Saison 1998-99

Archives M. et G. BLOND

dimanche 4 septembre 2011 par Jean-Luc

Forum de discussion en bas de page.

La saison 1998-99 à revivre au travers des articles de presse de l’époque....

Les « Bleus et Blancs » manqueront d’un rien la montée en 2e Division : un match à Dieppe contre Lille UC perdu par une pénalité sifflée après 8 minutes d’arrêts de jeu... Une deuxième chance à Châteaudun contre Rouen, là aussi ratée alors qu’on les avait battus en saison régulière.

A noter également cette année-là le beau parcours des cadets en entente avec Chelles qui parviendront jusqu’au quart de finale du Ch. de France.

Le dossier original au format pdf est également téléchargeable au bas de cette page.

Un forum est à votre disposition en bas de cette page (lien « Répondre à cet article ») : n’hésitez pas à nous faire partager vos souvenirs si vous avez participé aux événements décrits dans les articles.


Lagny prend l’accent du Sud-Ouest (« La Marne » - 15 août 1998)

Nationale 3 : il vient de reprendre l’entraînement

Lagny prend l’accent du Sud-Ouest

 - GIF - 765.2 ko
1998-08-15 - Le Parisien
Arch. Club House

SOUS l’influence du Mondial de football Lagny aurait-il changé de casquette ? Pas le moins du monde. Même si sur le registre des recrues, onze nouveaux noms sont venus grossir l’effectif. Et, pour ajouter à la confusion sur le terrain annexe, vingt-deux joueurs, dont un arborant le maillot tricolore, sont sans cesse en train de changer de rythme à chaque coup de sifflet de Jacques Petey, l’entraîneur. La pelouse humide occasionne quelques glissades et certains réclament des crampons moulés. Dès le signal, on change de direction et la balle circule de main en main. Premier signe que le club latignacien pratique toujours le ballon ovale et évolue parmi les quinzistes...

Au sein du groupe, la silhouette rassurante d’un nouveau pilier se dessine. Arrivé d’outre-mer, Maïau, un authentique Néo-Calédonien, n’a pas encore atteint son poids de forme. Pensez, sur la balance, il accuse actuellement 137 kg...

« Je me charge de faire revenir les gars à leur meilleur niveau physique et de faire disparaître les kilos superflus », Jacques Petey présente son régime minceur. « La préparation est étalée sur un mois avec trois séances par semaine, elle comprend aussi deux mini-stages. Avant de travailler les systèmes de jeu, nous allons axer notre travail sur le fond. Les confrontations du challenge de l’Amitié face à des équipes de niveau supérieur viendront parfaire la forme tout en nous indiquant les secteurs à améliorer », explique le coach.

Dans son recrutement, le club a tourné son regard vers le Sud-Ouest et plus particulièrement vers les Pyrénées. Dans leur besace, les dirigeants ont ramené des arguments de poids pour mettre en place le jeu de mouvement qu’ils affectionnent. « Deux joueurs du Stadoceste Tarbais vont constituer un renfort de qualité. Ainsi nous attendons avec impatience l’arrivée de Laurent Daublon, l’ex-ouvreur de Tarbes, qui viendra m’épauler et s’occupera des lignes arrière. Ses conseils seront précieux et permettront aux jeunes de progresser », glisse l’entraîneur. Pour le reste, sachez que Lagny a comblé les vides laissés par le départs de six titulaires.

« Cette saison, notre poule s’annonçant plus serrée, on s’adaptera en fonction des adversaires. Classés premiers, nous sommes passés à côté de la qualification la saison passée. il ne faudra pas commettre la même erreur. Afin de rester concentrés sur notre objectif, nous avons mis en place une structure adéquate », affirme le coach, qui affiche une belle confiance. Son groupe dispose d’un fort potentiel et il lui reste encore plusieurs semaines pour peaufiner sa préparation.

J.-M.G.

LAGNY, PARC DES SPORTS MERCREDI SOIR

Tobie Maïau, Lionel Dessagne et Philippe Broto (de gauche à droite) forment la
première vague des nouveaux arrivants à Lagny. (photo LP/Jean-Michel GUENARD.)

Le programme

Challenge de l’amitié : Auxerre (2e Div.) - Lagny le 30 août (15h) ; Lagny - Viry-Châtillon (2e Div.) le 6 septembre (15h) ; Lagny - Auxerre (3e Div) le 13 septembre (15h).

Les mouvements

Arrivées : W. Ayrault (Bagneux) ; P. Brotto (Tarbes) ; O. Combes (Valras) ; T. Daram (Vic-Bigore) ; L. Daublon (Tarbes) ; P. Depeyrolle (Chelles) ; L. Dessagne (Rodez) ; G. Dinu (ASPTT Paris) ; G. GoIfard (Valras) ; T. Maïau (Nouvelle-Calédonie) ; M. Pinchon (Maisons-Alfort).

Départs : D. Arguilhe (Bobigny) ; C. Labastie (ASPTT Paris) ; J. Merand (Alberville) ; F. Morato (Grenoble) ; S. Rodulfo (Epernay) ; G. Zadigue (Meaux).


(« Le Parisien » - 16 août 1998)

 - JPEG - 38.8 ko
1998-08-31 - Le Parisien
Arch. Club House

AUXERRE : - Auxerre et Lagny font match nul : 24 à 24 (mi-temps:17-12).

Auxerre : quatre essais de Donabedian (3e), C. Tupiniek (10e), A. Bourgeois (23e) et J. Martin (75e) ; deux transformations (23e et 75e) de Casasreales.

Lagny : quatre essais de Martinez (15e), Busmann (26e), Drublon (47e), Brouillard (68e) ; deux transformations (15e et 47e), Daublon.

Arbitrage de M. Romain (Bourgogne). Environ 100 spectateurs.

Les meilleurs : à Auxerre, Donabedian, Martin et Bouziar devant, Hajji et Tupinier(le revenant), derrière. A Lagny, qui offrit un visage séduisant, on citera la charnière Martinez-Daublon, la troisième ligne Olanier, Bonno, Blond et le capitaine roumain Motoc.

Poule 9
Auxerre-Lagny 24-24 ; Viry-Évreux 26-12.

Classement. -1. Viry, 3 pts, 1 m ; 2. Lagny, Auxerre, 2 pts, 1 m ; 4. Évreux, 1 pt, 1 m.


Meaux et Lagny sur le pont (« Le Parisien » - 5 septembre 1998)

Meaux et Lagny sur le pont

 - JPEG - 41.3 ko
1998-09-05 - Le Parisien
Arch. Club House

A deux semaines de la reprise du championnat, Lagny (3e div.) et Meaux (2e div.) ont disputé leur premier match de préparation. En challenge de l’Amitié Lagny est allé tenir en échec (24-24) Auxerre (2e div.). Quant à Meaux, il a reçu en amicale les espoirs du Racing. Les Latignaciens continueront leur préparation dans le challenge de l’amitié en recevant demain (15 heures) Viry-Châtillon (2e div.). Les Meldois, eux, se rendent aujourd’hui (15 heures) à Épernay (3e div.). Mercredi soir (20 heures), ils iront à Bobigny (2e div.).

Pour les 12 et 13 septembre ils prévoient un stage au Creps de Montry s’ils n’ont pas de match de challenge de l’amitié contre Ordon-Sens (3e div.). Dans ce cas ils essayeront de disputer cette rencontre à Montry. Ils fêteront, en outre, leur victoire dans le challenge 51 au niveau national. Rendez-vous jeudi prochain (18h30) à la médiathèque. A défaut du président Lapasset, Villepreux est annoncé...


Lagny et Meaux s’imposent (« Le Parisien » - 8 septembre 1998)

Lagny et Meaux s’imposent

 - JPEG - 49.6 ko
1998-09-08 - Le Parisien
Arch. Club House

Ca roule pour Meaux (N2) et Lagny (N3). Ainsi ce week-end, les Meldois se sont nettement imposés à Epemay, pour le compte du Challenge de l’Amitié (36-5). Deux essais sont à porter au crédit de Noiret et de Depagne. Arriau, lui, en a marqué trois. Mis à part dix minutes de soleil, la partie s’est disputée sous des trombes d’eau. « Nous avons gagné sur un score net, mais le véritable test aura lieu ce mardi à domicile, contre Bobigny, précise Jean-Claude Bosc, l’un des entraîneurs meldois. En effet, cette équipe est habituée à la Deuxième Division. En ce qui concerne nos joueurs, ils sont en bonne forme physique. Il nous manque juste quelques repères, mais on aura l’occasion de parler technique avec les nouveaux au Creps de Montry, le week-end prochain. »

Les Latignaciens, eux, ont dominé Viry-Châtillon (N2) à domicile (15-7) toujours en Challenge de l’Amitié. Brouillard a marqué un essai. Daublon l’a transformé, ainsi qu’une pénalité. Les Seine-et-Marnais ont scellé le score sur un essai de May. Ils disputeront leur dernier match avant la reprise du Championnat de France en recevant Auxerre (N3) dimanche toujours en Challenge de l’Amitié.

D.L.

POULE 9

A LAGNY. - Lagny bat Viry-Châtillon par 15 à 7 (mi-temps : 8-7).

Lagny : deux essais de Brouillard (1e), May (74e) ; une transformation de Daublon (1e) ; une pénalité de Daublon.

Viry-Châtillon : un essai de Fourcade (38e) ; une transformation de Brocq.

Poule 9

Lagny - Viry 15-7 ; Auxerre - Évreux 26-19.

Classement. -1. Lagny, Auxerre, 5 pts, 2 m ; 3. Viry, 4 pts, 2m ; 4. Évreux, 2 pts, 2 m.


Rentrée active pour le rugby (« La Marne » - 10 septembre 1998)

Rentrée active pour le rugby

 - JPEG - 37.2 ko
1998-09-10 - La Marne
Arch. Club House

La saison 98/99 a débuté par le challenge de l’Amitié qui réunit des équipes de 2e division et 3e division.

Pour son premier match l’A.S. Lagny a tenu Auxerre en échec sur son terrain (24 à 24).

Dimanche dernier à domicile, devant une assemblée fournie, l’A.S. Lagny a défait Viry-Châtillon (2 D) (13 à 7).

Cette préparation augure bien la nouvelle saison dont le championnat débute le 20 septembre par l’accueil du CLL Armentières.

En attendant, dimanche 13 septembre l’A.S. Lagny reçoit Auxerre en match retour du challenge de l’Amitié. Tous les supporters sont conviés.

Le 4 septembre a eu lieu sur la péniche Damani la présentation des équipes de l’A.S. Lagny en présence du comité directeur et des partenaires du club.


Derniers préparatifs à Lagny et Meaux (« Le Parisien » - 12 septembre 1998)

Derniers préparatifs à Lagny et Meaux

 - JPEG - 57.3 ko
1998-09-12 - Le Parisien
Arch. Club House

A une semaine de la reprise du championnat, Lagny recevra demain (15 heures) Auxerre (N 3) pour le Challenge de l’Amitié. A part Daublon et Martinez, le reste de l’effectif devrait tourner pour ce dernier match avant la première journée de championnat contre Armentières.

Meaux a préféré effectuer un stage au Creps de Montry plutôt que de disputer une rencontre du Challenge de l’Amitié contre Ordon-Sens. Le match retour, en octobre ou novembre, comptera double. « Nous avions aussi un contact avec la réserve du Stade Français, mais nous préférons nous retrouver une dernière fois pour parler tactique, notamment avec les nouveaux », explique Jean-Claude Bosc, l’un des entraîneurs meldois. La toute récente déroute de l’ASPTT Paris-Pantin a renvoyé dans la nature tous les joueurs de l’équipe fanion, considérés comme non mutés, qui cherchent un nouveau club. « Quelques contacts ont été pris, confie Bosc. On espère trois signatures, mais rien n’est encore décidé. Financièrement, il est difficile de nous aligner avec des clubs plus riches comme Bobigny. On vient à Meaux pour l’amour du jeu... et une carte orange ! »

D.L.


Guy Blond : « Il faut passer un nouveau cap » (« La Marne » - 17 septembre 1998)

Guy Blond (président de Lagny)

« Il faut passer un nouveau cap »

 - JPEG - 425.3 ko
1998-09-17 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny a bien failli créer la surprise pour sa première année en nationale. Et si cette année était la bonne ?

C’est reparti pour Lagny qui accueille dimanche à 15 heures pour son premier rendez-vous au Parc des sports. Le président Guy Blond, qui s’est entouré d’un nouveau vice-président en la présence de son copain Jean Giraux (les deux hommes ont joué ensemble en seconde ligne), est confiant.. La saison dernière avait été superbe même si Lagny avait coincé au dernier moment. Qu’en sera-t-il cette saison ?

 - JPEG - 226.9 ko
1998-09-17 - La Marne

Guy, pouvez-vous jeter un petit regard dans le rétroviseur ?

Nous avons réalisé une belle saison l’an passé avec, pour notre première année seulement trois défaites. Il va être difficile de faire mieux. Nous avons bien négocié ce passage chez les nationaux en se permettant même de mener la danse toute la saison. Maintenant, il faut repartir de l’avant, mais n’étant pas devin, il faudra attendre les premiers matches pour se faire une opinion.

Sans vous demander un pronostic, quelle est votre sentiment sur cette nouvelle saison ?

Je pense sincèrement que l’équipe est meilleure. Nous avons fait un effort sur nos points faibles en recrutant des hommes d’expérience. Nous sommes plus complets et les jeunes bénéficient d’une saison passée en nationale. Autre point important, nous avons aussi renforcé le bureau pour passer là aussi un cap sur les structures financières et les possibilités d’aller plus haut.

Les efforts sur l’élite s’inscrivent-ils dans une certaine continuité ?

Nous continuons de former. C’est une obligation dans l’esprit du club qui continue sur la même voie depuis 1907. La culture est restée dans notre sport qui a un certain passé. Pour l’équipe première, nous allons suivre la même continuité dans l’action. Nous avons un désir de progresser, d’avancer sans cesse. Les recrues vont apporter un plus.

 - JPEG - 199 ko
1998-09-17 - La Marne

Vous paraissez très confiant ?

(très prudent) Nos avants tiennent la route mais tout ceci est de la pure supposition. Il faut attendre les premières rencontres. Nous avons battu Viry, un club de deuxième division. Cela ne veut rien dire, nous sommes toujours dans une certaine incertitude car nous n’avons guère de références. L’objectif par contre est de faire mieux que l’an passé. En résumé. on vise la montée. Sur le terrain, on peut passer le cap, c’est une certitude.

(propos recueillis par Pascal PIOPPI)

Bonne mise en jambes de Lagny qui a disposé dimanche à domicile de la vaillante équipe d’Auxerre sur le score de 22 à 18 avec la présence des principales recrues dont un pilier avoisinant les 140 kg ! Cela va déménager !


Un test sérieux pour Lagny (« Le Parisien » - 19 septembre 1998)

Nationale 3 : contre Armentières

Un test sérieux pour Lagny

 - JPEG - 77 ko
1998-09-19 - Le Parisien
Arch. Club House

Lagny jouera son premier match à la maison. Avantage fort appréciable contre une équipe d’Armentières qui avait fini troisième dans la poule de Meaux la saison dernière. Ce sera donc un bon test pour le XV fanion de Lagny.

« Nous ferons en sorte de perpétuer la tradition en gagnant ce premier match sur notre terrain, déclare Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Il est important de bien commencer la saison. L’idéal serait d’aligner deux victoires : contre Armentières puis contre Saint-Pol, un gros morceau. Mais on essaiera de ne pas trop se mettre la pression. »

« Un bon groupe »

Il est vrai que Jacques Petey a choisi de ménager ses troupes en début de championnat. « Nous ne sommes pas encore prêts physiquement, mais c’est un choix délibéré. En effet, il faut éviter que les blessures surviennent trop tôt,dans la saison.

Dessagne, qui se remet d’une contracture, n’est pas en mesure de jouer. Tout comme Loffel, qui a une douleur dans le dos. Cela dit, nous avons un bon groupe. Je pense que nous avons les moyens de rivaliser avec les meilleurs en général et Armentières en particulier. Nous aurons en face de nous une équipe solide dans toutes ses lignes. Elle n’a d’ailleurs pas perdu beaucoup de joueurs à l’intersaison et affiche du même coup de légitimes ambitions.

De plus, elle a récemment battu Arras en match amical, ce qui constitue une référence assez sérieuse. Mais on sait aussi que son talonneur titulaire s’est blessé au cours de cette rencontre. »

Même si les Seine-et-Marnais ont prévu de monter progressivement en puissance, il est certain qu’un premier succès sur leur sol serait un précieux encouragement pour la suite du championnat.

D.L.

LAGNY - ARMENTIÈRES, demain (15 heures) au stade du Fort-du-Bois.

Lagny : May - Zmuda, Daublon, Beauquis, Salé - (o) By, (m) Martinez - Dinu, Blond, Bonnot - Froment, Motoc (cap.) - Golfard, C. Peley, Maïau. Remplacements : Castagnet, Rosell, Tisserand, Orjubin, Depeyrolles, Loffel et Berger. Entr. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Rouen - RC Flandres ; Pont-Audemer - Amiens ; Vitry - Laon ; Puteaux - Noisy-le-Grand ; Saint-Germain-en-Laye - Évreux.


Lagny à l’arraché (« Le Parisien » - 21 septembre 1998)

N 3 : face à Armentières

Lagny à l’arraché

 - JPEG - 101.7 ko
1998-09-21 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - ARMENTIÈRES : 19-16 (3-3). 300 spectateurs environ. Arbitre : M. Boutgt (Pays-de-la-Loire).

Lagny. Un essai : Dinu (58e) ; une transformation : Daublon (58e) ; deux pénalités : Daublon (50e, 85e) ; deux drops : Daublon (34e), Martinez (78e).

Armentières. Un essai collectif (61e) ; une transformation : Ruyffelaere (61e) ; pénalités : Guyot-Salomon (30e, 69e), Ruyffelaere (82e).

Cartons jaunes. A Lagny : Maïau, Daublon. A Armentières : Abraham.

Lagny a battu, hier, Armentières d’une courte tête (19-16). Il a fait la décision sur une pénalité pendant les arrêts de jeu. A vrai dire n’importe qui aurait pu l’emporter. Dans les rangs d’Armentières, on met la défaite sur le compte à pas de chance. « Vous avez vu ? lance l’entraîneur armentiérois. C’est très clair, l’arbitrage était défaillant ! » Du côté latignacien, on reste dubitatif, mais on est bien content d’avoir gagné... Bref, cette rencontre avait bien les allures d’un match de rentrée.

Dominé à la touche

Il n’empêche, le public était bien là et s’en est donné à cœur joie sur les nombreuses contestations, qui ponctuaient régulièrement le match. Des erreurs d’arbitrage, il y en a eu. Elles s’expliquent en partie par la nature du jeu développé de part et d’autre, souvent hésitant et brouillon.

Il faut attendre une demi-heure de jeu pour assister à l’ouverture du score. Sur une pénalité, l’ouvreur nordiste, Guyot-Salomon, apporte trois points à son équipe (0-3, 30e). Laurent Daublon, l’une des recrues de choc latignacienne, égalise sur un drop (3-3, 34e). Fin du premier acte. Après la pause, Daublon transforme une pénalité (6-3, 50e). Les Seine-et-Marnais sont devant l’en-but, et Dinu, une autre recrue, trouve une ouverture et plaque le ballon sous les poteaux. La transformation est aisée pour Daublon (13-3, 58e).

Mais trois minutes plus tard, c’est Armentières qui marque un essai collectif (13-10, 61e). Sur une nouvelle pénalité, Guyot-Salomon ramène les deux équipes à égalité (13-13, 69e). Juste avant la fin du temps réglementaire, Martinez place un drop (16-13, 78e).

On pourrait croire le match fini, mais il reste en fait encore cinq minutes d’arrêts de jeu ! Le temps à Ruyffelaere de faire espérer l’égalisation à son équipe sur pénalité (16-16, 82e)... et à Daublon de l’annuler, également sur pénalité (19-16, 85e).

« J’ai parfois été surpris par l’arbitrage, reconnaît Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Mais c’était vraiment un drôle de match. Il n’est pas facile d’y voir clair. Par ailleurs, on a été dominé à la touche. Cela n’a pas favorisé les sorties de jeu. Et le stage effectué la veille a sans doute contribué à diminuer
nos ressources physiques.
 »

D.L.

Poule 3 : Évreux, Noisy le Grand et Amiens s’imposent lors de cette entame et prennent doucement confiance. On attend d’une part la confirmation de ces victoires et d’autre part le « réveil » de promus bien bousculés ce jour.


Un objet de culte ! (« La Marne » - 24 septembre 1998)

Un objet de culte !

Le rugby a sorti... son bouclier

 - JPEG - 146.4 ko
1998-09-24 - La Marne
Archives club

Il trônait majestueux devant un parterre de spectateurs admiratifs. Il, c’est tout simplement le fameux bouclier de Brennus, symbole du rugby français. Ce trophée prestigieux a été gagné pour la première fois en... 1892 par le Racing, club d’appartenance du Latignacien Xavier Blond, vainqueur en 1990. A cette époque, le bouclier avait fait un petit saut de puce vers le parc municipal mais c’est la première fois que cette « gamelle » dorée est présentée lors d’un match de championnat.

Vainqueur cette saison avec le Stade français, Xavier Blond, qui n’a pas oublié ses racines seine-et-marnaises, a été à l’origine de la venue du bouclier de Brennus. De quoi ravir MM. Pagny et Toni qui ont donné ensemble le coup d’envoi de l’ouverture du championnat. Au bout, il y avait une superbe victoire pour une superbe journée.


Lagny souffre mais peu souffler (« La Marne » - 24 septembre 1998)

Vainqueur difficile d’Armentières (19-16)

 - JPEG - 396.2 ko
1998-09-24 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny souffre mais peu souffler

Premier match et première victoire pour Lagny face à un gros morceau...

Cela fait cinq bonnes minutes que le temps réglementaire est dépassé dans la partie crispante opposant Lagny à la rugueuse et habile formation d’Armentières. Laurent Daublon l’ex-Tarbais est lace à son destin et ce, à 35 mètres de
la délivrance. La balle, bien frappée s’envole, caresse le poteau et meurt derrière la ligne. Armentières baisse la tête et Lagny peut laisser éclater une joie simple. Aux forceps, Lagny est passé, dans la douleur certes mais l’accouchement est réussi. Même si l’infirmerie s’est dangereusement remplie et peut inquiéter le coach Jacques Petey : « Il fallait absolument gagner mais l’équipe a été un peu émoussée par le stage qui est certainement resté dans les jambes. Nous avons encore pas mal de lacunes mais il faut souligner l’expérience de notre adversaire qui n’est pas du tout facile à manœuvrer. On revient de loin dans ce match, mais j’ai toujours dit que l’important est d’être présent en avril. Pour l’heure, je regrette la perte de trois et peut-être même quatre joueurs. »

 - JPEG - 190.2 ko
1998-09-24 - La Marne

Poker menteur

Dans sa besace, Lagny a pris les premiers points dans la douleur après un match sobre, sans génie certes, mais courageux à l’extrême. Face à une équipe ô combien expérimentée, truqueuse, vicieuse, bref, possédant toute une panoplie bien fournie en arguments de taille, il était difficile de produire du jeu. Le round d’observation aura durer fort longtemps dans cette partie de cache-cache et de poker menteur. Les visiteurs sortent une première carte à la demi heure de jeu. Pour voir. By réplique d’un joli drop cinq minutes plus tard (3-3). L’imposant pilier Jimmy Goldfarb sonne la charge et écope de 10 minutes de punition tout comme Daublon qui prend le relais. En jouant à 14, les locaux ne peuvent prendre en défaut Armentières qui impose sa masse et son savoir-faire. Signe avant coureur d’une résurrection, Daublon passe une pénalité et le vif Dinu se paye un joli slalom pour pointer derrière la ligne. D’un seul coup, les données changent et les hommes de Petey se mettent à briller, comme le bouclier de Brennus, posé dans les tribunes tout près du sympathique acteur G. Hernandez.

A 13-3, il faut tenir le cap, mais Lagny perd Laurent Blond entré en jeu quelques minutes plus tôt et victime d’une douleur au tendon d’Achille. Un petit passage à vide va se payer cash, sous la forme d’un essai en coin, transformé, puis une pénalité sévère (13-13). A deux minutes de la délivrance, Martinez, d’un calme étonnant, tourne sur place et ajuste en bon espoir... de cause un drop qui sera hélas gommé dans les arrêts de jeu par une nouvelle pénalité adverse de Ruyffelaere. Heureusement, la botte de Daublon fera le reste et Lagny pourra passer, avec un certain soulagement à la caisse. Avec un petit regard en passant pour le beau bouclier, gagné à deux reprises par Xavier Blond, l’enfant du pays. Il reste encore pas mal de chemin pour avoir le droit de lever le beau trophée gagné pour la première fois par le Racing en 1892. Il paraît même que les deux co-présidents, Blond et son compère G. Giraux n’étaient pas encore nés. Enfin, il parait...

Dimanche, c’est le R.C. Flandres qui tentera de faire manger son extrait de baptême à Lagny, certainement handicapé par quelques absents de marque.

Pascal PIOPPI

Lagny : Maiau, Petey, Goldfard, Froment, Motoc, Dinu, Orjubin , Bonno, Martinez, By, Zmuda, Daublon, Beauquis, Sale, May. Rempl. : Castagne, Rosell, Ducros, Blond, Depeyrolle, Jacques, Berger.


Lagny a une envie de revanche (« Le Parisien » - 26 septembre 1998)

Lagny a une envie de revanche

 - JPEG - 83.8 ko
1998-09-26 - Le Parisien
Arch. Club House

Après une victoire arrachée à la dernière minute face à Armentières dimanche dernier, Lagny effectue demain (15 heures) son premier déplacement, à Saint-Pol-sur-Mer contre le RC Flandres. « Les joueurs ont bien récupéré physiquement, annonce Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Dans la semaine qui précédait la reprise, ils avaient trop puisé dans leurs réserves. Cette fois-ci, on a pris le temps de faire une séance en piscine dès le lendemain du match. En revanche, nous avons à déplorer quelques blessés. Si Dessagne fait sa rentrée, Golfard, touché à la main dimanche, Blond et Depeyrolle, qui a deux côtes cassées, ne seront pas au rendez-vous. »

N’empêche, les Seine-et-Marnais ont la ferme intention de dominer les Nordistes chez eux. « On avait perdu notre dernière confrontation contre Saint-Pol, rappelle Petey. De ce match, il nous reste un goût d’inachevé et une envie de revanche. »

D.L.

RC FLANDRES - LAGNY, demain (15 heures), au stade municipal de Saint-Pol-sur-Mer.

Lagny : May - Dessagne, Daublon, Zmuda. Y. Ducros - (o) By, (m) Martinez - Bonnot, Orjubin, Bernardet - Froment, Motoc - Loffel, Dinu, Berger. Remplaçants : Castagnet, Enkirche, Brouillard, C. Ducros, Vannier, Golfard, Maïau. Ent. : Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Armentières - Pont-Audemer ; Amiens - Vitry ; Laon - Puteaux ; Noisy-le-Grand - Saint-Germain ; Rouen - Évreux.


Lagny dans la tourmente (« Le Parisien » - 28 septembre 1998)

Nationale 3 : battu à Saint-Pol-sur-Mer

Lagny dans la tourmente

 - JPEG - 69.8 ko
1998-09-28 - Le Parisien
Arch. Club House

RC FLANDRES - LAGNY : 22-14 (6-9).

Lagny. Un essai : Daublon (60e) ; un drop : Martinez (35e) ; deux pénalités : Daublon (2e, 22e) ; deux cartons rouges : Ducros (36e), Martinez (64e) ; deux cartons jaunes : Martinez et Motoc. Ent. : J. Petey.

Lagny s’est incliné dimanche après-midi dans la douleur devant le RC Flandres, à Saint-Pol-sur-Mer. « On est tombé dans un traquenard, commente Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Il faut dire que le match de la réserve était très tendu. Nous avons d’ailleurs à déplorer deux blessés (Bichon et Lost), dont un sérieux (Lost, touché à la clavicule). Et dans le match des équipes premières, l’arbitre n’a pas su imposer son autorité... D’autre part, nous ne sommes pas parvenus à développer notre jeu. C’est dommage, car le temps le permettait. Il faut tourner la page. »

D’entrée de jeu, Lagny ouvre le score sur une pénalité de Daublon (0-3, 2e). Saint-Pol réplique de la même façon (3-3, 14e), Daublon remet ça (3-6, 22e), tout comme Saint-Pol (6-6, 28e). Grâce à un drop de Martinez, Lagny mène à la pause (6-9, 35e). A la reprise, Saint-Pol égalise sur pénalité (9-9, 44e). Daublon redonne l’avantage aux Latignaciens sur un essai (14-9, 60e), mais Saint-Pol repasse devant avec deux pénalités (14-15, 67e et 73e).

Avant le coup de sifflet final, Saint-Pol enfonce le clou sur un dernier essai en contre (14-22, 78e).

D.L.

Poule 3. - Ces deux clubs commencent peut-être à creuser l’écart avec un avantage pour Amiens, très large vainqueur de Vitry-sur-Seine et auteur d’une victoire obtenue en déplacement, la semaine dernière. Remarquons enfin les destins différents de deux promus : Laon qui démarre assez laborieusement et Saint-Germain, auteur de la seule victoire acquise sur les terres de l’adversaire.


Lagny compte les coups (« La Marne » - 1er octobre 1998)

Battu à Saint-Pol (22-14)

Lagny compte les coups

 - JPEG - 334.2 ko
1998-10-01 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Premier déplacement délicat et aussi première défaite...

Lagny n’a vraiment pas été verni par le début de saison. Après la rude et truqueuse d’Armentières où quatre joueurs ont laissé des plumes et accessoirement la santé, les hommes de Petey ont mis le cap au Nord. Le genre de voyage qui fait froid dans le dos et frigorifie souvent la prise de points.

Dans ce déplacement difficile, les Latignaciens ont mesuré la difficulté pour développer le jeu qui est le leur. A Saint-Pol, les envolées dans l’espace ne sont guère légion· et c’est dans le petit périmètre que l’on déguste la boite à marrons. Il fallait s’y attendre mais cette réception plus que musclée a profité, sous l’œil bienveillant de l’arbitre aux locaux qui, à défaut d’être rois du terrain, ont capitalisé les points pour arracher avec le bec mais aussi les ongles, ce match très vaillant.

 - JPEG - 155.9 ko
1998-10-01 - La Marne

Dommage pour Lagny qui avait mené d’entrée de jeu (0-3 puis 3-6) et qui contenait son adversaire avec un métier certain (6-9 à la pause). Alors que le chrono défilait, la victoire commençait à pointer le bout de son museau (9-14), mais .les locaux, accrocheurs et motivés allaient revenir dans la partie (15-14) et signent même leur seul essai qui est la réplique de celui de Daublon.

Saint-Pol, qui sera difficile à battre à la maison, a eu raison d’une équipe latignacienne qui perd encore dans cette bataille quelques solides combattants. Le début de saison est vraiment très rude. Vivement l’hiver !

P. PIOPPI


Lagny veut se rassurer (« Le Parisien » - 3 octobre 1998)

RUGBY - Nationale 3 : en recevant Rouen

Lagny veut se rassurer

 - GIF - 294.9 ko
1998-10-03 - Le Parisien
Arch. Club House

APRÈS deux matchs peu convaincants, le premier gagné sur le fil contre Armentières (19-16), l’autre perdu au terme d’une houleuse confrontation face à Saint-Pol-sur-Mer (15-22), Lagny veut se rassurer. « Nous plaçons haut la barre », annonce Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Il s’explique : « J’attends beaucoup du match de dimanche. Nous ferons en sorte de nous réhabiliter. Même si notre défaite contre Saint-Pol n’était pas significative, compte tenu du climat qui animait la rencontre, nous devons mûrir, devenir capables de nous sortir de ce genre de confrontation. Bref, nous prendre en main, et surtout pouvoir analyser les pièges que nous tendent nos adversaires, savoir gérer les expulsions... Contre Saint-Pol, on avait le match en main. Plutôt que vouloir jouer à tout prix, il aurait fallu provoquer la faute adverse, modifier notre tactique. Cette semaine, à l’entraînement, on a donc mis l’accent sur l’intelligence de jeu. »

Face à l’équipe de Janik

Contre Rouen, Lagny n’aura pas match facile. Leaders de la poule, les Normands sont entraînés par Carl Janik, un ancien et illustre troisième ligne du Stade toulousain. Ils ont battu successivement Saint-Pol-sur-Mer (22-14) et Évreux (16-10). Les Seine-et-Marnais auront au moins l’avantage de jouer sur leurs terres. « Nous ne voulons pas laisser échapper de point à la maison », conclu Jacques Petey. Lagny, Saint-Pol-sur-Mer, Armentières, Vitry, Puteaux, Noisy-le-Grand, Saint-Germain et Évreux, tiennent la troisième place dans la poule 3, derrière Rouen et Amiens, leaders ex æquo. Le prochain match devrait affiner cette hiérarchie. Et même si nous ne sommes qu’en début de championnat, mieux vaut courir devant que derrière...

D.L.

LAGNY - ROUEN, demain (15 heures) au stade du Fort-du-Bois.

US Lagny : May - Zmuda, Daublon, Beauquis, Brouillard - (o) By, (m) Castagnet - Bonno, Orjubin, Dinu - Froment, Motoc (cap.) - Maïao, Golfard, Berger. Remplaçants : Enkirche, Sallé, Dessagne, Aulagnier, Bernardet, Philippe, Neil. Ent. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Pont-Audemer - RC Flandres ; Vitry - Armentières ; Puteaux - Amiens ; Saint-Germain - Laon ; Évreux - Noisy·le-Grand.


Lagny. se retrouve (« Le Parisien » - 5 octobre 1998)

RUGBY - Nationale 3 : en s’imposant face à Rouen

Lagny. se retrouve

 - GIF - 466.9 ko
1998-10-05 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - ROUEN : 21-13 (11-3). 200 spectateurs environ. Arbitre : M. Leroux (Alsace-Lorraine).

Lagny. Deux essais : Bonnot (20e), Goldfard (46e) ; une transformation : Daublon (41e) ; trois pénalités : Daublon (5e, 41e, 82e). Entr. : Petey.

Rouen. Deux essais : Lafaye (70e), Robida (79e) ; une pénalité : Robida (15e).

JACQUES PETEY, l’entraîneur de Lagny, espérait voir son équipe se réhabiliter contre Rouen, qui était leader de la poule 3, le pari n’était pas facile à tenir dimanche après-midi. C’est pourtant chose faite et, qui plus est, avec la manière. « Rouen est une équipe propre, qui produit un beau rugby, remarque l’entraîneur. Cela nous a permis de jouer, contrairement au dimanche précédent contre le RC Flandres. Et comme nous nous entraînons depuis un mois, les choses commencent à se mettre en place. Il n’y a pas de miracle... Le travail paie. Mais le plus encourageant, c’est que nous gagnons tout en ratant cinq ou six opportunités d’aller à l’essai... »

Le match, commencé avec un retard d’une vingtaine de minutes, annonce d’emblée une confrontation très équilibrée, les deux formations pratiquant un jeu fluide. C’est Daublon qui ouvre le score sur une pénalité (3-0, 5e). Mené, Rouen réagit, fait le pressing et échoue collectivement devant l’en-but de Lagny. Robida, un trois-quarts rouennais, remet les équipes à égalité une minute plus tard, sur pénalité (3-3, 15e). Puis Lagny reprend l’initiative du jeu, développe, se regroupe, percute, pousse, mais échoue d’un cheveu. Ce n’est que partie remise.

Daublon scelle la victoire

Sur une pénalité jouée à la main, Bonnot marque le premier essai du match (8-3, 20e). Deux minutes plus tard, les Rouennais manquent de peu l’égalisation sur un coup de pied à suivre de Robida. Dans le reste de la première période, c’est Lagny qui fait le jeu et provoque deux actions dangereuses (24e et 30e). Pendant les arrêts de jeu, Daublon inscrit une pénalité, donnant un net avantage à Lagny avant la pause (11-3). Avantage encore creusé par Jimmy Goldfard qui marque un essai en coin, transformé par Daublon (18-3, 46e). Deux minutes plus tard, By relaie Beauquis qui fait une grosse percée, mais se fait arrêter à deux mètres de l’en-but. Les Latignaciens accentuent le pressing. Zmuda fait une valise, relance à la main, mais Motoc perd le ballon sur une petite maladresse (27e). Dominé, Rouen revient pourtant à la marque sur un essai en coin de Lafaye (18-8, 70e) et réduit encore l’écart sur un essai de Robida qui s’échappe seul de sa ligne des vingt-deux mètres (18-13,79e) ! Pendant les arrêts de jeu Daublon scelle la victoire en transformant une ultime pénalité (21-13). Après une partie menée de main de maître, les Seine-et-Marnais se sont rassurés.

Si l’ambition de Lagny n’est pas de finir premier de la poule, on sait désormais que les protégés de Jacques Petey peuvent au moins jouer les premiers rôles.

David LOUHAUT


Lagny gagne et séduit (« La Marne » - 8 octobre 1998)

Rouen battu 21-13

Lagny gagne et séduit

 - JPEG - 363.7 ko
1998-10-08 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

A.S. Lagny bat R.C. Rouen 21-13 M.T. 11-3 stade municipal, 300 spectateurs, temps frais et humide, pelouse grasse, arbitre M. Leroux (Alsace-Lorraine).

Les points pour Lagny : 2 essais Bonno (20e), Goldfard (45). 3 pénalités (5, 39, 79), 1 T Daublon.

Pour Rouen : 2 essais Lafaye (70), Robida (78), 1 pénalité Robida (15).

A.S. Lagny : Maïau, Goldfard, Berger (puis Bernardet 75e), Froment, Motoc, Bonno, Dinu, Orjubin, Castagnet, By, Brouillard (puis Dessagne 66e), Daublon, Beauquis, Zmuda, May. Ent. J. Petey.

Un quinze séduisant...

Rouen l’an passé lors de sa venue à Meaux nous avait fait bonne impression, c’est pourquoi son match contre Lagny allait être un véritable révélateur. Du moins nous le pensions...

Après la nette victoire de ses réservistes (46-13), l’entraîneur rouennais, Karl Janik (un ex du stade toulousain) ne cachait pas son optimisme afin d’obtenir un troisième succès consécutif.

Dès le coup d’envoi (retardé de trente minutes à cause du lever de rideau), les Normands tentaient d’imposer leur jeu. Cinq minutes pour voir venir... Passé ce court instant de défi mutuel, une mêlée avec introduction Rouen voyait le Latignacien Castagnet hériter de « l’offrande » de ses « gros ». Vexés les Rouennais commettaient une faute aussitôt exploitée par l’artificier de service Daublon (3-0).

Sur la touche Janik « causait du pays » à ses protégés, lesquels accéléraient un peu la cadence. Moment où Lagny replié dans ses 22 mètres se contentait de défendre à tout va. Pour Rouen un maigre résultat (une pénalité réussie) pour beaucoup d’efforts non concrétisés.

Après ce « passage orageux » les locaux « aiguillonnés » par la triplette Castagnet, Daublon, By, repartaient dans des chevauchées dévastatrices.

Sur une touche enlevée « haut la main » par le brillant capitaine Marian Motoc, Castagnet, d’un court crochet mystifiait ses vis-à-vis et envoyait son « flanker » Eric Bonno à l’essai (8-3). La domination des locaux s’accentuait et la pénalité réussie juste avant la pause par Daublon n’étant qu’un moindre mal pour une équipe rouennaise archi dominée (11-3).

 - JPEG - 185 ko
1998-10-08 - La Marne

Sérieux et solides...

« Insistez dans l’axe il y a possibilité de passer et continuez de jouer chez eux » Jacques Petey, au repos, en « rajoutait une louche », histoire de ne pas éteindre chez les siens un enthousiasme brûlant comme de la braise.

Perturbés par la sortie sur blessure de leur ouvreur Sebie, les Rouennais se retrouvaient, à nouveau, mis sur le reculoir par un pack local dynamisé par sa première ligne de choc.

45e minute la balle voyage de mains en mains et c’est le talonneur Jimmy Goldfard qui se fait un plaisir de déposer le cuir en terre promise. Cela fait 18-3 avec la transformation de Daublon.

Lagny qui ne va plus lâcher sa proie mais sans réussite (on pense aux pénalités vendangées par Daublon).

Un essai en coin signé Lafaye réveille un peu les visiteurs (18-8) avant que l’homme à tout faire, Robida, exécute un numéro de haut vol, course de 50 mètres et essai transformé 18-13 (78e).

Lagny ne s’affole pas et Daublon ne rate pas la cible sur une nouvelle pénalité accordée à quelques secondes de la fin.

Dimanche, l’équipe locale a joué dans l’esprit et a triomphé avec la manière. De bon augure pour la suite de la saison

Christian FABERT


Lagny vers plus de réalisme (« Le Parisien » - 10 octobre 1998)

Nationale 3 : face à Pont-Audemer

Lagny vers plus de réalisme

 - JPEG - 125.2 ko
1998-10-10 - Le Parisien
Arch. Club House

Fort d’une encourageante victoire sur Rouen, les Latignaciens affrontent Pont-Audemer demain (15 h) sur leurs terres. Une formation a priori à leur portée.

« Nous resterons méfiants, précise toutefois Jacques Petey, leur entraîneur. S’il y a des inquiétudes à nourrir, c’est plus de notre côté que de celui de nos adversaires. En effet, il faudra montrer plus de réalisme que dimanche dernier. A plusieurs reprises, nous avons échoué tout près de l’essai en commettant la faute. Cette victoire, nous devons l’empocher. » Il n’y aura pas de grand changement dans les rangs de Lagny. « Malgré les petits bobos habituels, les joueurs vont bien. Seuls Zmuda, touché à la cheville, et Froment, qui souffre du poignet, manqueront à l’appel. Pour le second, on espère qu’il ne s’agit pas d’une fracture. » Les blessures, c’est la plaie. Les Latignaciens l’ont bien compris. Depuis peu, ils accordent plus d’importance au suivi médical. « On a mis en place un staff et on envoie les joueurs consulter un médecin régulièrement dès le lundi. Jusqu’à présent, ils attendaient un peu trop longtemps avant de se soigner. » La semaine prochaine, Lagny ne joue pas. « On pourra alors se reposer, puis se préparer en continuant le même travail de fond, l’objectif étant d’augmenter notre volume de jeu et de monter progressivement en puissance. »

David LOUHAUT

LAGNY - PONT-AUDEMER, demain (15 h) au stade du Fort -du-Bois.

AS Lagny : May - Brouillard, Daublon, Beauquis, Dessagne - (o) By, (m) Castagnet - Bemardet, Dinu, Benno - Orjubin, Motoc - Maïau, Goldfard, Berger. Remplaçants : Enkirche, Salé, Froment, Depeyrolle, Ducros, Philippe, Neil. Ent. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Saint-Pol-sur-Mer - Vitry ; Armentières - Puteaux ; Amiens - Saint-Germain ; Laon - Évreux ; Rouen - Noisy-le-Grand.


Lagny s’est baladé (« Le Parisien » - 12 octobre 1998)

Nationale 3 : large vainqueur de Pont-Audemer

Lagny s’est baladé

 - JPEG - 92.7 ko
1998-10-12 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - PONT-AUDEMER : 41-22 (25-3).

AS Lagny. Sept essais de Dinu (3), Beauquis (1), Bonno (1), Berger (1), Goldfard (1) ; une transformation : Daublon ; une pénalité : By. Ent. : J. Petey et S. Lardi.

LAGNY s’était révélé la semaine dernière contre Rouen. Il s’est affirmé, hier après-midi, contre Pont-Audemer. Et de quelle façon ! Très vite, les Seine-et-Marnais ont tué le match. Après trois essais et une transformation, le score était de 17-3 à la moitié de la première période. A part un bref retour de Pont-Audemer en fin de partie alors qu’il faisait jouer ses jeunes, Lagny s’est baladé. Avec pas moins de sept essais ; trois de Dinu, et quatre de Beauquis, Bonno, Berger et Goldfard. Serge Lardi, qui entraîne les lignes arrière, remplaçait Jacques Petey (qui n’a pas pu assister au match) sur le banc de touche. Il explique : « Après avoir tué le match, on est un peu tombé dans la facilité. Pont-Audemer est remonté, mais on a repris le dessus. On dominait nos adversaires étaient plutôt faibles. On a profité pour jouer davantage. Cela nous a amenés à faire quelques fautes. Dans la mesure où l’on avait assuré le score, j’ai fait entrer pas mal de jeunes dans les dix dernières . minutes de jeu, sur les conseils de Jacques Petey. On a pris deux essais, mais cela n’a aucune importance. Nous avons une équipe en devenir. La réserve, qui s’est imposée 35-3, est d’ailleurs presque exclusivement composée de jeunes. Eux aussi ont bien joué. Ce match nous encourage à poursuivre notre travail. Ainsi au plan physique, en alternant de courtes phases de travail et de repos. Aujourd’hui, on a raté neuf points de pénalité. Il nous faudra travailler les
coups de pied.
 »

D.L.

Poule 3.- Tous en tête...
Au terme de cette journée bizarre, sept équipes se partagent la plus haute marche du podium, un fait plutôt rare après quatre matchs. Félicitons (encore !) Saint-Germain qui l’emporte sur les terres du précédent leader.

Poule 3.- Saint-Pol - Vitry-sur-Seine : 24-15 ; Armentières - Puteaux : 26-10 ; Amiens - Saint-Germain : 23-24 ; Laon - Évreux : 17-22 ; Rouen - Noisy-le-Grand : 15-0 ; Lagny - Pont-Audemer : 41-20.


Lagny continue sur sa lancée (« La Marne » - 15 octobre 1998)

Tranquille vainqueur de Pont-Audemer (41-22)

Lagny continue sur sa lancée

 - JPEG - 402.3 ko
1998-10-15 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

L’équipe commence à monter en pression. Un bon signe...

Il semblerait que la machine latignacienne se mette doucement en route. Victorieux, avec la manière face à une excellente équipe de Rouen la semaine dernière, les locaux, qui avaient la chance de recevoir de nouveau au Parc des sports, ont remis le couvert pour signer une deuxième victoire consécutive.

Face à une équipe limitée dans la production du jeu, les hommes de Jacques Petey ont donné dans le sérieux en respectant les fondamentaux. Calmes, tranquilles, et surtout appliqués, les locaux ont assis de suite leur supériorité en plantant quelques essais de belle facture. La leçon pouvait commencer, et les Beauquis, Bonno, Berger, Dinu pointaient en terre promise. Avec une large avance à la pause (25-3), les latignaciens, sans lever le pied en profitent pour faire tourner l’effectif en gardant toutefois certaines distances pour contenir la fougue de Pont-Audemer qui s’est refait une santé dans l’intervalle.

 - JPEG - 165.3 ko
1998-10-15 - La Marne

Un regroupement en tête

Avec la belle et large victoire de la réserve, le club peut sourire à la vie en enchainant des victoires qui donnent le moral pour la suite de la compétition. Il faut continuer sur cette voie du sérieux en espérant que l’infirmerie ne sera pas un obstacle pour former un groupe qui commence déjà à donner de sérieux signes de stabilité. La route est encore longue et il va falloir prendre du plaisir à aller au combat dans un groupe qui possède quelques pointures sérieuses. L’effectif étoffé et le désir de bien faire sont des gages qui peuvent tendre vers la réussite. Les dirigeants ne tirent pas de plan sur la comète et demeurent sereins sur un avenir qui pourrait sourire à nos seine-et-marnais.

Pour l’heure, les hommes de Petey vont pouvoir souffler une semaine avant de se déplacer à Vitry qui vient de subir une logique défaite à St Pol. Chose curieuse, la tête de la course comporte sept équipes qui se partagent le fauteuil de leader. Le mano à mano continue et il va être très difficile de s’échapper de ce peloton très compact.

Pascal PIOPPI


Lagny prêt à souffrir (« Le Parisien » - 24 octobre 1998)

Nationale 3 : en déplacement à Vitry

Lagny prêt à souffrir

 - JPEG - 102.7 ko
1998-10-24 - Le Parisien
Arch. Club House

« On s’attend à un match difficile face à une équipe mal classée qui a besoin de points ! » Jacques Petey, l’entraîneur de Lagny, sait que la tâche de ses protégés ne s’annonce pas de tout repos demain (15 heures), à Vitry (Val-de-Marne). « C’est une équipe moyenne, mais elle va tout faire pour nous battre !, ajoute-t-il. Pour l’instant, elle compte trois défaites pour un seul succès. J’espère que l’on saura répondre au défi physique que vont nous imposer nos adversaires. »

En vacances cette semaine dans la région de Toulon, Jacques Petey a confié les séances d’entraînement à son adjoint, Serge Lardy. Ce dernier est parti hier pour Nantes, alors que Petey devait rentrer hier soir à Lagny. « On se croise, mais on se tient au courant... », dit en souriant le coach. Au repos le week-end dernier, ses troupes auront pu recharger les accus après un début de saison satisfaisant. Bilan : trois victoires et une défaite. « Si l’on veut rester dans le groupe de tête, il faut gagner à Vitry. Ce match est important. »

Selon toute vraisemblance, Dessagne (blessé à la cheville) et Orjubin (remplaçant) laisseront leur place respectivement à Ducros et à Froment. En tout cas, les Latignaciens sont attendus de pied ferme. Didier Géninasca, l’entraîneur de Vitry, confirme : « Lagny est une équipe ambitieuse, qui ne sera pas facile à manœuvrer. Maintenant, j’attends une réaction de la part de mes joueurs. J’y crois, car il semble qu’ils ont pris conscience de leurs lacunes. »

Stéphane RONDEAU

VITRY -LAGNY, demain (15 heures), au stade Gabriel-Péri.

Vitry : Poncy - Lebrun, Mauduit, Lesbats, Lavergne - (o) R. Géninasca, (m) Ancelet - L. Ferrary, Tio, Faucher - Laffeta, M. Ferrary - Lemée, Rat - Combe. Entr. : D. Géninasca.

Lagny : May - Brouillard, Daublon, Beauquis, Ducros - (o) By, (m) Castagnet - Bernardet, Dinu, Bonno - Froment, Motoc - Maïau, Goldfard, Berger. Remplaçants : Orjubin, Neil, Enkirche, Salé, Martinez, Loffel, Depeyrolle. Entr. : Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Puteaux - Saint-Pol ; Saint-Germain - Armentières ; Évreux - Amiens ; Noisy-le-Grand - Laon ; Pont-Audemer - Rouen.


(« Le Parisien » - 26 octobre 1998)

Poule 3 : Ça s’éclaire...

 - JPEG - 25 ko
1998-10-26 - Le Parisien
Arch. Club House

La situation se clarifie quelque peu après cette journée ; Amiens, Armentières et Rouen, tous trois vainqueurs en déplacement se partagent désormais la plus haute marche du podium.

Félicitons également Noisy pour le carton passé face à Laon, il est vrai dernier...


Lagny était un peu fiévreux (« La Marne » - 29 octobre 1998)

En s’inclinant à Vitry (11-15)

Lagny était un peu fiévreux

 - JPEG - 267.8 ko
1998-10-29 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Des hauts et des bas. Voilà la courbe actuelle de température de Lagny. Attention à la grippe.

Ce début de saison a quelque chose d’un peu agaçant. Nous avons les pires difficultés à reconnaître l’équipe qui était rayonnante l’an passé et qui prenait un malin plaisir à se jouer des obstacles. Le moteur latignacien a des ratés et connait quelques baisses de régime qui ne vont pas tarder à énerver Jacques Petey qui n’est pas du genre à faire les choses à moitié.

Un coup, tout marche comme sur des roulettes et un autre, le véhicule avance tant bien que mal avec une roue crevée. Dans ce genre de circonstance, les voyages, qui forment la jeunesse, sont longs et peu productifs. Il en a été de même à Vitry, une équipe solide certes mais sans génie qui a manœuvré comme il le fallait une formation visiteuse qui est restée en panne d’essence au mauvais moment. Sans étaler son savoir-faire, Lagny est tombé dans le jeu de son adversaire et le piège s’est refermé. Dommage car les hommes du président Blond avaient les cartes pour tuer ce match. Il semble que la maîtrise des événements ne soit pas une donnée fixe.

 - JPEG - 157 ko
1998-10-29 - La Marne

Attention à Puteaux dimanche

Face à des formations qui ne peuvent ou ne veulent développer un rugby ouvert et agréable, Lagny est incapable d’imposer sa griffe et sa volonté collective de prendre le jeu à son compte. Tout devrait rentrer dans l’ordre avec l’accumulation des matches à condition toutefois que la volonté collective prenne le pas sur des excès de timidité qui sont un frein pour aller de l’avant. En s’inclinant de quatre petits points à l’extérieur, Lagny est passé à côté de cette victoire nécessaire pour engranger des points dans la besace du capital confiance. Rien n’est grave pour l’heure car tout le peloton roule groupé. A deux points du leader, l’équipe seine-et-marnaise est à distance respectable. Une position d’attente très confortable pour surgir et prendre une option avant d’affronter les grandes étapes de montagne. Première difficulté avec dimanche l’escalade du col de première catégorie constitué par Puteaux qui vient de battre facilement le leader St Pol dimanche. A deux points derrière, les visiteurs viennent de reprendre confiance. Les bleus doivent en prendre de la graine et le fait d’évoluer à domicile sera bien entendu un puissant stimulant pour repartir de l’avant. En ménageant ses arrières...

Pascal PIOPPI


Lagny décidé à redresser la barre (« Le Parisien » - 31 octobre 1998)

Nationale 3 : après deux défaites contre Saint-Pol-sur-Mer et Vitry

Lagny décidé à redresser la barre

 - GIF - 353.7 ko
1998-10-31 - Le Parisien
Arch. Club House

UNE défaite face à Saint-Pol-sur-Mer, une autre à Vitry : Lagny en a assez de perdre contre des équipes à sa portée ! Même s’ils sont classés quatrièmes, à deux points des trois leaders Amiens, Rouen et Armentières, les Seine-et-Marnais veulent redresser la barre. Contre Puteaux demain (15 heures), une équipe à la recherche de points, ils devront se battre au moins autant que leurs adversaires. Jacques Petey, l’entraîneur latignacien, s’est fait entendre de ses troupes.

« J’attends des garçons qu’ils abordent ce match dans un esprit de revanche. Il faut se remettre sur les rails. Mieux : je compte bien que nous remportions les quatre prochains matchs. Ils sont à notre portée. L’important, c’est la manière de jouer. Et dimanche dernier, elle n’y était pas. Il ne faut pas oublier que sans combativité, il n’y a pas de rugby. Il s’agit de nous réhabiliter. Les joueurs en sont bien conscients... » Naturellement, à Puteaux, on ne l’entendra pas de cette oreille. Même si l’équipe putéolienne est huitième, à égalité avec Noisy-le-Grand et... Vitry. Comme dimanche dernier, ses joueurs iront chercher les points de la victoire avec leurs tripes. « On peut s’attendre au même type de match, commente Petey. Puteaux s’est aguerri dans une poule de l’Est la saison passée. Il ne pratique pas un rugby génial mais il est agressif et dur à jouer devant. En plus, les mauvais terrains lui conviennent bien, car ils nivellent les valeurs. Et la météo ne promet rien de bon... » Les Latignaciens auront donc besoin de toutes leurs forces vives. « Les joueurs ont le moral, affirme Jacques Petey.

Malheureusement, notre préparation a été perturbée par des conditions atmosphériques épouvantables. Physiquement, les joueurs n’ont pas de problème particulier. Hormis Dessagne, toujours blessé à une cheville, et qui n’a pas le moindre espoir de jouer ce dimanche. Avec un peu de chance, sa récupération pourra se réduire à un mois et demi. Un point positif toutefois : Blond fait son retour. Il rejoindra le banc des remplaçants. »

D.L.

LAGNY - PUTEAUX, demain (15 heures), au stade du fort-du-Bois.

Lagny : May - Enkirche, Daublon, Beauquis, Zmuda - (o) Castagnet, (m) By , Bernardet, Dinu, Ducros - Loffel, Motoc -Maïau, Goldfard, Berger. Remplaçants : Martinez, Salé, Blond, Froment, Orjubin, Neil, Philippe. Ent. : Petey.

Les autres matches de la poule 3 : St-Pol - St-Germain ; Armentières - Évreux ; Amiens - Noisy-le-Grand ; Rouen - Laon ; Pont-Audemer - Vitry.


Lagny réhabilité (« Le Parisien » - 2 novembre 1998)

Nationale 3 : belle victoire des Seine-et-Marnais sur Puteaux

Lagny réhabilité

 - GIF - 357.3 ko
1998-11-02 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - PUTEAUX : 22-5 (12-0).

AS Lagny. Quatre essais : C. Ducros (5e), Daublon (30e). Y. Ducros(60e), Zmuda (74e) ; une transformation : Martinez (30e). Ent : J. Petey.

On les attendait au tournant. Jusqu’ici à la peine contre des équipes moins fortes mais accrocheuses, les Latignaciens n’ont pas déçu devant Puteaux, une formation qui se bat pour améliorer sa position. Ils se sont nettement imposés (22-5) hier devant leur public. Jacques Petey, leur entraîneur, est satisfait de
ses troupes. « On a fait un match plein, avec beaucoup de mouvement, commente-t-il. On s’est bien réhabilités. Nous avons raté quelques occasions d’essais, mais ce n’est pas très grave. Les intentions étaient là. »

Puteaux n’a pas fait mentir sa réputation. « C’est une équipe courageuse, apprécie Petey. Même si son rugby est un peu stéréotypé. Elle casse le jeu en anticipant les mouvements de leurs adversaires et se retrouve donc souvent à la limite du hors-jeu. Mais elle a su rester correcte. »

Les frères Ducros se sont décarcassés

Dès le début de match, Cyril Ducros ouvre le score pour Lagny sur un premier essai (5e, 5-0). Dix minutes avant la pause, Daublon l’imite et Martinez transforme (30e, 12-0). Après le repos, c’est à Yann Ducros, le frère du premier marqueur, de trouver l’en·but adverse (60e, 17-0). Et, sur un dernier essai, Zmuda enlève à Puteaux tout espoir de revenir (74e, 22-0). Les Putéoliens sauvent tout de même l’honneur juste avant le coup de sifflet par un essai en coin.

« Blond a pu jouer un quart d’heure en fin de rencontre, relève Petey. Son retour s’est bien passé. J’espère que d’ici à trois semaines, nous aurons retrouvé tous nos blessés. En attendant, il faudra confirmer ce résultat dimanche à Saint-Germain-en-Laye. »

D.L.

Poule 3 : On prend les mêmes... La bonne série continue pour Amiens, Armentières et Rouen ; tous trois vainqueurs à domicile se retrouvent à l’étroit. Notons les bonnes opérations faites par Saint-Pol et Lagny alors que Vitry remporte l’unique victoire en déplacement.


Jacques Petey : « Apprenons maintenant à voyager » (« La Marne » - 5 novembre 1998)

Jacques Petey (entraîneur de Lagny)

« Apprenons maintenant à voyager »

 - JPEG - 282.4 ko
1998-11-05 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny s’est refait une santé à domicile face à Puteaux, Jacques Petey a apprécié mais veut continuer la série...

Cette large victoire est-elle sécurisante ?

On s’est réhabilité car nous avions besoin de cette victoire. Face à Vitry, nous avions démissionné. C’est pour cette raison que l’attendais un rachat pour nous remettre en confiance et consolider les acquis. Le capital sérénité s’en est trouvé renforcé.

Comment expliquez-vous le changement de visage entre celui présenté à domicile et celui loin des bases ?

On a du mal à concrétiser à l’extérieur alors que nous avons beaucoup d’intentions à domicile. Il faut apprendre à voyager. Pour l’instant, il nous manque la maturité. C’est cette notion qui nous donnera la confiance à l’extérieur où nous avons les pires difficultés à nous lier. Il nous manque les repères que nous avons ici à Lagny.

 - JPEG - 165.9 ko
1998-11-05 - La Marne

Le bilan est loin d’être négatif...

L’objectif n’a jamais été d’être premier de poule. Nous devons par contre être capables d’enchainer et d’avoir suffisamment de bases pour relancer et défendre en respectant les consignes. Il est aussi important de bien libérer les ballons. C’est sur ces notions que nous travaillons avec les bases et les fondamentaux. Il a fallu recommencer presque à zéro car nous avons eu quelques absences. Peut-être que nous avons sauté quelques lettres dans l’alphabet.

Comment sentez-vous votre groupe ?

Il est solidaire et certainement plus homogène que l’an passé. Les garçons sont heureux de se retrouver ensemble. On travaille sur l’envie, sur le collectif, la communion et la convivialité. Les nouveaux se sont bien intégrés. Je suis satisfait de la confiance placée dans certains jeunes joueurs qui répondent à notre attente.

Comment vous sentez-vous dans le groupe. En d’autres termes, avez-vous toujours la foi ?

(sourire) Cela ne fait que deux ans que je suis à la tête du groupe. A certains moments, c’est vrai, il y a des moments de déception et le lendemain, on reprend le bâton avec le sourire. L’entraîneur doute toujours mais j’ai toujours la foi et surtout l’envie d’aller plus loin. Il est nécessaire pour un coach de
toujours trouver un message nouveau. C’est pour cette raison qu’il est très difficile de rester longtemps dans un club car à un certain moment, le discours ne passe plus, Ce n’est pas le cas à Lagny où je prends toujours du plaisir avec mes joueurs.

Comment voyez-vous l’avenir proche ?

Il faut enquiller une série de quatre victoires pour passer les fêtes tranquillement. Si nous arrivons à engranger ainsi, nous pourrions être très sereins jusqu’au printemps. On a les capacités de le faire. La balle est dans le camp des joueurs. A eux de prouver leur volonté. L’avenir est aussi et avant tout entre leurs mains.

(propos recueillis par Pascal PIOPPI)

 - JPEG - 136.5 ko
1998-11-05 - La Marne

« Balou » a soufflé !

Qui arrêtera le « papy » ? Voilà la question qui amuse la galerie sur le stade latignacien.

Le papy, c’est le célèbre « Balou » qui vient de fêter dimanche son 39e anniversaire avec la réserve, nette dominatrice de Massy sur le score sans appel de 19-5. Le solide avant s’est même permis le luxe d’une transformation qui a amusé le président Blond : « Il n’est jamais aussi bon lorsqu’il botte en fermant les yeux. »

Voilà l’occasion rêvée pour le célèbre « Balou » de marquer son empreinte pour le club qui lui est si cher. Rappelons que le jeune homme a fait une pige en équipe première en début de saison. Le « bougre » est solide et les fabricants de petites pastilles bleues n’ont pas de prise pour ce gaillard naturellement puissant. Happy birthday !

Avec les jeunes Latignaciens

L’école de rugby s’est illustrée au grand tournoi de Massy avec les benjamins battus par Tours en demi finale. Massy l’emporte devant Tours et Lagny. Une belle performance.

En atomisant Puteaux (22-5)

Lagny a bien manœuvré

Mission accomplie pour les hommes de Petey qui ont livré un match sérieux face à une solide mais limitée équipe de Puteaux. En l’absence d’un véritable botteur, les adversaires ont été obligés de se découvrir pour malmener des locaux sereins et bien organisés.

Cyril Ducrot est le premier à entrer en action en pointant dès la 4e minute en terre promise. Lagny est lancé et doublera la mise par le vif Daublon (30e). A 12-0 à la pause, Lagny choisit de voir venir, se laisse déborder et rentre dans sa coquille appliquant à la lettre les conseils du coach à la pause : « Il faut que les balIons soient au chaud. Soyez agressifs en défense. » Consignes vite mises en œuvre avant que Yann Ducrot (le frère) puis Zmuda ne prennent en défaut une défense enfin dépassée (22-5).

Lagny, rassuré, doit continuer sur sa lancée dimanche à St-Germain-en-Laye. Du domaine du possible.

P. P.

Lagny bat Puteaux 22-5 (M.T. 12-0). Essais de C. Ducrot, Daublon, Y. Ducrot, Zmuda. Une transformation de Martinez.


Lagny pour confirmation (« Le Parisien » - 7 novembre 1998)

Nationale 3 : face à Saint-Germain

Lagny pour confirmation

 - JPEG - 74.6 ko
1998-11-07 - Le Parisien
Arch. Club House

A Saint-Germain, Lagny tentera de confirmer sa victoire sur Puteaux. « Pour cela, il faudra élever notre niveau de jeu et éviter de faire des fautes, déclare Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Dessagne, pas encore rétabli, et Daublon, qui souffre d’un tendon d’Achille, seront au repos. Notre ligne de trois-quarts est donc privée de deux éléments importants, mais cela ne nous empêchera pas de jouer. Avec le retour de Blond, la troisième ligne est un peu modifiée. Non pas pour punir les jeunes qui occupaient ce poste, mais simplement pour faire tourner l’effectif. En tout cas, nous prendrons Saint-Germain au sérieux. »

D.L.

SAINT·GERMAIN - LAGNY, demain (15 heures). au stade municipal.

AS Lagny : May - Y. Ducros, Martinez, Beauquis, Zmuda - (m) Castagnet, (o) By - Dinu, Orjubin, Blond, Loffel, Motoc - Maïau, Goldfard, Berger. Remplaçants : Enkirche, Basile, C. Ducros, Bernardet, Vanhonacker, DepeyroIIe, Neil. Ent. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Evreux - Saint-Pol ; Noisy-Ie-Grand - Armentières ; Laon - Amiens ; Puteaux - Pont-Audemer ; Vitry - Rouen.


Lagny part en trombe (« Le Parisien » - 9 novembre 1998)

Nationale 3

Lagny part en trombe

 - JPEG - 153.4 ko
1998-11-09 - Le Parisien
Arch. Club House

SAINT-GERMAIN - LAGNY : 25-10 (22-0). Arbitre : M. Fish (Ile-de-France).

AS Lagny. Quatre essais : Bernardet (5e), Zmuda (9e), Martinez (22e), Blond (31e) ; une transformation : By (22e) ; un drop : Martinez (75e). Ent. : J. Petey.

Malgré des conditions atmosphériques difficiles, Lagny s’est imposé sans trop de peine, hier, à Saint-Germain (25-10). « Je suis satisfait de notre match, commente Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. En première période, nous avons réalisé de très bons enchaînements. »

En effet, quasiment d’entrée de jeu, Bemardet ouvre le score en marquant un premier essai (5-0, 5e). Moins de cinq minutes plus tard, Zmuda l’imite (10-0, 9e). Martinez confirme la domination latignacienne en inscrivant un troisième essai transformé par By (17-0, 22e), et Blond enfonce le clou avant la pause, sur un nouvel essai (22-0). La deuxième période, en revanche, est plutôt à l’avantage des Sangermanois qui marquent leurs premiers points sur un essai (5-22, 48e) et récidivent peu de temps après (10-22, 55e). Martinez augmente l’avantage latignacien sur un drop (10-25, 75e).

« Beauquis s’est légèrement tordu une cheville vendredi soir à l’entraînement et j’ai préféré le mettre au repos, ajoute Petey. Du coup, Zmuda a pris sa place. Avec Martinez au centre, ils s’en sont plutôt bien sortis. Nous avons dominé la première moitié du match, et Saint-Germain a réagi dans la seconde. Sur l’ensemble de la partie, notre prestation est de bon augure pour les prochains matchs. »

D.L.

Poule 3 :.-Amiens fait l’intérieur... Grâce aux points du nul et aux défaites simultanées de Rouen et Armentière, Amiens prend la tête des opérations. Lagny recolle tandis que Evreux, vainqueur de St-Pol, regagne quelques rangs.


Lagny réalise un joli coup double (« La Marne » - 12 novembre 1998)

En s’imposant à Saint-Germain (25-10)

Lagny réalise un joli coup double

 - JPEG - 187.1 ko
1998-11-12 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Malgré quelques absences qui pouvaient faire redouter le pire, Lagny vient de nouveau réaliser une série de deux matches gagnés.

C’était le souhait le plus cher de Jacques Petey (voir « La Marne » de la semaine dernière) qui a bien stabilisé son groupe pour sonner la charge à l’extérieur.

 - JPEG - 145.1 ko
1998-11-12 - La Marne

Motivés comme il se doit, les visiteurs ont tué le match en moins de dix minutes avec des essais-éclairs de Bemardet et Zmuda (10-0). Martinez enfonce le clou à son tour et Blond qui n’a que deux petits matches dans les jambes, pointe à son tour en terre promise (22-0 à la pause). C’est bouclé ! Lagny peut dérouler à sa guise et remporte la mise relativement facilement (25-10). De quoi donner quelques idées pour continuer la série dès dimanche à domicile.

P. P.


Lagny vigilant (« Le Parisien » - 14 novembre 1998)

Lagny vigilant

 - JPEG - 79.1 ko
1998-11-14 - Le Parisien
Arch. Club House

« Nous avons battu deux fois Evreux la saison dernière. L’important sera donc de ne pas se relâcher. » Jacques Petey, l’entraîneur de Lagny, semble confiant avant cet affrontement contre une équipe située en milieu de tableau. « Nous essaierons de continuer sur notre lancée. Après nos victoires sur Puteaux et Saint-Germain, l’idéal serait de remporter le reste de nos matchs aller. En effet, le calendrier nous est plutôt favorable. J’espère aussi que nous allons continuer à nous améliorer dans le jeu, même si les conditions atmosphériques ne favorisent pas le mouvement. Mais, après tout, on ne s’en est pas si mal sortis dimanche dernier. Cette semaine, on s’est entraîné presque tous les jours. Le groupe commence à prendre forme et les joueurs apprécient d’être ensemble. »

Lagny devra cependant composer avec ses blessés. « Dessagne et Beauquis ne sont pas rétablis, explique Petey. Mais, de toute façon, mon souci est de faire participer un maximum de joueurs. » Aussi Lagny présentera-t-il une troisième ligne renouvelée, avec Bonno, qui effectue son retour, Blond et Cyril Ducros : « C’est plus une troisième ligne de combat que de course, mais elle-est adaptée aux conditions météorologiques. »

Lagny met donc toutes les chances de son côté, mais se méfie quand même de son adversaire. « Il ne faut pas négliger Evreux. C’est en effet une équipe expérimentée qui n’a perdu certains matchs que de quelques points. »

David LOUHAUT

LAGNY - EVREUX, demain 15 heures, stade du Fort -du-Nois.

AS Lagny : May, Y. Ducros, Daublon, Zrnuda, Brouillard - (o) Martinez, (m) Castagnet - Bonno, Blond, C. Ducros - Loffel, Motoc - Maïau, Dinu, Berger. Remplaçants : By, Klikas, Bernardet, Froment, C. Petey, Orjubin, GoIdfard. Ent. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Saint-Pol - Noisy-le-Grand ; Armentières - Laon ; Rouen - Amiens ; Pont-Audemer - Saint-Germain ; Vitry - Puteaux.


Lagny rejoint sur le fil (« Le Parisien » - 16 novembre 1998)

Nationale 3 : contre Evreux

Lagny rejoint sur le fil

 - JPEG - 111.7 ko
1998-11-16 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - EVREUX : 22-22 (12-8). Arbitre : M. Saran (Flandres).

AS Lagny. Un essai : Dinu (68e) ; une trnnsformation : Daublon (68e) ; cinq pénafrtés : Daublon (1e, 5e, 17e, 37e, 45e). Ent. : J. Petey.

Evreux. Trois essais (19e, 78e, 82e) ; deux transformations. (78e, 82e) ; une pénalité (15e).

« C’était nul ! » Jacques Petey, l’entraîneur de Lagny, ne mâche pas ses mots. Certes, un match nul à domicile devant une équipe d’Evreux, battue deux fois la saison dernière, ne pouvait le satisfaire. Surtout quand l’objectif était de gagner les matchs aller restants, celui-ci compris... C’est pourtant Lagny qui prend les devants. Daublon transforme une pénalité dès l’entame du match (3-0, 1re) et récidive quelques minutes plus tard (6-0, 5e). Evreux réduit le score sur pénalité également (6-3, 15e) mais Daublon lui donne aussitôt la réplique (9-3, 17e). Le premier essai du match est à l’avantage d’Evreux (9-8, 19e), mais Lagny se donne un peu d’air avant la mi-temps sur une quatrième pénalité de Daublon (12-8, 37e)... qui s’y colle à nouveau en seconde période (15-8, 45e). Tout semble aller pour le mieux quand Dinu inscrit le premier essai latignacien, transformé par Daublon (22-8, 68e) . Mais qui l’eût cru ? A deux m !inutes de la fin du temps réglementaire, Evreux inscrit son deuxième essai, cette fois-ci transformé (22-15, 78e)... et revient à la marque en récidivant pendant les arrêts de jeu (22-22, 82e). Donc pas de vainqueur...

La trêve de dimanche prochain arrive à point nommé. Le temps de reprendre ses marques avant de se rendre à Noisy-le-Grand pour un match qui devrait être à leur portée Mais, après ce qui vient de se passer, on ne peut jurer de rien...

D.L.

Poule 3 : Rebondissements... Le témoin change de main à tour de rôle et les cinq premiers se tiennent à deux points. Seuls Laon et Pont-Audemer sont détachés.


Nul et vraiment mal venu (« La Marne » - 19 novembre 1998)

Lagny partage les points avec Evreux (22-22)

Nul et vraiment mal venu

 - JPEG - 329.5 ko
1998-11-19 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny perd un point vraiment bêtement pour n’avoir pas su respecter les fondamentaux. Logique...

Un match nul en rugby, comme dans· tout sport collectif d’ailleurs, apporte son lot d’Interrogation, de joie, de surprise et de déception. Le fameux problème insoluble de la bouteille à moitié pleine ou à moitié vide. Dimanche, il ne fallait pas être devin pour ajuster la balance des sentiments. D’un côté Jacques Petey, serrant les mâchoires, afin de ne point prononcer à chaud le moindre mot qui aurait fait mal devant ses joueurs passant, honteux, la tête basse, le regard pointé vers leurs chaussettes. De l’autre, des joueurs d’Evreux ivres de bonheur, portant leur sauveur, Segouin sur des épaules solides et méritantes.

Entre les deux scènes très différentes, un grand point d’interrogation pour des locaux visiblement dans un jour sans. « Nous avons été vraiment en dessous de tout. Le jour et la nuit sur la semaine dernière. Nous n’avons rien montré sur ce match. Rien, vraiment rien. » L’entraîneur, vraiment déçu, par ce non-match, enfin, ces quelques brides de rencontre va certainement remettre les choses au point devant cette passivité et ce manque de motivation. Un point a été perdu, dilapidé, donné et même offert à une équipe d’Evreux très peu joueuse et limitée dans la construction du jeu. Vraiment rageant de perdre ainsi un point devant cette formation truqueuse mais courageuse jusqu’au bout.

 - JPEG - 196.7 ko
1998-11-19 - La Marne

Lagny sommeille

En menant facilement, par l’entremise de la botte de Daublon, auteur des 12 premiers points (12-8), Lagny file tranquillement vers une victoire somme toute aisée. Pas trop du goût du coach à la pause qui met en garde : « On joue vachement tortueux. Revenez à des choses simples en baissant la tête. Pour l’instant, on est ridicule. » Le message va-t-il passer ? Daublon continue d’engranger (15-8). Blond, lâche la balle derrière la ligne alors que l’essai était presque pointé. La poisse ! Un petit coin de ciel bleu se dégage suite à un essai collectif de bon augure. Avec la transformation de Daublon, la victoire, à 13 minutes du but, est dans la poche (22-8).

Hélas, Lagny, contre toute attente se relâche, plaque à vide et commet quelques erreurs de marquage. Segouin, le centre, visiblement au dessus du lot à Evreux place une première banderille. Croze transforme (22-15). Premier coup de semonce. On continue dans la grisaille. Pendant tes arrêts de jeu, on va toucher le fond avec une nouvelle envolée de Segouin qui va se friser les moustaches en s’amusant dans la défense gruyère de Lagny. Dans la série, je m’écarte et j’oublie de plaquer, quelques joueurs peuvent lever le doigt, à défaut d’avoir baisser la tête pour arrêter le TGV d’Evreux. Avec une nouvelle transformation au pied des poteaux, Evreux remonte la pente et sauve sa tête de justesse (22-22).

Pour Lagny, ce nul est une sorte de marche arrière après deux beaux succès consécutifs. Il reste à faire le point avant le déplacement (très risqué) dans quinze jours à Noisy. Attention messieurs...

Pascal PIOPPI


Ambition Sport 77 pousse derrière Lagny (« La Marne » - 26 novembre 1998)

Le rugby à l’honneur

Ambition Sport 77 pousse derrière Lagny

 - JPEG - 210.9 ko
1998-11-26 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

A l’heure où nos rotatives commençaient à tourner pour la sortie du journal, les rugbymen de Lagny recevaient, dans le somptueux salon d’honneur de la mairie, un bien beau chèque offert par Ambition Sport 77, l’association présidée par Nicolas Renaudin qui aide les athlètes et les équipes de haut niveau. Après Pontault hand, La Rochette volley, Melun tennis, Dammarie natation, Moissy football, Meaux handi basket, c’est le rugby de Lagny, par l’entremise de son équipe première qui a reçu le chèque des mains de M.M Cornu et Deneuville, trésorier et secrétaire d’Ambition Sport 77, entourés des partenaires que sont la société Effiparc, Généris, EDF-GDF, Le Crédit-Agricole, La Mutuelle de Seine-et-Marne, le CDOS, la DDJS, Seine-et-Marne Développement, autant de parrains qui se sont penchés sur le berceau de cette jeune association.

 - JPEG - 149.4 ko
1998-11-26 - La Marne

C. Campanella bientôt récompensé

En présence de M. Gadan, maire adjoint chargé des sports, et avant la signature de la convention qui unit le rugby à Ambition Sport 77, le président Guy Blond, tout heureux de ce coup de pouce très bien venu, a remercié chaleureusement les principaux acteurs de cette démarche très bénéfique pour l’ensemble des sportifs de haut niveau de la région. Il faut croire que les rugbymen sont sensibles à cette distinction (qui a été réalisée alors que Meaux et Lagny étaient au coude à coude pour la montée en fin de saison dernière avant les matches de qualification), puisque les séniors pointent toujours leurs crampons en haut du classement, toujours en bonne position pour les fameuses phases finales. Contrairement à d’autres clubs qui ont baissé la tête, Lagny tient à faire honneur à son rang et à l’attribution de cette aide matérielle conséquente (36 000 francs).

Notons que samedi 28 novembre, ce sera le tour du rameur latignacien Clément Campanella de recevoir le soutien d’Ambition Sport 77 pour ses titres acquis sur les bassins.

Pascal PIOPPI.


Lagny pour un rachat (« Le Parisien » - 28 novembre 1998)

Nationale 3

Lagny pour un rachat

 - JPEG - 43.2 ko
1998-11-28 - Le Parisien
Arch. Club House

« Nous traversons une phase de turbulences. Les joueurs sont bien conscients d’avoir-fait un faux pas contre Evreux, il y a deux semaines. » Atteint d’une infection, l’entraîneur latignacien, Jacques Petey, présente de son lit d’hôpital le match de demain, à Noisy-le-Grand. C’est son adjoint, Serge Lardy, qui le remplacera sur le banc. « Les joueurs feront en sorte de réagir en réalisant une bonne performance. Il existe une histoire entre nos deux équipes. Notre défaite, associée au bon match réalisé contre Saint-Pol-sur-Mer par Noisy-le-Grand, donnera du piment à notre rencontre. »

D.L.

NOISY-LE-GRAND - LAGNY, demain (15 heures) au stade Alain-Mimoun.

AS lagny : May - Zmuda, Daublon, Beauquis, Bernardet - (o) Martinez, (m) Castagnet - Blond, Orjubin, Bonno - Froment, Motoc - Loffel, Dinu, Auger. Remplaçants : Maïau, Berger, C. Petey, C. Ducros, Olanier, Enkirche, Brouillard. Ent. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Laon - Saint-Pol-sur-Mer ; Amiens - Armentières ; Evreux - Pont-Audemer ; Saint-Germain -Vitry ; Puteaux - Rouen.


Lagny au finish (« Le Parisien » - 30 novembre 1998)

Nationale 3

Lagny au finish

 - JPEG - 179.9 ko
1998-11-30 - Le Parisien
Arch. Club House

NOISY-LE-GRAND - LAGNY : 14-21 (3-5). 150 spectateurs environ. Arbitre : M. Gonzius.

AS Lagny. Deux essai : Bonnot (13e), Zmuda (84e) ; une transformation : Martinez (84e) ; un drop : Castagnet (74e) ; deux pénalités : Martinez (42e, 77e). Ent. : Petey et Lardy.

Noisy-le-Grand. Un essai (63e) ; deux pénalités (53e, 77e) ; un drop (4e).

Lagny, en grande forme, s’est imposé hier à Noisy-Ie-Grand (14-21). Une belle revanche après un décevant match nul à la maison contre Evreux (22-22), il y a deux semaines. Serge Lardy, l’entraîneur adjoint, est allé avec joueurs et dirigeants fêter la victoire avec Jacques Petey, l’entraineur en titre, soigné en clinique.

En ouverture, Noisy-le-Grand ouvre le score sur un drop (3-0, 4e). Mais Bonnot redonne l’avantage à Lagny sur un premier essai (3-5, 13e). Il faut attendre le début de la seconde période pour voir le score évoluer. Ce sera par l’intermédiaire de Martinez, qui transforme une pénalité (3-5, 42e). Dix minutes plus tard, Noisy lui rend la pareille (6-8, 53e) et reprend même l’avantage grâce un remarquable essai (11-8, 63e). Castagnet remet les compteurs à égalité avec un drop (11-11, 74e), et Martinez transforme une nouvelle pénalité (11-14, 77e).

Mais Noisy s’accroche et revient à la marque (14-14, 80e). Le prochain qui marquera s’assurera la victoire... Zmuda fera la décision pendant les arrêts de jeu en marquant un dernier essai, transformé par Martinez (14-21, 84e).

D.L.

LAGNY : vivement la qualif ! - C’est le souhait du club des coprésidents Guy Blond et Jean Giraud qui ne cachent pas l’ambition de jouer le match de la montée. Pour cela, quinze recrues de tous niveaux et venues de tous les horizons ont comblé les quinze départs de l’intersaison. Quelques seniors de première année ont intégré avec bonheur l’équipe fanion, dont Jimmy Goldfard, ex-junior de Valras.

- Retours.- L’entraîneur Jacques Petey note avec satisfaction la rentrée des blessés Laurent Blond (frère de Xavier) et Laurent Dessagne. Par contre, il devra se passer des services de l’ex-ouvreur tarbais Laurent Daublon, blessé à un talon d’Achille.

Poule 3 : Tir groupé. A l’occasion des résultats · pour le moins surprenants enregistrés ce week-end (quatre victoires à l’extérieur et un match très nul), c’est Lagny, Amiens et Rouen qui sont maintenant à l’étroit sur la plus haute marche.


Lagny renoue avec la volonté collective. (« La Marne » - 3 décembre 1998)

En battant Noisy à la dernière minute (21-14)

Lagny renoue avec la volonté collective.

 - JPEG - 449.9 ko
1998-12-03 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Le derby musclé a tourné dans l’ultime seconde à l’avantage de Lagny qui n’a pas senti le... Noisy !

Il faisait froid sur Noisy. Mais Lagny a eu chaud avec le dernier déboulé victorieux de Fred Zmuda qui conclut dans les arrêts de jeu (bien entamés car on jouait la 83è minute) un dernier mouvement collectif amorcé par un paquet volontaire. Un dénouement qui aurait comblé l’entraîneur Jacques Petey, absent en raison d’une hospitalisation.

Dans ce match qui sentait quelque peu la poudre, les visiteurs ont longtemps posé leur patte sur le jeu, sans toutefois prendre le large au tableau d’affichage. Dans ce derby ou tout le monde était en pays de connaissance, quelques petits marrons sont venus réchauffer une rencontre qui ne laissera pas un souvenir impérissable. Dans ce match musclé, bien lancé par un essai du courageux Bonnot (7e minute:3-5), les visiteurs, qui jouaient contre le vent, ont œuvré avec détermination, se rappelant de l’infortune subie lors du dernier match. Chat échaudé craint l’eau froide.

 - JPEG - 178.7 ko
1998-12-03 - La Marne

L’essai de la délivrance

Noisy, remonté sur son beau terrain, revient dans l’allure en prenant les commandes par un joli essai de Chotin (11-8). Il faut alors passer la vitesse supérieure pour un quinze qui va se retrouver à treize pendant de longues minutes. Un joli drop de Bruno Castagnet va relancer la machine. Au bon moment (11-11). Dans la même minute, Martinez donne l’avantage à Lagny de suite effacé par le buteur noiséen. On se dit alors qu’un nouveau match nul va sanctionner une équipe visiteuse qui méritait toutefois beaucoup mieux sur l’ensemble du match. La nuit tombe sur le stade mais Fred Zmuda va allumer la dernière chandelle pour un magnifique feu d’artifice, débuté à droite du terrain et parachevé de l’autre côté, plein champ où Lagny brillait de si belle manière l’an passé ; comme le soulignait l’acteur Gérard Hernandez, un fidèle de cette équipe attachante. Lagny a eu chaud, s’est fait peur mais peut continuer à rêver à l’approche des fêtes. Il faut maintenant produire un volume de jeu plus conséquent en alternant à sa juste mesure un travail de sape avec le lâcher de la cavalerie légère. Tout doit se mettre en place et dès son retour, le coach va peaufiner cet ensemble qui, sans manquer de liant, ne possède pas encore le bon feeling pour se faire totalement plaisir.

Pascal PlOPPI

Les marqueurs : Essais de Bonnot et F. Zmuda. Deux pénalités et une transformation de Martinez. Un drop de Castagnet. Entraîneurs : Petey et Lardy.

 - JPEG - 140.8 ko
1998-12-03 - La Marne

Résultats

Classement N II

Compiègne/Meaux 23-32 ; Niort/Poitiers 21-14 ; Vierzon/Isle 21-17 ; Domont/Métro 15-9 ; Massy/Bourges 38-6 ; Gennevilliers/Vannes 25-16.

1. Domont 25 ; 2. Métro, Gennevilliers 22 ; 4. Isle 20 ; 5. Vierzon, Massy 19 ; 7. Bourges 18 ; 8. Meaux, Vannes 17 ; 10. Niort 15 ; 11. Poitiers, Compiègne 11.

N III

Lagny/Noisy 21-14 ; St-Pol/Laon 27-20 ; Amiens/Armentières 14-6 ; Evreux/Pont-Audemer 22-10 ; Vitry/St-Germain 26-0 ; Puteaux/Rouen 0-0.

1. Amiens, Lagny, Rouen 22 ; 4. Armentières, Vitry 21 ; 6. Evreux 20 ; 7. Saint-Pol 19 ; 8. Noisy 17 ; 9. Saint-Germain, Puteaux 16 ; 11. Pont-Audemer, Laon 10.


Lagny en répétition (« Le Parisien » - 5 décembre 1998)

Nationale 3 : il rencontre Laon

Lagny en répétition

 - JPEG - 79 ko
1998-12-05 - Le Parisien
Arch. Club House

Lagny ne devrait pas rencontrer de grosses difficultés devant Laon, le dernier, demain. La semaine dernière, Laon s’inclinait à Saint-Pol-sur-Mer (20-27).

« Je ne pense pas que Laon espère nous battre, suppose Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. On va travailler dans la continuité. L’équipe qui jouera dimanche ressemblera beaucoup à celle de la semaine dernière. Le groupe se dessine bien et je crois qu’on est sur la bonne voie. »

D.L.

LAGNY -LAON, demain (15 heures) au stade du Fort -du-Bois.

US Lagny : May - Zmuda, Martinez, Beauquis, Dessagne - (m) Castagnet, (o) By - Bonno, Blond, Dinu - Froment, Motoc -Loffel, C. Petey, Berger. Remplaçants : Maïau, Orjubin, C. Ducros, Vanhonacker, Bernardet, Daublon, Brouillard. Ent. : J. Petey.


Lagny fait cavalier seul (« Le Parisien » - 7 décembre 1998)

Nationale3 : avec 70 points marqués

Lagny fait cavalier seul

 - JPEG - 129 ko
1998-12-07 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - LAON : 70-3 (37-3).

AS Lagny. Douze essais : Zmuda (10e, 51e), Blond (12e, 17e), Dessagne (25e), Martinez (32e), Bonnot (35e), Beauquis (38e, 62e), Motoc (45e), Orjubin (48e), Dinu (56e) ; cinq transformations : Martinez (32e), Daublon (45e, 48e, 56e, 62e).

Laon. Une pénalité : Merle (10).

On connait bien le shadow-boxing. Hier, à Lagny, vous auriez pu goûter au shadow-rugby... Le principe est simple : on déploie, c’est très joli, et hop ! Comme une fleur, on revient déposer le ballon entre les poteaux.

Dans cet exercice, l’adversaire s’évertue à faire valoir l’équipe qui attaque. Zmuda, Blond, Dessagne, Martinez, Bonnot, Beauquis, Motoc, Orjubin et Dinu s’y sont essayés avec bonheur. Laon, en revanche, était complètement à la rue. C’est pourtant lui, qui au bout de dix minutes de jeu, ouvrait le score sur une pénalité. Mais une poignée de secondes plus tard, Zmuda inscrivait un essai pour les Locaux. C’était le début d’une longue série... Après onze nouveaux essais, Lagny s’imposait sans discussion possible (70-3). « On ne peut pas dire grand-chose, reconnaît Jacques Petey, l’entraîneur latignacien : il n’y avait pas d’opposition. On peut juste se reprocher un petit relâchement dans les dix dernières minutes, mais bon... Je crois qu’on est sur la bonne voie. Désormais, on va se concentrer sur notre match à Armentières, dimanche prochain. »

D.L.

Poule 3 : Sans surprises... Toutes les équipes qui recevaient l’ont emporté ce jour et Rouen, vainqueur d’Armentières, ainsi que Lagny tombeur de Laon, prennent la direction des opérations.


Nouveau record de participation ! (« La Marne » - 10 décembre 1998 - page 5)

Nouveau record de participation !

 - JPEG - 238 ko
1998-12-10 - La Marne
p.5 - Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Le traditionnel loto de l’ASL Rugby bat, chaque année, tous les records de participation !...

Organisé cette fois encore dans les locaux du garage Métin-Marne, ce joyeux rendez-vous a ainsi attiré, en ce samedi 5 décembre, près de quatre cent cinquante personnes, membres, supporters et amis des rugbymen latignaciens.

Les dirigeants du club... et organisateurs de ce grand loto avaient, il est vrai, investi encore plus que d’accoutumée en matière de lots ! Entre VTT Rockrider, bon de voyage d’une valeur de quatre mille francs, console Play Station, Camescope et tronçonneuse, ampli prologique et téléviseur (entre autres gros lots mis en jeu), les heureux et nombreux gagnants devaient se partager pour près de quarante mille francs de superbes cadeaux.

Le Père Noël avait, à moins de trois semaines de la Nativité, troqué sa livrée rouge contre le maillot bleu et blanc de l’ASL Rugby ! Un club qui recherche, par ailleurs, toujours des minimes de 1984 et 1985 pour compléter ses équipes. Avis aux amateurs !


Ce n’était pas le jour de Laon (« La Marne » - 10 décembre 1998)

Lagny s’amuse et cartonne (70-3)

Ce n’était pas le jour de Laon

 - JPEG - 299.8 ko
1998-12-10 - La Marne
page I - Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Avant les fêtes, Lagny s’est fait un petit cadeau. Sympa.

Face au dernier de la classe qui semble somnoler au fond de la rangée près du radiateur, Lagny, élève presque modèle a récité ses gammes avec l’allure gaillarde d’un collégien sachant sa leçon sur le bout de ses crampons.

A la sortie, les locaux pouvaient recevoir un bon point pour les 70 marqués contre 3 encaissés. Visiblement, Laon n’a pas tenu la distance, s’enfonçant tel un marcheur imprudent dans la baie du Mont-Saint-Michel. Laon est resté sur le sable, les deux pieds scotchés dans la glaire.

 - JPEG - 150.5 ko
1998-12-10 - La Marne

Déplacement délicat à Amiens.

Aérien, superbe, dans son habit de vent et de lumière, Lagny a confirmé sa belle victoire de Noisy-le-Grand qui n’a guère laissé de trace sur des organismes nullement fatigués. Sans verser dans le pessimisme, il est vraiment dommage que les hommes de Guy Blond aient laissé un petit point lors de sa dernière prestation à domicile. Oui, dommage car à l’heure actuelle, Lagny serait seul en tête, nullement obligé de partager son fauteuil, enfin son bûcher avec Rouen. Des Rouennais qui ont, semble-t-il comme Jeanne d’Arc, le feu aux fesses.

Maintenant, il faut se rendre à Amiens et de nouveau penser à courber l’échine. Un nouveau voyage particulièrement incertain...

P. PIOPPI


Lagny dans l’inconnu (« Le Parisien » - 12 décembre 1998)

Lagny dans l’inconnu

 - JPEG - 105.3 ko
1998-12-12 - Le Parisien
Arch. Club House

Après une très large victoire sur la lanterne rouge, Laon (70-3), Lagny aura probablement plus de mal à l’emporter, demain (15 heures), à Amiens.

« On n’a aucune référence, admet Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Après avoir été longtemps leader, Amiens a semblé en perte de vitesse ces dernières semaines. Mais cela ne veut rien dire. »

Si Amiens compte quelques bons résultats, notamment contre Armentières (14-6) et surtout Vitry (32-3), il a obtenu un nul inexplicable contre Laon (24-24) et subi une véritable déroute dimanche dernier à Saint-Pol-sur-Mer (10-44).

« Nous allons essayer de confirmer nos dernières prestations avant d’entamer les matchs retour. Le groupe est désormais bien structuré. On va juste modifier la charnière. Martinez prendra la place de Daublon à l’ouverture et ce dernier sera premier centre à la place du précédent. »

D.L.

AMIENS- LAGNY, demain (15 heures) au stade municipal d’Amiens.

AS Lagny : May - Dessagne, Daublon, Beauquis, Zmuda - (o) Martinez, (m) Castagnet - Bonno, Blond, Dinu - Froment, Motoc - Loffel, C. Petey, Berger. Remplaçants : By, Enkirche, Basil, Olanier, C. Ducros, Orjubin, Maïau, Bernardet. Entr. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Armentières - Saint-Pol-sur-Mer ; Laon - Pont-Audemer ; Noisy-le-Grand -Vitry ; Evreux - Puteaux ; Saint-Germain - Rouen.


Lagny a calé au démarrage (« Le parisien » - 14 décembre 1998)

Nationale 3 : largement battu à Amiens

Lagny a calé au démarrage

 - JPEG - 149.7 ko
1998-12-14 - Le Parisien
Arch. Club House

AMIENS - LAGNY : 25-18 (17.0).

Amiens. Trois essais (6e, 24e, 72e) ; deux transformations (6e, 24e) ; deux pénalités (15e, 65e).

AS Lagny. Deux essais : Daublon (52e), Dinu (78e) ; une transfoonation : Martinez (78e) ; une pénalité : Martinez (60e) ; un drop : Martinez (41e). Entr. : J. Petey.

Lagny s’est fait surprendre hier après-midi à Amiens. Il faut dire que les Picards nous ont habitués à alterner, sans logique apparente, bons et mauvais résultats. Ce dimanche, ils étaient plutôt dans un bon jour, et quand Lagny a réagi, il était déjà trop tard.

Amiens ouvre le score sur un premier essai transformé (7-0, 6e), mais contesté par Lagny qui voit sur cette action un en-avant flagrant. Les locaux passent ensuite une pénalité (10-0, 15e), puis marquent un essai en contre sur un dégagement des Seine-et-Marnais (17-0, 24e). Il faudra attendre la seconde période pour voir Lagny redresser la barre. Juste après la pause, Martinez place en effet un drop (17-3, 41e). Dix minutes plus tard, Daublon marque un essai (17-8, 52e). Quand Martinez transforme une pénalité, les Latignaciens commencent à y croire (17-11, 60e). Hélas ! Poitiers réussit à son tour une pénalité (20-11, 65e). Pour ne rien arranger Lagny rate peu après un essai de pénalité, en se laissant enfermer sur la ligne. Amiens enfonce aussitôt le clou sur un ultime essai (25-11, 72e). Lagny ne pourra que réduire l’écart en fin de match sur un essai de Dinu transformé par Martinez (25-18, 78e).

« Amiens avait plus envie de gagner que nous, reconnaît Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. On a eu du mal à rentrer dans le match et on s’est retrouvés largement menés à la mi-temps. Il était alors un peu tard pour réagir. Au cours de ce match, on a joué de façon trop individuelle. On a essayé d’ouvrir en première main et, résultat, on s’est fait prendre en contre. Peut·être aurait-il fallu d’abord tenter des regroupements. Dommage, car on a dominé devant notamment dans les mêlées fermées. Avec cette défaite, on abordera les matchs retour avec un peu plus de pression. »

D.L.

Poule 3 : Lagny perd la tête...

Très mauvaise opération ce jour pour Lagny qui finit au tapis à Amiens et recule de trois rangs tandis que Vitry, Pont Audemer et Rouen l’emportent en déplacement.


Épines de rose de Picardie (« La Marne » - 17 décembre 1998)

Lagny prend l’eau à Amiens (15-18)

Épines de rose de Picardie

 - JPEG - 291 ko
1998-12-17 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Il faut trouver la bonne carburation à l’extérieur. Ce n’est pas encore le cas.

Amiens, sur le papier ne présentait pas un très grand danger. Mais entre les prévisions et les réalisations, il y a quelque fois une grande marge de manœuvre. Dans le jargon sportif, on parle souvent de match piège, difficile à négocier. Lagny est tombé dans le panneau et les Picards ont enlevé au bon moment la mise. Triste mine des visiteurs qui s’attendaient certainement à prendre quelques points supplémentaires dans ce duel physique.

Face à Amiens, il fallait jouer en continuité. Cela n’a pas été fait, ce qui explique la contrariété de l’entraîneur qui se pose quelques questions : « A l’extérieur, nous avons les pires difficultés à enchaîner. A domicile, tout le monde est concentré et loin de bases, on oublie très souvent le principal. Il est difficile de gagner lorsque l’on joue de manière trop individuelle. Nous n’avons pas réussi à cacher les ballons en nous montrant beaucoup trop endormis. » La critique est sévère mais comme le scénario se répète trop souvent à l’extérieur, il faut tirer quelques conséquences de cet état de fait.

 - JPEG - 171.2 ko
1998-12-17 - La Marne

Un calendrier très difficile

Amiens, qui a besoin de points, s’est montré très dynamique, agressif dans le bon sens du terme en jouant simple et efficace. Pas de grandes envolées. ni de combinaisons savantes mais de grands coups de pied sur lesquels les avants motivés se sont jetés comme des affamés. Résultat de cette entame de match : 17-0 au bout de... 24 minutes. Une sacrée gifle qui va enfin réveiller des visiteurs qui se lancent dans la bataille : « Trop tard, beaucoup trop tard lorsque l’on débute de cette manière. On est revenu mais hélas, on encaisse un essai en contre au mauvais moment. Maintenant, il faut réagir car nous avons des matches très difficiles en prévision. Il faut réagir. », souligne le coach qui doit remotiver tout son monde dès dimanche à Armentières. Voilà un déplacement fort délicat avant de recevoir St Pol le 10 janvier. La troisième place va être difficile à conserver.

Pascal PIOPPI


Lagny gonflé à bloc (« Le Parisien » - 19 décembre 1998)

Nationale 3 : en déplacement à Armentières

Lagny gonflé à bloc

 - JPEG - 90.9 ko
1998-12-19 - Le Parisien
Arch. Club House

Acte II : classés troisièmes, à égalité avec Amiens derrière Rouen et Vitry, les Seine-et-Mamais entament les matchs retour en assez bonne position. Scène un : ils retrouvent leur premier adversaire de la saison, Armentières. La rencontre s’annonce serrée. A l’aller, déjà, Lagny avait dû batailler ferme pour venir à bout des Nordistes et n’avait pu faire la décision que sur pénalité pendant les arrêts de jeu. Difficile, toutefois, de tirer des conclusions définitives d’un match de rentrée qui s’était révélé brouillon de part et d’autre. Lagny, depuis, a eu le temps de s’organiser. On peut en attendre autant d’Armentières.

Redresser la barre

Autre interrogation : Lagny saura-t-il redresser la barre après sa défaite à Amiens (25-18), dimanche dernier ? « On a remis les pendules à l’heure, assure Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Contre Amiens, on a manqué d’agressivité et de cohésion. Aussi devrons-nous avoir plus de volonté. Si tel est le cas, nous serons en mesure de rivaliser avec la tête de la poule. En effet, sur l’ensemble des matchs aller, je n’ai pas vu beaucoup d’équipes ambitieuses... Nous partirons donc avec un gros moral et l’envie de s’offrir un beau cadeau de Noël. Naturellement, cela ne se fera pas sans peine. Armentières n’est pas du genre à se laisser manœuvrer à domicile. »

D.L.

ARMENTIERES - LAGNY (aller 16-19), demain (15 heures) au stade municipal.

AS Lagny : Daublon - Zmuda, May, Beauquis, Basile - (o) Martinez, (m) Castagnet - Dinu, Blond, Bernardet - Froment, Motoc - Loffel, C. Petey Maïau. Remplaçants : Berger, Orjubin, Olanier, Bonnot, Dessagne, Enkirsche, Y. Ducros. Entr. : J, Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Saint-Pol-sur-Mer - Rouen (14-22) ; Amiens - Pont-Audemer (35-18) ; Laon - Vitry (9-48) ; Noisy-le-Grand - Puteaux (10-6) ; Evreux - Saint-Germain (27-21).


Petit papa Petey... (« Le Parisien » - 21 décembre 1998)

Nationale 3 : Lagny s’impose à Armentières

Petit papa Petey...

 - JPEG - 107.2 ko
1998-12-21 - Le Parisien
Arch. Club House

ARMENTIERES - LAGNY : 14-17 (3-9).

AS Lagny. Un essai : Blond (45e) ; un drop : Martinez (52e) ; trois pénalités : Martinez (26e, 58e, 75e).

Armentières. Un essai (81e) ; pénalités (9e, 10e, 30e).

Heu-reux ! Sous le sapin de la troisième division, Jacques Petey, l’entraîneur latignacien, exultait en fin de rencontre : « On est allés chercher notre cadeau de Noël, et on l’a eu ! »

Victorieux à Armentières, les Seine-et-Marnais savoureront pleinement les fêtes de fin d’année... La partie, en effet, n’était pas jouée d’avance. Invaincus à domicile, les Nordistes ont donné bien du fil à retordre à nos représentants. Solides à tout point de vue, les deux équipes se sont neutralisées. Après bientôt dix minutes de jeu, les locaux ont ouvert le score sur une pénalité (3-0, 9e) et ont récidivé dans la minute suivante (6-0, 10e).

Le temps commençait à se rafraîchir... Il a fallu attendre encore près de vingt minutes pour voir Lagny marquer ses premiers points, sur une pénalité de Martinez (6-3, 26e). Succès aussitôt annulé par une pénalité nordiste (9-3, 30e). En seconde période, un essai, inscrit par Blond, est venu récompenser les efforts des Latignaciens (9-8, 45e). Ceux-ci ont en effet sensiblement haussé leur niveau de jeu.

Quelques minutes plus tard, Martinez réussissait un drop, redonnant du même coup l’avantage à son équipe. Et grâce à deux nouvelles pénalités du même Martinez, Lagny s’est donné suffisamment d’air (17-9, 75e) pour encaisser sans dommage un dernier essai d’Armentières pendant les arrêts de jeu. « On a réalisé une grosse partie devant et derrière, commentait Jacques Petey à l’issue du match. Armentières a bien joué. Fougueuse, cette équipe nous a posé pas mal de problèmes en première
période. Mais après la pause, on a réussi à bien la contrer, tant sur les impacts qu’en mêlée fermée.

Le match était d’un très bon niveau et s’est déroulé dans la sportivité. Désormais, on va pouvoir passer les fêtes au chaud. Mais avant, on va gentiment fêter la victoire entre nous. Elle nous permettra d’entamer les matchs retour dans de bonnes conditions. »

D.L.

Poule 3 : Les trois mousquetaires... Rouen, Vitry et Lagny sont décidément intraitables ; en effet, ces clubs qui trustent la « direction » de la poule 3 l’ont tous emporté en déplacement. Signalons également les gros scores signés par Amiens et Evreux aux dépens de Pont-Audemer et Saint-Germain.


Lagny a retrouvé le sourire (« La Marne » - 24 décembre 1998)

Beau vainqueur à Armentières (18-14)

Lagny a retrouvé le sourire

 - JPEG - 196.1 ko
1998-12-24 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Superbe ! Il fallait se retrousser les manches et Lagny l’a fait.

Jacques Petey attendait une réaction et a dû préparer cent fois le discours de motivation la semaine passée. Dans les vestiaires d’Armentières, le langage a été franc, carré, blessant. Le message est passé. Les Latignaciens, humiliés une semaine plus tôt, ont montré leur vrai visage. Quand la détermination et l’envie de jouer sont au rendez-vous, tout s’accroche délicatement. Si les joueurs ont eu « les boules » contre Amiens, cette fois-ci, les acteurs les ont accrochées sur le sapin de Noël. Personne ne s’est piqué les doigts sur la moindre petite épine.

 - JPEG - 146.8 ko
1998-12-24 - La Marne

Sérieux, malgré une entame de match en faveur des locaux (6-0), Lagny refait surface en serrant sa garde. Martinez remet de l’ordre (6-3) avant que les locaux prennent un tout petit avantage à la pause (9-3).

En remettant un peu d’huile sur le feu, les visiteurs vont déguster un plat servi chaud. Blond, rageur pointe en terre promise (9-8), Martinez assure un drop puis donne ce bol d’air nécessaire pour mieux respirer (17-9).

 - JPEG - 142.3 ko
1998-12-24 - La Marne

Les hommes de Petey tiennent le bon bout et vont retenir les leçons en fermant habilement toutes les issues. Un ultime coup de rein d’Armentières en fin de match ne changera
rien au décor. Lagny fait toucher les épaules à cette solide équipe qui s’incline pour la première fois chez elle. Il fallait gagner ce match pour se replacer. C’est chose faite pour une équipe qui termine l’année en beauté.

P. P.


Un piètre spectacle mais une revanche pour Lagny (« Le Parisien » - 11 janvier 1999)

Nationale 3 : contre Saint-Pol

Un piètre spectacle mais une revanche pour Lagny

 - JPEG - 137 ko
1999-01-11 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - RC FLANDRES : 15-3 (10-3).

AS Lagny. Deux essais : Blond (7e, 75e) ; une transformation : Martinez (7e) ; une pénalité : Martinez(7e).

RC Flandres. Une pénalité (30e).

Les rencontres entre Lagny et le RC Flandres sont décidément loin de ressembler à une partie de cricket au très distingué « Lawn Tennis Club » de Wimbledon. Après avoir perdu en match de barrage la saison dernière et le match aller (15-22), Lagny a pris sa revanche, avant-hier au stade du Fort-du-Bois, dans un climat des plus tendus (15-3). Fort heureusement, on n’a eu à déplorer aucun blessé...

Dans un match pas très riche en beau jeu, Lagny a ouvert le score sur un essai de Blond, transformé par Martinez, son ouvreur (7-0, 7e). Quelques minutes plus tard, ce dernier a réussi une pénalité, donnant un peu d’oxygène à son équipe (10-0). Mais le RC Flandres, s’accrochant comme une tique, est parvenu ; à réduire son retard grâce à une pénalité (10-3, 30e).

La boîte à gifles

En deuxième période, le spectacle était toujours aussi confus même si les Latignaciens campent en permanence dans la moitié de terrain adverse. Là, on a assisté à quelques jolis échanges de gifles. Dans le tribunes non plus, l’ambiance n’était pas des plus cordiales, mais les mains sont heureusement restées dans leurs poches, bien au chaud. En fin de partie, Martinez a tapé un drop sur le poteau. Mais Blond a inscrit son deuxième essai (15-3, 75e), scellant du même coup le sort de la rencontre.

« L’ambiance était houleuse, reconnaît l’entraîneur latignacien, Jacques Petey. Ainsi, il y a eu de nombreux accrochages. On a, fort heureusement, décroché la victoire. Mais il faut dès maintenant tourner la page sur ce match. Dimanche prochain, nous irons à Rouen et, là, le jeu devrait reprendre ses droits. »

D.L.

Poule 3 : Importante victoire... Vitry-sur-Seine était présent au rendez-vous devant son public et a remporté une victoire à quatre points face à Amiens, prenant du même coup la tête des opérations. Remarquons aussi les bons comportements d’Armentières et Saint-Germain.


Lagny récolte les marrons du feu (« La Marne » - 14 janvier 1999)

Victorieux de St Pol (15-3)

Lagny récolte les marrons du feu

 - JPEG - 245.3 ko
1999-01-14 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Match piège et belle victoire pour Lagny qui a eu les pires difficultés à s’extraire du piège.

Voilà le piège parfait avec la réception de St Pol. Le ton est donné à la présentation des équipes avec des sifflets nourris pour des visiteurs qui ne vont pas tarder à jouer à la perfection le rôle de méchant. Les locaux, qui ont décidé de prendre le match par le bon bout se mettent de suite en action et plantent un premier essai bien construit par Blond, transformé par Martinez. L’entame est bonne et Martinez fait fructifier le score sur une pénalité bien ajustée (10-0). Cela débute de bien belle manière mais la suite ne va plus être du même tonneau. Le match se durcit et les envolées se raréfient. Tout se passe au niveau du paquet où les coups pleuvent. Les visiteurs ne sont pas des anges et comme les locaux ont envie de se faire respecter...

 - JPEG - 165.5 ko
1999-01-14 - La Marne

L’essai de la délivrance

St Pol revient sur une pénalité avant la pause (10-3) et va croire en ses chances en prenant possession du terrain. La domination est pesante et Lagny, avec un certain calme campe dans ses 22 mètres. Un véritable piquet de grève, bien organisé empêche la progression près de la ligne. L’essai chauffe mais à trois reprises, les pénalités de Boucheron vont tutoyer les poteaux. Le coup est passé près. Timidement, les hommes de Petey tentent de s’organiser, ce qui, dans ce contexte tout à fait particulier n’est pas une mince affaire. L’entraîneur fait tourner son effectif pour remettre de l’ordre dans la maison. Les visiteurs, qui jouent à la limite du permis et même souvent au-delà, posent de réels problèmes. A la 72è minute, après avoir passé la ligne médiane, Martinez voit son drop heurter le poteau. A ce moment là, rien n’est définitif mais la pression adverse commence à s’étioler au fil des minutes.

 - JPEG - 110.3 ko
1999-01-14 - La Marne

Lagny, bousculé tient bon et tente même de poser le jeu, ce qui est devenu très problématique. Le combat fait rage et l’arbitre n’est pas à la fête dans cette distribution de marrons, très glacés par un froid vif. Suite à une belle récupération, tout le paquet latignacien sent la bonne occasion et pousse dans le bon sens pour l’essai qui met fin au suspense à la dernière minute d’un match où le jeu aura été absent.

Le retour au vestiaire sera conforme au déroulement de la partie avec un nouvel échange de gestes qui entretiendront l’amitié dans quelques années, lorsque la rancoeur aura cimentée des liens de camaraderie. Toujours est-il que les deux équipes n’ont guère de raison pour passer leurs vacances ensemble.

Maintenant, cap sur Rouen dimanche pour une nouvelle rencontre qui sera aussi difficile à négocier. Les voyages formant la jeunesse...

Pascal PIOPPI.


Lagny sur sa lancée (« Le Parisien » - 16 janvier 1999)

Nationale 3

Lagny sur sa lancée

 - JPEG - 76 ko
1999-01-16 - Le Parisien
Arch. Club House

Après un match victorieux (15-3), mais rugueux, contre le RC Flandres, Lagny se rend demain (15 heures) à Rouen, une équipe résolument tournée vers le beau jeu. Avec, à la clé, une possible première place pour les Seine-et -Marnais, actuellement classés deuxièmes ex æquo avec... Rouen. Encore Vitry, l’actuel leader, devra-t-il échouer à Armentières. Lagny, qui s’était imposé avec panache au match aller (21-13), aura à cœur de renouveler . sa prestation. Mais, de son côté, Rouen aura certainement envie de se réhabiliter devant son public.·

« Les deux équipes subiront une certaine pression, remarque Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Pour nous, une défaite n’aurait rien de catastrophique mais nous allons nous battre pour la première place. Je pense que nous avons une bonne carte à jouer, dans la mesure où nous sommes meilleurs qu’eux devant. Même si notre première ligne devra se passer de Berger, le pilier droit, et de Goldfard, récemment blessés. De toute façon, nous allons continuer à faire tourner l’effectif pour préparer la phase finale. Ainsi, on assistera au retour de By à l’ouverture et de Martinez comme demi de mêlée. Rouen préfère jouer en mouvement, mais nous aussi. Et, de ce point de vue, la pluie attendue n’arrangera pas nos adversaires... »

D.L.

ROUEN - LAGNY (aller 13-21), demain (15 heures), au stade municipal de Rouen.

AS Lagny : Daublon - Brouillard, May, Beauquis, Zmuda - (o) By, (m) Martinez - Olanier, Blond, Dinu - Froment, Motoc -Loffel, C. Petey, Maïau. Remplaçants : Castagnet, Basile, Bernardet, Orjubin, Bonnot, Depeyrolle. plus un 22e joueur à désigner. Entr. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : RC Flandres - Pont-Audemer (aller, 19-16) ; Armentières - Vrtry (15-14) ; Amiens - Puteaux (13-6) ; Laon - Saint-Germain (0-62) ; Noisy-le-Grand - Evreux (3-13).


Nationale 3 : duel au sommet à Rouen (« ? » - 16 janvier 1999)

Nationale 3 : duel au sommet à Rouen

 - JPEG - 111.4 ko
1999-01-16
« Paris Normandie » ou bien « Ouest France » ? - Arch. Club House

Demain dimanche, le RC Rouen reçoit Lagny. Les deux formations se partagent la 2e place du classement de Nationale 3. A domicile, les Haut-Normands doivent impérativement faire la différence face à un prétendant à la 1re place de la poule. Vainqueurs du match aller en proposant un jeu très dynamique, les joueurs de la Marne ont également fait leurs preuves à l’extérieur, en arrachant dernièrement la victoire à Armentières (17-14) fin décembre.

L’adversaire s’annonce donc coriace et les entraîneurs ont recadré leur équipe. Janik veut plus de rigueur en défense, un secteur de jeu où le RCR a failli à Evreux le week-end demier. « Lagny possède une des meilleures attaques, sinon la meilleure de la poule. Il faudra être intraitable dans le secteur défensif, c’est la clé du match », prévient David Adé, l’entraîneur des lignes arrières.

Pour Karl Janik, ce match constitue un rendez-vous capital en ce début d’année. « Si nous n’avions pas fait du match d’Evreux un objectif, la rencontre de dimanche en est un à coup sûr. » Les entraînements de la semaine ont été aménagés en conséquence pour que les joueurs évoluent dimanche dans les meilleures conditions sur leur terrain fétiche du stade Jean-Mennoz.

Les entraîneurs n’ont pas encore formé leur équipe fanion, plusieurs joueurs étant incertains. Lagartinho, de retour de blessure (nez cassé), devrait retrouver sa place dans le groupe. Dunay, qui a signé sa rentrée par un essai le week-end dernier, officiera à la mêlée et sera associé à Gosselin. Périlhon fera la paire avec Berthelot au centre, à moins que le puissant Sébie n’effectue un retour gagnant. Les ailiers Lafaye et Minatchy sont sûrs d’être titulaires. Robida, souffrant, pourrait être remplacé à l’arrière par le buteur Roch, remis d’une blessure à l’épaule. Le XV rouennais espère en tout cas retrouver sa place de leader dès ce week-end.

La iournée

NATIONALE 3 (Poule 3). - ROUEN - Lagny, Flandres-Littoral - PONT-AUDEMER, Armentières - Vitry, Amiens - Puteaux, Laon - Saint-Germain, Noisy-le-Grand - EVREUX.


Lagny ramène le nul (« Le Parisien » - 18 janvier 1999)

Nationale 3 : à Rouen

Lagny ramène le nul

 - JPEG - 155.8 ko
1999-01-18 Le Parisien

ROUEN - LAGNY : 14-14 (8-6).

AS Lagny. Un essai : Daublon (58e) ; trois pénalités : Daublon (36e, 39e, 68e).

Rouen. Un essai (8e) ; trois pénalités (1e, 62e, 74e).

Dommage... Il s’en est fallu de peu pour que Lagny ne s’impose hier après-midi à Rouen. Ses joueurs s’en sont tout de même honorablement sortis en obtenant le match nul (14-14). Mais ce point perdu en Normandie les empêche, momentanément on l’espère, de rejoindre la tête du classement... Evreux, qui s’est imposé à Noisy-le-Grand (19-16), leur passe en effet devant. Les Ebroïciens rejoignent du même coup Vitry à la première place car ce dernier s’est incliné à Armentières (10-41). Lagny talonne donc les nouveaux leaders avec deux points de retard au lieu de trois. En revanche il distance désormais Amiens qui s’est incliné à Puteaux (9-10).

En tout cas, les Seine-et-Marnais n’ont pas à rougir de ce résultat partagé. S’ils ne se sont pas imposés, ils peuvent au moins se satisfaire d’une excellente prestation. Peu après le coup d’envoi Rouen ouvrait le score sur une pénalité (3-0, 1e). Puis, les Normands se détachaient en inscrivant, quelques minutes plus tard, leur unique essai (8-0, 8e). Heureusement, Daublon passait à son tour deux pénalités juste avant la pause (36e, 39e), réduisant sensiblement le retard de son équipe (8-6).

Martinez blessé

En seconde période, les Latignaciens devaient réussir à passer devant leurs hôtes grâce à un essai de Daublon (8-11, 58e). Mais Rouen recollait aussitôt sur pénalité (11-11, 62e). Et, à la suite d’une nouvelle pénalité de Daublon, les Seine-et-Marnais devaient reprendre les commandes (11-14, 68e). A cet instant ses dirigeants et supporters entrevoyaient déjà la victoire. Hélas une ultime pénalité devait ruiner leurs espoirs à une poignée de minutes du coup de sifflet final (14-14).

« C’était un match de très bon niveau, avec beaucoup de mouvement, commente Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Et le temps était printanier. Il est dommage de s’être fait distancer en début de partie car, ensuite, nos avants ont pris le dessus sur leurs vis-à-vis. » Seul point noir au tableau : Martinez s’est blessé à l’épaule en plaquant un adversaire. Il a dû être transporté à l’hôpital de Rouen pour se faire soigner.

D.L.

Poule 3 : Ça se resserre... Vitry a moins bien réussi que la semaine passée et doit se contenter d’une rude défaite à Armentières. Lagny et Rouen ne parvenaient pas à se départager, se contentant d’une première place ex-æquo. Pour Pont Audemer et Laon, fin de saison difficile...


Nul mais bien venu (« La Marne » - 21 janvier 1999)

Lagny partage les points à Rouen (14-14).

Nul mais bien venu

 - JPEG - 256.7 ko
1999-01-21 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Après son match difficile de la semaine passée, Lagny a pu jouer au rugby avec une excellente équipe de Rouen.

La venue de Saint-Pol n’est plus qu’un mauvais souvenir. En déplacement à Rouen, équipe solide certes mais joueuse et possédant un bon état d’esprit, Lagny s’est fait plaisir : « Nous avons été fidèles à notre ligne de conduite sur un terrain où il n’a pas été facile de manœuvrer. Les garçons ont pratiqué un· bon rugby. Nous pouvions peut-être faire un petit peu mieux que de ramener un nul mais ce qui m’inquiète le plus, ce sont les deux blessés. »

Attention à l’infirmerie

Effectivement, Martinez (luxation de l’épaule, ce qui demandera deux ou trois semaines de repos) et Zmuda (fracture du nez) vont venir remplir les rangs de l’infirmerie. Un souci supplémentaire pour le coach qui poursuit : « Le groupe toume bien. Nous commençons à préparer les futures échéances : Pour cela, nous allons faire tourner notre effectif qui est de 20 à 25 joueurs actuellement pour l’équipe première. Il est important que certains puissent souffler un peu. » Avant de préparer des matches beaucoup plus importants, il est nécessaire d’aller gagner dimanche à Pont-Audemer (déjà condamné) avant de recevoir Vitry dans quinze jours pour un match très important. Le calendrier est favorable et J. Petey va pouvoir intensifier une préparation qui monte en régime.

 - JPEG - 150.1 ko
1999-01-21 - La Marne

La cavalerie légère est de retour

Il est dommage que Lagny se soit fait reprendre sur le fil à quelques minutes de la fin du match. Rouen, qui possedait pas mal d’arguments, a tenu tête à une équipe visiteuse entreprenante a souhait (8-6 à la pause pour Lagny).

Les locaux, au jeu construit, reviennent une première fois avant de laisser Daublon (auteur des 14 points) passer la pénalité qui tue (11-14). Hélas, Rouen qui présentait pourtant un paquet d’avants un peu courts, va revenir sur le fil, égalisant par la botte de Souveral. Un nul qui peut satisfaire deux équipes courageuses et entreprenantes. Le printemps arrive et Lagny commence à sortir la cavalerie légère. De bon augure.

P. P.


Lagny pour le plaisir (« Le Parisien » - 23 janvier 1999)

Lagny pour le plaisir

 - JPEG - 136.1 ko
1999-01-23 - Le Parisien
Arch. Club House

Lagny s’apprête à jouer un match plutôt facile, demain (15 heures) à Pont-Audemer. Déjà, les Seine-et-Marnais avaient largement dominé le match aller sur leur terres (41-22). Chez l’adversaire, ils restent favoris devant l’avant-dernier de la poule. « L’objectif est de ne pas perdre de points, déclare Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Pour cela, il faudra se montrer sérieux. Ce match est une sorte d’intermède entre celui de dimanche dernier contre Rouen et celui du prochain contre Vitry. Notre esprit est déjà tourné vers ce dernier match, mais il ne faudrait pas oublier celui de demain... »

Lagny devra, en outre, s’accommoder d’un effectif diminué par les blessures. « Martinez s’est déboîté l’épaule il y a une semaine à Rouen. La tête de l’os est revenue dans son logement, mais on ignore ce que les ligaments ont subi lors du choc. En tout cas, on ne le reverra sans doute pas sur les terrains avant un mois. Zmuda a le nez fracturé, Cédric Petey souffre des adducteurs, Goldfard n’est pas remis de son entorse et Dinu, fatigué, est mis au repos. On en profitera pour faire tourner l’effectif, notamment en faisant rentrer des jeunes. Tout en gardant un cadre cohérent... J’espère qu’on va faire une bonne performance et qu’on va bien s’amuser. »

D.L.

PONT-AUDEMER - LAGNY (aller, 22-41), demain (15 heures) au stade municipal.

AS Lagny : Daublon - Brouillard, May, Beauquis, Zmuda - (o) By, (m) Castagnet - Aulanier, Blond, Bernardet - Froment, Motoc - Jacques, Bonnot, Maïau. Remplaçants : Moreno, Depeyrolle, C. Ducros, Van Honnecker, Rossell, Dessagne, Enkirche. Entr. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Vitry - RC Flandres (aller, 15-24) ; Puteaux - Armentières (10-26) ; Saint-Germain - Amiens (24-23) ; Evreux -Laon (22 -17) ; Noisy-le-Grand - Rouen (0-15).


Lagny sans souci (« Le Parisien » - 25 janvier 1999)

Lagny sans souci

 - JPEG - 135.3 ko
1999-01-25 - Le Parisien
Arch. Club House

PONT-AUDEMER - LAGNY : 12-40 (12-23).

Pont-Audemer. Deux essais (6e, 10e) ; une transformation (10e).

AS Lagny. Six essais : Beauquis (15e), Blond (24e,60e), Y. Ducros (35e), Bonnot (42e), Daublon (72e) ; deux transformations : Daublon (15e, 60e) ; trois pénalités : Daublon (17e, 30e). Entr.:J. Petey.

Lagny s’est imposé nettement hier à Pont-Audemer (40-12). Ce match n’avait pourtant commencé sous les meilleurs auspices... Les joueurs du cru avaient en effet ouvert le score en marquant un premier essai (5-0, 6e) aussitôt suivi d’un deuxième. Mais très vite, Beauquis répliquait en signant un essai transformé par Daublon (12-7, 15e). Lequel Daublon ajoutait peu après une pénalité (12-10, 17e). Et ce n’était pas fini. Lagny prenait vite l’avantage grâce un essai de Blond (12-15, 24e) suivi d’une pénalité de Daublon(12-18, 30e) et d’un essai de Yann Ducros (12-23, 35e). Après le repos, Lagny continuait sa promenade de santé avec des essais de Bonnot (28-12, 42e), Blond (35-12, 60e) et Daublon (40-12,72e).

D.L.

Poule 3 : Sur la lancée... Armentières est en pleine forme et remporte une nouvelle victoire en déplacement. La victoire du jour se nomme Puteaux. En queue de peloton, on retrouve Laon et Pont-Audemer, un nouvelle fois défaits.


Lagny monte en pression (« La Marne » - 28 janvier 1999)

Net vainqueur à Pont-Audemer (40-12)

Lagny monte en pression

 - JPEG - 154.8 ko
1999-01-28 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Avant la rencontre des chefs dimanche, Lagny a déroulé dans la gadoue.

Sur un terrain marécageux, particulièrement difficile, Lagny a réalisé un véritable match d’entraînement en atomisant Pont-Audemer. Les locaux, remontés ont fait illusion dix minutes en scorant à deux reprises sur des petites erreurs de jeu adverses. Même à 0-12, les bleus gardent le sourire et remettent de l’ordre dans leurs idées offensives par Beauquis, Blond et compagnie qui planteront la bagatelle de six essais. « Avec un peu de réussite, on pouvait passer 70 points, concède J. Petey. C’est un bon petit galop et je suis satisfait de ce mois de janvier qui n’était pas de tout repos. Maintenant, il reste une grande marche à franchir avec la réception de l’autre leader Vitry. »

Une préparation spécifique

Le voilà, le grand rendez-vous tant attendu avec la venue de Vitry, une équipe qui avait empêché Lagny de poser son jeu au match aller. La défaite logique (11-15), avait été un petit coup de frein mais sans grande conséquence pour une équipe très solidaire et désireuse de bien faire. Ce match s’annonce-t-il décisif pour l’attribution de la première place ? Tout porte à le croire car le calendrier devrait être très favorable aux latignaciens en cas de succès dimanche. Pour ce grand choc, le coach a prévu un plan d’action qui est basé sur le collectif. « Cela ressemble à un match de 32es. C’est une rencontre à six points qui peut s’avérer décisive pour le gagnant. L’important pour nous est de récupérer les blessés et d’éviter d’en avoir de nouveaux lors de cette semaine où nous allons nous retrouver tous les jours. Avec la piscine lundi, les ateliers spécifiques, tout a été conçu pour faire du jeu séparé. Il faut continuer à travailler physiquement mais garder l’influx nécessaire pour fournir un bon match dimanche. Une mise au vert sera d’ailleurs de rigueur avant la rencontre. »

 - JPEG - 133.7 ko
1999-01-28 - La Marne

Grand chelem

Bigre, les choses sérieuses ont débuté et l’heure est au sérieux pour une équipe qui monte doucement en pression. Cette confrontation entre les deux leaders sera un test très intéressant à suivre dans un parc des Sports copieusement garni

Notons le grand chelem réussi dimanche avec la victoire de la première, de la réserve (23-12), les juniors et aussi les cadets. Si Seulement, on pouvait récidiver ce week-end, le président Guy Blond serait aux anges. Un ange passe, cadre et file à l’essai. Un rêve en quelque sorte qui pourrait se concrétiser.

Pascal PIOPPI


Lagny tête contre tête (« Le Parisien » - 30 janvier 1999)

Lagny tête contre tête

 - JPEG - 71 ko
1999-01-30 - Le Parisien
Arch. Club House

C’est le jour de vérité. Lagny, premier, affronte demain Vitry, l’autre leader. Ce sera aussi la revanche du match aller, les Latignaciens s’étant inclinés à Vitry (15-11). Revanche sur l’adversaire, mais aussi sur eux-mêmes, car ils étaient alors passés au travers.

« On fera tout pour renverser le scénario ; assure Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Ce match est plus qu’important pour nous. En effet, le vainqueur prendra une sérieuse option sur l’une des deux premières places. »

Dans ces conditions, jouer sur son terrain ne constitue pas forcément un avantage pour Lagny. S’il ne s’est jamais incliné à domicile jusqu’ici, l’enjeu peut générer une certaine angoisse.

« La pression sera sur nous, confirme Petey. Mais on a le vent en poupe et les gars sont prêts. Ils sont conscients de l’importance de ce rendez-vous. »

Lagny est prêt au choc, mais plusieurs joueurs, blessés, manquent à l’appel. C’est le cas, notamment, de Loffel, Zmuda, Martinez et C. Petey.

« C’est un souci, reconnaît Petey. Mais cela ne nous empêchera pas dès l’entame de prendre le match à bras le corps. Bien sûr, ce ne sera pas facile car Vitry a un gros paquet. Mais le temps, prévu sec et frais, pourrait nous être favorable. »

D.L.

LAGNY - VITRY (aller : 11-15), demain (15 heures) au stade du Fort-du-Bois.

AS Lagny : Daublon - Brouillard, May, Beauquis, Y. Ducros - (o) By, (m) Castagnet - Dinu, Blond, Bonnot - Froment, Motoc - Jacques, Le Goff, Maïau. Remplaçants : Moreno, Depeyrolle, Olanier, Bernardet, C. Ducros, Enkirche, Rosell. Entr. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : RC Flandres - Puteaux (8-24) ; Armentières - Saint-Germain (38-11) ; Amiens - Evreux (14-10) ; Laon - Noisy-le-Grand (5-62) ; Rouen - Pont-Audemer (5-3).


Lagny passe aux commandes (« Le Parisien » - 1er février 1999)

Lagny passe aux commandes

 - JPEG - 169.9 ko
1999-02-01 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - VITRY : 22-8 (10-8). Spectateurs : 300 erwiron.

Lagny. Trois essais : Blond (27e). Y. Ducros (51e), Froment (67e) ; deux transformations : Daublon (27e, 67e) ; une pénalité : Daublon (40e). Entr. : J. Petey.

Vitry. Un essai : Poncy (28e) ; une pénalité : Geninasca (5e). Entr. : Ferary.

Les équipes de Lagny et de Vitry, à égalité de points au classement, se disputaient hier la première place de la poule. Victorieux (22-8) devant leur public, les Latignaciens sont désormais seuls en tête...

Le match des réserves, remporté de justesse par les locaux (19-17) fut assez mouvementé. Les équipes phares ont tout d’abord gardé le même « tempo » mais elles ont su s’arrêter à temps.

Vitry a ouvert le score sur une pénalité de Geninasca (0-3, 5e). Puis, les deux formations se sont neutralisées. Il a fallu attendre plus de vingt minutes pour voir la marque évoluer sur sortie de mêlée, Blond inscrivant un premier essai transformé par Daublon (7-3, 27e). Mais presque aussitôt, Vitry a repris l’avantage sur un essai de son arrière, Poncy (7-8, 28e). Après deux tentatives infructueuses, Daublon a passé une pénalité pendant les arrêts de jeu (10-8, 40e).

Un certain réalisme

En seconde période, la partie est restée équilibrée mais Lagny a su faire preuve d’opportunisme. Il s’est d’abord donné un peu d’air grâce à un essai de Y. Ducros (15-8, 51e) puis a scellé le score sur un essai de Froment (22-8, 67e), transformé par Daublon.

« On a joué dans un bon esprit, commentait Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Avant la rencontre, j’avais demandé aux joueurs d’être sérieux et de continuer à jouer tranquillement même si on était mené. C’est ce qui s’est produit. Enfin, on a fait preuve de réalisme en concrétisant les trois occasions qu’on s’est créées. »

D.L.

Poule 3 : Duel au sommet...

Lagny n’a pas flanché devant ses supporters et prend seul la tête de la poule grâce à cette victoire. Bonnes affaires réalisées par Evreux, en embuscade à Amiens, et Noisy-le-Grand.

Poule 3.- Lagny, Evreux, Armentières, Rouen,Vitry sur Seine ont pris une option sur la qualification. Pour l’autre place, de barragiste la lutte promet entre Amiens, Saint-Pol, Noisy le Grand. Pour le maintien, Laon et Pont-Audemer ont un pied en série régionale. L’autre place de relégué devrait revenir à Puteaux ou à Saint Germain-Poissy.


Lagny vise haut (« Le Parisien » - 3 février 1999)

Nationale 3 : seul leader après son succès sur Vitry

Lagny vise haut

 - GIF - 506.5 ko
1999-02-03 - Le Parisien
Arch. Club House

APRÈS avoir manqué de peu la montée en Nationale 2 la saison passée, Lagny avait inversé ses priorités. Lui qui, alors, avait couru après la place de leader dès les premiers matchs, préférait, en septembre dernier, assurer sa qualification pour les phases finales en se classant dans les six premiers. Le reste, c’était du bonus. En battant Vitry, dimanche dernier (22-8), il s’est projeté seul en tête de sa poule, devant Evreux. Mais, depuis plusieurs semaines déjà, atteindre cette place était redevenu un but en soi.

« Finir premier, c’est l’objectif. » Georges Dinu, le capitaine latignacien, confirme une volonté déjà énoncée par Jacques Petey, l’entraîneur. Lucide, il module son propos : « On n’y est pas encore arrivé. Il reste encore pas mal de matchs à jouer et des choses à travailler. Nous devons progresser. Notamment en mêlée fermée et à la touche. »

Dès lacunes techniques, presque toutes les équipes en ont. Elles les connaissent bien. Tout ce qui relève du mental est, en revanche, plus difficile à cerner. De ce côté-là, Lagny se porte plutôt bien. « On a passé un cap fin décembre à Armentières, relève Dinu. C’était le déclic. Il faut dire qu’on n’avait pas trop le choix si on voulait continuer à jouer les premiers rôles. Depuis, c’est parti. Tout le monde est dans le coup. L’ambiance est bonne. On est tous copains. Déjà, contre Noisy-le-Grand, notre moral était en hausse. C’était important de gagner là-bas après avoir fait match nul contre Evreux. » Du coup, le collectif se porte bien. « C’est ce qui fait la différence, explique Dinu. On ne joue pas tout seul ! Certaines équipes sont plus solides que nous, mais on arrive à jouer plus vite qu’elles. »

« S’entraîner davantage... »

Pour déceler un problème, il faut plutôt regarder du côté des blessés : Loffel, Zmuda, C. Petey ou encore Martinez, qui s’est déboîté l’épaule à Rouen et ne devrait pas rejouer en match avant un mois.« Martinez est une pièce maîtresse, reconnaît Dinu. Mais on a un groupe de vingt-cinq joueurs et, depuis le début de la saison, on tourne beaucoup. »

Bref, Lagny a des solutions de rechange. Et la trêve de dimanche prochain lui permettra de s’affûter. « On va en profiter pour s’entraîner davantage avant d’entamer les dernières rencontres. Le prochain match à Puteaux s’annonce difficile. Cette équipe a besoin de points. A Evreux, on aura une forte équipe en mêlée en face de nous. C’est notre point faible, mais on s’est bien repris contre Vitry, dimanche dernier. On verra bien ce que ça donnera... »

David LOUHAUT


« Lagnix » gagne le combat des chefs (« La Marne » - 4 février 1999)

En atomisant « Vitrix » (22-8)

« Lagnix » gagne le combat des chefs

 - JPEG - 224 ko
1999-02-04 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Sans l’aide de la potion magique, les valeureux guerriers Latignaciens ont repoussé l’autre leader. Magnifi...x

Juste avant la sortie du film à la gloire d’Astérix, Lagny recevait dans son camp retranché du Fort du Bois (un endroit typiquement gaulois) l’autre leader pour ce que l’on pourrait appeler, le combat des chefs. Avant de déguster la traditionnelle cervoise de la troisième mi-temps, il était très important de bien figurer sur le pré. Le terme de bataille, n’est guère approprié à ces joutes sportives, mais il y avait tout de même comme un doux parfum de revanche qui flottait dans les travées d’un stade copieusement garni.

L’heure était grave et la suprématie était en jeu. Le visiteur romain venait toiser son adversaire. Allez jacter à l’est aurait pu lancer un spectateur qui n’aurait gardé que quelques rudiments de latin. Jacques Peutix, alias Petey, tel un druide avait tenu à préparer comme il se doit cette réception. « Avec le temps, nous devenons beaucoup plus sereins. Là encore, nous n’avons pas paniqué en prenant notre temps pour revenir au score. Il y a un progrès très net dans rapproche des rencontres de cette importance. Sans pression, nous avons joué tranquillement. C’est un point positif car c’est de cette manière qu’il faudra envisager les derniers matches pour la montée. »

Et oui, Lagny, qui a pris seul le fauteuil de leader a certaines obligations et doit prendre ses responsabilités tout en gardant ses distances. Face à une équipe de Vitry vaillante mais limitée dans la construction du jeu, Lagny a opposé son savoir faire, malgré quelques absents de marque. Heureusement, les réservistes ont tenu leur rang dans un ensemble toujours aussi homogène.

 - JPEG - 154 ko
1999-02-04 - La Marne

Laurent Blond en verve

Après la courte victoire de la réserve (19-17), l’équipe fanion allait tarder à entrer dans le vif du sujet. Menés 0-3, il faudra attendre la 25e minute de jeu pour assister au slalom du vif Daublon. Une première occasion qui sera suivie par une mêlée gagnante où Blond, très habilement ramasse la balle, accélère sur cinq mètres et s’ouvre en force le chemin de l’essai. Facile, mais quelle technique ! Daublon transforme. (7-3). Insuffisant pour se donner de l’air car les visiteurs, qui jouent habilement, dans le petit périmètre vont réussir le bingo en prenant à défaut une défense un peu trop laxiste sur le départ de l’action décisive (7-8). Sans jamais s’énerver, Lagny pose le jeu, travaille pour un avenir proche et se remet d’équerre par Daublon (10-8).

 - JPEG - 155.6 ko
1999-02-04 - La Marne

Bonno et sa bande...

Avec calme et méthode, le travail du paquet va porter ses fruits et c’est encore ce diable de Blond qui s’offre une percée petit côté et qui, d’un maître coup de pied ajusté envoie Ducrot, qui se décarcasse, à l’essai. Somptueux et quel bol d’air ! (15-8). Il reste alors à contrôler les opérations. Vitry, quelque peu chahuté n’est plus capable de renverser la vapeur et regardera partir plein champ le T.G.V. Blond qui s’amuse une nouvelle fois en offrant le cuir à l’excellent et valeureux Eric Bonno, troisième ligne cavaleur et amoureux des chevauchées fantastiques. A la 68e minute, Lagny s’envole définitivement (22-8). « Nous sommes montés en pression. Toute l’équipe est à féliciter, mais il ne faut pas se relâcher. Attendons le test d’Evreux pour tirer quelques plans nouveaux. », concédait tout heureux le coach qui a su faire passer le message d’une sérénité qui fait plaisir à voir. C’est de cette manière que s’ouvriront les portes qui mènent au paradis.

Pascal PIOPPI

Les artisans de la victoire : Jacques, Legoff, Maïau, Froment, Motoc, Bonno, Dinu, Blond, Castagnet, By, Brouillard, Zrnuda, Beauquis, Y. Ducrot, Daublon, May, Rosell, Bernardet, C. Ducrot, Olanier, Depeyrolle, Maria-Moreno, entr : Petey


Lagny tient à son rang (« Le Parisien » - 13 février 1999)

Nationale 3 : à Puteaux

Lagny tient à son rang

 - JPEG - 102.1 ko
1999-02-13 - Le Parisien
Arch. Club House

« Pas question de lâcher des points ! » Jacques Petey, l’entraîneur latignacien, ne compte pas rentrer bredouille de Puteaux, dont l’équipe est classée huitième. Vainqueur incontesté sur ses terres au match aller (22-5), Lagny reste encore largement favori devant une équipe courageuse, mais limitée. Quoi qu’il en soit, il lui faut gagner s’il veut être sûr de conserver sa première place.

Même si Evreux, qui le talonne au classement, n’a pas match gagné d’avance contre Armentières. « Puteaux se bat pour assurer son maintien, remarque Petey. Et c’est une équipe accrocheuse. On s’attend donc à un match difficile. » Battus nettement par le RC Flandres (6-22) il y a deux semaines et huit jours plus tôt à domicile par Armentières (18-22), les Putéoliens auront en effet à cœur de se reprendre devant leur public. On peut d’ores et déjà s’attendre à un match acharné. En effet, Lagny devra s’arranger d’une équipe qui fera tout pour casser son jeu de mouvement.

« On fera tourner les joueurs... »

Après la mini-trève de dimanche dernier, les Latignaciens ont pu recharger leurs accus. ils continueront toutefois à ménager leurs forces. « On va encore jouer sur la globalité de l’effectif en faisant tourner les joueurs, précise Petey. Ainsi, certains seront mis au repos. D’autres, habituellement titulaires, seront remplaçants. Les conditions atmosphériques nous ont empêché d’utiliser les terrains cette semaine. On a donc uniquement travaillé notre condition physique. Enfin, on fera un dernier point ce soir (NDLR : hier soir) à l’entraînement. A part notre prochaine rencontre contre Evreux, on est censé gagner tous nos matchs. On fera donc en sorte d’éviter un faux-pas, comme cela avait été le cas contre Amiens au match aller. »

D.L.

PUTEAUX - LAGNY (aller 5-22), demain (15 heures) au stade municipal de Puteaux.

AS Lagny : Daublon - Zrnuda, May, Beauquis, Brouillard - By (o), Castagnet (m) - Olanier, Blond, Bernardet - Froment, Depeyrolle - Moreino, Dinu, Maïau. Remplaçants : Jacques, C. Petey, Motoc, Bonnot, Orjubin, Y. Ducros, Basile. Entr. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Saint-Germain - RC Randres (aller, 6-9) ; Evreux - Armentières (0-36) ; Noisy-le-Grand - Amiens (5-19) ; Laon - Rouen (22-62) ; Vitry - Pont-Audemer (23-16).


Zmuda force quatre (« Le Parisien » - 15 février 1999)

Nationale 3 : Lagny gagne à Puteaux

Zmuda force quatre

 - JPEG - 152.9 ko
1999-02-15 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - PUTEAUX : 25-16 (8-8).

AS Lagny. Quatre essais : Zmuda (35e, 47e, 60e, 78e) ; une transfonnation : By (60e) ; un drop : Castagnet (28). Entr. : J. Petey.

Puteaux. Deux essais (22e, 80e) ; deux pénalités (32e, 56e).

Lagny s’est imposé logiquement hier à Puteaux. Il conserve donc sa place de leader. « On a moins bien joué qu’il y a deux semaines, reconnaît Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. En raison de conditions atmosphériques difficiles on n’a pas beaucoup joué ces derniers temps. On n’a retrouvé nos automatismes qu’en fin de match. »

Puteaux a ouvert le score en marquant un essai (5-0, 22e). Castagnet a réussi un drop pour Lagny (5-3, 28e) mais Puteaux a transformé une pénalité (8-3, 32e). A 5 minutes de la mi-temps, Zmuda a remis Lagny à égalité en allant à l’essai sur un coup de pied de Castagnet (8-8, 35e).

En seconde période, Zmuda a récidivé (13-8, 47e). Puteaux a réduit son retard sur pénalité (13-11, 56e) mais Zmuda était encore là. Après s’être intercalé, il a traversé toute la défense adverse pour marquer un troisième essai ! Avec la transformation de By, Lagny s’est mis à l’abri (20-11, 60e). Mais Zmuda n’en avait pas assez. On l’a encore retrouvé à la conclusion d’un essai classique (25-11, 78e).

D.L.

Poule 3 : Vitry se rassure... Seul le leader a su puiser les ressources pour s’imposer à l’extérieur ce jour, bien lui en a pris car Evreux et Vitry, toujours dans l’attente d’un faux pas, ont gagné de concert. Accordons d’ailleurs les félicitations du jury à Vitry pour le carton réalisé.


Au « Puteaux » de torture (« La Marne » - 18 février 1999)

Lagny beau vainqueur (25-16)

Au « Puteaux » de torture

 - JPEG - 189.6 ko
1999-02-18 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Avec quatre essais du vif Zmuda, Lagny coiffe Puteaux...

Il faut toujours se méfier d’un adversaire même s’il est inférieur sur le papier. Net vainqueur à l’aller (22-5), Lagny a fait depuis cette victoire un beau bout de chemin. Avec l’étiquette de favori logique depuis sa prise de pouvoir, l’équipe de Jacques Petey sait que chaque match est un challenge à remplir face à des formations qui veulent s’offrir la peau du leader. Avec calme, méthode, mais aussi une salutaire détermination, les visiteurs ont habilement contourné l’obstacle. Le premier essai local ne sera qu’une péripétie pour des Latignaciens sûrs de leur force (5-0, 8-3). Un premier essai de Zmuda, juste avant la pause, va repositionner un ensemble harmonieux (8-8). Le festival Zmuda peut alors commencer. Encouragé et mis en confiance par sa première sortie en terre promise Zmuda, tel Zorro va forcer à trois reprises vers cette ligne magique pour planter quatre essais de bien belle facture.

 - JPEG - 169.5 ko
1999-02-18 - La Marne

Une manière aussi de constater que le danger peut venir de partout, ce qui est un élément ô combien important pour la suite des opérations. Malgré quelques blessés, l’équipe sait et peut gérer des déplacements délicats. De la taille d’un leader qui tient la route et désire faire la course en tête, tout seul, comme un grand. De quoi voir la vie de château ? Cela tombe bien car dimanche c’est St-Germain qui viendra rendre visite à Lagny au Parc des Sports. Et qui sait si ce diable de Zmuda ne viendra enchanter de nouveau un public sous le charme de ses quatre essais victorieux à Puteaux ?

P. P.


Lagny en confiance (« Le Parisien » - 20 février 1999)

Lagny en confiance

 - JPEG - 87.7 ko
1999-02-20 - Le Parisien
Arch. Club House

Lagny recevra Saint-Germain demain. Un match à sa portée qui devrait lui permettre de conserver sa place de leader. La principale difficulté consistera donc à rester concentré toute la durée du match. D’autant que Lagny s’était très facilement imposé au match aller (10-25).

« On va profiter de ce match pour préparer notre déplacement à Evreux, le dimanche suivant, déclare Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Mais on fera attention à ne pas commettre d’impair. On ne perd pas de vue notre objectif, à savoir finir premier de la poule. »

Comme il ne reste que cinq matchs à jouer avant les phases finales, les Latignaciens commencent à se préparer concrètement. « Jusqu’ici, on a beaucoup fait tourner l’effectif, remarque Petey. Maintenant on va commencer à mettre au point le groupe qui va jouer la montée en Nationale 2. On a pas mal de blessés qui reviennent. Mais Castagnet, qui a été touché dimanche dernier, sera au repos. Enkirche le remplacera au poste de demi de mêlée. »

D.L.

LAGNY - SAINT-GERMAIN (aller, 25-10) demain (15 heures) au stade du Fort-du-Bois
AS Lagny : Basile - Zmuda, May, Beauquis, Brouillard - (o) By, (m) Enkirche - Bonnot, Blond, Dinu - Froment, Motoc - Jacques, C. Petey, Maïau. Remplaçants : Daublon, Rosell, Olanier, C. Ducros, Berger, Bemardet, Orjubin. Entr. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : RC Flandres - Evreux (aller, 13-23) ; Armentières - Noisy-le-Grand (13-22) ; Amiens - Laon (24 -24) ; Pont-Audemer - Puteaux (8-32) ; Rouen - Vitry (5-12).


Contrat rempli pour Lagny (« Le Parisien » - 22 février 1999)

Nationale 3 : contre Saint-Germain

Contrat rempli pour Lagny

 - JPEG - 128.9 ko
1999-02-22 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - SAINT-GERMAIN : 22-7 (10-7).

AS Lagny. Un essai collectif (32e) ; deux essais de May (50e) et C. Ducros (70e) ; deux transformations de By (32e et 50e) ; une pénalité de By (38e). Entr. : J. Petey.

Saint-Germain. Un essai transformé (28e).

Si les Latignaciens n’ont pas brillé, ils ont tout de même battu Saint-Germain sans trop de soucis (22-7) hier après-midi. Sur leurs terres, les leaders partaient en effet favoris devant une équipe qu’ils avaient déjà largement battue au match aller (10-25). « Ça n’a pas été un grand match, reconnaît Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. On a perdu beaucoup de ballons et on a plutôt mal exploité les occasions. Mais on a gagné, c’est là le principal. »

Il a fallu attendre près d’une demi-heure pour voir Saint-Germain ouvrir le score sur un essai parti d’un contre (0-7, 28e). Lagny lui a rendu la monnaie de sa pièce par un essai collectif, transformé par By (7-7, 32e). C’est d’ailleurs sur une pénalité de son ouvreur que Lagny a pris l’avantage juste avant la pause (10-7, 38e).

Affiner la préparation

En seconde période, il s’est donné de l’air avec un essai de son arrière ; May, et une transformation de By (17-7, 50e). Enfin, il a définitivement assuré sa victoire grâce à un essai · de Cyril Ducros (22-7, 70e). Victorieux, mais en panne de repères le dimanche précédent contre Puteaux, les Latignaciens vont devoir affiner leur préparation avant d’aller défier Evreux, dimanche prochain. Ils auront à coeur d’effacer des mémoires une médiocre prestation qui s’était soldée par un match nul (22-22). Mais ils devront aussi redoubler, de vigilance car, depuis, la cote d’Evreux est remontée en flèche. Malgré la défaite subie contre le RC Flandres ce dimanche (5-10), les Ebroïciens conservent d’ailleurs leur deuxième place.

D.L.

Poule 3 : En toute tranquillité... Lagny n’a pas laissé passer sa chance de creuser l’écart avec ses poursuivants immédiats, Evreux et Vitry, tous deux défaits. Remarquons également la bonne réaction de Puteaux, vainqueur à Pont Audemer.


Les bons comptes de St-Germain (« La Marne » - 25 février 1999)

Lagny s’impose calmement (22-7)

Les bons comptes de St-Germain

 - JPEG - 278.4 ko
1999-02-25 - La Marne
p. IV - Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Belle opération de Lagny qui creuse l’écart sur Evreux.

Avant le délicat et périlleux difficile déplacement de dimanche à Evreux, Lagny vient de se donner un sacré bol d’air en disposant de St Germain et en constatant la défaite d’Evreux, le principal rival qui s’est incliné à St Pol. Dans ce contexte, le reste n’est plus que littérature. Jacques Petey, le lucide pédagogue ne voulait retenir que les bienfaits de la victoire, sans s’attarder sur un match qui ne restera pas dans les mémoires collectives.

La réserve avait donné le ton après avoir piétiné fort longtemps sur le terrain gras pour l’emporter sur la fin sur le score flatteur de 18-10. Une victoire conforme à la logique. L’équipe fanion, mis en appétit allait de suite montrer sa volonté de construire à l’image de son adversaire. Un début prometteur qui, hélas, na va pas durer longtemps. Après trois bonnes minutes, on tire déjà le rideau (outre celui de pluie) sur les bonnes intentions. Le buteur adverse Villejoubert montre un certain entêtement à manquer quatre pénalités consécutives. Le pied devient lourd et l’œil quelque peu flou. St Germain décide alors de jouer à la main et la 28e minute, l’athlétique ailier Rapan prend à défaut la défense locale pour un bel essai transformé (0-7).

 - JPEG - 149.6 ko
1999-02-25 - La Marne

La machine est lancée

Un essai attendu pour lancer enfin un match très terne, comme le temps maussade d’ailleurs. Trois minutes plus tard, la réaction ne tarde pas à venir avec une charge de Bono qui sera suivie par un essai en force de Cédric Petey, propulsé par ses camarades du paquet. By transforme (7-7). Blond, blessé doit sortir sur blessure, remplacé par Cyril Ducrot : « Rien de grave mais une petite entorse qui va durer trois ou quatre jours », souligne confiant Blond. Doucement, les locaux impriment un rythme et By méthodiquement, pendant les arrêts de jeu donne un avantage appréciable (10-7).

Calmes, tranquilles et appliqués malgré quelques fautes de main, les Latignaciens vont faire fructifier leur avance par un nouvel essai de Didier May, transformé par l’habile By, tel un shériff faisant régner sa loi. Petey décide de faire tourner son effectif pour ménager son monde. A la 76e minute, Cyril Ducrot, en force, corse l’addition (22-7) dans un match teme mais bien négocié.

 - JPEG - 183.4 ko
1999-02-25 - La Marne

Le grand cboc à Evreux

Dans des conditions difficiles, il était fort délicat de produire du jeu en assurant ses arrières. Lagny, sans puiser dans ses réserves, a assuré l’essentiel en mettant à la raison une équipe de St-Germain qui possédait, outre deux bons sauteurs et un ailier rapide, quelques lacunes dans le fonds de jeu. Maintenant, l’heure a sonné du grand rendez-vous à Evreux, une équipe qui avait posé quelques problèmes lors du match aller.

Avec une avance relativement confortable, Lagny peut voir venir et ne doit aucunement se mettre une pression excessive sur les épaules. Le groupe est prêt pour ce combat qui est loin d’être gagné d’avance. Espérons que ce choc très attendu ne débouche pas sur un affrontement trop physique avec des blessés supplémentaires pour les poules finales. De toute manière, cette rencontre de haut de tableau va être un test intéressant pour se situer sur l’échelle des valeurs.

Pascal PIOPPI

Lagny : P. Jacques, C. Petey, Mereno, Froment, Motoc, Bono, Dinu, L. Blond, Enkirche, By, Brouillard, May, Beauquis, Zmuda, Basile, Daublon, Y. Ducrot, C. Ducrot, Bemadet, Berger, Loffel, Maïau, entraîneur : Petey.


Le bénévole à l’honneur

LIONEL JACQUES (rugby - Lagny-sur-Marne)

 - JPEG - 133.5 ko
1999-02-25 - La Marne
p. III - Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

« J’ai donné le maximum »

Cela fait trente saison que le fidèle « Yoyo » (pour les intimes du Parc des Sports) porte dans son cœur le maillot bleu de l’AS Lagny rugby. Un sacré bail pour celui qui porte toujours la casquette du bénévolat : « J’ai été à l’origine de l’école de rugby avec cinq copains, il y a de cela pas mal d’années. Je suis venu au rugby pour suivre mon fils. Il est vrai que le foot qui était mon sport m’a dégoûté. Trop
de fric et trop d’histoires. Je trouve un grand plaisir d’être au milieu de jeunes. Je garde ainsi un caractère de jeune (sourire). Mais à 66 ans, j’avoue que je suis un peu fatigué. J’ai donné le maximum en répondant toujours présent.
 »

A vous couper le sifflet : « C’est le cas de le dire, car j’ai été aussi arbitre pendant 15 ans. J’ai stoppé à l’âge de 59 ans car j’avais quelques difficultés à être au plus près de l’action. Depuis, je continue à être au club les lundi, mercredi, vendredi, samedi et dimanche pour les maillots, la pharmacie, coller les affiches... J’attends maintenant avec le sourire la médaille d’or du comité d’Ile-de-France. Peut-être que je l’aurai à titre posthume (éclat de rire). Une occasion pour étoffer mes médailles ramenées d’Indochine. »

Pascal PIOPPI.


Lagny sans pression (« Le Parisien » - 27 février 1999)

Lagny sans pression

 - JPEG - 65.2 ko
1999-02-27 - Le Parisien
Arch. Club House

Lagny se prépare à disputer un match important, demain (15 heures) à Evreux. En cas de défaite, il conserverait encore un point d’avance sur son suivant immédiat. Mais, en cas de victoire, il en comptabiliserait cinq... De quoi consolider très sérieusement sa première place puisqu’il ne lui restera plus que trois matchs à jouer avant les phases finales.

« Je ne mettrai pas la pression sur mes joueurs, déclare Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. En effet, Berger, Blond, Zmuda et Martinez sont blessés. Et de son côté, Evreux mettra certainement le paquet. Malgré tout, pour nous, une défaite ne serait pas catastrophique. Au terme de la phase préliminaire, on risquerait juste de se retrouver à égalité de points avec Rouen, qui a un match de retard. »

Avant de s’incliner dimanche dernier contre le RC Flandres, Evreux restait sur une série de sept victoires. Mais auparavant, il avait connu quelques ratés lors des matchs aller. Jacques Petey en sait quelque chose : « Après avoir arraché le nul chez nous, Evreux a repris confiance... »

D.L.

EVREUX - LAGNY (aller : 22-22), demain (15 heures) au stade municipal d’Evreux.

AS Lagny. Basile - Zmuda, May, Beauquis, Brouillard - (o) By, (m) Enkirche - Bonnot, Blond, Dinu - Froment, Motoc - Jacques, C. Peley, Maïau. Entr. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : Noisy-le-Grand - RC Randres (12·8) ; Laon - Armentières (27-46) ; Amiens - Rouen (11-14) ; Saint-Germain - Pont-Audemer (10-10) ; Puteaux - Vitry (0-25).


Nationale 3 : Evreux recoit le leader (« ? » - 27 février 1999)

Nationale 3 : Evreux recoit le leader

 - GIF - 368 ko
1999-02-27
« Paris Normandie » ou bien « Ouest France » ? - Arch. Club House

Battus à Saint-Pol (10-5), les Ebroïciens pourront s’offrir une réaction d’orgueil contre le leader, Lagny, demain dimanche au Pré-Margot. Toutefois, pendant la semaine, ils ont entendu parler du pays. Pascal Deleplanque n’était pas le plus heureux des entraîneurs après le faux pas dans le Nord. « Dès la fin du match, les gars savaient que je n’étais pas très content. Je leur ai dit ce que je pensais. Très clairement. Leur manque d’envie, de concentration et de motivation n’étaient pas dignes de notre classement. Nous avons joué au rythme de Saint-Pol, sans imposer notre jeu. Sur la seule accélération, nous marquons ! Contre Lagny, il faudra montrer autre chose... »

Effectivement, Lagny n’est pas Saint-Pol. Les deux équipes ne possèdent pas les mêmes ambitions. Le club des Flandres se bagarre pour éviter la relégation, alors que celui de Seine-et-Marne est accroché à la première place du classement. Classé second, Evreux demeure pour le moment à trois longueurs de Lagny. Lors du match aller, les Eacistes avaient arraché le nul (22-22) de justesse. Cette nouvelle joute au sommet s’annonce équilibrée et engageante : « Oui, mais nous devrons aborder cette rencontre avec un autre état d’esprit que la semaine passée. Attention aux ballons tombés et à la touche où Saint-Pol nous a subtilisé deux lancers importants. Pour gagner, l’EAC a besoin d’imposer son rugby et surtout ne pas subir un faux rythme. Pour cela, il faut mordre dans le jeu. Etre conquérant devant et joueur derrière. Les gars doivent trouver un équilibre entre ces deux secteurs », prévient fermement Pascal Deleplanque.

Côté infirmerie, Arthur, Gava, Fauche, Varnier, Ségouin y prennent leur quartier plus ou moins longuement. Ika, Benot et Varnier sont pour le moment incertains. Vivien Debou et Marc Dian restent toujours sous le coup d’une suspension. Broutin, Thévenot, Boivin et Portzer devraient, quant à eux, effectuer leur retour dans le groupe. Une aubaine pour l’entraîneur ébroïcien : « ces retours vont me permettre de faire tourner l’effectif. Quelle que soit la composition, je veux voir quinze joueurs affamés de victoires ».

La journée

NATIONALE 3 (poule 3). - Amiens - ROUEN, Laon - Armentières, Puteaux - Vitry, Noisy-le-Grand - Flandres Littoral, Saint-Germain - PONT-AUDEMER, EVREUX AC - Lagny.

On jouera malgré tout

Malgré l’arrêté municipal, la rencontre Evreux - Lagny se déroulera bien sur un Pré-Margot fatigué. Le club recevant doit en effet absolument trouver un terrain pour une rencontre de championnat, sinon, la FFR donne match perdu... pour le recevant. Seul l’arbitre est habilité par la Fédération à reporter une rencontre. Et ce, même si le terrain s’en trouve sévèrement détérioré après le dit match. Curieux raisonnement !

Afin de ménager la pelouse, les Eacistes ont effectué, comme d’habitude, leur dernier entraînement (hier soir vendredi) sur le terrain annexe.


Lagny se met à l’abri (« Le Parisien » - 1er mars 1999)

Nationale 3 : à Evreux

Lagny se met à l’abri

 - JPEG - 103.3 ko
1999-03-01 - Le Parisien
Arch. Club House

EVREUX - LAGNY : 16-20 (10-3).

Evreux. Un essai (15e) ; trois pénalités (20e, 57e, 80e).

AS Lagny. Deux essais : By (43e), Dinu (74e) ; deux transformations : Daublon (43e, 74e) ; un drop : By (60e) ; une pénalité : Daublon (32e). Entr. : J. Petey.

Lagny s’est imposé en patron hier face à son dauphin à Evreux (16-20). Du coup, il est quasiment sûr de garder sa première place jusqu’à la fin de la phase préliminaire. Seul Rouen, cinquième mais avec un match en retard, pouvait encore le menacer sérieusement. Mais comme il s’est incliné à Amiens (3-23)...

Evreux a commencé le match tambour battant et a ouvert le score sur un essai en coin (7-0, 15e) et réussi une pénalité (10-0, 20e). Avant la pause, Daublon a transformé une pénalité (10-3, 32e) . Et, à l’entame de la seconde période, Lagny a mis la pression sur son adversaire. Résultat : un essai de By transformé par Daublon apportant l’égalisation (10-10, 43e). Evreux a repris l’avantage sur pénalité (13-10, 57e), mais Lagny a égalisé grâce à un drop de By. Et un essai de Dinu, transformé par Daublon, lui a donné l’avantage pour la première fois (13-20, 74e). Avantage décisif, puisqu’Evreux n’a pu inscrire qu’une dernière pénalité (16-20, 80e). « C’était un bon match, aprécie Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Menés à la pause, on ne s’est pas affolés. On a mûri. Maintenant, on a deux semaines pour récupérer les blessés et se préparer à la phase finale. »

D.L.

Poule 3 : Duel au soleil...
Lagny s’est finalement imposé dans le duel pacifique qui l’opposait à Evreux ; cette dernière équipe fait d’ailleurs une très mauvaise opération due aux belles victoires acquises à l’extérieur par Vitry/Seine et Armentières.


Lagny a prononcé ses.... « Evreux » de réussite (« La Marne » - 4 mars 1999)

En s’imposant calmement chez son suivant (20-16)

Lagny a prononcé ses.... « Evreux » de réussite

 - JPEG - 357.6 ko
1999-03-04 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Avec quatre points d’avance, Lagny possède sa qualification en poche. Mission accomplie. Secrètement, Jacques Petey comptait bien faire le trou à la faveur de ce déplacement difficile chez le suivant Evreux. Une défaite aurait été loin d’être catastrophique mais il aurait fallu gérer différemment la fin du championnat. Là, tout est clair et limpide. Le premier s’est imposé en leader chez celui qui constituait le plus dangereux adversaire. Malgré les absences de Zmuda, Blond, Martinez, trois pièces de qualité sur l’échiquier, les visiteurs ont avancé leurs pions avec l’assurance tranquille du joueur qui ne sera jamais mis en échec : « On s’attendait à un match dur. Il l’a été mais avec une totale correction malgré un bon engagement physique. C’est une satisfaction de constater que l’équipe continue de tourner rond avec les absents et garde le bon cap quelque soit la tournure des événements. » soulignait un coach ravi de ce bon tour.

Les idées claires

Tout n’a pas été aussi simple avec la bonne entrée en matière des locaux qui emballent le match d’entrée (10-0 après 18 minutes de jeu). Daublon limite la casse avant la pause (10-3). Nullement fiévreux, les bleus gardent la tête froide et les idées claires : « Nous sommes revenus naturellement avec l’appui du vent. C’est alors que l’on a mis la main sur le match. On ne s’affole pas et c’est un point hautement positif. Il est toujours intéressant de laisser passer la furia et s’organiser face à l’orage. C’est une belle satisfaction. »

 - JPEG - 156 ko
1999-03-04 - La Marne

Superbe état d’esprit

Les visiteurs vont mettre en pratique les propos de leur entraîneur en plantant un bel essai par By, transformé par Daublon (10-10 dès la reprise). Evreux reprend l’avantage, annulé par un drop de By. L’omniprésent Dinu connaît alors la joie de la terre promise (13-20) : l’avantage sera réduit mais suffisant (16-20). « Ce qui est bien, c’est surtout le bon état d’esprit qui règne. J’ai remplacé six joueurs en deuxième période. Personne ne rechigne à sortir. Le coaching passe tout seul et l’équipe tire profit de cet état de fait... »

Avec son ticket qualificatif en poche, Lagny peut voir la vie en rose et se préparer pour les poules finales : « On va lever un peu le pied cette semaine avec un décrassage dimanche. Il faut garder le bon cap et commencer à monter en puissance. Hélas, le calendrier est vraiment mal fait avec des interruptions qui vont casser le rythme. Heureusement, nous allons pouvoir remettre du jus lors du stage à la mi-avril. »

La phase finale est enclenchée.

Pascal PIOPPI

NIII

Lagny - Evreux : 20-16

Armentières - Laon : 74-0

Amiens - Rouen : 23-3

Noisy - St-Pol : 23-6

St-Germain - Pont-Audemer : 25-5

Vitry - Puteaux : 26-25

1. Lagny 49 ; 2. Vitry, Armentières 45 ; 4. Evreux 44 ; 5. Rouen 42 ; 6. Amiens 40 ; 7. St-Pol - Noisy 37 ; 9. St-Germain 36 ; 10. Puteaux 34 ; 11. Pont-Audemer 24 ; 12. Laon 19.


Lagny en roue libre (« Le Parisien » - 13 mars 1999)

Lagny en roue libre

 - JPEG - 93.8 ko
1999-03-13 - Le Parisien
Arch. Club House

Depuis sa victoire d’Evreux (16-20), il y a deux semaines, Lagny est quasiment assuré de terminer premier. Les trois derniers matchs en date lui serviront à roder son équipe-type pour la phase finale. Il recevra donc Noisy-le-Grand, demain, sans obligation de résultat.

« Notre objectif se situe désormais un mois et demi devant nous, reconnaît Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. Les joueurs le savent et risquent de se déconcentrer. Noisy-le-Grand, lui, a besoin de points pour sortir de la zone dangereuse. C’est une équipe agressive qui voudra prendre sa revanche du match aller. Et puis, on se connaît bien car son entraîneur est l’ancien président de Lagny, et il y a eu pas mal de transferts de joueurs entre nos deux clubs. » Depuis le dernier match, Martinez et Zmuda ont pu se rétablir, En revanche, By sera absent pour raison professionnelles et Berger est encore blessé. Quant à Bonnot, qui a pris un carton jaune à Evreux, il ne jouera pas. « On n’alignera pas encore l’équipe-type, précise Petey. Mais on n’en est pas très loin... »

D.L.

LAGNY - NOISY-LE-GRAND (aller, 21-14), demain (15 heures) au stade du Fort-du-Bois.

AS Lagny : Basile - Zmuda, Beauquis, May, Brouillard - (o) Martinez, (m) Castagnet - Bernardet, Blond, Dinu - Froment, Motoc - Loffel, C. Petey, Maïau. Remplaçants : Enkirche, Y. Ducros, C, Ducros, Olanier, Orjubin, Jacques, Moreino, Entr. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : CR Flandres - Laon (aller, 27-20) ; Armentières -Amiens (6-14) ; Pont -Audemer - Evreux (10-22) ; Vitry - Saint-Germain (26-0) ; Rouen - Puteaux (0-0).


Lagny tient son rang (« Le Parisien » - 15 mars 1999)

RUGBY Nationale 3 : contre Noisy-le-Grand

Lagny tient son rang

 - JPEG - 134.5 ko
1999-03-15 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - NOISY-LE-GRAND : 29-9 (8-6).

AS Lagny. Trois essais : Blond (37e), Basile (46e), Martinez (62e) ; deux drops : Martinez (60e, 76e) ; deux pénalités : Martinez(8e, 43e). Entr. : J. Petey.

Noisy-le-Grand. Trois pénalités (22e, 30e, 45e).

Les Latignaciens ont conforté leur place de leader en dominant leurs rivaux de Noisy-le-Grand. Martinez avait ouvert la marque sur pénalité (3-0, 8e). Après deux pénalités, celles-là de Noisy-le-Grand (22e et 30e), Lagny reprenait l’avantage sur un essai de Blond (8-6, 37e), aussitôt suivi d’une pénalité de Martinez (11-6, 43e).

Puis, suite à une dernière pénalité de Noisy-le-Grand (11-9, 45e), Lagny prenait définitivement le large par un essai de Basile (16-9, 46e), un drop de Martinez (19-9, 60e), auteur d’un essai transformé (26-9, 62e) et d’un dernier drop (29-9, 76e). L’entraîneur latignacien, Jacques Petey, pouvait être satisfait de ses troupes : « Bien que privés de Motoc, blessé vendredi soir et remplacé par VandenBossche, j’estime que nous avons bien travaillé ». ’

D.L.

Poule 3 : Lagny seul en tête... Lagny déjà qualifié remporte un nouveau succès alors que les deux derniers prétendants à la qualification directe, Armentières et Vitry se « tirent la bourre », dans la dernière ligne droite. Pont-Audemer et Laon constituent l’avant-garde des relégués et seront rejoints par Puteaux ou Saint-Germain.

Poule 3.- Lagny est promis à la qualification directe. Pour l’autre siège, Armentières est en position favorable au regard de son calendrier. Vitry, Evreux, Rouen voire Amiens devraient faire partie du contingent des barragistes. Laon et Pont-Audemer descendent. Le 21 mars prochain, un certain Saint-Germain - Poissy-Puteaux sera capital pour connaître l’autre prétendant au maintien.


Lagny attend le 25 avril (« La Marne » - 18 mars 1999)

En gagnant facilement le derby (29-9)

Lagny attend le 25 avril

 - JPEG - 381.9 ko
1999-03-18 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Il reste deux matches au futur champion pour boucler une première partie de saison. Après...

Dernier gros morceau avant les deux ultimes rencontres de championnat, Noisy n’a pas pesé bien lourd dans la balance. Après le match des réserves un peu trop vite stoppé par l’arbitre, on s’attendait à une partie musclée entre les deux voisins. La guerre d’intimidation qui perdure au fil des années bien après le départ de l’entraîneur-président Christian Billerach, n’a pu lieu d’être. L’histoire retiendra certainement que le derby, opposant les deux formations, s’est déroulé sous les meilleurs auspices. L’arbitre du match M. Mikus, petit par la taille mais grand par l’intelligence a tenu un langage simple, efficace ; directif et totalement compris par des acteurs qui n’ont pas échangé la moindre petite claque.

 - JPEG - 101.8 ko
1999-03-18 - La Marne

Bravo monsieur l’arbitre

Cela faisait un certain temps que nous cherchions en vain un véritable arbitre, montrant des qualités de clairvoyance mais surtout une sensibilité qui donne le loisir aux acteurs de s’amuser. Gloire et respect donc à cet arbitre des Flandres qui a permis au jeu de s’imposer sur d’inutiles bagarres de clocher où le rugby ne sort que rarement vainqueur. L’arbitre fait partie du jeu et contribue à celui-ci.

Dans un match propre et clean comme une jeune fille allant à la messe, les locaux ont assuré l’essentiel face à une équipe de Noisy entreprenante dans un premier temps puis résignée dans un second. Deux visages différents modelés par un quinze latignacien maître de son sujet depuis quelques mois. « Nous avons atteint une certaine maturité collective. On met lorsqu’il le faut la main sur le match et ce, malgré quelques absents. Je suis satisfait, le plan de marche a été respecté. Le groupe est bien soudé et nous attendons maintenant le premier match de poule le 25 avril. C’est à ce moment qu’il va falloir confirmer nos ambitions », note un entraîneur qui serait déçu si la montée n’était pas au bout du chemin.

Martinez, l’homme clé

Face à une équipe de Noisy qui cherche toujours à assurer son maintien, Lagny est parti doucement, laissant à son hôte la possibilité de prendre ses aises (3-6). Blond va sonner la charge en s’échappant proprement de son paquet (8-6 à la 37è). Calmement, le coach replace son monde en insistant sur le jeu dans l’axe. De suite, Martinez place une pénalité et habilement Bazille jongle avec la balle pour planter le deuxième essai (16-6). La machine est lancée même si Hérand réduit le score (16-9). Martinez, bien revenu en forme passe un drop et va conclure à la main une action lancée par Blond. Avec la transformation, Lagny s’envole avant que ce diable de Martinez ne passe un demier drop, plein de sang-froid.

Dimanche, il faudra s’imposer à Laon avant de recevoir Amiens pour étrenner son paletot de champion de la classe. Mais, c’est à ce moment précis que les choses sérieuses commenceront. Allez, roule ma... poule !

Pascal PIOPPI.

 - JPEG - 170 ko
1999-03-18 - La Marne

Lagny bat Noisy 29-9 (M.T. 8-6), 500 spectateurs environ, bonne pelouse.

Les marqueurs : 3 essais de Blond (37e), Bazille (46e), Martinez (66e). Deux pénalités, deux drops et une transformation de Martinez.

Lagny : Loffel, C. Petey, Maïau, Froment, VandenBossche, Bernardet, Dinu, Blond, Castagnet, Martinez, Brouillard, May, Beauquis, Zmuda, Bazille, Enkirche, Smati, Orjubin, Berger, Pinchon, Jacques, Maria-Moreno, entr. : J. Petey.

Lagny - Noisy 29-9, St-Pol - Laon 56-0, Armentières - Amiens 12-11, Evreux - Pont-Audemer 80-7, Vitry - St-Germain 39-21, Rouen - Puteaux 39-12.

1. Lagny 52, 2. Vitry, Armentières, Rouen 48, 5. Evreux 47, 6. Amiens 41. 7. St-Pol 40, 8. Noisy 38, 9. St-Germain 37, 10. Puteaux 35, 11. Pont-Audemer 27,12. Laon 21.

Avec les jeunes de Lagny

Les benjamins joueront le match de classement le 21 mars dans le championnat Baptistini.

Résultats :

  • Lagny-Versailles : 20-0
  • Lagny-Clamart : 15-5
  • Bobigny-Lagny : 20-0

Les minimes finissent premières de la triangulaire en battant Orsay 15-0 malgré la défaite face à Plaisir 0-5. Les cadets de l’Entente ont perdu à Colombes contre Le Racing 2 (9-18).


Lagny a assuré le coup (« Le Parisien » - 22 mars 1999)

RUGBY Nationale 3

Lagny a assuré le coup

 - JPEG - 155.4 ko
1999-03-22 - Le Parisien
Arch. Club House

LAON - LAGNY : 8-21 (3-5).

AS Lagny, Deux essais : Dinu (14e), Dessagne (75e) ; une transformation : By (75e) ; trois pénalités : By (45e, 55e, 69e). Entr. : J. Petey. .

Laon. Un essai : Leroy (58e) ; une pénalité : Merle (8e).

Grand favori à Laon, lanterne rouge, le leader Lagny n’a pas eu besoin de sortir le grand jeu pour venir à bout de son hôte. A quelques semaines des phases finales, il avait d’ailleurs plutôt intérêt à éviter les mauvais coups. Les Seine-et-Marnais se sont donc imposés sans heurts. Laon a pourtant ouvert le score sur une pénalité (3-0, 8e), mais Lagny a repris l’avantage par un essai de Dinu (3-5, 14e). Plus rien ne devait se produire jusqu’à la pause. En deuxième période, Lagny allait prendre le large à la suite de deux pénalités de By (3-11, 55e). Puis Laon a réduit l’écart en inscrivant son unique essai (8-11, 58e). Sans doute vexés, les Seine-et-Marnais ont alors pris le large grâce à une nouvelle pénalité de By (8-14, 69e) et à un ultime essai de Dessagne (8-21).

D.L.

Les autres résultats de la poule 3 : Amiens - RC Flandres (21-10) ; Armentières - Rouen (26-19) ; Noisy-le-Grand - Pont-Audemer (30-15) ; Evreux - Vitry (31-18) ; Saint-Germain - Puteaux (7-11).

Le classement : 1. Lagny, 55 pts ; 2. Armentières, 51 ; 3. Vitry, Rouen, 49 ; 5. Evreux, 48 ; 6. Amiens, 44 ; 7. RC Flandres, Noisy-le-Grand, 41 ; 9. Saint-Germain, Puteaux, 38 ; 11. Pont-Audemer, 28 ; 12. Laon, 22.

Poule 3 : Alea jacta est...

Tout se jouera sur le dernier match, tant pour éviter la relégation (pour Puteaux ou Saint-Germain) que pour accéder à la place si convoitée de « qualifié direct ».


Pour un au revoir... (« L’Union » - 22 mars 1999)

NATIONALE 3

Pour un au revoir...

 - GIF - 150.8 ko
1999-03-22 - L’Union
Arch. Club House

(De notre correspondant, Jean-Guy NAURY). - Redoutables et accrocheurs au possible à la maIson où, à diverses reprises, la victoire leur a échappé de peu, les Laonnois ne nourrissent guère d’illusions avant la venue du leader, Lagny, vainqueur dimanche, de Noisy-Le-Grand (29-9).

Deux cent neuf points encaissés et pas un seul d’inscrit, sur l’ensemble des trois dernières rencontres, n’incitent pas à l’euphorie Roger Lavisse et Jean-Luc Fourest.

Des entraîneurs qui devront composer sans leur ailier, Frédéric Briet, victime d’un claquage au niveau de la cuisse, contre le Flandres Littoral, qui les avaient coiffés sur le fil à l’aller.

Les partenaires de Sylvain Leroy tenteront d’occuper au mieux le terrain, dans sa largeur, et de colmater les brêches que voudrons s’ouvrir « des adversaires complets, ne laissant pas de trous », précise Jean-Luc Fourest.

L’Adjoint de Roger Lavisse se méfie d’ailleurs, comme de la peste, du troisième centre roumain visiteur, que ses hommes devront priver de toute liberté de mouvement, sous peine de sombrer.

Pour leur ultime match de Nationale 3 à domicile, les pensionnaires du stade René-Descat mettront tout en oeuvre pour ne pas décevoir un fidèle public, auquel ils rêvent d’offrir la Coupe de l’Aisne, prévue en mai.


Lagny pas « Laon » du tout (« La Marne » - 25 mars 1999)

En s’imposant facilement (21-8)

Lagny pas « Laon » du tout

 - JPEG - 272.4 ko
1999-03-25 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

On prépare calmement les phases finales.

Jacques Petey se veut prudent et ce n’est pas le déplacement de Laon, lanterne rouge qui constituait un lourd handicap.

Le mot d’ordre était de ne pas avoir de blessés dans ce match sans enjeu.

Mission accomplie pour les Latignaciens qui ont manœuvré à leur main après l’ouverture des locaux. Dinu et Dessagne, les deux auteurs d’essais ont permis à prendre du large après que Laon soit revenu à 8-11. Du bon travail qui sert de préparation. Avec quatre points d’avance, Lagny peut voir venir en conservant tranquillement son bel avantage.


Lagny veut finir en beauté (« Le Parisien » - 3 avril 1999)

RUGBY - Nationale 3

Lagny veut finir en beauté

 - JPEG - 80.3 ko
1999-04-03 - Le Parisien
Arch. Club House

Pour la dernière journée de la phase préliminaire, demain, Lagny recevra Amiens. Mais quoi qu’il arrive, Lagny restera premier et Amiens sixième. Mais les Seine-et-Marnais auront à coeur de conserver leur invincibilité à domicile et de prendre leur revanche du match aIler (18-25).

« J’espère qu’on fera un grand match, déclare Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. On a envie de faire plaisir au public, même s’il n’y a pas d’enjeu. Mais il ne sera pas facile d’élever notre niveau et d’éviter les blessures. Pour cette dernière journée, je vais continuer de faire tourner l’effectif. Tout le monde aura envie de jouer. Ce sera dur pour les remplaçants. J’attends un soutien de la part des supporters, bien que ce soit le week-end de Pâques. Mais il faudra surtout qu’ils nous suivent pour la montée. J’espère que, demain, on jouera notre dernier match en Nationale 3. »

D.L.

LAGNY - AMIENS (Aller : 18-25), demain (15 heures) au stade du Fort-du-Bois.

AS Lagny : Daublon - (o) By, (m) Martinez - Dinu, Blond, Goldfard - Motoc, Olanier - Loffel, Berger, Maïau. Remplaçants Jacques, Moreno, C. Petey, Bernardet, Basile, Dessagne, Castagnet. Entr. : J. Petey.

Les autres matchs de la poule 3 : RC Flandres - Armentières (aller 7 -15) ; Pont-Audemer - Laon (14-10) ; Vitry - Noisy-le-Grand (22-21) ; Puteaux - Evreux (0-38) ; Rouen - Saint-Germain (23-15).

Les rencontres au sommet. Armentières doit ramener une victoire de Saint-Pol afin d’accéder à la qualification directe. Son rival Evreux, se déplace à Puteaux lequel lutte pour le maintien.

Les qualifiés directs.- Lagny, Armentières (possible).

Les barragistes.- Evreux, Rouen, Vitry, Amiens.

Les relégués : Pont-Audemer, Laon, Saint-Germain-Poissy (possible).


Lagny sur un nuage (« Le Parisien » - 5 avril 1999)

RUGBY - Nationale 3

Lagny sur un nuage

 - JPEG - 157.5 ko
1999-04-05 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - AMIENS : 60-17 (36-10).

AS Lagny. Neuf essais : Blond (15e, 38e), Zmuda (21e, 25e), Daublon (30e, 50e), Brouillard (55e, 72e), Beauquis (75e) ; six transformations : Daublon (15e, 21e, 30e, 50e), By (38e), Martinez (75e) ; une pénalité : Daublon (12e). Entr. : J. Petey.

Amiens. Deux essais (35e, 78e) ; deux transformations (35e, 78e) ; une pénalité (10e).

Petit meurtre entre amis. Dans le dernier match de la phase préliminaire, les Latignaciens ont proprement « atomisé » Amiens. Avec neuf essais à la clé ! « On a joué un match plein et dynamique, approuve Jacques Petey, l’entraîneur latignacien. On a beaucoup progressé. Tant dans la libération de balle que dans les liaisons entre avants et trois-quarts. » De quoi nourrir de belles espérances pour la montée. Amiens a ouvert le score sur pénalité (0-3, 10e). Avantage aussitôt annulé par Daublon (3-3, 12e). En marquant un premier essai transformé (10-3, 15e), Blond a lancé un véritable festival poursuivi par Zmuda (21e et 25e) et Daublon (29-3, 30e). Amiens a stoppé l’hémorragie sur un essai en contre (29-10, 35e), mais Blond (38e), Daublon (50e) , Brouillard par deux fois (55e, 72e) et Beauquis (75e) ont fait exploser le score (60-10). Amiens a réussi à marquer un dernier essai (60-17, 78e). Les Latignaciens vont maintenant affiner leur préparation pour la phase finale en effectuant un stage à Pontarlier de jeudi à dimanche prochain. « On va travailler individuellement et collectivement, précise Petey. Mais on va surtout vivre entre nous, resserrer les liens et cultiver nos valeurs. »

D.L.


Un final en feu d’artifice (« La Marne » - 8 avril 1999 - page 2)

Un final en feu d’artifice

 - JPEG - 206.3 ko
1999-04-08 - La Marne
p.2 - Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Il y avait foule dimanche dans les tribunes pour assister au dernier match de championnat de nationale 3. Les locaux n’ont pas fait dans le détail en atomisant (le mot n’est pas trop fort) la bonne équipe d’Amiens sur le score sans appel de 60 à 17. Une addition qui tombe à pic sur le département Seine-et-Marnais. Il fallait le faire !

Au delà de ce final sous forme de feu d’artifice, les hommes du président Guy Blond ont fêté de belle manière leur première place, amplement méritée tout au long d’une magnifique saison. Il va falloir maintenant passer l’étape supérieure avec le premier match de : qualification qui aura lieu le dimanche 25 avril. En cas de déplacement lointain, un car sera mis à la disposition des fidèles supporters qui devront toutefois s’inscrire auprès de Lionel Jacques.

 - JPEG - 114 ko
1999-04-08 - La Marne

Un stage de travail

Il est certain que ce match s’annonce explosif car Lagny touche maintenant aux portes du paradis avec la montée en nationale 2. Les joueurs ont bien travaillé et tout le groupe est prêt à faire l’effort derrière son entraîneur Jacques Petey pour faire le grand saut. Les Latignaciens vont se mettre au vert quelques jours lors d’un stage de travail qui servira à régler les derniers réglages.

Dimanche, dans un stade conquis, les joueurs sont venus saluer leur fidèle public à l’issue d’un match plaisant à suivre avec la bagatelle de neuf essais à la clé.

(voir commentaires du match en pages sportives)


Lagny cartonne Amiens (« La Marne » - 8 avril 1999)

Dernier carton en championnat (60-17)

Lagny cartonne Amiens

 - JPEG - 193.5 ko
1999-04-08 - La Marne
p. 20 - Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny a terminé en beauté avant d’attaquer la montagne de la qualification...

Bras levés, les Latignaciens ont tenu à remercier leur fidèle public. Pour ce dernier match de championnat, les locaux ont fait parler la poudre en atomisant une équipe d’Amiens, vainqueur au match aller, qualifiée pour le premier tour des play-off. Longtemps premiers, les Picards ont montré un visage peu réjouissant, dominés dans le jeu, empruntés dans la construction et surtout démobilisés avant d’affronter de gros morceaux. Amusant ou inquiétant ?

Lagny, qui à l’habitude de ne pas se poser de questions a joué tranquillement à sa main : « On avait envie de s’amuser. On a surtout bien travaillé à l’entraînement et cela a payé naturellement », concède amusé Jacques Petey qui va peaufiner la condition lors d’un petit stage à Pontarlier ce week-end. Dimanche, Lagny a baissé le rideau d’un championnat sans surprise. Le leader, sous les yeux de quelques voisins meldois, a joué sérieux, revenant bien vite au score par la botte de Daublon (3-3). Après un quart d’heure, tout va s’accélérer. Blond, décalé plante le premier essai, vite imité par Zmuda à deux reprises (22-3). Daublon, à la suite d’une longue envolée, pointe lui aussi et transforme
pour la troisième fois (29-3),

 - JPEG - 61.1 ko
1999-04-08 - La Marne

« N’oeufs » essais

Avec le retour remarqué du jeune Goldfard, qui avale les espaces, Lagny continue de s’amuser même si Nanthe bénéficie d’un contre gagnant qui soulage un peu Amiens (29-10). Le trou est fait et c’est une nouvelle fois Blond qui va se trouver à point nommé pour planter son deuxième essai avant la pause (36-10). Amiens, pourtant bien fourni devant baisse définitivement la tête. Pas très sérieux que cette démission collective. Mais Lagny, pourtant défait à l’aller, jouait plusieurs crans au dessus. Daublon, Brouillard, lancé par le « rapide » Loffel, Brouillard, de nouveau, le TGV Beauquis iront eux aussi derrière la ligne. Un festival de classe mais ce, avec le petit bémol apporté par une equipe d’Amiens vraiment très pâle. (60-17)

Il faut attendre le 25 avril pour le plus grand rendez-vous d’un club qui a franchi une à une les marches menant au paradis. Jacques Petey a t-il les clés ? « Disons que je serai vraiment très déçu de ne pas monter cette année. » Le décor est planté. Il reste à se motiver, motiver, motiver... La victoire est à ce prix...

Pascal PIOPPI.

Lagny : 9 essais de Blond (2), Zmuda (2), Daublon (2), Brouillard (2), Beauquis. 1 pénalté de Daublon, 6 transformations de Daublon (4), By, Martinez.

Equipe : Loffel, Berger, Maïau, Olanier, Motoc, Golfard, Dinu, Blond, Martinez, By, ’Brouillard, May, Beauquis, Zmuda, Daublon, Castagnet, Basile, Dessagne, Bernardet, C. Petey, Kumm, Maria-Moreno, ent : Jacques Petey.

 - JPEG - 123.7 ko
1999-04-08 - La Marne

Lagny connait son rival

En 32e de finale les Latignaciens de Jacques Petey rencontreront le vainqueur du match de barrage Saint-Denis, 4e de la poule 1 (derrière Massif-Central, Lille, Arras) contre Romorantin, 5e de la poule 2 (derrière Maisons-Laffitte, Antony, Sens et Nevers).

Notre pronostic : Romorantin qui évoluait dans une poule très difficile.


Jacques Petey (entraîneur de Lagny) « Soyons prudents et réalistes » » (« La Marne » - 22 avril 1999)

Rugby - Lagny à quitte ou double

Jacques Petey (entraîneur de Lagny) « Soyons prudents et réalistes »

Premier acte pour Lagny qui affronte Saint-Denis, une vieille connaissance. Le coach se méfie...

 - JPEG - 296.9 ko
1999-04-22 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Quel est l’état de santé du groupe ?

Notre stage à Pontarlier nous a permis de mieux vivre ensemble. Le groupe s’est resserré. C’est un point important. Tout va bien à part deux ou trois petits bobos que l’on soigne. J’ai annoncé l’équipe. Maintenant il faut y aller.

Comment voyez-vous le match ?

On connait Saint-Denis. C’est une équipe accrocheuse, pas facile à contourner sans gros volume de jeu. Il faut être prudents et réalistes. Nous avons un groupe plus solide qui a envie de passer ce premier tour. La maturité est plus importante mais tout peut arriver. Gardons les pieds sur terre.

Comment prépare-t-on un tel rendez-vous ?

On s’entraine trois fois la semaine avec du travail spécifique et des exercices denses et rapides. Nous sommes déjà en phase de concentration.

Quel sera votre discours d’avant-match ?

On va se réunir dimanche matin. Surtout, il ne faut pas se dire que ce match est gagné d’avance. C’est avec le cœur que l’on arrachera la victoire. Il faut avoir une très grosse envie de prouver. Rappelons-nous que Saint-Denis nous avait posé des problèmes sur les deux matches. Ne nous emballons-pas et assumons une bonne entrée en matière avec les vingt premières minutes. Soyons avant tout très réaliste en nous adaptant aux circonstances.

Pensez-vous déjà au deuxième match synonyme de délivrance ?

Il y a deux matches pour aller au paradis. On veut y aller mais nous sommes avant tout des betteraviers dans notre terre de Brie. C’est pour cela que je tiens à ce que tout le monde garde les pieds sur terre. Jouons ce premier match. Gagnons le et après on se remettra de nouveau à l’ouvrage. L’équipe est classique. Il n’y a pas de révolution. On a joué la continuité.

(propos recueillis par Pascal Pioppi)

 - JPEG - 151.4 ko
1999-04-22 - La Marne

L’entente Chelles-Lagny s’impose

Ce dimanche les cadets chellois en entente avec Lagny disputaient les 32e de finale du championnat de France à Verdun contre Metz.

Motivés comme jamais, les jeunes ont offert un spectacle de tout premier ordre. Dominateurs dans tous les compartiments du jeu, c’est une véritable punition qu’ils ont infligée à leurs adversaires du jour puisque le match s’est soldé sur le score de 51 à 3 pour nos représentants.

Pour leur premier match du challenge Sicard à La Celle-Saint-Cloud, les seniors se sont inclinés sur le score de 10 à 3.


Christian Billerach : « Les faire douter devant » (« Le Parisien » - 24 avril 1999)

RUGBY - Nationale 3 : l’entraîneur de Noisy conseille Saint-Denis avant son 32e

Christian Billerach : « Les faire douter devant »

 - JPEG - 167.2 ko
1999-04-24 - Le Parisien
Arch. Club House

LES rugbymen de Noisy-le-Grand sont en vacances. Des vacances sportives, ni malheureuses, ni très joueuses avec un court maintien en Nationale 3. Ils seront donc nombreux, dimanche, à prendre tranquillement le chemin de leur stade Alain-Mimoun, non pour y jouer mais pour y assister au 32e de finale opposant Saint-Denis et Lagny.

Saint-Denis, l’autre club plus chanceux du département en Nationale 3 et Lagny, leur bourreau en poule de 12 avec une double victoire à l’aller comme au retour. Christian Billerach, l’entraîneur de Noisy, sera dans les tribune avec ses joueurs d’autant qu’iI’ y a quelques années, il était à Lagny où il est resté dix saisons dont sept comme entraîneur (NDLR : il a même été président) d’une équipe qu’il a le mérite d’avoir menée de la Première Série à la Division d’Honneur, « Et cela, ajoute-t-il, sans aucun moyen. »

Attention à Laurent Blond

Mais les temps ont bien changé à Lagny qui peut maintenant compter sur des finances bien plus importantes et viser la Nationale 2 à court terme. Que peut craindre Saint-Denis de cette terrible formation seine·et-mamaise ? « Tout, répond Christian Billerach, car leur force, c’est de ne pas avoir de points faibles. Lagny est, à mon avis, au-dessus de la Natinnale 3. C’est une équipe qui ressemble plus au Stade Français-CASG qu’au Stade Toulousain, c’est-à- dire qu’elle possède plus un rugby de combinaisons qu’un rugby de mouvement. »

En plus, Lagny possède de fortes personnalités : « Laurent Blond (NDLR : le frère de Xavier, l’international), le leader charismatique, comme George Dinu, l’ancien de l’ASPTT. » Christian Billerach cite encore un autre pilier roumain, un Néo-Calédonien, un n° 9 sortant des Reichel de Grenoble, un arrière de Tarbes...

Saint-Denis n’aurait-il donc, selon Christian Billerach, aucune chance de battre Lagny ? L’entraîneur de Noisy-le-Grand met alors quelques bémols à sa première plaidoirie. D’abord, sur le plan mental : « Au jour d’aujourd’hui, je ne sais pas où ils en sont mais, avec plus de la moitié des joueurs venant de l’extérieur, tout dépend de leurs problèmes internes. Sur le plan physique, continue le coach de Noisy, je me demande s’ils ne sont pas partis un peu tôt. »

Et si Christian Billerach rencontrait inopinément son collègue Luis Solana, quels conseils lui donnerait-il pour déchirer l’armure adverse ? La réponse est claire : « Tout se jouera, comme d’habitude, devant où il faut leur rentrer dans la gueule pour les faire douter et éviter qu’ils aient leurs rampes de lancement, en particulier Laurent Blond... ». Et de conclure : « 60 % pour Lagny, 40 % pour Saint-Denis. »

Pierre MARCUS

Lagny à l’heure de vérité

« La qualification c’est l’aboutissement d’une saison, mais c’est aussi un match au cours duquel nous n’avons pas le droit à l’erreur », lance Jacques Petey, l’entraîneur de Lagny. L’an dernier, le verdict avait été sans appel : après avoir caracolé en tête de sa poule, du début à la fin de la saison, la perspective de la montée en Nationale 2 pour les Latignaciens s’était envolée après le match de barrage contre Saint-Pol. Cette fois, ils sont prévenus. Ils attendent Saint-Denis de pied ferme demain (15 heures) à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) en 32e de finale.

« Un excès de confiance nous avait peut-être fait perdre le sens des réalités, souffle le coach. Il faut mettre dans la balance qu’aujourd’hui ce match représente deux ans de travail. Il faut avant tout l’aborder sereinement. Notre groupe est cohérent et nous disposons de moyens pour passer ce tour. Nous ne voulons pas nous mettre de pression excessive. » L’équipe de Saint-Denis qui se retrouve sur son chemin n’est pas une inconnue. Les deux formations évoluaient dans la même poule la saison dernière. « Ils sont accrocheurs et voudront vendre chèrement leur peau, mais nous avons les moyens de produire du jeu. Hiérarchiquement nous sommes devant, mais les classements ont peu de valeur puisque chacun joue son va-tout », conclut Jacques Petey ; un entraîneur confiant. Son effectif solidement charpenté tentera, de franchir le seuil de l’entrée qui mène à la Nationale 2.

J.-M. G.

LAGNY - SAINT-DENIS, demain (15 heures) à Noisy-le-Grand.

Lagny : Loffel, Petey, Maïau, Motoc, Froment, Bonnot, Dinu, Blond (cap), Castagné, By, Brouillard,
May, Beauquis, Zmuda, Daublon. Remplaçants : Martinez, Bazille, Bernardet, Olanier, GoIfard, Jacques, Moreno. Entr. : Petey.


Saint-Denis s’en va sur la pointe des pieds (« Le Parisien » - 26 avril 1999)

RUGBY - Nationale 3 : battu logiquement par Lagny à Noisy-le-Grand

Saint-Denis s’en va sur la pointe des pieds

 - GIF - 436.7 ko
1999-04-26 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - SAINT-DENIS :.17-3 (14-0). Spectateurs : 400 environ ; arbitre : M. Jedraziak (Centre).

Lagny. Un essai : Zmuda (40e) ; trois pénalltés : DaubIon (21e, 32e, 34e) et un drop : Daublon (77e)

Saint-Denis. Une pénalité : Solle (77e).

Saint-Denis : Abdel Bakhis (Aury, 75e) - Roméo, Darricau, Lebars, El Harim - (o) Chollier, (m) Avenard (Aziz Bakhis, 80e) - Bera (Souissi, 28e), Persin (Grossos, 60e, Glévéo, 64e), Gacquerelle (Ror, 79e) -Hanicot, Mehdaoui - Paquin, SolIe, Céron. Entr. : Luis Solana.

IL n’y a pas eu de miracle à Noisy-le-Grand, dimanche après-midi : Lagny s’est logiquement qualifié pour les 16e de finale après un match haché à souhait et peu spectaculaire car manquant de rythme et d’animation.

Dès le début, la machine seine-et-marnaise impose sa puissance mais Saint-Denis, dominé, ne veut pas céder.et défend sa ligne becs et ongles. Alors Lagny se sert de son buteur pour arriver à ses fins. Daublon manque ses deux premières pénalités dont l’une atterrit sur le poteau mais l’ancien Tarbais fait ensuite mouche à trois reprises. Un des joueurs les plus en vue sur le terrain, il offre le seul essai du match à son ailier Zmuda en fin de première mi-temps à la suite d’une mêlée près des poteaux dionysiens et d’un petit côté jouée par la charnière. 14-0 à la pause : sévère mais assez juste !

Bâillonné, sevré de ballons dans les phases de lancement, les hommes de Luis Solana se disent peut-être que cela va aller mieux avec le vent. Une pénalité de Solle confirme un instant ce présage. Pas très longtemps ! Car la mêlée souffre et l’équipe dionysienne n’arrive que très rarement à sortir du piège tendu par son adversaire. Quand elle y parvient, elle manque sa chance souvent par maladresse ou précipitation. Le drop de Daublon, en fin de rencontre, n’est qu’une anecdote sauf pour l’interessé. A la jeune équipe dionysienne, nous avons envie de dire : « au revoir et à bientôt ».

Pierre MARCUS

Luis Solana : « Une équipe en devenir »

Si la joie était palpable chez les vainqueurs, les Dyonisiens n’étaient pas trop tristes de leur défaite. Des jours meilleurs sont espérés. Les réactions des deux entraîneurs.

Luis Solana (entraîneur de Saint-Denis) : « Je pense que la victoire de Lagny est logique. La mêlée a été prépondérante et nous avons été dominés : j’ai essayé de régler ce problème en faisant rentrer Grossos mais il s’est blessé tout de suite. J’aurais peut-être dû effectuer ce changement plus tôt. Et puis Lagny a quelques individualités qui nous ont fait mal, l’arrière en particulier. J’avoue pourtant que je sentais bien ce match. Lagny nous réussit plutôt bien mais, je le répète, aujourd’hui, leur équipe était plus complète, plus puissante que nous. Et puis, nous avons fait trop de fautes au début. Je leur souhaite bonne chance pour la montée. Quant à nous, nous avons une équipe jeune, nous construisons pour l’avenir. Nos ambitions sont pour plus tard : nous avons une équipe en devenir. »

Jacques Petey (entraîneur de Lagny) : « Je suis très satisfait car nous n’avions pas eu de véritables matchs depuis le 4 avril. Un stage à Pontarlier plus pour cimenter le groupe que pour travailler et un match contre Amiens où nous leur avons passé 60 points. Nous manquions de repères. Par contre, j’avais travaillé la mêlée fermée et je pense que j’ai bien fait. Nous avons eu un bon pack et de bonnes rampes de lancement. Cela a suffi. »

Propos recueillis par P.M.


Lagny sans soucis (« Le Parisien » - 26 avril 1999)

Nationale 3 : qualifié pour les 16es face à Saint-Denis

Lagny sans soucis

 - JPEG - 117.6 ko
1999-04-26 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY - SAINT-DENIS : 17- 3 (14-0). Spectateurs : 400 environ. Arbitre : M. Jedrasiak (Centre).

Lagny. Un essai : Zmuda (41e) ; trois pénalités : Daublon (5e, 14e, 22e) ; un drop : Martinez (74e).

Saint-Denis. Une pénalité : Le Bars (44e).

Les deux équipes se connaissaient et elles s’attendaient à disputer un match à couteaux tirés hier à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). L’enjeu d’une accession en Nationale 2 en valait bien la peine. Grâce à cette victoire, les Latignaciens peuvent maintenant s’avancer à petits pas sur le palier qui mène à l’étage supérieur. En effet, même le vaincu des 16es de finale (la prochaine échéance de Lagny) se voit offrir une chance de se rattraper d’un éventuel faux pas, grâce au match de barrage. Les coéquipiers de Dinu n’en sont pas encore là. Hier, une seule chose comptait pour eux : cette victoire qu’ils ont acquise sans bavure après un combat mené au ras de la mêlée.

Les intentions de grandes envolées étaient restées lettre morte dans une partie tenue d’une poigne de fer par l’arbitre. La moindre incartade étant sanctionnée.

A ce jeu-là, c’est Lagny qui empochait les bénéfices grâce à sa maîtrise. L’arrière Daublon, ancien du Stade tarbais, se chargeait de faire fructifier la manne en alliant précision et régularité : 9-0 (5e, 14e, 22e). La domination territoriale allait, quant à elle, se concrétiser quelques minutes avant la mi-temps. Après avoir insisté successivement au ras du paquet, une attaque parvenait à se développer. Plusieurs relais plaçaient la troisième ligne en position d’avantage. En s’engouffrant dans la brèche, Laurent Blond amenait dans son sillage Zmuda qui déboulait dans l’en-but après un plongeon de haut vol. Les bras au ciel, ses coéquipiers sentaient déjà qu’ils venaient de prendre une option sur la partie : 14-0 (40e). Un dernier drop ajusté par Martinez corsera l’addition : 17-3 (74e). « Nous avons joué sur nos points forts et justement la mêlée constituait l’une des clés de cette rencontre, souffle Jacques Petey, l’entraîneur latignacien, entre deux accolades. Il nous a fallu nous remotiver car notre dernier match officiel remontait au 4 avril face à Amiens contre qui nous avions marqué 60 points. Notre travail a porté ses fruits.

C’est encourageant, mais nous aurions aimé pouvoir développer plus de combinaisons. On espère se rattraper lors du prochain match, sans oublier que ce sera quand même le match de la montée. »

Discipliné dans l’épreuve de force, son groupe a démontré une grande maîtrise. La maturité l’a emporté, elle sera de nouveau mise à contribution contre un prochain adversaire qui pourrait se nommer Epernay.

Jean-Michel GUÉNARD

Lagny - Saint-Denis : 17-3

A NOISY-LE-GRAND (D. Bauce). - Lagny bat Saint-Denis par 17 à 3 (14-0).

Pour Lagny : un essai de Zmuda (42e) ; trois pénalités de Daublon (5e, 30e, 32e) ; un drop de Martinez (76e).

Pour Saint-Denis : une pénalité de Le Bars (50e).

Arbitre : M. Jedrasiak (Comité du Centre).

Carton blanc : à Lagny, Bernardet (77e).

Les meilleurs.- à Lagny, le huit de devant pour son courage et sa mêlée, Castagnet, Daublon ; à Saint-Denis, Persin, Mehdaoui et Souissi méritent d’être cités...


Lagny à un match de la Nationale 2... (« La Marne » - 29 avril 1999)

En s’imposant face à Saint-Denis (17-3)

Lagny à un match de la Nationale 2...

 - JPEG - 388 ko
1999-04-29 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

Lagny s’est battu, Lagny a tenu et Lagny a vaincu. Le jeu pratiqué par Saint-Denis aurait pu déstabilisé les joueurs de Jacques Petey. Que nenni ! Avec cette précieuse victoire, les Latignaciens ont fait un pas de plus vers la Nationale 2. Verdict dimanche.

Un match sérieux...

En remportant leurs 32e de finale face à Saint-Denis, les joueurs latignaciens n’ont jamais été aussi proches de la Nationale 2. Une nouvelle victoire dimanche prochain les propulserait tout droit dans la division supérieure... Et quand bien même ils subiraient une défaite, les hommes du président Blond n’auraient pas pour autant grillé leur dernière cartouche, match de barrage oblige.

Maintenant que l’avenir du club semble se dessiner sous les meilleurs auspices, revenons sur le match-choc qui se joua, rappelons-le, dimanche dernier sur le stade Alain Mimoun de Noisy-le-Grand, face à l’équipe de Saint-Denis (93).

Devant un public presqu’entièrement acquis à la cause latignacienne, les joueurs de Jacques Petey entraient sur le terrain avec la râge de vaincre. Quelques instants auparavant, au cours de l’échauffement, ils avaient eu droit aux dernières consignes... Avancer tous ensemble, rester souder, créer le danger sur chaque ballon.

 - JPEG - 201 ko
1999-04-29 - La Marne

Mais Saint-Denis et sa technique pour la moins rugueuse en avaient décidé autrement. A ce petit jeu, c’est Lagny qui se montra le plus fort en bénéficiant dès la deuxième minute d’une pénalité. Et Daublon, la recrue tarbaise, d’envoyer directement le ballon sur le poteau gauche. Mais ce n’était que partie remise puisque Lagny se voyait à nouveau dans une bonne posture deux minutes plus tard. Nouvelle pénalité, nouveau loupé. Il aura fallu attendre la troisième tentative, à la cinquième minute, pour voir Daublon ouvrir enfin le score (3-0).

De touches en mêlées, les hommes de Jacques Petey parvenaient alors à prendre l’ascendant sur leurs homologues de Seine-Saint-Denis qui, à force de durcir le jeu, obligèrent l’arbitre à user du sifflet plus que de coutume. En face, les Latignaciens restèrent calmes, comme le souligna d’ailleurs le président Blond à l’issue du match.

Sans pouvoir développer un beau jeu en raison d’adversaires plus que récalcitrants, les locaux poussaient cependant les joueurs de Saint-Denis dans leur partie de terrain jusqu’à obtenir une nouvelle pénalité. A la demi-heure de jeu, le compteur marquait 9-0 à la suite d’une troisième pénalité. Merci Daublon.

La messe n’était pas dite pour autant puisque Saint-Denis bénéficiait à son tour d’une pénalité... Non transformée. Les joueurs emmenés par Dinu pouvaient donc repartir à l’attaque au sortir d’une mêlée. Après plusieurs passes latignaciennes, Zmuda marquait l’unique essai du match (41e minute). Mais placé trop près de la ligne de touche, Daublon ne pouvait transformer l’essai. A la pause, les hommes de Petey menaient tout de même 14 à 0.

 - JPEG - 201.4 ko
1999-04-29 - La Marne

Mission accomplie

La seconde mi-temps fut globalement identique à la première si ce n’est que Saint-Denis profita à son tour d’une pénalité pour marquer trois points dès la reprise. Mais à Lagny, on continua à pousser encore et encore, à faire le jeu et à lancer les attaques. A plusieurs reprises, nos représentants étaient même à deux doigts de marquer un nouvel essai. C’est finalement par un drop de Martinez à la 74e minute que s’achèvera la dernière attaque dangereuse du match. Victoire finale de Lagny : 17-3.

L’entraîneur Jacques Petey pouvait être soulagé en regagnant les vestiaires. Ses hommes avaient fait l’essentiel... Et peu importait la manière pourvu qu’il y ait la gagne. En remportant cette rencontre « avec le cœur et avec les tripes », les locaux ont prouvé qu’ils n’avaient pas peur des matchs durs et rugueux. Il faut dire qu’ils avaient été particulièrement épargnés depuis quelques semaines. Cette victoire est de bon augure avant le rendez-vous de dimanche prochain. Et comme le dit si bien le coach, « l’aventure est belle, il faut absolument la poursuivre. » Alors messieurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire ... Et puis vous pourrez compter sur vos supporters qui ne manqueront pour rien au monde le voyage vers la Nationale 2.

Carine BABEC.


Lagny contre Lille à Dieppe (« La Marne » - 29 avril 1999)

Lagny contre Lille à Dieppe

 - JPEG - 54.7 ko
1999-04-29 - La Marne
Arch. Club House

Lagny parviendra-t-il à bon port dimanche à Dieppe ? Loin d’être certain mais si le navire briard échouait sur l’écueil lillois, une deuxième chance s’offrirait à lui le 9 mai prochain.

Face à une équipe qui joue l’offensive à tout-va, les Latignaciens de Jacques Petey devront être au top de leur forme pour endiguer les déferlantes. D’autant que le quinze nordiste possède également un atout supplémentaire avec un buteur nommé Choc auteur de 21 points contre Epernay (battu 51-37 !).

C.F.


Lagny coiffé au poteau (« Le Parisien » - 3 mai 1999)

RUGBY - Nationale 3 (16es de finale)

Lagny coiffé au poteau

 - JPEG - 101.5 ko
1999-05-03 - Le Parisien
Arch. Club House

LAGNY-LILLE : 14-16 (09-10). 400 spectateurs environ.

Lagny : un essai : Zmuda (60e) ; trois pénalités : Daublon (8e, 38e, 40e). Remplaçant : Martinez (70e).

Lille UC : deux essais : Lhandes (7e), Momo (32e) ; deux pénalités : Cuoc (42e, 89e).

Pas de chance pour Lagny ! Battus de justesse (14-16) par leurs rivaux du Lille UC hier, à Dieppe, les Latignaciens devront passer par un match de barrage pour accéder en Nationale 2. Tout n’est donc pas perdu pour eux...

Les protégés du président Guy Blond ont pourtant cru pendant longtemps qu’ils allaient atteindre la terre promise. C’est en effet pendant les arrêts de jeu qu’ils ont vu les Nordistes les coiffer au poteau sur une pénalité « assassine » réussie par Cuoc. Auparavant, ils avaient assez bien joué le coup. Laissant tout d’abord passer l’orage (ils étaient menés 3-10 à la 30e minute à la suite des essais signés Lhandes et Momo), ils profitèrent de la fin de la première mi-temps pour revenir dans le sillage immédiat de leurs adversaires (9-10 au repos), cela grâce à deux coups de botte de Daublon.

Après un début de seconde période équilibré, Lagny avait pris le contrôle de la partie grâce à son aillier Zmuda qui avait déposé le ballon dans l’en-but.

Malgré la transformation ratée, les Seine-et-Marnais étaient repassés devant (14-13, 60e). Ils pensaient tenir le bon bout en muselant parfaitement toutes les attaques lilloises. C’est alors que ce diable de Cuoc, qui avait manqué jusqu’ici la bagatelle de six tentatives, réussit la septième (des 35 mètres en coin) accordée pour une protestation d’un Latignacien après une mauvaise entrée en mêlée adverse. On jouait alors la 89e minute...

« C’est d’autant plus dommage de perdre ce match qu’après un début de partie difficile nous étions parvenus à mater le pack adverse, expliquait après coup l’entraîneur de Lagny, Jacques Petey, très déçu. Et, au début de la deuxième mi-temps, notre travail de sape avait commencé à payer. Nous avions ce match en main lorsque ce véritable coup de poignard est venu nous frapper de plein fouet. Rageant... »

J.M.G.


Pourquoi siffles-tu si tard ? (« La Marne » - 6 mai 1999)

Lagny, le coup de massue au bout de... 88 minutes !

Pourquoi siffles-tu si tard ?

Les universitaires lillois ont donc été reçus avec mention de l’arbitre. Fin de rencontre qui traîne en longueur comme la langueur des nombreux touristes sur un port de Dieppe écrasé par la chaleur. Le coup de chaud c’est Lagny qui l’a subi. Véritable coup de poignard asséné par un directeur de jeu loin d’être irréprochable pour ne pas dire « charitable » dans son offrande finale aux gens du Nord.

 - JPEG - 311.6 ko
1999-05-06 - La Marne
Arch. Club House

La fiche technique

LILLE UC bat AS LAGNY 16-14 (MT 10-9).

Dieppe stade Merault, vent longitudinal, pelouse bosselée. 400 spectateurs. Arbitre M. Foumiquet (Centre).

Les points pour Lille : 2 essais Comiquet (16e), A. Bouron (22e), 2 pénalités Choc (63e, 88e).

Pour Lagny : 1 essai Daublon (65e), 3 pénalités (8e, 38e, 40e) Daulon.

A.S. Lagny : Loeffel, C. Petey (puis Berger 41e), Maïau, Froment, Motoc, Bonnot, Dinu, Blond, Castagnet, M. By (puis Martinez 41e), Brouillard. May, Beauquis, Zmuda, Daublon. Ent. : J. Petey, Lardy.

Pas loin du naufrage

A l’heure du coup d’envoi pour retrouver « ses petits », il fallait discerner le bleu du blanc et le blanc du bleu. Deux équipes aux mêmes couleurs et une seule différence, le short blanc des Lillois.

De marquage à la culotte, Il allait être aussitôt question surtout au niveau de l’immense seconde ligne nordiste culminant à près de 2 mètres.

Rampe de lancement sous « haute » surveillance mais c’est Brouillard qui donne la première frayeur aux Lillois (3e).

Lagny va bien et le prouve. Suite à une touche gagnante et à un maul dans la foulée, les nordistes sont à la faute. Daublon ne rate pas une si belle occasion 3-0 (8’).

Lille ne s’affole pas et joue son jeu au grand large.

Choc n’a pas le ticket chic lorsqu’il rate une première pénalité bien placée (11e). Trois minutes plus tard, le botteur lillois « déchausse » à nouveau mais dans l’instant qui suit l’ouvreur Dimpre (un tout bon) percute, fait le trou et envoie son ailier Corniquet dans l’en but des Seine-et-Marnais (3-5).

 - JPEG - 115.2 ko
1999-05-06 - La Marne

Cette fois Lagny accuse le coup surtout au niveau du pack. Ce qui est habituellement son point fort. La cavalerie lilloise enfonce le clou par son autre ailier A. Bouron après une offensive de grand style 3-10 (22e). Pour couronner le tout, les juges de touche ne voient que les fautes latignaciennes au grand dam de leurs nombreux supporters.

Choc et Dimpre multiplient les combinaisons et Lagny doit défendre encore et encore. « Réveillez-vous » hurle Jacques Petey depuis son banc de touche.

Passée la demi-heure, nos représentants sortent la tête du sac. Lille éprouve le besoin de souffler en employant une manière pas toujours légitime.

En deux minutes, Daublon ramène les siens à une petite encâblure (9-10) au moment où arrive la dégustation du citron.

 - JPEG - 118.5 ko
1999-05-06 - La Marne

Le hold-up

« Soyez vigilants, donnez de l’impact physique et du soutien », les entraîneurs de Lagny recadrent certaines choses. Choc lui n’est toujours pas verni dans ses tentatives (47e).

La pack seine-et-marnais commence à prendre un net ascendant sur son vis-à-vis mais leur juge de touche ferme les yeux sur un « coupe-gorge » de placage alors que Martinez partait pour le décolage (50e). Pour Choc il y a du nouveau et pour Lagny c’est plutôt mauvais signe... 9-13 (63e). Les percussions de Maïau et Blond ouvrent des brèches qui font mal.

 - JPEG - 114.7 ko
1999-05-06 - La Marne

Sur un maul pénétrant, Lille concède une mêlée à 5 mètres de sa ligne. Les « gros » de Lagny y mettent tout leur coeur et Castagnet décale le fabuleux (grand homme du match) Daublon pour l’essai en coin 14-13 1 (65e).

Lagny s’enflamme (à tort) et Lille joue tous les coups à fond. Heureusement dans ces instants de folie Daublon « fixe » les nordistes dans leur camp. A la 77e minute, Lille qui a une pénalité des 35 mètres en coin préfère assurer... une touche. Sans résultat !

Mieux, dans la minute qui suit Choc tente sa chance des... 60 mètres ! Comprenne qui pourra...

Les arrêts de jeu sont bien entamés mais cela n’empêche pas les hommes du tandem Guy Blond/Jean Giraux d’entreprendre des relances osées. Lille pousse car l’arbitre a décidé de lui accorder un généreux coup de pouce...

 - JPEG - 81.8 ko
1999-05-06 - La Marne

Top chrono 88e minute (d’autres affirmeront 91e), un regroupement à 35 mètres de la ligne de Lagny. Coup de sifflet rapide de M. Fourniquet. Pas celui de la délivrance mais celui du couperet.

Choc lui ne se prive pas de remettre la montre à l’heure. Colère et pleurs côté latignacien et un arbitre sous haute protection qui a jugé en son âme et conscience... que Lille méritait de se qualifier !

Que les Latignaciens oublient vite cette cruelle car injuste désillusion et malgré la débauche d’énergie dépensée à Dieppe, ils va falloir se reconcentrer sur le match de barrage qui l’an passé avait souri au CS Meaux.

Pour la montée, c’est dimanche et vous la méritez.

Christian FABERT


Lagny-Rouen dimanche. Qui va monter ?

 - JPEG - 65.8 ko
1999-05-06 - La Marne

Entre Lagny et Rouen, les petits secrets n’auront pas cours puisque les deux formations évoluaient dans la même poule qualificative.

Lagny 1er et Rouen 3e vont donc se retrouver avec cette fois un enjeu considérable à l’issue de ce match de barrage : une accession en Nationale 2.

La ligne plaide en faveur des Latignaciens victorieux chez eux le 4 octobre (21-13) et auteurs du nul à Rouen (14-14).

Les Rouennais dimanche dernier ont essuyé un cuisant revers face à Arras 31-10 avec en plus un carton rouge pour le pilier Mouchel.

Lagny a tous les atouts en main et surtout une occasion unique de rejoindre les meilleurs clubs franciliens.
C. F.


Ce sera à Chateaudun

Prévu initialement à Chartres, le match Lagny-Rouen aura lieu à Chateaudun (à moins d’un revirement de dernière heure car le comité du centre devait faire face à un calendrier chargé).


Echos de Dieppe

 - JPEG - 94.2 ko
1999-05-06 - La Marne
  • Signe prémonitoire en lever de rideau comptant pour les 8e de finale du challenge
    Philipponeau, les juniors de Lille UC avaient battu ceux de Caen 24-15.
  • Deux cars, dix-sept voitures particulières, les supporters latignaciens avaient
    répondu présent pour ce grand rendez-vous. Celui de dimanche prochain s’annonce encore plus chaud car décisif.
  • L’accueil par les dirigeants du Dieppe UC fut exemplaire, il est vrai que ce
    club vient de retrouver la N3 après douze années de purgatoire.
  • Dans les tribunes, on n’y voyait que du bleu et blanc, couleurs des deux clubs en présence. Pour différencier ces bouillants supporters, les tambours, pas du Bronx, mais ceux de Lagny qui « percutèrent » tout au long de le la rencontre.
  • Lors de l’échauffement, Didier May n’a pas cessé de donner de la voix afin que ses coéquipiers restent concentrés.
  • Blond et Motoc sont de « fortes têtes », cela s’est vérifié après que les deux Latignaciens, touchés au cuir chevelu, ont repris le jeu, le crâne entouré de pansement.
     - JPEG - 86.6 ko
    1999-05-06 - La Marne
  • Jean Giraux, l’un des présidents, accompagné de son épouse, Francis Tisserand, J.-C. Carré, J.-F. Bonnet n’auraient pour rien au monde raté ce rendez-vous tout comme les « grands anciens » Guy Blond au club depuis 1959 et Lionel Jacques, trente ans de présence.
  • Une supportrice de Lagny avait trouvé un moyen original d’afficher ses préférences.
    Original, mais sûrement gênant puisque la dame en question avait strié ses verres de lunettes en bleu et blanc.

Drôle de façon de voir un match derrière les barreaux.


Les cadets Chelles-Lagny qualifiés

Une entente parfaite

La notoriété de l’entente cadets Chelles-Lagny-Rugby passe les frontières de notre département. En effet, non contents d’avoir réalisé un très beau parcours dans la première partie du championnat, la victoire appelant la victoire, ne voilà pas nos cadets en train d’écrire une page de leur histoire,

En 64e de finale du championnat de France à Verdun, leurs homologues de Metz n’ont pas résisté à la déferlante de nos couleurs, résultat : 51 à 3.

En 32e de finale a Clamecy (Bourgogne) : bien que prévenue, l’équipe de Cluny a dû subir la loi de l’entente. Le score à la fin du match est sans appel en faveur des cadets : 51 à 24.

En 16e de finale, le tirage au sort a désigné l’équipe de Pont-du-Cheruy (comité du Lyonnais) comme adversaire d’un jour, le match se déroulera le 9 mai en Bourgogne.


Lagny à quatre-vingts minutes du bonheur (Le Parisien - 8 mai 1999)

Rugby - Nationale 3 (barrages) : contre Rouen

Lagny à quatre-vingts minutes du bonheur

 - JPEG - 130.6 ko
1999-05-08 - Le Parisien
Arch. Club House

RECALÉS au grattage, les joueurs de Lagny espèrent bien être reçus au tirage ! Autrement dit ils pensent réussir demain après-midi contre Rouen là où ils ont échoué d’extrême justesse dimanche dernier face à Lille...

Il est vrai que nos Seine-et-Marnais savent cette fois à qui ils vont se frotter. Et pour cause, les Rouennais se trouvaient dans la même poule qu’eux en championnat. Or, avant d’obtenir un nul méritoire en Normandie (14-14), les protégés de Guy Blond et de Jean Giraux l’avaient emporté (21-13) sur leur terrain fétiche du parc des sports. La ligne leur semble donc favorable...

Habituellement prudent dans ses déclarations d’avant-match Jacques Petey, l’entraîneur latignaden,affiche cette fois une certaine confiance : « Après deux ou trois jours difficiles en début de semaine nos joueurs ont vite repris le dessus, explique-t-il. Et chez eux la déception provoquée par la défaite de Dieppe a fait place à l’espoir de se rattraper contre Rouen. Ils savent d’ailleurs qu’ils n’ont pas le choix s’ils veulent accéder au terme de cette saison en Nationale 2. Mais ils savent aussi qu’il ne faudra pas faire l’erreur de sous-estimer ces Rouennais. Même s’ils ont pris l’eau dimanche dernier contre Arras, vainqueur 31 à 10, et s’ils ont perdu, en plus, leur capitaine, Mouchel, sanctionné d’un carton rouge. Leur pack, on le connaît bien et on devrait être en mesure de lui faire quelques misères. Quant à la charnière, faites-moi confiance, on va lui mettre une de ces pressions ! Je crois sincèrement qu’on a tous les arguments, physiques et techniques, pour franchir cet obstacle avec succès. Maintenant connaître sa force est une chose, mais l’utiliser en match avec la plus grande efficacité en est une autre. Alors... »

Quelques retouches

Par rapport à l’équipe qui a entamé la partie contre Lille, Jacques Petey ne procédera qu’à quelques retouches. Ainsi Berger et Martinez, entrés en jeu après le repos, seront cette fois titulaires dès le coup d’envoi. Quant à Bazille, il prendra, à l’aile, la place de Brouillard. C’est dire qu’à un élément près Lagny misera sur l’équipe qui a réalisé une seconde mi-temps sans gros reproches face aux étudiants lillois. Avant d’encaisser, sous la forme de cette pénalité
assassine d’un nommé Choc, un véritable « coup de poignard » à la neuvième minute des arrêts de jeu...

J.T.

LAGNY-ROUEN, demain (15 heures), au stade de Châteaudun.

AS Lagny : Loeffel, Berger, Maïau - Froment, Motoc - Bonnot, Dinu, Blond - Castagnet (m), Martinez (0) - Bazile, May, Beauquis, Zmuda - Daublon. Remplaçants : à désigner. Entr. : Petey.


Lagny a laissé passer sa chance (« Le Parisien » - 10 mai 1999)

RUGBY - Nationale 3 : défait contre toute attente par Rouen

Lagny a laissé passer sa chance

LAGNY-ROUEN : 20-30 (14-7).

Lagny : 1 essai de Blond, 5 pénalités de Daublon.

Rouen : 4 essais, 2 pénalités, 2 transformations.

 - GIF - 509.8 ko
1999-05-10 - Le Parisien
Arch. Club House

BATTU hier après-midi par son homologue de Rouen (20-30), le quinze fanion de l’AS Lagny n’évoluera pas en Nationale 2 la saison prochaine ! Inutile de dire que c’est une immense déception pour tout le monde. Pour les joueurs bien sûr, mais aussi pour les dirigeants, complètement abattus, et, enfin, les vaillants supporteurs qui y avaient cru jusqu’au bout. Quant à l’entraîneur, Jacques Petey, très éprouvé par ce coup du sort, il n’avait même plus le courage de répondre aux appels effectués sur son portable. Finalement, avec la complicité amicale de Laurent Daublon, il consentait à lâcher par bribes :

« C’est terrible de dire ça mais, cette fois, les gars ont réalisé une bonne production. Bien meilleure, en tout cas, que celle de dimanche dernier contre le Lille UC, à Dieppe, où nous avions fait un non-match. Là, on s’est montré dans l’ensemble entreprenant et on a tenté de belles choses. Mais il faut se faire une raison, la réussite n’était pas au rendez-vous. Ce n’était pas notre jour, quoi... »

Une bonne première mi-temps

Pourtant, à la mi-temps, il n’étaient pas nombreux dans le stade ceux qui auraient misé sur une victoire rouennaise. Certes, les Normands avaient inscrit un essai transformé mais les Latignaciens leur avaient répliqué par Blond. Et la botte magique de Laurent Daublon (3 pénalités) avait fait le reste. Bref, aux citrons, nos représentants menaient 14 à 7 et semblaient avoir les affaires bien en main. Erreur...

A la reprise, ils eurent toutefois la possibilité de creuser l’écart mais ils échouèrent à deux ou trois reprises tout près de la terre promise. Rouen, qui avait laissé passer l’orage en courbant l’échine, se garda bien de commettre la même erreur. Et, lui, il ne lui fallut pas trente-six occasions pour conclure.

« Ces deux essais assassins que nous avons encaissés au milieu de la seconde période nous ont fait très, très mal, reconnaît spontanément Jacques Petey. Et, dès qu’on a été derrière nos adversaires au score, on n’a pas su reprendre le dessus. Eux, au contraire, étaient de plus en plus en confiance et jouaient quasiment sur du velours. Peut-être n’avions-nous pas la maturité nécessaire pour passer ce cap ? En tout cas, maintenant il va falloir rebâtir une équipe compétitive, avec de nouveaux joueurs sans doute et, qui sait ? avec un nouveau staff... »

Lui « raser la moustache »

A côté de lui, histoire sans doute de détendre l’atmosphère, certains joueurs parlaient de lui « raser la moustache »... On n’a pas pu savoir si c’était en guise de représailles ou seulement la conséquence d’un pari...

J .T.

Rouen - Lagny : 30-20

A CHATEAUDUN.- Rouen bat Lagny par 30 à 20 (7 - 14).

Rouen : trois essais Cooper (37e), Sebie (55e), Minatchy (62e) ; trois transformations (37e, 55e, 62e) et deux pénalités Chaby ; un drop Floch (58e).

Lagny : un essai (25e) et cinq pénalités (2e, 6e, 39e, 65e, 70e) Blond.

ROUEN.- Robida ; Minatchy, Crevecoeur, Dundy, Sebie ; (o) Floch ; (m) Chaby ; Lagartin, Gosselin, Daguerre ; Cooper, Levacher ; Bouly, Vasseur, Clément.

LAGNY.- Doublon ; Smuda, Beaupuis, May, Bazil ; (o) By ; (m) Martinez ; Blond, Bono, Dinu ; Motoc, Froment ; Maïau, Berger, Loffec.

Rouen, entrainé par l’ancien toulousain Karl Janick, a remporté sa victoire au cours de la seconde période. Ils ont été malmenés en première période par Lagny mais se sont ensuite bien repris.

Pas de round d’observation car, d’entrée, Doublon passe une pénalité pour Lagny, il récidive quelques minutes plus tard sur une faute des Rouennais. Le match est parti tambour battant. Rouen a du mal à faire circuler le ballon, gêné par les adversaires. Lagny très percutant en attaque, pousse sur une mêlée et Bond aplatit. Doublon rate la transformation. Avant la pause, Chaby pour Rouen part sur le côté droit et file à l’essai mais il est plaqué par Doublon à un mètre de la ligne de but. Sur la touche, Cooper récupère le ballon et ramène la marque à 11-7. Lagny conforte son avantage par Doublon sur une pénalité.

Après la pause, changement de décor avec les Rouennais à l’attaque, ils reviennent à la marque avec un essai de Sebie que transforme Chaby. Cela n’est pas terminé car, suite à une mêlée en leur faveur, le ballon revient à Floch qui tape le drop. Nouvelle action collective de Rouen, Robida passe à Minatchy qui marque l’essai entre les poteaux, Chaby transforme. Lagny a pris un coup sur la tête mais revient peu à peu avec une pénalité de Doublon, l’écart sera toujours de dix points car Floch lui répond 27-17. Doublon passe une pénalité mais en fin de match, Floch pour Rouen en passe une aussi.


Lagny a trébuché contre Rouen (« La Marne » - 13 mai 1999)

En brûlant ses dernières cartouches (30-20)

Lagny a trébuché contre Rouen

 - JPEG - 226.1 ko
1999-05-13 - La Marne
Ed. Lagny-Chelles
Arch. P. Eberhart

La montée en deuxième division s’est envolée en ce jour de Saint Jeanne d’Arc. Sur le bûcher de Rouen, Lagny, s’est consumé à petit feu.

Sur le banc de touche, Jacques Petey est figé. A ses côtés, Laurent Blond, le regard fixé sur ses chaussures n’écoute même pas les paroles réconfortantes de sa mère. Allongés, les bras en croix, les Latignaciens viennent de recevoir sur le crâne comme une sorte de parpaing balancé d’un building. Le verdict vient de tomber. L’arbitre M. Rivière a laissé jouer la poignée logique des arrêts de jeu et vient de délivrer Rouen déjà parti dans une folle danse sur le beau terrain de Châteaudun. Le bonheur est dans le pré, ce qui accentue encore plus la déception des visiteurs devenus d’un seul coup d’un seul isolés dans une tristesse infinie. Têtes basses, bras ballants il faut alors regagner les vestiaires. Les langues tentent déjà de trouver des excuses pour refaire un match qui vient de s’achever. Mais c’est fini, terminé, râpé. La dernière chance de monter en Nationale 2 est passée.

 - JPEG - 70.6 ko
1999-05-13 - La Marne

Une bonne entame

Bien entendu, on reparlera longtemps dans les chaumières latignaciennes et des alentours de cette incroyable entourloupe, vécue par le biais des arrêts de jeu à rallonge face à Lille. L’injustice fait aussi partie intégrante du jeu et il faut savoir passer outre. Parfois, certaines décisions passent mal, un peu comme une arête de poisson coincée dans la gorge. Sans extrapoler outre mesure, nous pensons que le match perdu le dimanche précédent dans des conditions douteuses a pesé lourd. Soyons clair, il est resté sur l’estomac des joueurs. Jamais, au grand jamais, Lagny n’a pesé avec intelligence et courage sur ce deuxième match décisif. L’esprit le voulait peut-être mais les jambes ne répondaient plus ou tout du moins pas comme il l’aurait fallu.

 - JPEG - 151.2 ko
1999-05-13 - La Marne

Juste avant que les joueurs ne quittent leur costume civil pour endosser la tenue du parfait combattant, Jacques Petey, le coach, entrouvrait déjà la porte de l’inquiétude : « J’ai peur que la déception subie ne laisse des traces. » En bon pédagogue, l’entraîneur va remettre tout le groupe sur le bon chemin. Un échauffement sérieux, bien dosé et la pression monte enfin de manière parfaitement canalisée. Rouen, qui n’a jamais battu Lagny cette saison en championnat (un nul et une défaite) sait que l’adversaire lui est supérieur, ne serait-ce que sur la durée longuette d’un championnat. Mais là les cartes sont différentes... Janik, champion de France avec le Stade Toulousain possède l’expérience des matches décisifs. Le coach Rouennais sait qu’il faut laisser passer l’orage et placer à bon escient les accélérations pour dynamiser le jeu. « Je m’attendais à subir contre le vent mais le groupe est solidaire et à raison de cinq entraînements par semaine, je ne peux que souligner les qualités de coeur du groupe qui fonctionne à l’amour du maillot. »

Le scénario prévisible est idéal. Au bout de 44 secondes, Lagny mène déjà 3-0 et Laurent Daublon consolide l’avance à la 5è minute (6-0). Avec le vent, Lagny impose son rythme et son sérieux et une percée de Zmuda plein champ envoie Blond à l’essai. A 11-0, tout beigne dans l’huile. Une grossière erreur tactique remet tout en cause. Au lieu d’assurer trois points supplémentaires, on veut jouer une pénalité à la main. Un peu trop gourmand car il n’est pas bon de jouer ainsi à l’envers. Rouen un peu dépassé se remet d’équerre et plante un bel essai collectif juste avant la pause (11-7). Heureusement, Daublon remet une louche dans les arrêts de jeu (14-7).

 - JPEG - 161.6 ko
1999-05-13 - La Marne

La grenouille et le bœuf

Dès la reprise, nouvelle occasion manquée avec deux mauvais choix. La réaction est immédiate et sur un plaquage manqué de Zmuda, Sébie, l’ex-joueur de Périgueux file à l’essai. Rouen bénéficie d’un sacré coup de pouce avec la transformation accordée alors que le cuir avait dévié de sa trajectoire idéale (14-14). En quatre minutes, Rouen, mieux en jambes va faire la décision. Un drop d’abord et une percée phénoménale de l’arrière Robina qui offre l’essai à Minatchy (14-24). A partir de cette 49è minute, le reste ne sera que littérature pour une équipe latignacienne sonnée et incapable de remettre de l’ordre dans ses idées. Les quatre changements n’y feront rien. Les hommes de Blond-Giraux se heurteront à une défense de fer après avoir fait le plus dur par deux accélérations décisives : « On rate deux essais. A ce niveau, c’est de trop face à une équipe qui a joué la relance. Nous sommes tombés car il nous manquait de la maturité, du jus sur la fin et aussi de la lucidité » , concédait tristement Jacques Petey. « Décidément, nous ne savons pas jouer les matches de montée » reconnaissait lucide Guy Blond.

Une question d’expérience.

En s’inclinant (20-30), Lagny a laisse passer une grande chance de franchir une marche dans son ascension. Il faut simplement espérer que ce double revers ne laissera pas trop de traces dans les esprits très chagrinés de joueurs qui ont réalisé une grande saison. Hélas, l’examen final a été manqué et il n’existe plus de cession de rattrapage. Le bon élève, premier de sa classe vient d’être ajourné. Rouen. seulement troisième, débordé par Arras sur le premier match a été recu avec les félicitations du jury et peut regagner son rang qui fût le sien pendant 25 ans. L’expérience permet de mûrir plus facilement.

Pascal PIOPPI

 - JPEG - 165 ko
1999-05-13 - La Marne

La fiche technique

ROUEN bat LAGNY 30-20 (MT 7-14).

Stade Brennus à Châteaudun, 400 spectateurs. Excellente pelouse, vent de côté. Arbitrage de M. Rivière (ligue du Centre).

Les points de Lagny : 5 pénalités de Daublon (1er, 4e, 40e, 57e, 65e), 1 essai de Blond (25e).

Rouen : 3 essais (Cooper 38e), Sebie (45e), Minatchy (49e), 2 pénalités et 3 transformations de Chaboy, 1 drop de Dunay (48e).

Lagny : Loffel puis Maria Moreno (57e), Berger puis Goldfarb (55e), Maïau puis Petey (55e), Froment, Motoc, Dinu puis Bernardet (55e), Bono, Blond, Martinez, By, Bazil, May, Beauquis, Zmuda, Daublon, Castagnet, Ducrot, Olanier. Ent. : Petey et Lardy.


Les cadets de Chelles-Lagny en 8e de finale (« La Marne » - 13 mai 1999)

Championnat de France cadets :

Les cadets de Chelles-Lagny en 8e de finale

 - JPEG - 118.4 ko
1999-05-13 - La Marne
Arch. Club House

L’Entente cadets Chelles-Lagny a encore vaincu. Après Metz en 64e de finale, Cluny en 32e de finale, c’est au tour de l’équipe de Pont-du-cheruy (Comité du lyonnais) de faire les frais de l’ardeur de l’Entente seine-et-marnaise.

Malgré leurs larges victoires lors des tours précédents, nos représentants n’ont pas pas pris ce match à la légère. Parfaitement motivés dans la plus pure tradition du rugby, les jeunes cadets ont d’abord répondu présent a l’épreuve de force qu’ont voulu leur imposer les Lyonnais (pour les connaisseur, le Cinq lyonnais dépassait les 500 kg) pour ensuite laisser parler leur technicité et faire chanter le ballon.

Au coup de sifflet final une brillante victoire : 26 à 5.

Pour les 8es de finale, dimanche 16 mai, l’adversaire n’est pas encore désigné.


Les cadets de Chelles/Lagny en quarts (« La Marne » - 20 mai 1999)

La belle aventure continue

Les cadets de Chelles/Lagny en quarts

 - JPEG - 142.1 ko
1999-05-20 - La Marne
Arch. Club House

L’Entente cadets Chelles-Lagny se trouvait confrontée ce dimanche à Avallon, en 8e de finale du championnat de France à l’excellente équipe des « PTT Lyon-Vénissieux ».

A ce stade de la compétition, il ne fallait rien laisser au hasard. Durant les deux entraînements hebdomadaires qui ont précédé le match, Frédéric et Gilles, les deux éducateurs qui ont en charge ce groupe, ont d’abord fait récupérer leur effectif, pour ensuite se remettre au travail.

C’est avec une concentration extrême et une grande motivation que nos représentants entament la rencontre. Durant la première période chaque équipe concrétise sa domination. La mi-temps est sifflée sur le score de 10 à 10.

En deuxième mi-temps, respectant parfaitement les consignes prodiguées par leurs entraîneurs, les jeunes seine-et-marnais franchissaient par deux fois la ligne d’essai pour porter définitivement le score de 22 à 15 en leur faveur.

Au coup de sifflet final, une joie immense s’emparait des joueurs, de l’encadrement et des nombreux supporters qui avaient effectué le déplacement. La chenille seine-et-marnaise pouvait alors occuper le terrain.

Prochain tour : quarts de finale dimanche 23 mai.

Le 30 mai, de 9h30 à 16 heures, au complexe de la Noue-Brossard, l’école de rugby de Chelles organise son tournoi. Seront présentes les écoles de Lagny, Othis, Villepinte et Champs.


Les cadets Chelles/Lagny chutent in extremis en quart de finale (« La Marne » - 27 mai 1999)

Les cadets Chelles/Lagny chutent in extremis en quart de finale

 - JPEG - 155.9 ko
1999-05-27 - La Marne
Arch. Club House

C’est à Dijon que le magnifique parcours de l’Entente Cadets Chelles/Lagny s’arrête en 1/4 de finale du Championnat de France.

Dès le tirage au sort, nous savions que l’équipe de Renage-Rives serai un gros morceau puisque au tour précédent il avait éliminé Courbevoie 30 à 10.

Devant un adversaire complet très fort en défense, nos représentants ont tout d’abord relevé le défi physique que leur imposait leur adversaire pour pratiquer ensuite leur excellent jeu de mouvement qui fait leur force.

A la mi-temps, le score était de 3 à 5 en faveur de Chelles.

La deuxième mi-temps fut un long et performant défi physique. Les jeunes cadets endiguaient tous les assauts de Renage-Rives. Plus le temps passait, plus cela devenait palpable : Chelles/Lagny allait se retrouver dans le carré d’as finale. C’est alors qu’il ne restait plus que quelques minutes à jouer que l’adversaire jouant son va-tout, trouva la force de marquer un essai assassin.

Le score passait alors à 10-7. Il ne restait plus assez de temps à l’Entente pour renverser le résultat du match.

Au coup de sifflet final, la déception des joueurs faisait peine à voir.

De ce magnifique parcours nous nous souviendrons que Gaillac, Gaye, Munos, Orial, Richard, Louge, Enard, Audureau, Delfour, Kuceht, Lafon, Lamour, Lebertois, Paupe, N’Guyen, Murray, Abbou, Fizaine, Guerre, Munka, Chevrot, Thomas, Aussagues ont fait honneur au maillot qu’ils portaient.

Prochain rendez-vous pour les cadets au tournoi de Mitry et le dimanche 13 juin à Melun, dans le cadre de la dixième édition des Jeux de Seine-et-Marne.

Pour ne pas rester en reste avec leurs aînés, l’école de rugby de l’USO Chelles a brillamment remporté le tournoi organisé par Montry, participaient au tournoi les écoles de Gretz-Tournan, de Montry, d’Andorre et de Chelles.



Documents joints

Saison 98-99

26 août 2011
Document : PDF
2.4 Mo




Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques | info visites 659114

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Historique  Suivre la vie du site L’A.S.L. dans la presse  Suivre la vie du site Presse des années 90.   ?

Site créé par Jean-Luc Friez

Creative Commons License Valid XHTML+RDFa 1.1

Visiteurs connectés : 5