendredi an match amical avant d’aller s’imposer dimanche à Gif.


Lagny aux deux visages (« La Marne » - 16 mars 2000)

Lagny aux deux visages

 - JPEG - 213.5 ko
2000-03-16 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Encore un faux pas... Explications du coach

 - JPEG - 219.4 ko
2000-03-16 - La Marne

Rayonnant, maître de son sujet à domicile le match d’avant, Lagny est retombé dans ses travers en déplacement à Yutz, une équipe aussi courageuse que limitée.

Les visiteurs, qui avaient pourtant fait une excellente prestation ont piétiné, malgré une superbe entame de match ponctuée par un bel essai de Berger, très en jambes actuellement. Après deux belles occasions, Lagny va se relâcher à la fois offensivement mais aussi défensivement : « Nous avons rendu beaucoup trop de ballons. Dans l’impossibilité de vraiment mettre du rythme, nous avons été mauvais dans les phases statiques comme par exemple la touche où nous avons vendangé bon nombre de ballons », souligne Frédéric Salles.

 - JPEG - 210.6 ko
2000-03-16 - La Marne

La mise en garde à la pause ne va d’ailleurs servir à rien pour des visiteurs qui ne veulent plus se servir de la troisième vitesse. Le moteur ronronne : « Nous ayons mis quelques coups d’accélérateur mais sans plus en nous montrant dangereux à deux ou trois reprises seulement » Insuffisant pour contrarier une équipe locale auteur d’un petit essai salvateur et de bon nombre dé pénalités qui pèseront lourd dans la balance. « Avec Georges Dinu nous sommes déçus car l’équipe n’a pas relevé le défi. On stagne et il temps de se remettre en question individuellement et aussi collectivement » Avis aux amateurs car il ne reste plus que trois petits matches pour lancer la saison. Avant, il faudra battre Longwy à la maison dans quinze jours, s’imposer à Haguenau et finir en beauté en recevant Noisy. Accrocher la deuxième place semble être difficile pour une équipe trop inconstante ces derniers temps.

Pascal PIOPPI


Lagny : leurre d’été (« La Marne » - 30 mars 1999)

Net vainqueur de Longwy (47-8)

 - JPEG - 207.5 ko
2000-03-30 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny : leurre d’été

Peut-on se réjouir d’une large victoire lorsque l’adversaire est plus que faible ?

Il fallait avoir remonté sa pendule pour arriver à l’heure dimanche. Sinon, les retardataires ont manqué le principal, à savoir trois essais signés Martinez, May, le capitaine courage et Bonno, omniprésent près de la ligne d’essai. Trois superbes mouvements pour une entame de match royale. 15 minutes de rêve et... rideau.

Et la motivation ?

Lagny, va s’endormir face à un adversaire faible, peu joueur, ne possédant même plus d’équipe réserve. Bref, un visiteur qui va se faire tout petit, jouant simplement sur les multiples fautes d’une équipe de Lagny peu concernée. George Dinu, l’un des deux entraîneurs concède : « Moi le premier, je n’ai pas réussi à me motiver convenablement. Nous avons fait n’importe quoi. » Frédéric Salles, malgré l’extraction d’une dent de sagesse à aussi la... dent dure : « On fait une bonne entame et on s’éteint complètement. Je suis vrai. ment déçu de la manière car nous manquons d’envie et d’enthousiasme. Nous n’avons plus que deux matches pour corriger le tir. Point positif, nous avons des capacités, mais il faut les mettre en pratique. »

 - JPEG - 139 ko
2000-03-30 - La Marne

« Jouons justes »

Après deux nouveaux essais de Fayolle et Keuzmine, Lagny tue le match avant la pause (35-0) Pas assez au goût du capitaine Didier May qui tente de remettre de l’ordre dans la maison : « On ne se fait pas plaisir, N’oubliez pas que c’est une équipe B en face. Il ne faut pas tomber dans la routine et il est nécessaire de jouer enfin juste. »

Les paroles du coach ne seront pas suivies d’effet. Mieux, Longwy, équipe fantôme, prend de l’assurance, plante un essai avant une timide réaction des locaux par Lebalch et le régulier arrière Fayolle qui a réussi à relever la tête après 10 minutes d’un repos forcé.

Bien entendu, Lagny, net vainqueur (47-8) n’a jamais été inquiété mais présente à l’heure actuelle de curieux signes de nonchalance collective. Il reste peu de temps pour aller plus fort, plus loin et peut-être plus haut. Pour l’instant le plus s’est transformé en moins. Est-ce inquiétant ? Dans le camp latignacien, on se tait en courbant l’échine.

Pascal PIOPPI

Lagny : Rosell, Goldfard, Maiau, Bancarel, Keuzmine, Bernardet, Bonno, Dinu, Martinez, By, Labalch, May (cap), Beauquis, Zmuda, Fayolle, Enkirche, Loste, Depeyrolle, Vanhonaker, Froment, C. Petey, entr. Salles et Dinu.

Résultats

Classements

N II

Meaux - Massy : 30 - 19

Nuits - Clamart : 16 - 9

Lons - Montluçon : 17 - 13

Givors - Vizille : 51 - 17

Dole - St-Marcellin : 24 - 13

St-Savin - Montceau : 24 - 9

1. Lons : 54, 2. Nuits : 51, 3. Vizille : 47, 4. Annecy : 46, 5. St-Savin : 45, 6. Meaux : 44, 7. Montluçon, St-Marcellin : 42, 9. Massy, Givors, Clamart : 41, 13. Dole : 40.

N III

Metz - Haguenau : 42 - 15

Sluc - Nancy : 8 - 7

Lagny - Longwy : 47 - 8

Vincennes - Yutz : 18 - 18

Épernay - Villers : 46 - 8

Massif - Colmar : 18 - 12

1. Épernay : 51, 2. Metz : 48, 3. Lagny, Colmar : 45, 5. Villers, Massif-Central : 41, 7. Yutz : 40, 8. Longwy : 37, 9. Noisy : 36, 10. Sluc : 33, 11. Haguenau : 32, 12. Vincennes : 31.


Lagny attend l’électrochoc (« La Marne » - 6 avril 2000)

Battu à Haguenau (18-12)

Lagny attend l’électrochoc

Lagny ronronne mais devra se réveiller très vite

 - JPEG - 239.8 ko
2000-04-06 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Frédéric Salles, le nouvel entraîneur commence à se poser des questions sur la valeur mentale d’un groupe qui fonctionne à son train. Pourtant, il est l’heure, ou presque de passer la vitesse supérieure à l’approche des phases finales.

A Haguenau, une solide équipe qui n’a pas baissé pied, Lagny, malgré une très bonne fin de première période (9-9, trois pénalités de By), a laissé beaucoup trop de ballons à des locaux remontés et devenus entreprenants.

« C’est un peu toujours la même chose, nous n’arrivons pas à nous mobiliser lors des déplacements. » L’explication se tient avec près de cinq heures de voyage, mais n’est pas suffisante pour comprendre pourquoi le groupe ait tant de difficultés à se lier dans la difficulté : « Il faudrait pouvoir hausser le niveau de jeu. Il y a eu un gros travail sur la discipline, c’est mieux. Je me pose toutefois des questions sur la capacité du groupe. L’enjeu d’un match couperet va t-il transcender le groupe ? Nous manquons de confiance collective. »


Lagny vainqueur facile (« Le Parisien » - 19 avril 2000)

Lagny vainqueur facile

LAGNY - NOISY-LE-GRAND : 16-0 (9-0).

Lagny. Un essai : Dabadie. Une transformation : By. Trois pénalités : By. Entr. : Salles et Dinu.

En réserve, Lagny - Noisy-le-Grand (10-10).

Lagny n’a laissé aucune chance à Noisy-le-Grand, à la maison ce dimanche. Histoire d’achever de façon heureuse une saison perturbée par un changement d’entraîneur. Au final, Lagny se classe troisième, derrière Épernay et Metz. Colmar, Villers-Seichamps et Massif-Central se qualifient également pour la phase finale : « Les conditions météo n’étaient pas fameuses, relate Frédéric By, le président latignacien. On n’a peut-être pas joué un grand match, mais il n’y avait pas photo. »

Solide, Lagny pousse à la faute les visiteurs, et Maxime By transforme trois pénalités en première période. A la reprise, Lagny mène toujours les débats. Il doit pourtant attendre les dernières minutes de jeu pour aller enfin à l’essai par Dabadie. By transforme et clôt le score (16-0).

D.L.


Lagny monte en pression (« La Marne » - 20 avril 2000)

En battant Noisy-le-Grand (16-0)

 - JPEG - 261.2 ko
2000-04-20 - La Marne
Arch. P. Eberhart

Lagny monte en pression

Lagny termine sur une bonne note. L’instant de vérité approche

« Il fallait se retrouver pour faire des phases finales honorables », souligne Frédéric Salles. Le coentraîneur avec George Dinu avait le sourire des soirs de victoire dimanche à l’issue d’un match agréable devant une chambrée de plus de 500 spectateurs : « Ils sont formidables et les joueurs ont été très sensibles à leur présence. Pourtant, nous n’avons pas été toujours au rendez-vous cette année. »

 - JPEG - 90 ko
2000-04-20 - La Marne

Un match sérieux

Une petite phrase qui résume parfaitement l’envie de bien faire à l’approche des échéances importantes. Car nous y sommes enfin à ce premier match de barrage qui se profile dans quinze jours. Les latignaciens, conscients qu’il fallait monter maintenant en pression ont réalisé un bon match. Sérieux comme le souligne l’entraîneur : « Les gars ont été solides devant en usant l’adversaire. Les enchaînements ont été dynamiques et nous avons joué juste en ayant une certaine maîtrise collective » Ajoutons à ce tableau enfin devenu positif un soutien de bon augure et un enthousiasme qui fait plaisir à voir et vous aurez quelques données pour cette victoire relativement large (16-0) .

Tout n’a pas été pourtant facile face à des voisins qui auraient voulu refaire le bon coup du match aller mais qui ne possédaient pas toutes les cartes dans leur jeu pour brouiller les pistes : « Noisy a grapillé bon nombre de ballons mais n’a pas été vraiment dangereux en prenant un minimum d’initiatives », analyse froidement le coach trop occupé à remodeler son groupe.

 - JPEG - 151.7 ko
2000-04-20 - La Marne

Rencontre couperet

« Nous sommes satisfaits de la manière et surtout de cette envie qui donne du volume au collectif. » La partie, bien maîtrisée a été lancée d’entrée par une occasion franche non conclue. Trois pénalités de By vont donner de l’air mais il faudra attendre les derniers instants pour assister au seul, mais fort bel essai local. La messe était dite pour des Noiséens qui finissent donc le championnat sur une note négative.

Il reste maintenant à préparer ce premier match de barrage du 30 avril : « C’est une rencontre couperet mais nous aurons au moins l’avantage de disputer une rencontre pour nous mettre en jambes. Face à un sixième de poule, cela est bien entendu jouable mais il ne faudra pas non plus musarder en chemin. La logique voudrait que nous passions pour disputer les 32e de finale face à une grosse cylindrée qui pourrait être d’ailleurs l’ACBB. »

 - JPEG - 115.3 ko
2000-04-20 - La Marne

Atteindre le paradis

Allons-y, tout est en place pour monter maintenant en pression. Les comptes sont faciles à tenir. Pour atteindre le paradis, il suffit de gagner trois matches : « C’est à la fois tout près et très loin. » concède le coach réaliste mais tendu vers l’objectif. Lagny, après une saison moyenne peut-il casser la baraque et tutoyer les dieux ? Réponse très prochainement...

Pascal PIOPPI


Melun et Lagny près du bonheur (« Le Parisien » - 28 avril 2000)

Melun et Lagny près du bonheur

APRÈS la saison régulière qui s’est achevée dimanche dernier, les Championnats de France entrent dans leur dernière ligne droite avec le début des phases finales.

En Nationale 3 lors des barrages, Melun-Combs retrouvera dimanche à 15h30, à Orsay, l’équipe d’Antony qu’il a battu deux fois 31-16 et 28-22 cette saison. Le champion de France Honneur en titre partira favori pour retrouver Maisons-Laffitte en 32e de finale. De son côté, Lagny se rend à Vierzon pour affronter Saumur, un promu en N 3. Lagny peut légitiment espérer retrouver au tour suivant Boulogne-Billancourt.

LE PROGRAMME.

Nationale 3 (barrages) : Melun-Combs - Antony (à Orsay), Lagny - Saumur (à Vierzon).

Promotion d’Honneur (32e de finale) : Coulommiers - Salbris (à Toucy).

Première Série (32e de finale) : Parisis - Sully-sur-Loire (à Fontainebleau).

Troisième Série (32e de finale) : Fleury-les-Aubrais - Aubergenville (à Fontainebleau).

Quatrième Série (32e de finale) : Lille-Ouest - Gouaix-Provins (à Compiègne) ;

Réserves Honneur (16e de finale) : Pontault - Sancerre (à Orléans).

Excellence B (32e de finale) : Lagny - Plaisir (à Fresnes), Melun-Combs - Romorantin (à Fleury-les-Aubrais).

Cadets Teulière (64es de finale) : Créteil-Choisy - Gretz-Tournan (à Villiers-sur-Marne), Gennevilliers - Meaux (à Villiers-sur-Marne).

Comité Ile-de-France.

Honneur Tauziet, poule 3 : Noisy-le-Sec - Pontault.

Promotion d’Honneur Dobenesque, poule 1 : Nemours - EDF-GDF ; poule 3 : Brie-Ozoir - Chalon ; Senlis - Gretz-Tournan.

Deuxième Série Bacqueyrisses, poule 1 : Mitry - Bonneuil ; poule 2 : Livry-Gargan - Othis.

 - JPEG - 213.5 ko
1999-2000 - Réserve (Excellence B)
1/32e contre Plaisir à Fresnes le 30 avril 2000.
De gauche à droite, debout : Jean Pierre LEBALCH (J.P.), Patrick AUGER, Ludovic KUMM, Yann LEGOFF, Stephane NEIL, Fabien VAN HONACKER, Thierry ALIOS, Patrice DEPEYROLLES, Rémi BONNARD, Cyril DUCROT, Fabrice DUMONTIER, Nicolas GERVAIS, Julien ...
Accroupis : Renaud VERDIÈRE, Sébastien ENKIRCHE, Cédric TISSERAND, Christian HOSTERT, David ROSELL, Ahmed TARAZIT, Sébastien LOSTE, ..., Mathieu BAZILE, ..., Yann DUCROT.

Lagny en selle (« Le Parisien » - 29 avril 2000)

Rugby, N 3 (barrages)

Melun-Combs en terrain connu

MELUN-COMBS - ANTONY, demain (15 h 30) à Orsay.

C’EST L’HEURE de vérité. Melun-Combs attaque la phase finale par un match de barrage. Il rencontre Antony, une équipe de sa poule ! En cas de victoire, il affronterait Maisons-Laffitte en 32e de finale. Encore un adversaire connu ! Pour accéder à la Nationale 2, ils devront gagner ce dernier match ainsi que leur 16e de finale. En cas d’échec à ce stade, ils devront passer par un match de repêchage. La route est donc encore longue. Favoris sur le papier, les Sudistes feront bien d’ouvrir l’œil. « Attention à l’excès de confiance ! lance Jean-Luc Arnaud, l’un des entraîneurs. Avoir battu Antony deux fois au cours de la saison régulière n’est pas une garantie. Il faudra respecter l’adversaire. »

Lagny en selle

LAGNY - SAUMUR, demain (15 h 30), à Vierzon.

Lagny, qui doit entamer le même parcours du combattant que Melun-Combs, n’est pas trop mal tombé. En barrages, il affrontera Saumur. Une équipe qui a fini sixième de sa poule avec un bilan de douze victoires pour dix défaites. Troisièmes de la saison régulière, les Nordistes ont mieux tiré leur épingle du jeu dans une poule légèrement plus équilibrée. Mais à ce stade de la compétition, les comptes d’apothicaire ne signifient plus grand-chose. S’ils s’imposaient, les Latignaciens affronteraient Boulogne lors des 32es.

D.L.


Lagny sans trembler (« Le Parisien » - 3 mai 2000)

Rugby/Nationale 3

Lagny sans trembler

LAGNY - SAUMUR : 36-16 (22-8).

Lagny. Quatre essais : collectif (15e), Dabadie (26e), Bonnot (42e), Zmuda (79e) ; trois transformations : By (42e, 75e) ; trois pénalités : By (18e, 64e, 75e) ; un drop : Martinez (72e).

Saumur. Deux essais (22e, 57e) ; deux pénalités (8e, 67e).

LAGNY ET MELUN-COMBS, les deux représentants seine-et-marnais en Nationale 3 ont passé les barrages de la phase finale. Les Latignaciens n’ont pas tremblé contre Saumur.

Si ce dernier a ouvert le score sur pénalité, un essai collectif et une pénalité de By leur ont permis de prendre le large (10-3).

Melun-Combs a eu chaud

MELUN-COMBS - ANTONY : 26-23 (10-10).

Melun-Combs. Quatre essais : J.-B. Pillas (16e, 43e), collectif (38e), Lalande (46e) ; une pénalité : Fritz (71e) ; un drop : Boursin (83e).

Antony. Deux essais : Lamarque (40e), collectif (57e) ; deux transformations : Combes (40e, 57e) ; trois pénalités : Combes (35e, 50e, 78e).

Melun-Combs s’est fait peur. Opposé à Antony, qu’il a battu déjà deux fois, il a dû batailler jusqu’aux arrêts de jeu pour faire la différence. A égalité à la pause (10-10), les deux équipes l’étaient encore à la fin du temps réglementaire (23-23). Mais Boursin y a mis un terme avec un drop assassin.

D.L.


Lagny recadre Saumur (« La Marne » - 4 mai 2000)

En s’imposant facilement à Vierzon (36-16)

 - JPEG - 191 ko
2000-05-04 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny recadre Saumur

Ouf, le premier test match a été bien négocié

Les choses sérieuses ont commencé après un long championnat fort peu intéressant car un peu trop long à notre goût. Cette fois-ci, les latignaciens sont entrés dans le vif du sujet avec le premier match couperet.

A Vierzon, devant un public bien maigre les Seine et marnais ouvraient le bal des réjouissances vers le chemin qui pourrait les emmener vers la deuxième division si tout marche bien dans un avenir proche. Il restait à bien contourner le premier obstacle avec une équipe de Saumur qui a eu toutes les peines à arracher son billet lors de la phase du championnat.

Saumur, loin du cadre qui a fait sa réputation a eu quelques difficultés à sauter l’obstacle et peut maintenant savourer des vacances forcées. Mené 0-3 d’entrée, Lagny n’a vraiment jamais douté et est revenu calmement au score par un premier essai transformé avant de prendre les choses en main. A la sortie, les hommes du Dinu-Salles vont aller quatre fois en terre promise avec un bonus de 2 drops, 2 pénalités et 2 transformations.

Un match enlevé, sérieux devant et fort bien concrétisé derrière. Voilà de quoi mettre en appétit une équipe qui se lie au bon moment et qui a tenu à partager le repas à Vierzon pour se souder encore plus après cette belle victoire (36-16).

 - JPEG - 165.1 ko
2000-05-04 - La Marne

L’ACBB le gros morceau

Maintenant, il faut remettre le couvert avec le choc face à l’A.C.B. B., une équipe solide et expérimentée, redescendue de Deuxième division et voulant reprendre au plus vite le chemin inverse. Il va falloir jouer une nouvelle fois la carte du sérieux face à des Parisiens, deuxièmes de poule, qui seront très difficiles à contourner.

Motif de satisfaction, le match se jouera dans la région ce qui permettra aux nombreux supporters de faire ce court déplacement pour encourager un 15 qui aura besoin d’un soutien inconditionnel.

La réserve qualifiée aussi

Notons pour la bonne bouche, la qualification pour les 16e de finale des réservistes qui ont battu Plaisir (22-16) et qui pourraient aussi rencontrer l’A.C.B.B. Il faut toutefois attendre le tirage pour connaître l’adversaire et le lieu.

Pascal PIOPPI


Melun-Combs et Lagny à deux pas du bonheur (« Le Parisien » - 6 mai 2000)

Rugby, Nationale 3

Melun-Combs et Lagny à deux pas du bonheur

MELUN-COMBS - MAISONS-LAFFITTE, demain (15 h 30) à Neuilly-sur-Marne.
LAGNY - ACBB, demain (15 h 30) au Blanc-Mesnil.

PLUS que deux marches, et Lagny et Melun-Combs accèdent à la Nationale 2 ! les deux équipes aborderont demain les 32es de finale, en espérant se qualifier pour les 16es fatidiques. Mais à chaque match suffit sa peine, d’autant qu’ils affronteront des équipes deuxièmes de leur poule, une place qui les a dispensées du match de barrage.

Comme au tour précédent, Melun-Combs débarque en terrain connu. Maisons-Laffitte est en effet une équipe de sa poule.

Lagny n’aura pas non plus match facile contre l’ACBB. Les Boulonnais se sont en effet forgés une solide réputation, justifiée à en juger par leur parcours : dix-sept victoires, un match nul et quatre défaites seulement. Des résultats glanés, il est vrai, dans une poule moins homogène que celle des Seine-et-Marnais.


Lagny s’offre une troisième chance (« Le Parisien » - 9 mai 2000)

Rugby, Nationale 3

Lagny s’offre une troisième chance

ACBB - LAGNY : 11-19 (6-13). Spectateurs : 400. Arbitre : M. Marquet (Bourgogne).

ACBB. Un essai : Jourdan (80e) ; deux pénalités : Maureau (18e, 40e).

Lagny. Un essai : Zmuda (15e) ; deux pénalités : By (29e, 44e) ; deux drops : Martinez (9e, 58e) ; une transformation : By (15e).

APRÈS les deux malheureux échecs en seizièmes de finale du Championnat de France en 1998 et 1999, Lagny s’est octroyé une troisième chance d’accession en éliminant l’ACBB, le favori des play-off qui avait clamé haut et fort ses ambitions, dimanche après-midi au Blanc-Mesnil.

Un succès que les joueurs de Frédéric Salles ont construit dans le premier quart d’heure grâce à un drop astucieux de Martinez et un petit bijou d’essai de Zmuda qui, bien lancé par Laurent Beauquis, opère un cadrage-débordement d’école sur l’arrière boulonnais Estrabou pour placer son équipe sur orbite (0-10, 15e). Si Goldfarb se fait expulser pour un plaquage à retardement sur Jourdan, le demi de mêlée de l’ACBB, Lagny ne joue que quatorze minutes en infériorité numérique, puisque l’arbitre voit de nouveau rouge sur une faute au sol du Boulonnais Bernardet.

Rigoureux en défense, discipliné, Lagny subit pendant toute la seconde période et réplique par contre, faisant mouche à chacune de ses incursions dans les 40 mètres adverses. Lagny prouve même qu’il peut s’appuyer sur la puissance de son pack pour développer le jeu au large. Lagny tient fermement sa qualification : « Je suis très content pour le groupe, pour les joueurs qui se sont retrouvés après une saison difficile, rayonne Frédéric Salles. C’est un grand bonheur. On a fait un match plein et montré que nous méritons d’être là. Avec un tel groupe, on devrait monter. Je ne vois pas comment on peut ne pas gagner un match supplémentaire, quelle que soit l’équipe que nous rencontrerons. »

D.L.


Le rugby tout près du paradis (« La Marne » - 11 mai 2000 - page 3)

 - JPEG - 251 ko
2000-05-11 - La Marne
p.3 - Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Le rugby tout près du paradis

Il va y avoir de l’ambiance dimanche pour le match de l’année.

 - JPEG - 172.3 ko
2000-05-11 - La Marne

Sur le terrain du Blanc-Mesnil, les rugbymen de Lagny ont écrit une nouvelle page d’histoire en disposant de la redoutable équipe de l’ACBB. Une victoire méritée après un match plein qui permet aux hommes du président By de jouer le fameux match de la montée en deuxième division dès dimanche face à Épernay.

En cas de victoire, inutile de dire que le champagne va couler à flots mais il y a une chance supplémentaire en cas de défaite avec une réchappe possible sous forme d’un nouveau match. Lagny possède donc deux possibilités pour atteindre pour la première fois de son histoire cette division prestigieuse. Pour bien faire, il faudrait saisir de suite la chance offerte.

 - JPEG - 188.1 ko
2000-05-11 - La Marne

Sortir la bonne carte

Dimanche dernier, plus de 200 supporters avaient fait le court voyage en région parisienne pour soutenir leur équipe, sensible à cette ferveur populaire. Cela sera également le cas ce week-end pour ce match décisif. Lagny possède une sacrée carte pour atteindre son but. Mais pour rafler la mise, il faudra la sortir au bon moment. Le suspense est toujours de rigueur et les supporters vont pouvoir donner de la voix sur le beau terrain de Compiègne qui servira de cadre à ce match au couperet.

 - JPEG - 169.3 ko
2000-05-11 - La Marne

Seule ombre au tableau dans cette ferveur populaire avec l’élimination de la réserve qui jouait elle aussi à Blanc-Mesnil. Dans un petit jour, les hommes de J.P. Lebalch sont passés à côté de leur sujet. Dommage car la troisième mi-temps aurait été encore un peu plus chaude. (voir commentaire en pages sportives).


Lagny réalise le match parfait (« La Marne » - 11 mai 2000 - page IV)

En éliminant l’A.C.B.B. proprement et intelligemment (19-11)

Lagny réalise le match parfait

Lagny rentre en seizièmes la tête haute. Il faut battre Épernay dimanche.

 - JPEG - 243.9 ko
2000-05-11 - La Marne
p.IV - Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Le rugby est un sport formidable, qui s’amuse à tordre le cou des préjugés et des supputations légères de derrière la main courante. Qui aurait parié un verre de bière même de marque latignacienne sur la victoire d’un quinze qui cherche sa voie tortueuse depuis pas mal d’années ?

Enfin la bonne année ?

Irréprochables et dominateurs depuis deux ans en championnat, les Latignaciens ont à chaque fois baissé leur garde au mauvais moment. Le fameux instant crucial qui concrétise les efforts de tout un club. Cette année, changement de décor avec une saison honnête mais sans génie, poussive et parfois incohérente. Le réveil semble avoir sonné en barrages contre Saumur la semaine dernière. Et puis, il y avait cette montagne de l’ACBB à franchir.

Un monstre, certain de sa force et de son avenir qui avait déjà pris des jalons pour dénicher une recrue de choix avec un avant du grand Narbonne. La montée était programmées. Immense erreur que de prendre à la légère une équipe qui se soude doucement mais sûrement. Les données étaient d’une simplicité enfantine. Ne rien lâcher, pas le moindre centimètre de terrain en forçant sans cesse l’adversaire à commettre des fautes et à douter. Le plan mis en place par le tandem Dinu-Salles a fonctionné à merveille, de la première à la dernière seconde.

 - JPEG - 81.7 ko
2000-05-11 - La Marne

Quelle défense !

Le bulldozer a tassé une équipe de Boulogne qui a broyé du noir à l’image de ses maillots lourds à porter par cette grosse chaleur orageuse. Mais la foudre est venue d’une formation digne et respectueuse des consignes, à l’image de ce premier placage dévastateur de Blond qui va donner le ton. L’entame est parfaite et Martinez passe un premier drop (3-0 à la 8e minute) Beauquis, irréprochable en défense place son troisième tampon dévastateur. De bon ton car Lagny joue sobre et groupé. Dans le bon tempo.

Deux cartons rouges...

Juste avant la fin du premier quart d’heure, sur un nouveau ballon arraché par le paquet, Fred Zmuda, d’une course folle se joue de la défense noire pour planter un essai superbe. By, aussi concentré que mal placé transforme (10-0) Vexés, les Boulonnais reviennent par une pénalité (10-3).

A la 21e minute, alors que Lagny a laissé passé l’orage de belle manière, l’arbitre M. Marquet décide de sortir brusquement le rouge pour le talonneur Goldfarb, renvoyé aux vestiaires pour un placage appuyé. Une décision lourde de conséquences pour une faute légère. L’arbitre vient de tuer le match, tout simplement. Lagny n’a plus de talonneur ni de lanceur en touche. Un handicap supplémentaire qui n’empêche pas By d’ajuster une pénalité lointaine (13-3).

 - JPEG - 72.7 ko
2000-05-11 - La Marne

Les paroles de May

Juste avant la pause, l’arbitre, certainement pris d’un remords humain sort brusquement le carton rouge à l’immense Lemaître, qui, comme le Latignacien n’avait rien fait de coupable. D’un seul coup, les forces redeviennent équitables. L’ACBB revient aussi dans l’allure avant les citrons (13-6).

Avant que Frédéric Salles ne recadre son groupe, Didier May, l’irréprochable meneur d’hommes va trouver en deux phrases les mots qui touchent. Les bleus vont capter le message en se montrant de nouveau irréprochables devant à l’image de Georges Dinu : « Il faut surtout souligner le travail des gars de derrière. Du jamais vu cette saison. lls ont été grandioses. »

Une défense irréprochable

Lagny baisse la tête, occupe le terrain et empêche l’ACBB de prendre le jeu à son compte. Les Parisisens, ont perdu de leur superbe, jouant par la force des choses dans le petit périmètre. Incapables d’imprimer le rythme, maladroits sur les rares ballons récupérés, les ex-sociétaires de deuxième division jouent comme ils peuvent avec cette pression pesante. Avec clairvoyance, le coach lance dans la bataille organisée Bonno et Lebalch. Juste avant, By a passé une superbe pénalité (16-6) et Martinez, à 21 minutes du coup de sifflet ajuste un drop bien venu.(19-6) Il reste à tenir sous les encouragements d’une centaine de supporters latignaciens ivres de bonheur. Les bleus courbent l’échine et baisseront une seule fois leur garde sur une échappée de Jourdan, l’ex-demi du Racing (19-11) Il est trop tard, l’ACBB peut courir aux vestiaires cacher des larmes de honte et de rage.

 - JPEG - 114.3 ko
2000-05-11 - La Marne

Dimanche, Épernay à Compiègne

Lagny est donc en seizièmes et possède dès dimanche une première chance d’atteindre pour la première fois le septième ciel. Cet immense match restera t-il dans les jambes face à une grosse équipe d’Épernay victorieuse de Nantes (29-17) Nous pensons au contraire que le capital confiance vient de faire grimper plusieurs barreaux sur l’échelle de cette montée tant attendue. Mais la méfiance doit être de rigueur, même si Lagny possède un joker en cas de défaite. Il faudrait mieux assurer la montée directe dimanche à Compiègne.

Pascal PIOPPI

 - JPEG - 224 ko
2000-05-11 - La Marne

La fiche technique

Lagny bat l’ACBB 19-11 (M. T 13-6)

Terrain du Blanc Mesnil, 500 spectateurs : temps très chaud et orageux, bonne pelouse.

Arbitrage de MM. Marquet (Bourgogne), Colas, Lacroix

Lagny : 1 essai de Zmuda (15e), 2 drops de Martinez (8e, 58e), 1 transformation et 2 pénalités de By (29e,44e)

A.C.B. B : 1 pénalité de Maureau (16e) et 1 essai de Jourdan (82e).

Les vainqueurs : Loffel, Goldfarb, Roselle, Olanier, Bancarel, Dinu, Bernadet, Blond, Martinez, By, May (capitaine), Dabadie, Beauquis, Fayolle, Lebalch, Gracia, Bonno, Froment, C. Petey, Maiau, Berger, Entraîneurs : Dinu-Salles ;

Battus par St-Denis (0-18)

Sur la... réserve

Irréprochables en championnat les réservistes de J. P Lebalch sont tombés sans avoir donné le meilleur d’eux-mêmes. Malgré une bonne entame, Lagny a subi et a été incapable d’emballer une partie à sa portée. Une élimination logique mais qui laissera pas mal de regrets.

Lagny : Auger, Legoff, Neill, Geny, Alios, Domergue, Fabien, Depeyrolle, Enkirche, Hoster, Verdier, Rossel, Tarazit, Basile, Lost, Clément, Lety, Bonnard, Ducrot, X. Rosel, Kumm, Gervais, entraîneur J. P Lebalch

Frédéric Salles (entraîneur)

« Un groupe devenu mature »

En tombant dans les bras de son compère Georges Dinu, Frédéric Salles n’avait point besoin de mots pour épancher son émotion. Les deux entraîneurs, ivres de bonheur savouraient ces minutes intenses avant que Frédéric, les yeux dans les étoiles mais les pieds sur terre commente l’exploit :

« Face à Saumur, le groupe s’est soudé. Il est devenu mature, pouvant jouer dans la difficulté. L’ACBB était un sacré client mais nous avons bien géré ce match malgré le carton rouge. Nous avons mis la pression qui était la clé du match. L’esprit solidaire, le cœur, l’enthousiasme étaient de mise. De quoi alors pousser l’adversaire à la faute. Le groupe a tiré profit des précédentes déconvenues. Maintenant, il faut dimanche sortir le même match. »


Une dernière marche pour monter (« Le Parisien » - 13 mai 2000)

Rugby, Nationale 3 (16 de finale)

Une dernière marche pour monter

Lagny - Epernay

LAGNY - EPERNAY, demain (15 heures), stade Jouve-Senez à Compiègne (60).

Lagny : Loffel, Berger, Rosell - Olanier, Bancarel - Blond, Dinu, Bonno - Martinez, By - Zmuda, May, Beauquis, Dabadie - Fayolle. Remplaçants : Maïau, Petey, Froment, Bernardet, Labalc’h, Gracia, plus un joueur à désigner. Entr. : Salles et Dinu.

C’EST l’heure de vérité ! Le seul rescapé seine-et-marnais à l’attaque des 16es de finale, Lagny, joue le match de la montée en Nationale 2 contre Epernay, à Compiègne. Le hasard a voulu que Lagny affronte le leader de sa poule. Un tirage paradoxalement presque favorable puisque les Latignaciens se sont nettement imposés au match aller (27-8) et ont réussi à arracher le nul au match retour chez les Champenois (10-10). Il s’agira donc simplement de confirmer ces deux bons résultats pour passer.

Alors que Meaux risque de descendre de la Nationale 2 (personne n’en sait encore rien avec certitude), Lagny pourrait bien grimper à ce niveau pour rejoindre Meaux ou, pire, prendre sa place. A ce propos, Lagny se retrouve dans la même position que la saison dernière. Qualifiés en seizième, les Seine-et-Marnais s’étaient inclinés contre Lille et avaient laissé passer une seconde chance de montée en match de barrage contre Rouen.

Un tirage presque favorable

Il y a peu, les Latignaciens n’espéraient peut-être pas bénéficier d’une telle occasion. Secoués par le départ de Serge Lardy, l’un des entraîneurs, en cours de saison, la gestion des entraînements et des joueurs s’est parfois avérée tumultueuse, et les remises en question étaient pain quotidien. Malgré ces bourrasques, Lagny s’apprête à prendre du galon. Le travail effectué par Frédéric Salles, le successeur de Lardy, et par Georges Dinu, l’autre entraîneur qui a notamment assuré la transition, a fini par porter ses fruits. En fin de compte, le club est tout prêt de remplir l’objectif annoncé en début de saison : la montée. Des objectifs partagés au passage par Epernay, qui évolue depuis trois saisons à ce niveau. La première fois, les Champenois se sont maintenus de justesse. Ensuite, ils se sont qualifiés de justesse.

Epernay très motivé

Cette fois-ci, ils espèrent transformer l’essai. C’est le cas de le dire. Hormis les échecs contre Lagny, leur bilan de la saison régulière parle du reste en leur faveur. Premiers de leur poule, ils totalisent 17 victoires, contre 1 match nul et 4 défaites. Lagny, classé troisième, a remporté 13 matchs, concédé 1 nul et 8 défaites. Voilà les données mathématiques du match. En cas d’échec, tout espoir de montée ne serait pas perdu. En effet, les seize équipes perdantes se verront offrir une seconde chance en match de barrage. Une option à laquelle Lagny, lancé vers la finale et surtout la Nationale 2, ne songe pas encore. Le stade Tauziet de Meaux accueillera un autre seizième de finale de Nationale 3, Evreux - Metz, demain à 15 heures.

D.L.


Lagny laisse filer sa chance (« Le Parisien » - 15 mai 2000)

Rugby, Nationale 3 (16 de finale)

Lagny laisse filer sa chance

Lagny - Epernay 3-15

LAGNY - EPERNAY : 3-15. Match joué à Compiègne.

Lagny. Une pénalité : Martinez (76e). Un carton rouge : Berger (42e).

Epernay. Cinq pénalités (1re, 21e, 29e, 42e, 78e).

MAIS OÙ ÉTAIT Lagny ? Les hommes de Frédéric Salles et Georges Dinu n’avaient pas la tête au jeu, hier à Compiègne. Constat suprenant lorsqu’on songe qu’ils jouaient la montée en Nationale 2 en seizièmes de finale du championnat de France ! Opposés à Epernay, qu’ils ont battu à domicile et chez qui ils ont obtenu le nul pendant la saison régulière, ils ont peut-être cru que c’était gagné d’avance. Sans doute, c’était là sous-estimer une équipe qui a fini leader de sa poule. Les Champenois sont sortis vainqueurs d’un match sans essai, notamment grâce à une plus grande efficacité aux pénalités.

Encore un espoir mais...

« C’est dommage, regrette Jacques Petey, le manager et ex-entraîneur meldois. Si nous avions seulement réédité notre prestation des 32es, nous aurions gagné. Même en jouant comme la saison dernière, au même stade de la compétition. Contre Epernay, nous avons joué à l’envers. Je ne comprends pas. » Constat d’impuissance.

Les Champenois ouvrent le score d’entrée sur pénalité (0-3, 1re). Quelques minutes plus tard, Lagny se voit offrir une chance d’égaliser, mais By manque son coup de pied face au poteau (7e). La-dessus, Martinez se fait expulser dix minutes pour faute technique. Pour une équipe peu fringante, c’est le coup dur. Epernay, qui obtient deux nouvelles pénalités, en profite pour se détacher (0-6, 21e ; 0-9, 29e). Dans la foulée, By manque un nouveau coup de pied facile (30e). Et avant la pause (42e), Lagny se voit de nouveau réduit à quatorze. Définitement cette fois-ci, puisque Berger écope d’un carton rouge. Epernay ne manque par sa pénalité, et possède une avance confortable aux citrons (0-12).

A la reprise, Lagny se refait une santé. « Nous avons dominé, remarque Petey. Mais nous n’avons pas réussi à concrétiser. » Les Seine-et-Marnais inscrivent tout de même leur premiers points sur une pénalité de Martinez (3-12, 76e), mais ils en resteront là, contrairement à Epernay qui alourdit l’addition avec une dernière pénalité dans les dernières minutes du temps réglementaire (3-15, 78e).

Les Latignaciens se retrouvent donc dans la même situation que la saison dernière après leur défaite face à Lille. Les perdants des 16es se verront offrir une nouvelle chance en match de barrage. Ils s’affronteront entre eux dimanche prochain, et les vainqueurs monteront en Nationale 2. Mais l’aventure de Lagny en championnat de France s’est, de toutes façons, achevé hier. « Je ne voudrais pas que l’histoire se répète, s’inquiète Petey. Hier, la défaite s’est jouée dans la tête des joueurs. Ils étaient moins motivés que leurs adversaires. Ils ont souvent plus de mal à jouer contre des équipes qu’ils connaissent. » Dimanche prochain, ce sera leur dernière chance. Retrouveront-ils au pied du mur, l’envie de se battre ?

D.L.


Lagny rate le wagon à Compiègne (« La Marne » - 18 mai 2000)

En déposant les armes face à Epernay (3-15)

 - JPEG - 232.7 ko
2000-05-18 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny rate le wagon à Compiègne

Lagny a encore manqué son premier rendez-vous avec l’histoire.

A deux pas de la fameuse forêt de Rethondes qui a servi de lieu historique pour le fameux Armistice, Lagny a déposé les armes d’une manière bien triste.

Dans ce match en pays de connaissance (les deux équipes ayant partagé les joies du championnat) il fallait sortir la bonne carte. Certes, Lagny en ayant gagné une fois (facilement d’ailleurs) et partagé les points à Epernay, partait avec un petit avantage psychologique indéniable. Mais à ce stade là de la compétition, il faut être prêt dans la tête et dans les jambes. On se demande avec du recul, si les hommes de Dinu-Salles n’ont pas laissé du jus et de l’énergie dimanche dernier face à l’A.C.B.B. Maintenant, il ne sert à rien de gratter là où cela pourrait faire du mal.

 - JPEG - 161.6 ko
2000-05-18 - La Marne

Sur le beau terrain de Compiègne, verdoyant et champêtre, nous attendions une rencontre musclée, indécise et captivante. Pour faire un bon match, il faut être deux et hélas, Lagny n’était pas présent. Ou si peu... Sans Golfarb, le talonneur, suspendu pour deux matches, Lagny possédait toutefois une formation équilibrée et capable de reproduire le match dernier haut en rebondissements.

A 80 minutes du bonheur, il n’était plus temps de se poser des questions existentielles. Un seul mot d’ordre, baisser la tête et surtout la garder froide face à Epernay qui avait une dent contre des Latignaciens un peu mordants sur les deux confrontations. Mais là, ce sont les Champenois qui vont frapper les premiers après 11 secondes de jeu. Une première faute des bleus et c’est Cambos qui ouvre la marque (0-3)

 - JPEG - 106.5 ko
2000-05-18 - La Marne

Maxime By maladroit

Sans s’affoler, Lagny tarde toutefois à entrer dans le vif du sujet et va passer d’ailleurs à côté de son sujet. Très vite, les hommes du président By vont s’installer dans le camp adverse et jouent deux pénalités à la main. Sans succès. A la troisième, Maxime By va choisir d’assurer le coup. Normal puisque la pénalité se situe à 15 mètres. Et là, première surprise avec le pied de l’ouvreur qui
dévisse. Qu’importe, Lagny tente d’oublier ce coup du sort et baisse enfin la tête.

Berger expulsé

Hélas, les fautes pleuvent. Bêtement. Sans aucun génie, Epernay se contente de jouer simple et surtout de surveiller le secteur défensif. Mission remplie avec un petit bénéfice,au passage sous la botte habile de Cambos (0-6 à la 20e) Les pénalités continuent de pleuvoir. Normal, car Lagny est en retard et s’énerve inutilement. Epernay continue d’engranger (0-9) alors que By cherche toujours ses marques et rate de nouveau une pénalité fort facile en face des poteaux. Le coach qui sent déjà que son équipe part à la dérive demande de se souder d’avantage. Le grand Olanier baisse la tête en répondant à son coach : « Oui, je sais bien » Lagny perd pour 10 minutes Martinez qui va revenir en force pour échouer de quelques mètres avant que le paquet n’échoue en bloc à 50 centimètres. Enfin, Lagny va t-il monter en puissance ? Le talonneur Berger, toujours aussi fougueux va pénaliser son équipe en prenant bêtement un carton rouge synonyme de grand malheur à venir. A 14, cela va devenir problématique surtout qu’il reste 43 minutes à jouer. Comme la semaine précédente, Lagny va perdre son talon... d’Achille (Zavatta ?).

« Des petits messieurs »

Juste avant les citrons, Maxime By manque une nouvelle pénalité. Visiblement dans un jour sans, l’ouvreur va cogiter ferme. Dommage pour ce joueur talentueux, régulier toute l’année mais fébrile lors des rendez-vous importants. A sa décharge, Maxime, revenu à la hâte d’un séminaire lointain, n’a pu s’entraîner dans la semaine : « Je n’étais pas dans le bon tempo. Il est rageant de ne pouvoir trouver ses marques et de subir ainsi. C’est vrai, je n’ai pas été à la hauteur et cela n’a pas aidé mes copains » Aucun reproche ne sera fait à la pause à l’ouvreur conscient de son important passage à vide. Le capitaine May insiste toutefois sur la lucidité dans les actions et un retour au jeu simple. Frédéric Salles rentre dans le vif du sujet : « Nous avons perdu l’agressivité. Vous êtes de petits messieurs et je vous demande maintenant de vous révolter en jouant à 200 % de vos moyens »

D’entrée, Bonno entre en jeu. Le taureau, qui piétinait de rage va t-il secouer cette formation endormie par le chaud soleil de Compiègne ? Dans un premier temps, le moral remonte et les bleus s’installent dans le camp adverse. Un véritable camping organisé. Martinez, qui a pris la succession de By au coup de pied placé, tente sa chance des 35 mètres. Manque de chance, la balle, bien frappée heurte le poteau. Rageant.

 - JPEG - 141.7 ko
2000-05-18 - La Marne

Martinez maudit

Epernay subit, mais courbe l’échine de belle manière. Sans génie, il est de bon ton de jouer ensemble. Beaucoup plus dispersés, les bleus jouent de manière beaucoup trop individuelle pour se rendre dangereux. Comble d’infortune, Martinez d’un maître coup de pied heurte de nouveau le poteau. Le compte n’est pas bon avec cinq pénalités faciles non converties. La chance est passée. Il reste 3 minutes et Martinez trouve enfin l’ouverture (3-12) Un maigre butin vite emporté par Duban qui clôture la marque (3-15).

Si beaucoup de supporteurs faisaient grise mine sur l’arbitrage, il faut se rendre à l’évidence en soulignant le petit match d’une équipe peu inspirée et victime d’un jeu beaucoup trop étriqué pour prétendre jouer dans la cours des grands. Epernay, qui a mérité sa victoire ne possède pas toutefois la carrure pour évoluer au-dessus.

Rennes dimanche...

Lagny, la mine basse et le moral vraiment en berne, peut-il se remettre d’équerre pour le match de la dernière chance dimanche. Nous avons peur que le slogan, jamais deux sans trois, se renouvelle car les bleus ont marqué le pas mentalement. Mais l’adversaire est dans le même cas. « Il faut rebondir et oublier ce match manqué. Nous avons fait trop de fautes et jamais nous n’avons été décisifs », soulignait Cédric Petey, assommé mais lucide comme l’entraîneur Frédéric Salles : « Nous n’avons pas su marquer. Epernay a fait le match qu’il fallait et nous n’avons pas réussi à redresser la barre. Nous avons joué dans l’urgence, ce qui n’est guère rassurant. Maintenant, il nous reste une semaine mais j’avoue qu’il va être difficile de remotiver tout le monde. »

Effectivement...

Pascal PIOPPI

La fiche technique

A Compiègne, Epernay bat Lagny en 16es de finale par 15-3 (M. T 0-12)

Excellent terrain, temps très chaud, 500 spectateurs.

Arbitrage de MM Ratjaj (Auvergne) assisté de Ducouret et Tautou.

Epernay : 5 pénalités de Cambos (1re, 20e, 26e, 40e) Duban (80e)

Lagny : pénalité de Martinez (77e)

Carton rouge pour Berger (Lagny) 40e

Lagny : Loffel, Berger, Rossel, Olanier, Bancarel, Dinu, Blond, Bernardet, Martinez, By, Dabadie, May (capitaine), Beauquis, Zmuda, Fayolle, Lebalch, Gracia, Bonno, Froment, Depeyrolle, entraîneurs Dinu et Salles.


Lagny abat sa dernière carte (« Le Parisien » - 20 mai 2000)

Rugby, Nationale 3 (barrages)

Lagny abat sa dernière carte

Lagny - Rennes

LAGNY - RENNES, demain (15 heures) à L’Aigle (Orne).

ELIMINÉ au stade des seizièmes de finale par Epernay dimanche dernier, Lagny se voit offrir une seconde et dernière chance de monter en Nationale 2. Ce sera demain contre Rennes, à L’Aigle (Orne). Reste à savoir comment le groupe aura digéré sa défaite. Passée à côté de son dernier match, l’équipe devra absolument trouver un second souffle pour s’imposer. Rennes, en effet, n’est pas le premier venu. Leaders de leur poule, les Bretons ont remporté 19 victoires pour seulement 3 défaites pendant la saison régulière. Mais comme Lagny, ils ont manqué le coche en seizièmes de finale. Entrés directement au stade des trente-deuxièmes, ils ont battu Gueugnon avant de tomber contre Armentières qui s’était classé 5e dans la poule de Melun-Combs. « Notre défaite de dimanche dernier n’est pas dramatique, estime Frédéric By, le président latignacien. Nous n’avons pas joué un bon match, mais Epernay non plus. Certains joueurs n’étaient pas dans un bon jour, notamment mon frère Maxime sur les pénalités. Il y avait un gros décalage avec notre prestation contre l’ACBB en trente-deuxièmes. »

L’occasion ou jamais

Un match qui devra servir de repère aux Latignaciens. On peut, en effet, s’inquiéter du manque de motivation qu’ils ont affiché contre Epernay. Espérons pour eux que la perspective de monter suffira à les dynamiser. Il le faudra bien car, quoi qu’il arrive, Lagny jouera demain son dernier match officiel de la saison. C’est vraiment l’occasion ou jamais. Le Championnat n’est donc pas tout à fait fini, mais les dirigeants pensent déjà à la saison prochaine. « Nous allons bientôt désigner un nouvel entraîneur. Je ne peux pas encore annoncer son nom, mais il nous vient d’un gros club. Et l’équipe sera sérieusement renforcée. D’ici là, j’espère que nous serons en Nationale 2. C’était l’objectif annoncé. » Il passe par une victoire demain en Normandie contre les Bretons.


Lagny craque dans les arrêts de jeu (« Le Parisien » - 22 mai 2000)

Rugby, Nationale 3 (barrages)

Lagny craque dans les arrêts de jeu

Lagny - Rennes 25-28

LAGNY - RENNES : 25-28 (20-5). Spectateurs : 300. Arbitre : M. Quintin (Pays de la Loire).

Lagny. Trois essais : Martinez (4e), Fayolle (22e), Blond (50e) ; deux transformations : By (4e, 22e) ; deux pénalités : By (10e, 35e).

Rennes. Trois essais : Terradot (40e), Vasquez (55e), Dirabart (59e) ; deux transformations : Menesson (55e, 59e) ; trois pénalités : Menesson (65e, 75e, 88e).

LAGNY a laissé passer sa dernière chance d’accéder à la Nationale 2 hier après-midi à L’Aigle. Battus (25-28) en match de barrages par Rennes, les Seine-et-Marnais ont échoué au même stade de la compétition que la saison passée. D’ailleurs, le parallèle est assez saisissant puisque comme face à Lille il y a un an, ils se sont inclinés sur une pénalité concédée dans les arrêts de jeu.

Après sa défaite face à Epernay (3-15) dimanche dernier en 16e de finales du Championnat de France, Lagny a tout mis en œuvre pour se mettre à l’abri. Dès la quatrième minute, Martinez inscrit le premier essai. Un essai transformé par By (7-0). Trois minutes plus tard, By confirme la domination latignacienne (10-0, 7e). Impériaux, les hommes de Frédéric Salles et Georges Dinu se détachent grâce un nouvel essai de Fayolle, transformé par By (17-0, 22e). Une tendance qui s’accentue avec la pénalité de By (20-0, 35e). Et ce n’est pas l’essai de Rennes qui remet en cause la suprématie de Lagny (20-5, 40e).

Au retour des vestiaires, Blond pense enfoncer définitivement le clou en marquant un troisième essai (25-5, 50e). Cette fois, Lagny est en Nationale 2. Enfin presque puisqu’il reste encore trente bonnes minutes à jouer.

« Nous sommes tous sous le choc »

Poussé par un vent favorable, Rennes réalise alors un incroyable retour. Les Bretons marquent deux essais et reviennent à la hauteur de Lagny (25-25, 75e). Alors qu’on s’achemine vers la prolongation, après huit minutes d’arrêt de jeu, ils transforment la pénalité de la victoire (25-28). Le ciel est tombé sur la tête des Seine-et-Marnais. « Nous sommes tous sous le choc, reconnaît Jacques Petey, le manager général de Lagny. L’arbitrage n’a pas été en notre faveur, c’est le moins que l’on puisse dire. De toute façon, c’est une volonté de la Fédération Française de voir les communes importantes monter. Après Lille, c’est donc Rennes qui en bénéficie contre nous. Nous, à Lagny, nous n’intéressons personne. A quoi bon continuer dans ces conditions. Cela fait deux ans que cela dure. Je me demande bien si on ne ferait pas mieux de mettre la clé sous la porte ! » Déçu, et on le comprend aisément, Lagny tentera de rebondir la saison prochaine. Pas en Nationale 2. Mais en Nationale 3.

Frédéric Van De Ponseele

Meaux toujours dans le doute

LE MATCH de Lagny à L’Aigle hier (lire ci-contre) a mis un terme à la saison 1999-2000 du rugby national seine-et-marnais. Une saison qui, à l’heure du bilan, ne laisse pas beaucoup de grandes satisfactions. Lagny, au terme d’une saison marquée notamment par un changement d’entraîneur, reste en Nationale 3. Plus qu’hier, les Latignaciens sont passés à côté de leur match de l’année la semaine dernière à Compiègne. Celui qu’il fallait gagner pour monter.

Melun-Combs pour sa part a rapidement baissé pavillon en phase en s’inclinant dès les 32es de finale. Le champion de France Honneur rejouera au même niveau la saison prochaine. Avec, sans doute, des ambitions revues à la hausse.

Mais le pire, c’est pour Meaux. Le club phare du département ne sait toujours pas de quoi son avenir va être fait. Maintien en Nationale 2 ou descente en Nationale 3 ? Personne n’en sait encore rien. Pour les uns, Meaux descend à la défaveur d’un carton rouge qui coûte très cher. Pour d’autres, Meaux se maintient sur le fil. Pour les derniers enfin, Meaux doit pouvoir se sauver en comptant sur un prochain repêchage qui reste encore hypothétique. En fait, tout le monde attend une décision qui doit tomber normalement avant le 15 juin. Le club, lui, met en l’attendant son proche avenir en pointillé. Par exemple en ce qui concerne son recrutement.


Lagny échoue d’un souffle (« La Marne » - 25 mai 2000)

Batt par Rennes à la 88e minute

 - JPEG - 180.1 ko
2000-05-25 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny échoue d’un souffle

L’histoire s’est répétée pour une formation de Lagny bien malchanceuse dans ses rencontres de barrage. Cette fois ce fut pire puisque le couperet ne tomba que dans les arrêts de jeu.

Le pire des verdicts

C’est à L’Aigle dans l’Orne que Lagny et Rennes jouaient le match de l’année. Celui qui permet aux vainqueurs d’accéder à l’étage supérieur.

Jouant avec le vent en première période, les hommes du président Frédéric By allaient dominer leurs vis-à-vis d’une façon qui ne laissait planer (normal à L’Aigle...) aucun doute sur l’issue de la rencontre.

A peine 25 minutes au chrono que déjà les Latignaciens avaient fait le break, deux essais de Martinez et Fayolle transformé par Maxime By faisant suite à une pénalité du même By (17-0).

A cinq minutes de la pause, By ajoutait trois nouveaux points mais dans les dernières secondes Rennes, grâce à Terrafon, trouva à son tour le chemin de l’essai (20-5).

 - JPEG - 152.5 ko
2000-05-25 - La Marne

Dès la reprise, malgré le vent contraire, Lagny enfonçait le clou suite à une réalisation de Blond (25-5).

Trop confiants nos représentants avaient le tort de croire que la messe était dite. Une... bénédiction pour des Bretons... croyant toujours en leur bonne étoile.

Deux essais en quatre minutes de Vasquez-Debize (25-19) suffisaient à tout remettre en question (60e). Lagny en proie au doute subissait et deux pénalités du botteur Mennasson ramenaient les Rennais à hauteur des Seine-et-Marnais : 25 partout à la 75e minute !

 - JPEG - 83.6 ko
2000-05-25 - La Marne

Alors que l’on s’acheminait vers la prolongation et que les arrêts de jeu (interminables) touchaient à leur terme (88e), une pénalité envoyait les Bretons en nationale 2 (28-25).

Comme l’an passé contre Lille à Dieppe, Lagny échouait d’un petit rien.

Celui qui, pourtant, est synonyme de gros chagrin.

Christian FABER


La fête de l’ovalie (« La Marne » - 22 juin 2000)

450 participants et des gros clubs...

La fête de l’ovalie

Les jeunes étaient de la fête...

 - JPEG - 160.1 ko
2000-06-22 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Belle initiative de Jean-Philippe Périssel, le responsable de l’école de rugby de Lagny, aidé de pas mal de bénévoles pour ce premier tournoi ouvert aux jeunes.

Dimanche, sur le stade municipal, les mini-poussins, poussins, benjamins, minimes ont participé à la première édition de ce Tournoi Master avec l’aide de J. B Céram carrelage. Un sponsor bien trouvé pour des jeunes qui se sont tenu à... carreau. Sur les trois terrains, la fête a été belle avec des équipes prestigieuses comme Massy, Suresnes, Métro, racing, ASPTT... et Lagny qui avait fusionné pour l’occasion avec Montry et Chelles. Une belle occasion pour les jeunes de se confronter aux clubs parisiens réputés et bien structurés.

Pascal PIOPPI







Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques | info visites 672506

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Historique  Suivre la vie du site L’A.S.L. dans la presse  Suivre la vie du site Presse des années 90.   ?

Site créé par Jean-Luc Friez

Creative Commons License Valid XHTML+RDFa 1.1

Visiteurs connectés : 1